Matoub Lounès : La jeunesse le pleure encore | actu-algerie.com: Information et Actualité





Matoub Lounès : La jeunesse le pleure encore

Actualité - TIZI-OUZOU

Image introuvable

Les chansons engagées de Matoub, qui de tout temps accompagnent de près l’histoire trouble du pays, sont un refrain permanent des mobilisations citoyennes et de multiples contestations populaires. Pas un rassemblement ne se déroule sans qu’il ne soit rythmé par les célèbres textes contestataires de celui qui incarne au mieux la voix de la colère.

Passé au rang de mythe de son vivant, Matoub Lounès a eu un impact incomparable sur son époque et sur des générations entières. Dès le début de sa carrière, il s’est rapidement imposé comme le chantre de l’amazighité et de la liberté. Une figure artistique incontournable qui n’hésitait pas à franchir la frontière pour s’impliquer directement dans les batailles de son temps et de sa société.

Il n’est jamais à la marge de l’Histoire ; souvent au cœur des événements et parfois acteur dans les soubresauts dramatiques de son monde. Ses textes sont plus que des paroles. Des actes. Ils possèdent un immense pouvoir subversif et une capacité rare à agir sur les consciences. Ses chansons sont entonnées dans chaque mobilisation populaire comme un mot d’ordre qui sert à la fois à galvaniser les foules et à exprimer leurs colères.

Vingt ans après son assassinat, son influence demeure inaltérable. Elle n’a pris aucune ride. Elle ne cesse de se renforcer auprès des jeunes générations qui pourtant n’ont pas connu le barde de son vivant. Les chansons engagées de Matoub, qui de tout temps accompagnent de près l’histoire trouble du pays, sont un refrain permanent des mobilisations citoyennes et de multiples contestations populaires. Pas un rassemblement ne se déroule sans qu’il ne soit rythmé par les célèbres textes contestataires de celui qui incarne au mieux la voix de la colère.

En décembre dernier, lors des manifestations en Kabylie pour «une véritable prise en charge de la langue et la culture amazighes», les foules de lycéens ne pouvaient entamer leurs actions qu’une fois galvanisées par les plus célèbres chansons du Rebelle incitant à la révolte. «Une chanson de notre Rebelle peut à elle seule soulever et mettre en marche les masses. Plus forte que n’importe quel discours politique. Les chansons de Matoub nous donnent du courage, de la force et de l’envie de se battre», lance avec fierté un jeune lycéen de Ouaguenoune.

Ce sentiment est largement répandu chez la génération de ceux qui ont vingt ans et  jusqu’aux coins les plus reculés des montagnes de Kabylie. Il suffit de faire une virée dans les villages du Djurdjura, dans les campagnes de la vallée de la Soummam — et au-delà —  pour toucher du doigt l’influence qu’exerce l’enfant de Taourirt Moussa sur une jeunesse éprise de liberté. «Pour nous les jeunes, Matoub Lounès est un  repère, il est celui qui incarne au mieux le courage et la résistance avec une sincérité inégalable. C’est un guide», reprend en chœur un groupe d’étudiants de l’université de Tizi Ouzou.

Deux décennies après sa disparition, la Kabylie n’entend pas «conjuguer» son idole au passé. Elle le fait vivre chaque instant. Il n’est pas de maison où ne trône le poster du Rebelle. Pas un village qui n’est pas orné de son portrait. Pas une conscience qui n’est pas secouée par la fougue de ses chansons érigées en textes sacrés récités avec ou sans occasion.

Les enfants naissent et grandissent et prennent conscience à «l’ombre» de ses albums. Du fond de sa tombe, Matoub Lounès demeure le porte-parole vivant d’un peuple épris de liberté. Dans l’hommage qu’il a rendu au «barde flingué» au lendemain de son assassinat, le leader historique Hocine Aït Ahmed avait qualifié la relation qui lie Matoub à son peuple de «magico-mystique». Elle est aussi réelle. Si ses chansons sont un carburant pour un peuple en lutte, ce dernier en est l’intarissable source d’inspiration. Jamais l’un sans l’autre.

Ce lien ne cesse de se  solidifier à mesure que les nouvelles générations arrivent sur le terrain des luttes politiques et sociales. Denses et intenses, la vie et l’œuvre du «patriote de toutes les patries opprimées» sont intimement liées à l’imaginaire social qu’il a grandement contribué à façonner. Elles restent viscéralement attachées à l’histoire politique et culturelle de son pays. Malgré sa courte carrière, Matoub reste l’artiste engagé qui aura imprégné aussi bien par ses textes que par son action.

