Dossier ANSEJ | actu-algerie.com: Information et Actualité





dossier ANSEJ




Ansej: nouvel échéancier de remboursement pour les micro-entreprises en difficultés

Economie - ANSEJ - 14 Nov 2018 à 11:45

Ansej: nouvel échéancier de remboursement pour les micro-entreprises en difficultésLes jeunes promoteurs de micro-entreprises dans le dispositif de l’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (ANSEJ) bénéficient d’un nouvel #échéancier pour le remboursement de leurs dettes auprès des banques, a indiqué mardi la directrice générale de l’Agence, Samira Djaïder, écartant tout effacement de ces dettes.“Ceux qui n’ont pas pu apurer les dettes contractées auprès des banques peuvent bénéficier d’un échéancier de remboursement afin de pouvoir pérenniser leurs activités”, assuré la responsable sur les ondes de la Radio Nationale, excluant par ailleurs tout effacement de ces dettes. Elle a souligné, par la même occasion, que des jeunes promoteurs en butte à des difficultés de remboursement “avaient bénéficié d’un effacement des pénalités de retard et des intérêts cumulés”, relevant que cette décision “avait permis à 160.000 promoteurs de rembourser leurs dettes auprès des banques”.  La responsable a fait savoir que 21.000 promoteurs ont fait appel au Fonds de garantie pour surmonter les difficultés de #remboursement.Sur un autre registre, la directrice générale de l’ANSEJ a évoqué des financements qui n’ont pas eu les résultats escomptés dans certains secteurs, plaidant pour “un meilleur ciblage des activités porteuses et créatrices d’emplois”. Elle a souligné, dans ce sens, que des micro-entreprises avaient été financées et lancées dans certains secteurs, mais se sont avérées inadaptées créant même une saturation de l’activité comme c’était le cas dans le transports de voyageurs dans les milieux ruraux et urbains.La première responsable de l’ANSEJ a souligné à cet effet que la priorité a été accordée depuis aux secteurs les plus porteurs à l’instar de l’agriculture et les technologies de l’information et de la communication (TIC).Le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité Sociale, et celui de l’Agriculture, du Développement Rural et de la Pêche avaient installé récemment un groupe de travail chargé de l’élaboration d’un programme visant l’encouragement des jeunes et le renforcement de leur participation aux activités agricoles, à travers la création de micro-entreprises dans le domaine agricole, au titre de la Caisse nationale d’assurance chômage (#CNAC) et de l’#ANSEJ.Ce groupe de travail s’inscrit dans le cadre de la concrétisation des recommandations issues des assises nationales sur l’agriculture pour accorder davantage d’intérêt à la formation dans le domaine agricole et ses filières dans les systèmes universitaire et de formation ainsi qu’aux dispositifs de soutien à l’emploi de jeunes, en orientant leurs efforts vers le secteur agricole.
Ansej, Cnac et Angem : les jeunes se disent « victimes d’une politique d’emploi mal élaborée »
Après l'espoir, le désenchantement. La ruée vers l’or « #Ansej, #Cnac et #Angem » n’a pas mené tous les prétendants à la richesse tant rêvée. Si les uns ont pu, tant bien que mal, rembourser les crédits contractés, d’autres se retrouvent dans l’obligation de faire appel à des méthodes assez musclées pour s’en laver définitivement les mains. Ainsi, marches, sit-in et solidarité sont au menu depuis plusieurs semaines.Pour ces jeunes qui se disent « victimes d’une politique d’emploi mal élaborée », il n’est même pas question de faciliter les remboursements, mais de procéder à une amnistie pure et simple. Or, l’option de l’effacement des dettes est – du moins pour le moment – écartée par les autorités.