VIDÉO. Bouteflika dans le bureau de vote | actu-algerie.com: Information et Actualité





VIDÉO. Bouteflika dans le bureau de vote

Actualité - Législatives 2017

D’autres images de l’ENTV montrent le président Bouteflika dans le bureau de vote. C’est son jeune neveu qui introduit l’enveloppe dans l’urne.


Auteur

Lounès Arab

Développeur sites web actu-algerie.com, staraffaires.com, nekri.com et autres

04 Mai 2017 à 15:34

Lu : 107 fois

Source : www.tsa-algerie.com


Vos réactions
Patragez









PropellerAds

Dans le dossier Législatives 2017
La portée des législatives du 4 mai: L’armée de l’abstention
Un nouveau “Printemps algérien”, démocratique cette fois, n’est pas encore pour cette année. La “vacance du pouvoir” du président #Bouteflika n’en finit pas de créer à la fois de l’incertitude sur l’avenir de l’#Algérie et de la lassitude de la part d’une population croissante.Les élections #législatives qui ont eu lieu en Algérie en mai dernier sont sans appel : comment envisager l’espoir et le renouveau quand seulement à peine, selon les chiffres officiels, 37 % des Algériens se sont présentés devant les urnes pour renouveler ses députés ? En 2012, ils étaient selon le gouvernement, encore 43 %. C’est bien le signe qu’un peuple tout entier se sent dans l’impasse et n’espère même plus à ce stade pouvoir influer sur le cours de sa propre histoire. Et pourtant, il s’est peut-être passé quelque chose : d’un désintérêt à une revendication, et si l’appel au boycott était pour la première fois devenu une arme au service d’un peut-être futur candidat à la fonction suprême “le jour où “ ? Qu’en faire ?Une élection dans un cadre démocratique peut bousculer le destin d’une nation : il ne suffit pas d’un homme uniquement, mais d’un courant global de modernisation, de réformisme, de transformation politique profonde, d’action d’une société civile efficace, qui permettent sur la longueur à l’ensemble de la société de reprendre les rennes de sa propre vie. Quid de ce pays qui semble sclérosé par un pouvoir immobile ? Une impasse qui laisse songeur à un moment stratégique pourtant pour l’Algérie si elle ne veut pas rater le coche du XXIe siècle malgré déjà plusieurs décennies de retard. Le pays doit se retrouver avec lui-même, avant de se réarrimer dans le concert régional des nations, et peser ensuite à l’échelon mondial.Ce désaveu croissant à l’égard des élections est un classique du genre dans un pays, qui ne veut plus croire à une transition possible rapidement. Combien de jeunes pensent que de toute façon “les élections ne changeront rien” ? Combien pensent que le 4e mandat d’Abdelaziz Bouteflika n’en finit pas de finir, et qu’il faudrait commencer par en finir avec le monopole effectif du FLN, malgré la profusion de partis, pour espérer un renouveau dans le politique ?Le FLN ne laisse pas de fenêtre d’opportunité depuis 1962. Lorsqu’il a ouvert le champ au multipartisme, la victoire du FIS (Front Islamique du Salut) en 1991 et l’invalidation des élections ont conduit à cette tragédie que nous connaissons tous et que fut la décennie noire. Près de 100 000 morts plus tard, le pays est-il fait pour réenvisager l’ouverture politique ? Oui mais le pouvoir a tout intérêt à faire croire le contraire.Au milieu d’une myriade de candidats, le seul personnage d’État à avoir prôné le boycott des élections, c’est Ali Ben Flis. Chaque candidat qui a essayé lors de présidentielles s’est bien sûr cassé les dents, lui compris. Le candidat principal à l’élection suprême en 2004 et 2014, Ali Ben Flis, ancien premier ministre et ministre de la justice donc, arrivait en 2014, avec 12,2 % des votes, le plaçant second derrière Bouteflika.Longtemps secrétaire général du FLN, et n’ayant de cesse par la suite de dénoncer les fraudes électorales, il décida de créer son propre parti en 2015, Talaie El Hourriyet et devenir dans un premier temps une force d’abstention peut-être utilisable à terme. A ceux qui lui reprochent d’avoir profité et servi le système pendant des années, il s’en défendait dans une interview donnée le 24 mai 2017 au site Mediapart : “Je suis arrivé à des responsabilités politiques par le biais du militantisme dans le domaine des droits de l’homme (...) Ensuite dans mon parcours politique personnel qui s’étend sur 40 ans je n’ai occupé des