Chroniqueur de son époque, il a su — grâce à son génie débordant — immortaliser les étapes les plus marquantes de son temps. Sa capacité à dire, à interpréter et à sublimer les moments de doute, de crise, de gloire et de beauté a fait que des générations entières marchent sur ses pas. Son œuvre est une  sublimation de sa Kabylie natale et de sa patrie.

«Quand les choses se brouillent devant nous, il suffit de réécouter Matoub pour retrouver le chemin. C’est lui qui nous rappelle d’où nous venons et qui nous montre la voie à suivre. Nous trouvons chez lui du réconfort, de l’assurance et surtout la fierté de ce que nous sommes. Je suis né l’année de sa mort, mon enfance a été bercée au chant du Rebelle. Adolescent, je commence à prendre conscience en écoutant ses chansons qui mon aidé à comprendre ma propre colère.

Plus que toutes mes lectures, c’est auprès de l’œuvre de Matoub que je trouve les raisons de m’engager», explique Jugurtha, étudiant au département de langue et culture amazighes de l’université de Mouloud Mammeri.

Des morceaux emblématiques du répertoire du chanteur escortent souvent les premiers pas de l’engagement des jeunes. On va aux manifestations en chantant les chansons de Lounès. Il est vrai, contrairement à une certaine littérature, que les puissants  textes de Matoub Lounès ne cultivent pas «la haine de soi». Ils subliment, ils redonnent fierté et orgueil. Ils façonnent tout un imaginaire social et culturel pour lui redonner toute sa splendeur.

Matoub assassiné, son peuple blessé

Mais au-delà de l’œuvre de l’artiste, ce qui séduit et révolte le plus c’est le personnage lui-même. Ses chansons sont à son image. Elles se confondent avec l’homme et inversement. L’engagement est entier chez celui qui va au charbon les yeux fermés.

Si par ses textes il incite à la révolte, à la rébellion et à l’insoumission, il est lui-même d’abord dans l’action. Jamais un pas en arrière,  toujours en première ligne du front. Il est le premier à répondre à l’appel. A sa manière d’homme indémontrable et incontrôlable, Matoub Lounès se tient toujours au premier carré de la marche vers la libération.

C’est sans doute le parcours de l’homme qui force l’admiration, même si la vie et l’œuvre de l’artiste sont indissociables. Jamais l’une sans l’autre. A contre-courant de beaucoup d’artistes et de poètes de sa génération, l’enfant prodige de Béni Douala est un chanteur en mouvement. A ses risques et périls, il aime en découdre avec les hommes et le temps. Son sacrifice physique et corporel ne peut laisser indifférent.

Il l’élève à un  rang supérieur dans la hiérarchie des valeurs. «Lui est un homme de parole et d’action. Alors qu’il pouvait bien se confiner dans son confort et se contenter de chanter, il descend dan l’arène, il prend des risques sérieux. Il en a payé le prix de sa vie C’est cela qui l’a rendu crédible et respecté de tous», estime un jeune lycéen de Béjaïa.

Figure quasi chritique

Criblé de balles de gendarmes en octobre 1988, il y échappe miraculeusement. Enlevé en pleine période de terrorisme, il revient saint et sauf, mais profondément marqué. Quatre années après, il y laisse sa vie. En ce sombre 25 juin 1998 dans ce lieu maudit de Thala Bounane, il sera éliminé de la pire des manières. Ce jour-là, c’est tout un peuple qui est meurtri. Mais, ce jour-là aussi, une génération d’insoumis est née.

Profondément blessée par l’assassinat de son héros. Son idole. Et c’est de cette plaie inguérissable que vont pousser les cris de la colère de cette génération prête à affronter le pire des dangers. En 2001, elle rentre en rébellion contre un ordre autoritaire et répressif. 126 jeunes périssent dans les sanglantes journées d’avril et mai. Comme la disparition du chantre de la démocratie, cette génération va naître dans le sang. Un sang qui arrose les champs du combat pour la dignité humaine, la liberté et la justice.

Un sang qui va irrémédiablement sceller  l’union éternelle entre l’artiste assassiné et son peuple blessé. Sa fin tragique va ancrer définitivement Matoub Lounès dans la mémoire collective et vivante. Il occupe depuis  une place à part  dans le Panthéon des chanteurs engagés. Figure quasi christique, il est devenu une légende, une icône pour les générations actuelles et futures. Il va continuer à forger l’esprit de résistance.  Son sacrifice suprême fait de lui un prophète. Un prophète de l’insoumission.

