Boufarik: Itinéraire du malheur des familles de victimes du crash en quête de nouvelles | actu-algerie.com: Information et Actualité





Boufarik: Itinéraire du malheur des familles de victimes du crash en quête de nouvelles

Actualité - Algérie

Image introuvable

Un homme aux yeux rougis de douleur est entouré d’une trentaine de personnes. “Mon frère était dans l’avion”, une sentence dite dans un calme insupportable. Le calme de cet homme retentit pourtant tout autour, comme s’il criait pour strier le ciel de sa douleur.

Ce ciel qui nous est tombé sur la tête en ce matin inoubliable du 11 avril 2018 à Boufarik.

A la morgue de l’hôpital Frantz Fanon de Blida, le CHU le plus proche des lieux du drame, des familles arrivent à la recherche d’informations sur leurs proches décédés dans le crash d’un avion militaire à Boufarik, à une trentaine de kilomètres au sud d’Alger.

Ceux qui sont là savent que leur parent était dans l’avion. Ils ne sont pas allés aux urgences, mais se sont dirigés vers la morgue où ils attendent. La certitude de la mort est déjà là. Mais il faut s’y habituer.

L’homme aux yeux rouges cesse de parler, certains l’enlacent, certains lui prennent le visage délicatement entre les mains et le regardent dans les yeux en chuchotant quelques mots doux pour l’apaiser.

Et pourtant, tous ceux qui viennent consoler ce frère inconsolable sont eux-mêmes des parents d’un militaire mort dans cet avion de l’enfer.

Il n’y a pas un cri qui monte, pas une voix qui se fait entendre de cette ronde du malheur. Les Algériens qui habituellement parlent fort et ne lésinent pas sur les éclats de voix ont tous perdu la parole en ce matin de malheur.

Des infirmiers se tiennent aux abords, graves, ils attendent aussi. Un gendarme explique qu’ils n’ont pas encore reçu de consignes ou d’informations précises à faire circuler auprès des familles: “On ne sait pas encore où vont être acheminés les corps, on ne sait pas encore quoi dire aux familles, on est obligé de leur demander d’aller sur place à la base militaire de Boufarik, c’est le seul lieu où il y a la liste”.

Un jeune oncle venu chercher des nouvelles du corps de son neveu a entendu le gendarme et immédiatement il va répercuter la nouvelle aux autres. Mais un autre jeune homme, Hamid, 26 ans, qui lui a perdu son cousin, préfère les prévenir:

“Je viens de la base militaire de Boufarik, ils ne m’ont pas laissé passer, ils ne m’ont pas donné d’informations”.

LA TRAJECTOIRE DU MALHEUR POUR LES FAMILLES DE VICTIMES DU CRASH A LA RECHERCHE D'INFORMATIONS
La trajectoire du malheur pour les familles de victimes du crash a la recherche dinformations entre la base militaire de Boufarik et les hopitaux des environs.

 Hamid est affirmatif, (mon cousin est mort). Il chuchote à peine. Comment peut-il en être si sûr alors qu’il a été refoulé à la base militaire?

“Je lui ai parlé ce matin au moment il montait dans l’avion”, dit-il dans une grimace sans plus.

Il est onze heure et demie et l’avion est tombé à 7h50 du matin. Rien ni personne ne pouvait prévoir un tel malheur et personne n’y est préparé. Les gendarmes, les policiers, les infirmiers, les gens ordinaires, tous agissent par pur réflexe, dans le calme, dans la solidarité et l’humanité, en attendant d’en savoir plus.

Un peu plus tôt, à des kilomètres plus loin, sur la route de Beni Khelil qui relie la route nationale 69 qui aboutit à la base militaire de Boufarik, un convoi de voitures, camions, fourgonnettes, long de plusieurs centaines de mètres se forme. 

DAIKHA DRIDI

 

La base militaire est toute proche à vol d’oiseau mais l’accès routier est fermé par des gendarmes et des militaires. Il n’est que dix heures du matin ici et les gendarmes à l’intersection demandent à tous de rebrousser chemin. La plupart des gens ne savent pas encore qu’il y a eu ce terrible accident, ils sont de passage, ils rebroussent chemin, le visage atterré par la nouvelle.

D’autres arrivent pour demander des nouvelles. Un quadragénaire est venu aussi vite qu’il a pu d’Alger pour demander des nouvelles du fils d’un ami qui l’a appelé de Chlef:

“Ils m’ont appelé ce matin de Chlef, ils ne savent pas si leur fils était dans l’avion, ils veulent que j’aille demander”.

Il sera envoyé à l’entrée principale de la base militaire, celle à laquelle on accède en arrivant par la bretelle de l’autoroute Alger-Blida.

 

Un gendarme tente de convaincre quatre jeunes hommes de repartir demander des informations à la porte principale “c’est là-bas qu’ils ont la liste, s’il vous plaît ne restez pas là, tous les corps sont encore là, aucun n’a été évacué, on va avoir besoin de tous les accès pour laisser passer les ambulances”, explique-t-il gentiment pour tenter de les convaincre, en tapotant sur le dos de ceux qui veulent savoir si leur frère était à bord ou pas. Ils baissent la tête, mais préfèrent se garer sur le bas-côté et attendre.