fonctions officielles que pendant 6 ans alors que j’ai passé 14 ans dans l’opposition (...) Enfin, dans chacune des responsabilités qui m’ont été confiées, je me suis efforcé de faire avancer la cause de la justice, de la modernité, de la rénovation et des réformes”.Ben Flis n’est pas un militaire et a créé la première ligue indépendante de défense des droits de l’Homme du pays. Devenu premier Ministre après la décennie noire, il invitait même, toujours dans cette interview, à revoir le programme modernisateur et réformateur de campagne qu’il avait rédigé pour Bouteflika et dont il déplore l’absence de suite depuis qu’il a quitté ce poste : “ Au fil du temps, je ne partageais plus avec cet homme de pouvoir ni la conception de l’État, ni la manière d’exercer le pouvoir ni la façon de diriger les hommes”.Dans ce brouillard politique qui stagne au dessus du pays, le résultat des législatives du 4 mai dernier a conduit à l’énième victoire du FLN, mais qui a tout de même perdu 60 sièges sur les 224 dont il disposait en 2012. Alors que les pays européens votent l’alternance souvent même par principe, l’Algérie est embourbée dans le mythe sans fin d’un FLN qui s’est débarrassé de la colonisation et de l’occupant français.Ali Ben Flis, a pris ses distances depuis bien longtemps avec le pouvoir mais il peine souvent à voir changer son image. Il n’a de cesse pourtant de dénoncer le régime, ses atteintes aux libertés, ses erreurs dans le domaine économique et social. Au coeur de cette déshérence politique et de cette inertie, un électorat perdu par près de 93 partis atomisés, qui se sont présentés tout de même en mai dernier pour cautionner les élections en obtenant pour une majorité à peine 1 voire 2 sièges.Vainqueur avec 164 sièges, le FLN est suivi du Rassemblement National Démocratique qui comptabilise 100 sièges, puis loin derrière les Mouvements de la Société et de la Paix avec 33 sièges, et 19 députés pour le Rassemblement de l’Espoir pour l’Algérie. FLN et RND forment l’alliance présidentielle au pouvoir. Les islamistes eux sont éclatés en deux camps et tentaient de se refaire une santé après leur cuisant échec de 2012 où ils ne totalisèrent que 60 sièges. Pour certains, fait non négligeable, les partis islamistes gardent une certaine virginité, notamment auprès de ceux qui contestent le pouvoir “voleur”.Autrement posé, est ce que quelque chose s’est joué ou au moins enclenché lors de ces élections ? Ce qui est sûr, c’est que le taux de participation des électeurs n’a jamais été aussi bas. C’était la plus grande inquiétude du gouvernement : avoir l’air illégitime et s’y accrocher. Faut-il y voir un lien avec l’appel au boycott de Ben Flis ? Probablement en partie car le taux d’abstention s’est encore accru, avec des chiffres officieux probablement en dessous des 20 %. Et c’est tout de même un personnage important qui a appelé à ne pas se déplacer même s’il ne fait montre à l’heure actuelle de sa volonté ou non de se présenter lors des prochaines présidentielles. Devenu en effet un des porte-étendard de la défiance face au pouvoir de Bouteflika, Ben Flis prenait lerisque d’être marginalisé de la vie politique. Rien n’est moins sûr finalement, même si la fameuse Instance de suivi et de coordination de l’opposition (ISCO) dont il fait bien sûr partie, a pris un coup, de par la participation à l’élection d’autres partis qui en étaient membres.Invitant les Algériens à envisager le changement avec le temps et avec calme, Ben Flis n’a pas encore totalement séduit. Inquiet de l’appel au boycott, qui était un signe plus fort de révolte qu’une participation fantoche au scrutin, le pouvoir s’est organisé contre la campagne de Ben Flis en lançant une contre-offensive médiatique extrêmement violente.Suscitant aussi la réaction de blogueurs, de jeunes, d’internautes qui ont cartonné avec des clips soutenant l’abstention, le président de Talaie El Hourriyet a donc bien représenté un danger pour que le pouvoir prenne le temps de riposter. Ce chiffre inédit d’abstention électorale est-il juste un signe de lassitude et d’exaspération face à un régime déliquescent, avec un président quasi absent de la scène publique, où est-ce un blanc-seing pour qu’un homme providentiel ou non surgisse ? Si l’on fait le lien entre l’appel de Ben Flis et son boycott avec