Son tombeau près de sa maison à Taourirt Moussa est devenu un lieu de pèlerinage pour des milliers d’adeptes venant chercher force et courage pour pouvoir poursuivre le chemin sinueux de la lutte. Les années passent, mais le temps n’a pu avoir raison de cette inoxydable voix de la colère. L’influence, l’ascendant et le poids de celui qui aura traversé la vie en remuant ciel et terre d’un pays tourmenté restent tangibles dans l’histoire. Ses albums aux ressourcements inépuisables prennent l’allure d’hymnes contestataires dans lesquels s’exprime avec beauté la révolte jusqu’à son paroxysme.

Une sorte de catharsis. Percutants et perçants, ses textes continuent d’agir sur l’imaginaire collectif en traitant des questions d’un pays et d’une société en crise. Inscrit dans la tradition universelle de la chanson engagée, Matoub Lounès a fait de sa voix et de son génie artistique un extraordinaire vecteur et un moyen d’expression d’un engagement politique. Conscient des défis de son temps, des batailles à engager, l’artiste a dès le départ offert son art et sa personne au service des causes de son peuple.

C’est cette conception de l’art à laquelle Matoub Lounès a donné corps et âme qui entraîne les jeunes d’aujourd’hui sur les champs de l’engagement citoyen. Qui donne envie de s’impliquer dans les préoccupations de l’heure. En ces temps de renoncement qui sonnent injustement «la fin de l’histoire», Matoub Lounès est ressuscité, ses chansons revitalisées pour vaincre la résignation ambiante. L’artiste comme son œuvre sont encore et toujours une raison d’espérer, mais aussi et surtout une envie de se battre. C’est en cela que l’immense homme qui se repose à Taourirt Moussa tout près des siens est éternel.