« Il n’y aura jamais d’effacement de la dette des entreprises créées dans le cadre de l’Ansej. On ne peut pas aller vers l’effacement », a affirmé Samira Djaider, DG de l’Ansej. Une position que le ministre du Travail et la Sécurité social a rappelée hier à Boumerdes.Et en cas d’échec du projet ? « Le jeune ne sera pas inquiété par la banque, mais, le matériel acquis dans le cadre du dispositif sera saisi par la banque et vendu aux enchères », avait précisé la directrice de l’Ansej. Ce qui semble plus au moins logique. Sauf que les promoteurs adhérents au Collectif d’appui à la microentreprise (Came) ne l’entendent pas de cette oreille. Preuve en est ce qui s’est passé à Bouira où un mouvement de solidarité était enclenché pour « dénoncer » la saisie d’un véhicule d’un jeune promoteur qui n’a (pourtant) pas payé ses dettes.En effet, le Collectif d’appui à la microentreprise, jusqu’à une date récente, avait des revendications économiquement et politiquement plus au moins correctes, dont la levée et l’arrêt immédiat des poursuites judiciaires, l’attribution d’une période de différé pour tous les promoteurs ainsi que la prolongation des délais de remboursement avec suppression des intérêts et pénalités à travers le rachat des dettes bancaires par le Trésor public. Cela en plus – encore de l’économiquement correct – de faciliter l’accès aux marchés publics et la régulation de la sous-traitance. Mais de plus en plus, les promoteurs, probablement conscients de la faisabilité de la chose, tiennent un discours extrême qui va jusqu’à la réclamation de l’amnistie générale.Pour justifier leur échec, ces jeunes ne manquent d’arguments. Ils mettent le tout sur le dos des pouvoirs publics qui, de l’avis de ces jeunes, ont accordé des crédits à l’aveuglette. Ils (les pouvoirs publics) devraient, de ce fait, assumer les conséquences d’une générosité mal calculée.
01 Aoû 2018 à 17:45
Ansej et Cnac: Effacement des agios et rééchelonnement des dettes des entreprises créées avant 2011
Les intérêts et les frais dus par les entreprises Ansej et Cnac créées avant 2011 ont été effacés mercredi 6 septembre et leurs dettes ont été rééchelonnés, a rapporté l'agence APS.Une convention de retraitement des créances ainsi que des agios réservés éligibles à l’efficacement, nés des crédits accordés aux promoteurs Ansej antérieurement au mois de mars 2011, a été signée à Alger entre les banques publiques, l'Agence nationale de soutien à l'emploi des jeunes (#Ansej) et la Caisse nationale d'assurance chômage (#Cnac).Informations sur les Publicités Twitter et confidentialitéCette convention a été signée par le président de l’association professionnelle des banques et des établissements financiers (ABEF), M. Boualem Djebbar et le directeur général par intérim du fonds de caution mutuelle de garantie risque/crédits jeunes promoteurs et d’autre part, Mme Djaider, directrice par intérim de l’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (Ansej) en présence des ministres des Finances, M. Abderrahmane Raouia, et celui du Travail, de l’emploi et la sécurité sociale, M. Mourad Zemali.Elle a été également signée par les responsables des cinq banques publiques concernés. Il s’agit de la Banque de l'Agriculture et du développement rural (BADR), le crédit populaire d' Algérie (CPA), la banque nationale algérienne (BNA), Banque de développement local (BDL) et la Banque extérieur algérienne (BEA).S’exprimant à l'issue de la cérémonie de signature de la convention, le ministre des Finances a fait savoir que "la convention signée consiste à effacer les agios des entreprises Cnag et Ansej qui étaient sous le régime d’avant 2011", rappelant que depuis cette date le régime a été changé et que les jeunes promoteurs bénéficient d’avantages "."Ceux qui étaient avant le régime de 2011 ont eu des difficultés financières. Cette convention va permettre d'effacer les agios qui sont les intérêts en retard et va permettre aussi un rééchelonnement de la dette bancaire", a indiqué M. Raouia.De son côté, le ministre du Travail, l’emploi et la sécurité sociale, M. Mourad Zemali, a indiqué que "la signature de cette convention entre le cadre de l'accompagnement de post-création" soulignant qu'il s'agit des entreprises qui activaient avant 2011 et n'avaient pas les mêmes avantages que ceux nés après 2011.Ainsi, cette convention va permettre aux micro-entreprises d'avoir une "deuxième chance et redémarrer leur activité avec l'effacement des