ce taux de 37 % d’électeurs s’étant déplacé, c’est aussi parce que le ministère de la communication a demandé aux médias de ne pas faire la promotion de ceux qui appelaient au boycott : entendons bien le seul, le parti Talaie El Hourriyet, le parti de Ben Flis.Mais Ben Flis avait appelé au boycott depuis le 7 janvier 2017, laissant le temps aux Algériens d’intégrer au minimum ses arguments ou de de désintéresser encore plus de la politique. Car le pouvoir se garde bien de dire qu’en réalité ce n’est probablement que 14 % du corps électoral qui se serait déplacé pour voter.Un bilan électoral que le pouvoir rejette: pourtant le désintérêt des Algériens pour les élections est le plus petit dénominateur commun qui semble unir jeunes et vieux, urbains et ruraux, catégories diverses de la population. Le second est la paupérisation de la population, la montée des prix, et la montée du nombre d’Algériens qui semblent plongés dans la crise. Chute du prix du pétrole, fin de l’ère tout puissante de la rente pétrolière, baisse des importations pour équilibrer la balance commerciale mais faire monter les prix des produits les plus rares et demandés. Les élections sont censés être un espoir dans un pays démocratique. Mais là, comment répondre aux besoins urgents des Algériens ?La montée de la précarisation de la société peut-elle conduire à un mouvement qui conduirait à une libéralisation de la politique comme ce fut le cas dans certains pays voisins ? Difficile à imaginer à ce stade. Le Printemps algérien a déjà eu lieu et les Algériens le redoutent, dixit l’histoire tragique des années 2000. Lors de la visite de la mission d’expertise électorale en 10 avril 2017 au siège du parti Tailae El Hourriyet, Ben Flis s’est offert une tribune à l’international.Ce dernier a pu expliquer à ces 4 experts, chargés uniquement des questions techniques du processus électoral, les raisons de son appel : ce scrutin en l’état n’apporterait aucune solution à la situation économique et sociale du pays, le problème récurrent dans le pays d’absence d’élection véritablement libre. Sans bouleversement politique, l’Algérie serait condamnée : questions de sécurité, questions économiques, cohésion sociale, problèmes de diversification de l’économie, thématique des droits de l’homme.L’incertitude sur l’avenir de Bouteflika et la force de l’abstention pourraient-elle permettre à Ali Ben Flis de peser lorsque de nouvelles élections présidentielles seront annoncées, par le fait de la loi ou en cas de force majeure ?Encore faut-il comprendre le processus des faiseurs de roi dans le pays. Face au risque permanent de défaillance de la présidence de la République, tout est stratégie. Ce sont les “décideurs” comme les appelait l’ancien président Boudiaf qui portent un candidat choisi, Le candidat. Celui-ci est porté et soutenu par l’administration, les syndicats, les oligarques, la diaspora, les intellectuels.Chacun a son rôle, notamment l’armée qui avait soutenu Ali Ben Flis en 2004 alors que le Département du Renseignement et de la Sécurité soutenait Bouteflika. Une partie des généraux avait finalement rallié le président en place car Ben Flis a l’époque passait encore trop pour un intellectuel, trop scrupuleux, n’ayant peut-être pas encore la poigne suffisante pour diriger un pays comme l’Algérie. Depuis, le pays s’est recomposé et surtout affaibli. Si le seul avantage comparatif du pays par rapport à ses voisins et le reste de la région est sa lutte contre le terrorisme islamiste, la multiplication des candidats potentiels, la déconnexion du peuple avec le politique, ont fragilisé un possible retournement au bénéfice d’un seul homme.L’influence d’une armée divisée rend les choses plus incertaines encore ; d’un côté une armée jeune qui a profité de la modernisation récente voulue par l’État-major et de l’autre l’ancienne armée qui a fait la guerre civile et est marginalisée depuis la lutte efficace contre le terrorisme.Aujourd’hui, le président de Talaie El Hourriyet, pourrait à la fois surfer sur son “succès” électoral, en jouant prudemment une conquête progressive de la classe politique algérienne, au-delà des partis voir tous partis confondus, et de se faire une image de sage qui pourrait se présenter à un moment, au bon moment, comme “le recours” que le pouvoir, l’armée, les