Personne ne pleure. Les visages sont paralysés par l’effroi. Ceux qui arrivent en courant, sortent en laissant leurs voitures moteurs allumés, parfois portes ouvertes et courent demander au gendarme: “Où se trouve la liste?”

Résolument, le gendarme et ses collègues qui sont à plus d’une quinzaine, tentent de répondre du mieux qu’ils peuvent aux questions de ceux qui ne savent pas encore et qui sont déchirés par l’espoir que le leur n’est pas sur la liste.

“Il y avait beaucoup de militaires seuls mais aussi des pères qui étaient en famille avec leurs femmes et leurs tout-petits… , dit le gendarme, c’est une tragédie.

Ils iront chercher à l’hôpital Ben Boulaid de Boufarik, tenteront d’en savoir plus aux autres accès de la base militaire qui se trouve entourée au beau milieu des champs agricoles de Boufarik, certains pousseront jusqu’au CHU Frantz Fanon de Blida à quinze kilomètres.

Jusqu’au moment, en fin de matinée, où l’information effroyable a été communiquée officiellement par le ministère de la Défense: “Il n’y a eu aucun survivant”.


Auteur

Nordine.B

Propriétaire du site www.actu-algerie.com

12 Avril 2018 à 09:39

Lu : 100 fois

Source : m.huffpostmaghreb.com


Vos réactions
Patragez









PropellerAds

Dans le dossier Algérie
Mandat de dépôt contre Saïd Bey et mandat d'arrêt contre Habib Chentouf
Un mandat de dépôt a été émis à l'encontre de l'ancien commandant de la deuxième région militaire, #Bey #Saïd et un mandat de dépôt a été émis à l'encontre de l'ancien commandant de la première région militaire #Chentouf #Habib pour dissipation et recel d'armes et de munitions de guerre et infraction aux instructions de l'armée" a indiqué dans un communiqué la cour d'appel militaire de Blida."Conformément aux dispositions de l'article 11 alinéa 3 du code de procédure pénale et, dans le strict respect de ses dispositions, le procureur général militaire près la Cour d'appel militaire de Blida, porte à la connaissance de l'opinion publique, que des poursuites judiciaires ont été engagées pour les chefs de dissipation et recel d'armes et de munitions de guerre au profit de personnes non habilitées à les détenir et infraction aux consignes de l'armée, faits prévus et réprimés par les articles 295 et 324 du Code de justice militaire, à l'encontre des dénommés: Bey Saïd, Chentouf Habib et de toutes autres personnes que l'instruction viendrait à établir", a précisé la même source.Pour "la nécessité des enquêtes, le juge d'instruction, sur réquisition du procureur militaire de la République de Blida, a ordonné, à titre conservatoire, la saisie des armes et des munitions et a décerné un mandat de dépôt à l'encontre du dénommé Bey Saïd et un mandat d'arrêt à l'encontre du dénommé Chentouf Habib, pour violation des obligations du contrôle judiciaire auxquelles il est déjà soumis".
21 Avril à 22:51
Ahmed OUYAHIA convoqué par la justice
Ahmed #Ouyahia est convoqué par le "tribunal de Sidi M'Hemed, d'Alger, pour être auditionné par rapport à des affaires ayant trait à d'octroit d'avantages illégaux et dilapidation des fonds bibliques, selon des informations diffusée par les chaînes privées Dzair news et El-Bilad TV. Est également convoqué Mohammed Loukan, actuel ministre des Finances et ancien gouverneur de la Banque central du temps d'Ouyahia
20 Avril à 21:53
Les stratégies du pouvoir pour l'affaiblissement des manifestations
Si les #manifestations du vendredi 9 avril ont été d'un succès incontestable, les manœuvres du pouvoir ont été, quant à elles, des manigances avortées par un peuple éveillé.    Instaurer un climat de peur par des menaces et intimidationsUne compagne d'intimidations et de menaces, sans précédente, a été menée sur les réseau sociaux tout au long de la semaine. La stratégie est claire "dissuader le plus grands nombre possible de personnes, exceptionnellement des femmes,  de sortir", oubliant que le mur de la peur a rejoint celui de Berlin!Empêcher les manifestants d'atteindre #AlgerDes barrages de la gendarmerie nationale ont été multipliés et renforcés dans le but d'empêcher le maximum de citoyens ,venant des wilayas limitrophes, d'atteindre la capitale. Mais ce procédé, malsain, n'a pas diminué d'un iota la détermination d'un peuple décidé à prendre son destin en main. 
20 Avril à 20:16
(Vidéo) Marré humaine en ce 9e vendredi à Bordj Bou Arreridj, SPECTACULAIRE!
Une foule qui relève presque de l'imaginaire. On a assisté ce #vendredi 9 avril 2019 à une #manifestation de masse dans la wilaya de #Bordj #Bou #Arriridj. c'est tout simplement spectaculaire!
20 Avril à 19:12
Qui donne l'ordre de réprimer les manifestations ?
Le porte parole du gouvernement, M. Rabehi a déclaré, lors d'une conférence de presse, que les services de sécurité n'ont reçu aucune instructions pour réprimer les manifestations. "Nous avons des services de sécurité et une armée républicaine qui ne se donneront jamais le droit ou la liberté d'utiliser la force contre les citoyens", a-t-il annoncé. Le ministre da la communication du gouvernement a nié au passage " le mauvais traitement" subi par des citoyennes qui ayant participé à des manifestations dans un centre de police à Alger. Où la jeune Amel témoigne, avoir été obligée de se déshabiller complément, en compagnie d'autres manifestantes qui ont subit le même sort, dans un commissariat à Alger. Capture d'écran APSSi l'on croit ces "affirmations", qui aurait, alors,  autorisé les forces de sécurité a réprimé la marche du mardi des étudiants et celle du 8ème #vendredi qui a suivi? Au moment où les #manifestations répondaient par "#silmya" (pacifique) et "le peule et là police khawa-khawa" (frères).
20 Avril à 13:42
L'ENTV s'est-elle réveillée tôt en ce vendredi "9"!
Ou moment où le monde entier est ébloui, hébété et charmé par les masses populaires qui ont inondé la rue algérienne, en ce 9eme  vendredi de protestation, dans pratiquement toutes les wilayas, L'ENTV a diffusé des images de proupuscules isolés, ne dépassant pas des centaines voir des dizaine de manifestants, éparpillés ça et là. En regardant ces images on se croirait que l'équipe de L'#ENTV s'est présenté tôt la matin,  bien avant les foules, pour filmer les préparatifs.On n'est pas dupe !  Le message est claire, montrer des rassemblements minuscules ne représentant qu'eux même, une minorité insignifiante, évitant les grands plans, préparant le terrain pour pour des images, zoom, d'une rencontre nationale de concertation qui sera, selon les #images de l'entreprise nationale, un #hirak dans un plateau. Aurait-elle oublié que la scène médiatique regorge de chaînes privées qui font de ce mouvement de revendication une seule et unique fête nationale.Voire la vidéo sur: Images des marches du 9e vendredi les choix douteux de l'ENTV
19 Avril à 23:27