agios", a ajouté M. Zemali.Le nombre des entreprises qui vont bénéficier de l’effacement des agios n'est pas encore défini. "Pour le moment, on ne peut pas savoir le chiffre exact des entreprises concernées puisqu’il s’agit d’un acte volontaire", a t-il expliqué.Pour sa part, le président de l 'ABEF, Boualem Djebbar a expliqué que cette convention" s'inscrit dans le cadre du traitement de difficultés rencontrés lors de remboursement des crédits octroyés aux micro-entreprises avant mars 2011, et qui n'ont pas bénéficié des mêmes avantages que les jeunes promoteurs ont eu après cette date.Cette action s'articule autour de deux aspects. Il s'agit de "modalités de prise en charge de l'endettement des remboursements de leurs crédits bancaires et, d'autre part, le retraitement des agios réservés rattachés ( intérêts et pénalités de retard), ainsi que la possibilité de rééchelonnement des crédits accordés", a t-il ajouté.L'application des nouvelles mesures est soumise à trois conditions. Ainsi, "le jeune promoteur doit prouver que le matériel existe toujours, l'adhésion au Fonds de garantie mais ne doit pas être encore indemniser par ce fonds et enfin , il doit rembourser une partie de 5 à 10% à l'avance du montant de crédit".Sur le plan pratique, la démarche passe par l'introduction d'une demande auprès de l'Ansej et la Cnac. Celles-ci procéderont à la visite des micro-entreprises demandeurs, pour un constat sur l'existence des équipements.Par la suite, sur la base du dossier introduit par les promoteurs concernés ainsi que l'attestation de garantie délivrée par le Fond de garantie des micro-entreprises, l'Ansej et /ou la Cnac procédera à leur transmission aux banques.En dernière étape, les dossiers réceptionnés par les banques feront objet d'étude pour un éventuel effacement des agios réservés ( intérêts + pénalités), avec suspension des procédures judicaires ainsi que la détermination du montant de crédit à rééchelonner, dont la durée peut atteindre 5 ans, dont 12 mois de différé maximum selon le cas.Les jeunes promoteurs ont un délai jusqu'a la fin de l’année en cours pour déposer leur dossiers, a t -il précisé.Par ailleurs, le ministre du Travail a évoqué le code des marchés publics notamment l'article qui prévoit que "20% de la commande publique est réservée aux micro-entreprises".A ce propos, il a dit : "Au début, il y a eu des difficultés pour l'application de cette mesure mais ces derniers temps, nous avons élaboré un cahier de charges unique qui va être transmis à tous les walis pour expliquer la procédure ".
06 Sep 2017 à 18:14
Mesures en faveur des porteurs de projets ANSEJ: Seules les PME créées avant 2011 concernées
La directrice générale de l'ANSEJ Samira Djaider a annoncé hier lundi que le remboursement des dettes contractées auprès de l'Ansej par des porteurs de projets seront rééchelonnées, mais pas effacées'', avec l'annulation des pénalités de retard. Elle a expliqué à la chaine TV Ennahar que le crédit qu'octroie l'Agence est un bien du Trésor public, et il faut qu'il soit remboursé''. Elle a annoncé cependant de nouvelles mesures en faveur des jeunes porteurs de projets soutenus par l'#ANSEJ. L'Agence a mis en place des dispositions pour faciliter le travail des jeunes qui ont créé des PME'', a indiqué la directrice de l'Ansej, avant de souligner qu'une autre occasion a été donnée aux jeunes pour un #rééchelonnement de leurs #dettes, avec en plus l'annulation des pénalités de retard''. A LIRE AUSSI: ANSEJ et CNAC: l'annulation des pénalités de retard ne signifie pas l'effacement des dettes Mais, elle a tenu à préciser que ces dispositions ne concernent que les jeunes qui ont bénéficié de projets avant mars 2011, et englobe les entreprises qui ont eu de grandes difficultés de gestion.'' Elle a expliqué que les financements octroyés aux jeunes promoteurs concernent deux catégories: les crédits pour les jeunes promoteurs déboursés par le Trésor public, et les crédits bancaires dans le financement des projets des jeunes. ‘'Là, il y a un dispositif de remboursement de l'Etat pour les entreprises créées