renseignements, les oligarques, viendraient chercher pour « sauver le pays » de la dérive après la disparition de Bouteflika.Ce statut d’intellectuel et de sage, s’il poursuit sa route, l’éloignerait alors des autres candidats inamovibles que sont Amrouche et le technocrate Benbitour. Pourrait-il craindre du polémique Rachid Nekkaz, homme d’affaires millionnaire grimpant ayant renoncé à sa nationalité française pour se présenter à la présidentielle de 2014, connu en France pour avoir réglé les 1200 amendes de femmes ayant porté le burkini dans l’hexagone, condamné pour avoir acheté un parrainage lors de sa candidature à la présidentielle française, et qui a à peine 46 ans ? Connu en Algérie pour ses marches à travers le pays et pour aller au contact directement des Algériens, il est aujourd’hui à la tête du MJC, le Mouvement pour la Jeunesse et le Changement, qui n’a même jamais pu se présenter aux élections pour irrégularités et d’autres affaires.Le 13 mai dernier Ben Flis déclarait d’ailleurs au Matin : “Le 4 mai a été un véritable acte d’auto-détermination citoyen. Les abstentionnistes ont formé le parti le plus puissant et le plus représentatif du pays avec 15 millions d’adhérents. Si ce parti pouvait être représenté il aurait pourvu l’intégralité des sièges de la future assemblée, il aurait formé le gouvernement à lui seul et il aurait disposé de la majorité plus que qualifiée pour réécrire la Constitution comme il le veut”.Rester à cristalliser ces attentes et désespoirs en un véritable projet viable d’avenir pour tout le pays et la majorité de ses composantes.
31 Mai 2017 à 16:02
Résultats définitifs des législatives : Moussa Touati récupère son siège, le FLN grand perdant
Le Front national algérien siégera finalement à l’APN.  Le Conseil constitutionnel lui a rendu le seul siège qu’il a gagné lors de ces élections.  Que s’est-il passé ? Vendredi 5 mai, le ministère de l’Intérieur publie les résultats provisoires des élections et le #FNA figure parmi les partis ayant obtenu un siège.  Le lendemain, #Moussa #Touati entame une grève de la faim pour protester contre la fraude électorale. Deux jours plus tard, le 8 mai, coup de théâtre : le Conseil constitutionnel publie à son tour les résultats provisoire des élections. Le FNA n’est plus sur la liste des partis ayant obtenus des sièges. Le siège obtenu par le FNA à Relizane a été attribué au RND. Ce jeudi, nouveau rebondissement. Le FNA réapparaît dans la liste des résultats définitifs des élections législatives, publiée par le Conseil constitutionnel. Le FNA obtient finalement à Blida. Un maigre résultat insuffisant pour consoler le FNA et son chef de cette cuisante défaite. Si les résultats du Conseil constitutionnel ont fait un heureux parmi les candidats du FNA, ce n’est pas le cas au FLN. L’ex-parti unique est le plus grand perdant des corrections apportées par l’instance de Mourad Medelci. Avec cinq sièges en moins par rapport aux résultats provisoires, le FLN ne compte désormais que 160 députés à l’APN. La publication des résultats définitifs intervient après l’examen des recours introduits par les partis politiques. Le Conseil constitutionnel précisé que sur 295 recours examinés, il en a rejeté “275 recours pour défaut ou insuffisance de preuves, ou pour moyens infondés”.
18 Mai 2017 à 22:51
Législatives 2017/ Vidéo de fraude présumée à Chlef: Le ministère de la Justice ouvre une enquête
Le ministère de la Justice a ouvert une enquête sur une vidéo montrant une tentative de #fraude présumée lors des #législatives du 4 mai largement circulée sur les réseaux sociaux, a annoncé jeudi 11 mai le ministre de la Justice Tayeb Louh. La vidéo en question (en haut de l'article) montre l'observatrice Fouzia Tahraoui dans la wilaya de Chlef tentant de protéger une urne en se débattant avec un individu identifié qui essayait de s'en emparer. Selon elle, l'homme, identifié comme le chef du bureau de vote numéro 60 à Mouafkia, a glissé plus d'enveloppes dans l'urne que le nombre d'inscrits dans le bureau. M. Tahraoui affirme détenir un procès verbal rédigé par le chef du centre de vote qui prouve ces allégations. M. Louh, lors d'une conférence de presse à Alger, a affirmé que l'enquête était en cours, ajoutant que les personnes impliquées n'ont pas encore été identifiées. L'enquête inclura également d'autres vidéos montrant de la fraude présumée partagée sur les réseaux sociaux, a indiqué le garde des sceaux. Le même responsable a rajouté que les instructions judiciaires concernant les 38 saisines adressées aux procureurs généraux par la Haute instance indépendante de surveillance des élections (HIISE) et certains partis, ont également été ouvertes. "Nous avons été destinataires de la part de la HIISE de 38 saisines qui vont suivre le cours judiciaire, avec l'ouverture d'instruction à Bouira ou d'autres wilayas du pays", a indiqué M. Louh, lors d'une conférence de presse.