Auteur

Nordine.B

Propriétaire du site www.actu-algerie.com

25 Juin 2018 à 23:42

Lu : 46 fois

Source : www.elwatan.com


Vos réactions
Patragez









PropellerAds

Dans le dossier TIZI-OUZOU
TIZI-OUZOU un accident au niveau de Oued Aissi
Pour les routiers qui comptent emprunter l'autoroute (RN12), reliant Tizi-ouzou et Azazga, soyez prudents ! Un #accident a eu lieux ce matin au niveau de la localité de Oued Aissi, selon des postes partages sur Facebook.  Crédit Facebook 
19 Avril à 10:06
UN CADAVRE DANS LES SANITAIRES DU CHU DE TIZI-OUZOU: l'administration dément est s'explique
Dans une vidéo, qui serait prise le samedi 10 avril et circulant sur les réseaux sociaux, on montre un cadavre d'un malade décédé au centre hospitalo-universitaire Nedir Mohammed de #Tizi #Ouzou, placé dans une petite salle qui serait, selon l'auteur de la vidéo, des "#sanitaires".La vidéo a provoqué une vague d'indignation et des réactions parmi la population qui s'est interrogée sur l'immoralité d'un tel acte. L'administration à démenti formellement ces déclarations en affirmant que la chambre dans lequelle est déposé "momentanément" le cadavre, n'est que les vestiaires du personnel médical. Selon les responsables de l'hôpital il s'agit d'une procédure ordinaire en expliquant que lorsqu'un malade est décédé, faute d'espace adéquat et au risque de le laissé au milieu des patients, il est immédiatement transféré à cette salle en attendant le son transfert à la #morgue. Le ministre de la santé a appelé, lors d'un point de presse, au "respect des morts, et à instruit ces service qui ont diligenté une commission d'enquête pour vérifié la véracité des charges retenues contre les responsables de l'#hôpital et de déterminer les responsabilités.
07 Avril à 21:20
Tizi Ouzou : plus d’un million de manifestants dans la rue
Du jamais vu dans cette ville qui, pourtant, en a connu des marches grandioses. Il était impossible de se frayer un chemin sur le parcours de la #manifestation.La colère nourrie par la sortie médiatique de Bedoui et de Lamamra, jeudi, a fait que les manifestants n’ont même pas attendu l’habituel rendez-vous de 14h pour entamer la marche.A Tizi Ouzou, bastion de la rébellion, la rue a définitivement tranché et elle l’a fait savoir hier. Sa réponse à la dernière ruse du pouvoir a été des plus cinglantes. “Il est hors de question que le système soit maintenu !”, a-t-elle clamé. C’était, à dire vrai, prévisible. Ce qui, en revanche, était surprenant et impressionnant, c’est qu’ils étaient, non pas des dizaines ou des centaines de milliers, mais, au bas mot, plus d’un million à déferler dans les rues de #Tizi #Ouzou pour l’exiger.  À 12h, l’entrée du campus Hasnaoua de l’université de Tizi Ouzou était déjà noire de monde. Sur place, un gros camion frigorifique distribue gratuitement des bouteilles d’eau minérale et d’eau gazeuse aux manifestants. À peine une demi-heure plus tard, la route de l’université ne pouvait plus contenir le flux humain qui ne cessait de grossir. La marche s’ébranle alors pour suivre l’itinéraire vers le centre-ville. Des slogans La foule était chauffée à blanc. “Echaâb Yourid Isqat Enidham”, “Klitou lebled ya serrakin”, “Nehi el-kaskita wa rwah maâna” (enlève ta casquette et rejoins-nous),  scandait-on à tue têteDes centaines de banderoles sont déployées. “Le pouvoir revient au peuple”, “Intaha zamen el-hechoua” (c’est fini le temps de la ruse), “Dégagez tous maintenant, pas dans un an !”, “Yetnehaou Gâa”, “Système, serviteur de la France et des USA, dégage”, “FLN: Front de liquidation nationale”, “Le peuple a sifflé ! Pas de prolongations”, “Le maintien du système = dérive pour l’Algérie”, “Départ inconditionnel du système. Nouvelle République démocratique”, “Vous prolongez votre mandat, nous prolongeons notre combat”, “Bedoui erhal”, “On restera debout jusqu’à ce que le système tombe”, lit-on sur certaines banderoles.  Le premier carré de manifestants arrive devant le CHU de Tizi Ouzou, mais plus bas, à l’université, beaucoup n’ont pas pu faire un pas. La foule devient immense et grossit de plus en plus. Quelques dizaines de mètres plus loin, devant le premier rond-point de la ville, la foule ne peut plus avancer.D’autres vagues de manifestants venant en sens inverse s’en retournent, et il est désormais impossible d’avancer vers la place de L’Olivier, à la sortie ouest de la ville, comme prévu. La foule se fait encore plus dense. Du jamais vu à Tizi Ouzou qui, pourtant, en a connu des marches grandioses ! Il est quasiment impossible de se frayer un chemin sur une distance d’environ 3 kilomètres qui sépare la place de L’Olivier de l’université Mouloud-Mammeri. Pour autant, aucune bousculade n’est enregistrée.Une ambiance de joie et de fête règne. Tout le monde fait attention car, au milieu, il y avait des familles entières, des vieillards, des femmes, des handicapés et des bébés. Les manifestants préfèrent alors emprunter les ruelles adjacentes qui, très vite, deviennent inaccessibles, elles aussi. à la place de L’Olivier, les premiers carrés de manifestants ne peuvent plus rebrousser chemin. Chacun se contente de rester sur place. Impossible de mettre un pied devant l’autre.Il était près de 18h, et des milliers de manifestants continuaient encore de sillonner la ville en reprenant en chœur et dans la joie, les mêmes slogans demandant le départ du système.
18 Mar à 22:49
Tizi-Ouzou: une initiative louable