avant 2011, car avant (2011, NDLR) les avantages donnés aux promoteurs ne sont pas les mêmes que ceux accordés après 2011, et les avantages actuels donnent plus d'aisance financière aux jeunes entreprises'', a indiqué la directrice de l'ANSEJ. L'Ainsi, avant 2011, l'apport (du jeune promoteur) était de 5% à 10% selon le projet, soit 5% pour un projet de 5 millions de DA, et 10% pour un projet de plus de 5 millions de DA. Mais, après 2011, le taux de l'apport a baissé pour se situer entre 1 et 2% selon le projet. Donc, il y a plus d'avantages après 2011'', détaille Djaider. Et puis, ajoute-t-elle, avant 2011, il y avait bonification du taux d'intérêt de 50 à 60% selon l'implantation du projet et la nature de l'activité. Après 2011, la bonification du taux d'intérêt est montée à 100%''. Autrement dit, le jeune promoteur ne paie pas les intérêts bancaires, et c'est le Trésor qui rembourse l'intérêt.'' Dés lors, la directrice de l'ANSEJ souligne que les entreprises de jeunes créées avant 2011 seront concernées par un rééchelonnement de remboursement des crédits avec un tableau d'amortissement nouveau, et annulation des pénalités de retard. Mais, ces dispositions ne concernent que les entreprises en difficultés'', précise-t-elle. Lors de la présentation de son plan d'action devant le Parlement, le Premier ministre Abdelmadjid Tebboune avait annoncé que des mesures de prise en charge des dettes des jeunes promoteurs ayant rencontré des difficultés pour démarrer leurs activités ont été prises par l'Etat. Il a également relevé que des projets lancés par de jeunes promoteurs ont été couronnés de succès, contrairement à de grandes entreprises, qui ont reçu d'importants crédits bancaires. La directrice générale de l'ANSEJ a, par ailleurs, ajouté que 80% des jeunes promoteurs qui ont été soutenus par l'ANSEJ ont remboursé leurs dettes, ce qui signifie que leurs projets ont réussi''. Pour autant, elle a reconnu qu'entre 2010 et 2011, les projets dans les transports de voyageurs se sont accaparé la part du lion'' dans les financements de projets par l'ANSEJ, soit 42%. La raison ? Selon la directrice générale de l'ANSEJ, les jeunes se sont tournés vers l'achat de bus de transport public parce qu'ils ne disposaient pas de locaux.'' Aujourd'hui, les crédits octroyés pour le transport ne représentent que 6% de l'ensemble des crédits approuvés par l'Agence, alors que les projets dans l'agriculture sont les plus nombreux avec un taux de 30%, suivis de l'industrie et les activités de services. 
25 Juil 2017 à 18:21
ANSEJ et CNAC : " l'annulation des pénalités de retard ne signifie pas l'effacement des dettes "
Le ministre du Travail, de l'emploi et de la sécurité sociale, Mourad Zemali, a affirmé samedi à Alger que "les mesures d'accompagnement au profit de certains jeunes entrepreneurs consistent notamment en le "rééchelonnement de la dette et l'annulation des pénalités de retard", soulignant que "cela ne signifie pas l'effacement des dettes".Le ministre a précisé dans une déclaration à la presse en marge de la réunion nationale des directeurs des organes de l'Agence nationale de soutien à l'emploi de jeunes (#ANSEJ) et la Caisse nationale d'assurance chômage (#CNAC), que plusieurs mesures ont été prises au profit de certains jeunes entrepreneurs qui ont bénéficié du soutien des dispositifs publics pour créer des micro-entreprises et qui ont rencontré des difficultés, ajoutant qu'ils bénéficieront, à ce titre, d'un accompagnement spécial consistant en "le rééchelonnement des dettes contractées pour la réalisation de leurs projets". Mais, a-t-il souligné, "cela ne veut pas dire l'effacement de la dette, une mesure  qui va, selon lui, à l'encontre des principes de entreprenariat et de l'esprit d'autonomie".M. Zemali a ajouté que ces mesures d'accompagnement prises par les banques concernées en partenariat avec les dispositifs du soutien à l'emploi, à l'instar de l'ANSEJ et la CNAC ne concernent pas tous les jeunes entrepreneurs, mais uniquement ceux dont les projets ont bénéficié d'un financement avant mars 2011, sachant que ces derniers