11 Mai 2017 à 20:09
Le taux de participation aux Législatives du 4 mai établi à 35,37%
Jamais une élection algérienne n'a suscité tant de désintérêt de la part des électeurs. Le taux de participation, jugé déjà faible, par les observateurs, a une nouvelle fois été réduit par le conseil constitutionnel. Le nouveaux taux annoncé par l'instance présidée par Mourad Medelci prouve que les bureaux de vote ont bel et bien étaient désertés jeudi dernier. Selon les résultats proclamés ce 08 mais au soir par cette institution, le nombre de votants est de 8 225 223, alors que le taux de participation est établi à 35,37% au lieu des 37,09% annoncé par le ministère de l'Intérieur. Il est évident, aujourd'hui, que l'assemblée populaire nationale (APN) issue du scrutin du 4 mai est la plus mal élue de l'histoire des élections multipartistes. Même celle issue des #Législatives 2007 était créditée d'un #taux de #participation de 35,65%. Mais certainement, comme en 2007, le pouvoir s’accommodera de cette assemblée en dépit du désintérêt des deux tiers des électeurs ayant choisi de bouder les urnes le 4 mai dernier. Le nombre de bulletins nuls a, aussi, connu une révision à la baisse très sensible le ramenant à 1 757 043. Les suffrages exprimés seraient ainsi plus important que ceux annoncés par l’Intérieur s'établissant autour de 6 468 180. Cette révision amputant de près de 400 000 voix " la première formation politique" de cette élection, confirme les analyses stipulant que le nombre de bulletins nuls qui exprime un vote de défiance actif à l'égard des politiques pratiques par le pouvoir, était plus politique que l'abstention elle-même qui ne pouvait être revendiquée par personne. En ramenant le nombre de bulletins nuls à 1 757 043 au lieu des 2 109 917 annoncé initialement, il est clair que l'on a voulu réduire l'étendue de "cette défiance active", synonyme d'un échec incommensurable.  Les résultats proclamés confirme, aussi, la régression du Front de libération nationale (FLN) qui reste toujours en tête en gardant le même nombre de sièges 164 sièges, suivi du Rassemblement national démocratique (RND) avec 100 sièges comme l'avait annoncé le parti bien avant la conférence de presse du ministre de l’intérieur et l’Alliance islamique conserve les 33 sièges annoncé initialement. Ce scrutin législatif a prouvé, une fois de plus, que le pouvoir algérien reste imperméable à la volonté de changement. Incapable de se renouveler, il reste tributaire de la même clientèle. Les mêmes clans se relayent indifférent aux attentes d’une population qui, elle, évolue d'année en année. La riposte des youtubeurs à l’appel partisan et gouvernemental à une participation massive en en sont la preuve. Ils ont répondu talentueusement et avec beaucoup d'humour à une campagne électorale qui s'est concentrée non pas sur les programmes des partis mais sur les appels aux à la participation. Les jeunes youtubeurs ont exprimé le ras-le-bol croissant de la société algérienne et mis à nu l’incompétence de l’Etat et son incapacité à se mettre à l'heure du 2.0.
09 Mai 2017 à 11:16
Chiffres des législatives : les incroyables erreurs du ministère de l’Intérieur