Ailleurs sur le web

Nous suivre
Annonce
PropellerAds
Vidéothèque

Les plus lues

Soufflet avec une pâte facile de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 22 Juin 2016 à 13:59

source : #Youtube #OumWalid 

Msemen à la farine le plus facile à faire de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 10 Oct 2016 à 10:55

Le secret pour réussir les msemens à la farine réside dans la pâte qu'il faudra bien travailler, type de farine et aussi dans le feuilletage,voir la vedio pour mieux comprendre le procédé. source : #youtube #OumWalid

Cake au Flan de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 04 Dec 2016 à 12:09

C'est un de mes desserts préférés je le fais vraiment souvent j'aime énormément sa texture bien fondante, vous pouvez choisir le goût que vous souhaitez chocolat, vanille, fraise ou caramel sans tarder voici la recette... source : #youtube #OumWalid

TIZI-OUZOU: La liste des bénéficiaires des logements sociaux dévoilée

Actualité - TIZI-OUZOU - 15 Nov 2016 à 18:15

Le chef-lieu de Tizi-Ouzou à connu une matinée particulièrement mouvementée, caractérisée par des coupures de routes au niveau de plusieurs quartiers et pour cause l'affichage de la liste des bénéficiaires des logements sociaux (Logement Public Locatif). Des citoyens qui ont postulé à cette formule et dont les noms ne figuraient pas sur liste ont barricadé plusieurs routes par des pneus en fumée provoquant des embouteillages dans le centre ville. Le fait de voir les attentes des protestataires prolongées ont fait tombé à l'eau toutes les tentatives des autorités locales pour essayer de calmer les esprits.

Sablé au halwa turc et cacahuètes

Elle Mag - Recettes - 28 Juin 2016 à 09:22

Ingrédients: pour environ 28 pièces (selon la taille de l'emporte-pièce) 250 g de beurre 125 g de halwa turc 50 g de sucre glace 2 jaunes d’œufs 1 paquet de levure chimique 1 càc de vanille 80 g de cacahuètes grillées et finement moulues Farine au besoin (environ 500g) Décoration: Environ 400 g de cacahuètes grillées et moulues 1 pot de confiture d'abricot Préparation: Battre le beurre avec le sucre puis ajouter la halwa turc et bien mélanger Ajouter les jaunes d’œufs un par un ensuite les cacahuètes moulues Ajouter la vanille puis la farine avec la levure jusqu'à obtention d'une pâte souple et lisse Laisser reposer la pâte un petit peu Étaler la pâte sur un plan de travail fariné à 5mm d'épaisseur Découper les sablés à l'aide d'un emporte-pièce ou un verre puis faire une ouverture au centre à l’aide d’un petit emporte pièce Faire cuire pendant environ 15 minutes à 180° Une fois les sablés refroidies, les rassembler en les collant avec de la confiture Badigeonner les sablés de confiture à l'aide d'un pinceau puis passer aux cacahuètes et décorer avec du chocolat fondu. source : fan-decuisine