n'ont pas profité des facilités et des avantages accordés après cette date.Le ministre a affirmé à ce propos qu'un grand nombre de jeunes entrepreneurs se sont acquittés des crédits qui leur ont été alloués dans le cadre de la création des micro-entreprises, soulignant que 60% des crédits remboursés en 2016 ont été exploités pour le financement de nouveaux projets. M. Zemali a rappelé que des mesures d'accompagnement sont prévues pour l'application des dispositions d'un article du code des Marchées publicsqui prévoit de consacrer 20% de la commande publique locale au profit des micro-entreprises créées dans le cadre des dispositifs publics, afin d'assurer leur pérennité. Il a indiqué par ailleurs que "le recrutement au sein de l'administration n'a pas été gelé", précisant que l'on encourage le placement des demandeurs d'emploi dans le secteur économique à travers les entreprises qui contribuent grandement à la création de richesses et d'emplois". Le ministre a ajouté que l'action du gouvernement tend à encourager le placement des demandeurs d'emploi dans le secteur économique, affirmant que " le recrutement dans l'administration se fait en fonction des besoins exprimés". S'agissant des jeunes bénéficiaires des dispositifs d'aide à l'insertion professionnelle, le ministre a indiqué que la priorité est accordée à cette catégorie dans les opérations de recrutement.
09 Juil 2017 à 00:23
L’ANSEJ aspire à s’autofinancer d’ici 2020
L’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (ANSEJ) devrait s’autofinancer d’ici 2020, a indiqué lundi 21 février 2017 à Skikda son Directeur général Mourad Zemali. Ce dernier s’exprimait lors d’une conférence de presse tenue au palais de la culture de la wilaya Skikda en marge de l’installation du bureau de wilaya de la fédération nationale des jeunes entrepreneurs. M. Zemali a affirmé que l’autofinancement pourrait permettre à son agence de financer de nouveaux projets sans recourir au trésor public. Il a expliqué que le recouvrement en 2016 de 75% des crédits octroyés pour la création de sociétés a permis le financement de 55% de nouveaux projets de l’#ANSEJ, “sans avoir eu recours au trésor public”. 2 000 poursuites en justice Créé en 1997, ce dispositif de soutien à l’emploi de jeunes a permis de créer 370.000 micro-entreprises et de générer plus de 900.000 postes d’emploi, selon les chiffres avancées par ses responsables. La même source a également indiqué que 2.000 jeunes ont été poursuivis en justice pour avoir détourner l’argent octroyé à la création de micro-entreprises. M. Zemali a par ailleurs souligné l’augmentation ces dernières années du taux de projets portés par des diplômés de l’enseignement supérieur et de la formation professionnelle, passé de 20% en 2011 à 84% en 2015. Le directeur général de l’ANSEJ a précisé que la fédération nationale des jeunes entrepreneurs et ses adhérents enregistrés, estimés à 51.000 actuellement, oeuvrera à “promouvoir les micro- entreprises”. L’installation du bureau de Skikda de la fédération nationale des jeunes entrepreneurs s’est tenue en présence des autorités locales et prés de 70 de ses adhérents. Source m.huffpost.com
21 Fév 2017 à 14:20
ANSEJ: les jeunes porteurs des projets en difficulté peuvent rééchelonner leur dette
Le ministre des Finances, Hadji Baba Ammi a indiqué jeudi à Alger que les jeunes porteurs des projets en difficulté financière, relevant de l’Agence nationale de soutien à l’emploi de jeunes (#ANSEJ), peuvent bénéficier d’un rééchelonnement de leur dette bancaire. Lors d’une séance plénière consacrée aux questions orales au Conseil de la Nation, sous la présidence de M. Abdelkader Bensalah, président du conseil, M. Baba Ammi a précisé que l’ANSEJ ne disposait pas d’un mécanisme pour traiter les projets en difficulté financière, ajoutant que les banques pouvaient adopter le principe de traitement au cas par cas concernant les dossiers des jeunes désireux de relancer leurs projets. Les jeunes concernés doivent répondre à certaines conditions dont la disponibilité des équipements financés par crédit bancaire au