Le Conseil constitutionnel a rendu publics, lundi 8 mai, les chiffres des législatives. Les données publiées montrent des écarts très importants avec ceux annoncés vendredi par le ministère de l’Intérieur. Le taux de participation est ramené de 37,09% à 35,37, soit près de deux points d’écart. Ce qui est considérable. Mais l’écart le plus surprenant concerne le nombre de bulletins nuls. Il est ramené à 1.757.043 par le Conseil constitutionnel, soit une différence de 352.874 bulletins par rapport à ceux annoncés par le ministre de l’Intérieur. Les services du département de Bedoui se sont trompés également dans le nombre de votants avec un écart de 398.976 entre leur chiffre (8.624.199) et celui du Conseil constitutionnel (8.225.223). Seul le chiffre du nombre d’inscrits n’a pas subi de modification (23.251.503). Dans les pays développés, comme la France par exemple, les résultats des élections sont annoncés avec une grande précision par les instituts de sondage dès la fin des opérations de vote. Le ministère de l’Intérieur donne des résultats très précis quelques heures après. Les écarts entre les chiffres du ministère de l’Intérieur et ceux du Conseil constitutionnel sont tellement importants qu’ils auraient pu modifier l’élection. L’erreur sur les bulletins nuls est presque équivalente au score obtenu par l’Alliance HMS (393.632). Elle est supérieure aux scores de tous les autres partis, exceptés le FLN et le RND. Le ministère de l’Intérieur dispose d’un budget colossal et emploie des milliers de personnes à travers le pays, entre fonctionnaires civils et policiers. Il a dépensé des sommes importantes dans la « modernisation » et la numérisation de ses services. Mais il a été incapable d’effectuer une opération que de simples instituts de sondages font depuis des dizaines d’années à travers le monde : fournir les bons chiffres de l’élection.
09 Mai 2017 à 11:00
Les observateurs de l'UA saluent le climat de "paix et de sérénité" ayant marqué le scrutin du 4 mai
La mission d'observation électorale de l'Union africaine (UA) a salué dimanche à Alger "le climat de paix et de sérénité" qui a prévalu durant les élections législatives du 4 mai, soulignant la "réussite" de l'organisation logistique ayant permis le "bon déroulement" du scrutin. "Ces élections se sont globalement déroulées dans un climat de paix et de sérénité. La mission de l'UA salue l'esprit de civisme et le sens de responsabilité des acteurs politiques qui n'ont posé aucun acte de nature à entraver le bon déroulement des opérations électorales", a indiqué le chef de la mission des observateurs de l'#UA, Mohamed Deleita, lors d'une conférence de presse. Il a ajouté que l'organisation "réussie" de ces élections au plan logistique a permis le "bon déroulement" du processus électoral, précisant que la création de la Haute instance indépendante de surveillance des élections (#HIISE) en tant qu'"arbitre indépendant et impartial", a contribué à "apaiser le climat de méfiance au sein de la classe politique". Le calme observé dans les bureaux de vote a contribué au "bon déroulement" du scrutin, a fait savoir le chef de mission, assurant qu'"aucune perturbation" de nature à entraver l'élection n'a été enregistrée, relevant que les urnes étaient "convenablement cadenassées dans 99,4% des bureaux visités". Toutefois, les observateurs de l'UA ont relevé la "faible affluence" des électeurs le jour du scrutin", et ont, par la même occasion, exhorté les responsables politiques à "faire prévaloir les voies légales de recours en cas de contestation du verdict des urnes". "Bien que certains efforts de transparence restent encore à faire, la mise en place de la HIISE a contribué à dissiper certains doutes sur le processus électoral", a-t-il relevé, soulignant que "les efforts d'apurement du fichier électoral et de maitrise de l'organisation du processus par l'administration électorale ont été perçus comme des évolutions positives". La mission a également salué les "efforts" des autorités algériennes depuis l'adoption, en janvier 2012, de la loi fixant les modalités d'application du principe d'augmentation des chances de la femme d'accession à la représentation dans les assemblées élues, en vue d'assurer une participation effective des citoyennes algériennes à la gestion des affaires publiques. Cependant, elle a fait remarquer que "si les candidatures féminines aux élections ont connu une évolution positive depuis 2012, les femmes restent faiblement représentées dans les autres aspects du processus électoral, notamment au sein de l'administration". La mission des observateurs de l'UA a recommandé au gouvernement algérien de s'appuyer sur les "progrès apportés" par la révision constitutionnelle pour "créer un cadre propice à la participation active de la société civile dans le processus électoral".
08 Mai 2017 à 13:27

Ailleurs sur le web

Nous suivre
Annonce
PropellerAds
Vidéothèque

Les plus lues

Soufflet avec une pâte facile de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 22 Juin 2016 à 13:59

source : #Youtube #OumWalid 

Msemen à la farine le plus facile à faire de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 10 Oct 2016 à 10:55

Le secret pour réussir les msemens à la farine réside dans la pâte qu'il faudra bien travailler, type de farine et aussi dans le feuilletage,voir la vedio pour mieux comprendre le procédé. source : #youtube #OumWalid

Cake au Flan de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 04 Dec 2016 à 12:09

C'est un de mes desserts préférés je le fais vraiment souvent j'aime énormément sa texture bien fondante, vous pouvez choisir le goût que vous souhaitez chocolat, vanille, fraise ou caramel sans tarder voici la recette... source : #youtube #OumWalid

TIZI-OUZOU: La liste des bénéficiaires des logements sociaux dévoilée

Actualité - TIZI-OUZOU - 15 Nov 2016 à 18:15

Le chef-lieu de Tizi-Ouzou à connu une matinée particulièrement mouvementée, caractérisée par des coupures de routes au niveau de plusieurs quartiers et pour cause l'affichage de la liste des bénéficiaires des logements sociaux (Logement Public Locatif). Des citoyens qui ont postulé à cette formule et dont les noms ne figuraient pas sur liste ont barricadé plusieurs routes par des pneus en fumée provoquant des embouteillages dans le centre ville. Le fait de voir les attentes des protestataires prolongées ont fait tombé à l'eau toutes les tentatives des autorités locales pour essayer de calmer les esprits.

Sablé au halwa turc et cacahuètes

Elle Mag - Recettes - 28 Juin 2016 à 09:22

Ingrédients: pour environ 28 pièces (selon la taille de l'emporte-pièce) 250 g de beurre 125 g de halwa turc 50 g de sucre glace 2 jaunes d’œufs 1 paquet de levure chimique 1 càc de vanille 80 g de cacahuètes grillées et finement moulues Farine au besoin (environ 500g) Décoration: Environ 400 g de cacahuètes grillées et moulues 1 pot de confiture d'abricot Préparation: Battre le beurre avec le sucre puis ajouter la halwa turc et bien mélanger Ajouter les jaunes d’œufs un par un ensuite les cacahuètes moulues Ajouter la vanille puis la farine avec la levure jusqu'à obtention d'une pâte souple et lisse Laisser reposer la pâte un petit peu Étaler la pâte sur un plan de travail fariné à 5mm d'épaisseur Découper les sablés à l'aide d'un emporte-pièce ou un verre puis faire une ouverture au centre à l’aide d’un petit emporte pièce Faire cuire pendant environ 15 minutes à 180° Une fois les sablés refroidies, les rassembler en les collant avec de la confiture Badigeonner les sablés de confiture à l'aide d'un pinceau puis passer aux cacahuètes et décorer avec du chocolat fondu. source : fan-decuisine