niveau de l’entreprise. Ces derniers ne doivent pas avoir fait l’objet d’une transaction commerciale, a rappelé le ministre. Le jeune porteur de projet doit également s’engager à rembourser une partie des redevances dont le taux de remboursement sera fixé de commun accord entre le promoteur et la banque, a-t-indiqué. Le dossier en question ne doit pas avoir été transféré au Fond de garantie des crédits (#FGAR) pour indemnisation, ajoute M. Baba Ammi. Le ministre a appelé les jeunes porteurs de projets concernés par ces mesures à se rapprocher des agences bancaires en vue d’examiner le rééchelonnement de leur dette et la relance de leurs activités. le ministre a indiqué que le point relatif à l’exemption des jeunes porteurs de projets du taux d’intérêt appliqué aux crédits bancaires de cette formule, a été pris en charge en vertu des dispositions de l’article 1 du décret exécutif N°13-253, promulgué en juillet 2013, complétant et amendant le décret exécutif N°03-290, promulgué en septembre 2003, fixant les conditions d’accès aux niveaux d’aides octroyés aux jeunes promoteurs. Le ministre a rappelé que les dispositions de l’article 1 du texte de loi a fixé le taux de bonification sur le taux d’intérêt à 100 % du taux du débiteur appliqué par les banques et les établissements financiers au titre des investissements réalisés dans tous les secteurs d’activité. Source m.huffpost.com
03 Fév 2017 à 09:37
L’ANSEJ gèle encore 64 activités
La crise financière que subit l’#Algérie finit par toucher la création d’entreprise. L’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (ANSEJ) vient de geler pas moins de 64 activités éligibles à l’octroi de crédits bancaires, rapportaient mardi 25 octobre 2016 plusieurs médias. Les jeunes promoteurs devront trouver d’autres ressources pour se lancer dans le transport, la communication ou même dans la menuiserie, l’élevage bovin et la transformation. En effet, selon une liste établie par une antenne Ansej et rendue publique sur les réseaux sociaux, les crédits bancaires ne seront plus octroyés pour financer un projet de transport de marchandises, de transformation ou de récupération de plastique ni pour les semouleries, minoteries et les biscuiteries. Outre la restauration, la confection des vêtements, la ferronnerie et la menuiserie métallique, de bois et d’aluminium sont également concernées par ce gel. D’autres activités sont également concernées, telles la plomberie, l’électricité, les bijouteries, les broderies et la restauration. En 2015, l’Agence envisageait aussi de geler l’octroi de crédit aux promoteurs de plasturgie, boulangerie ou de lavage de vêtements, jugées non rentables et générant très peu de postes de travail. Début octobre 2016, Boufaroume Amira, directrice de l’antenne Alger-Sud de cet organisme, expliquant alors les raisons de la baisse du nombre d’entreprises financées par sa filiale, avait déjà évoqué un possible “gel de certaines activités saturées comme le transport et la location de véhicules et d’engins.” Elle avait fait part des “nouvelles orientations concernant les activités à financer”, affirmant que l’#Ansej vise “la promotion des entreprises créatives d’#emplois et la réduction du chômage”. Ces orientations visent aussi à encourager la création de projets innovants comme dans le domaine des TIC et les start-up, avait-elle indiqué. Source m.huffpost.com
26 Oct 2016 à 23:35
Ansej : l’État veut récupérer son argent
Tous les bénéficiaires des crédits dans le cadre de l’Ansej devront rembourser leurs créances à temps. « La loi sera appliquée à tout le monde », a déclaré Mohamed El Ghazi, ministre du Travail, ce jeudi, selon des propos rapportés par l’agence APS. « 80% des entreprises sont en train de rembourser. Ce qui est déjà un taux important. Il y a 10 à 15 % d’entreprises qui ont des difficultés à rembourser et qui sont accompagnées à nouveau par l’#Ansej et la Cnac pour les aider à dépasser la phase difficile », a rappelé le ministre, qualifiant au passage ceux qui n’ont pas remboursé leurs crédits de « malintentionnés ». Source TSA
19 Mai 2016 à 17:37

Ailleurs sur le web

Nous suivre
Annonce
PropellerAds
Vidéothèque

Les plus lues

Soufflet avec une pâte facile de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 22 Juin 2016 à 13:59

source : #Youtube #OumWalid 

Msemen à la farine le plus facile à faire de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 10 Oct 2016 à 10:55

Le secret pour réussir les msemens à la farine réside dans la pâte qu'il faudra bien travailler, type de farine et aussi dans le feuilletage,voir la vedio pour mieux comprendre le procédé. source : #youtube #OumWalid

Cake au Flan de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 04 Dec 2016 à 12:09

C'est un de mes desserts préférés je le fais vraiment souvent j'aime énormément sa texture bien fondante, vous pouvez choisir le goût que vous souhaitez chocolat, vanille, fraise ou caramel sans tarder voici la recette... source : #youtube #OumWalid

TIZI-OUZOU: La liste des bénéficiaires des logements sociaux dévoilée

Actualité - TIZI-OUZOU - 15 Nov 2016 à 18:15

Le chef-lieu de Tizi-Ouzou à connu une matinée particulièrement mouvementée, caractérisée par des coupures de routes au niveau de plusieurs quartiers et pour cause l'affichage de la liste des bénéficiaires des logements sociaux (Logement Public Locatif). Des citoyens qui ont postulé à cette formule et dont les noms ne figuraient pas sur liste ont barricadé plusieurs routes par des pneus en fumée provoquant des embouteillages dans le centre ville. Le fait de voir les attentes des protestataires prolongées ont fait tombé à l'eau toutes les tentatives des autorités locales pour essayer de calmer les esprits.

Sablé au halwa turc et cacahuètes

Elle Mag - Recettes - 28 Juin 2016 à 09:22

Ingrédients: pour environ 28 pièces (selon la taille de l'emporte-pièce) 250 g de beurre 125 g de halwa turc 50 g de sucre glace 2 jaunes d’œufs 1 paquet de levure chimique 1 càc de vanille 80 g de cacahuètes grillées et finement moulues Farine au besoin (environ 500g) Décoration: Environ 400 g de cacahuètes grillées et moulues 1 pot de confiture d'abricot Préparation: Battre le beurre avec le sucre puis ajouter la halwa turc et bien mélanger Ajouter les jaunes d’œufs un par un ensuite les cacahuètes moulues Ajouter la vanille puis la farine avec la levure jusqu'à obtention d'une pâte souple et lisse Laisser reposer la pâte un petit peu Étaler la pâte sur un plan de travail fariné à 5mm d'épaisseur Découper les sablés à l'aide d'un emporte-pièce ou un verre puis faire une ouverture au centre à l’aide d’un petit emporte pièce Faire cuire pendant environ 15 minutes à 180° Une fois les sablés refroidies, les rassembler en les collant avec de la confiture Badigeonner les sablés de confiture à l'aide d'un pinceau puis passer aux cacahuètes et décorer avec du chocolat fondu. source : fan-decuisine