La ville des genêts ne cesse de nous surprendre avec ces surprises dont le moins que l'on puisse dire sont merveilleuses. Des bénévoles ont préparé des tables toutes prêtes pour servir le déjeuner pour les passagers qui seraient de passage par #Tizi #Ouzou. Même au milieu de la contestation et de grève contre le #5ème #mandat, l'hospitalité est l'un des atouts des la région. Bravo!
10 Mar à 16:27
TIZI-OUZOU:Face à la détermination des transporteurs LA DIRECTION DES TRANSPORTS CÈDE
Dans un avis datant du jeudi 21 février 2019, la Direction des Transports de la wilaya de Tizi-Ouzou a annoncé le "gel des brevets professionnels des conducteurs publics des voyageurs et des marchandises pour l'année 2019". Cette décision est une réponse au " mécontentement exprimé pas les professionnels du transport" suite à "l'obligation de la formation sanctionnée par la délivrance du brevet professionnel des conducteurs" lit-on dans le communiqué. Le premier responsable du #Transport a décidé de "revoir à la baisse le prix de la formation" fixé initialement à 40000,00 DA. Cette décision vient pour calmer les esprits des #transporteurs qui, en signe de contestation à cette formation jugé trop chère voir inutile pour certains, ont entamé une série de grèves dont la première journée avez paralysé la circulation à travers tout le territoire de la wilaya.Alors que l'ensemble de transporteurs ont affiché une #grève de deux jours à compter du dimanche 24 février, une grève qui pourrait virer à l'illimité, la direction intervient pour repousser les échéances prévues pour l'application de l'instruction.Le premier round est remporté par le collectif des transporteurs, en attendant la "révision des modalités de formation" énoncée dans le communiqué.
22 Fév à 14:49
Mobilisation des citoyens pour retrouver les harraga disparus à Tigzirt
Les citoyens d’Iflissen, dans la daïra de Tigzirt, à 50 kilomètres au nord de Tizi Ouzou, se sont mobilisés pour continuer les recherches afin de retrouver les deux autres #harraga disparus en mer, après le naufrage de leur barque où se trouvaient 11 jeunes qui voulaient rejoindre l’Europe.A 7h, hier, des dizaines de personnes, dont des pécheurs de la région, sont sorties en mer pour y effectuer des recherches. Les disparus sont Cherif Medjiba, 24 ans, et un autre jeune de Boumerdès dont on ignore le nom. Il est à rappeler, en effet, que l’embarcation des harraga en question a chaviré une heure après leur départ, mercredi, à 1h, d’une crique non loin de la plage de Tamda Ouguemoun, dans la commune d’Iflissen.Les témoignages des habitants de la région, notamment ceux qui ont pu parler à l’un des rescapés, évacués à l’hôpital de #Tigzirt, affirment tous que les victimes de cette malheureuse aventure sont parties à bord d’une ancienne embarcation. «Après avoir constaté l’infiltration de l’eau de mer, car la barque était trouée, ils ont décidé de rebrousser chemin et revenir au rivage. C’est durant leur retour que l’embarcation a chaviré», nous a raconté un citoyen, qui a ajouté que l’un des rescapés a été récupéré par des pécheurs au large de #Sidi #Khaled et les autres du côté d’#Azeffoun.Il y a cinq rescapés, sauvés par des éléments de la marine nationale et des pécheurs. On parle d’un sixième qui a réussi à atteindre le rivage, à la nage. Trois décès ont été malheureusement enregistrés lors de ce drame, précise-t-on. La population des localités côtières de la wilaya de Tizi Ouzou est sous le choc suite au drame provoqué par cette tentative d’émigration clandestine. «Nos jeunes doivent être conscients des risques de ce genre d’aventure.C’est dangereux. J’espère que ce qui s’est passé dissuadera les autres qui veulent partir en harga», a déclaré un père de famille, qui affirme que plusieurs jeunes sont partis à partir de Tigzirt et Azeffoun, où des citoyens ont organisé, mercredi, un rassemblement devant l’APC pour exprimer leurs appréhensions quant à ce phénomène qui prend des proportions alarmantes. Le maire d’Azeffoun, Hacen Ouali, a précisé, lors d’une déclaration à la presse, qu’il y a sept jeunes qui sont partis récemment de sa commune à bord d’une barque, pour rejoindre l’autre côté de la Méditerranée. «Nous n’avons aucune nouvelle de ces sept jeunes partis d’Azeffoun.Nous avons alerté les services de la wilaya et les ministères concernés pour chercher à connaître le sort de ces jeunes», a-t-il précisé. Des citoyens nous ont confié également que des dizaines de tentatives d’émigration clandestine à partir de la côte de la wilaya de Tizi Ouzou, via la mer, ont avorté. Ils tirent ainsi la sonnette d’alarme tout en s’inquiétant du fait que le phénomène en question soit devenu l’une des grandes préoccupations de la population locale.«Maintenant, les parents sont vraiment dans l’inquiétude en raison de l’ampleur de la harga. Ils ont peur pour leurs enfants car, aujourd’hui, avec le manque de communication entre les membres d’une même famille, cela peut s’avérer un véritable danger», nous explique un autre père de famille. Et de préciser que les mauvaises conditions sociales poussent les jeunes à aller chercher le confort sous d’autres cieux plus cléments.Notre interlocuteur ajoute que les localités côtières de Tizi Ouzou sont très pauvres. Il n’y a ni agriculture ni industrie pouvant résorber le taux de chômage galopant de la classe juvénile. «Notre région est délaissée par les pouvoirs publics. Il n’y a aucune usine, ni autre activité qui peuvent diminuer un peu le nombre des chômeurs», se désole-t-il tout en suggérant l’organisation de campagnes de sensibilisation contre la harga. Selon lui, il y a des personnes qui travaillent comme ouvriers manœuvres pendant plusieurs années juste pour avoir de quoi prendre le large, alors que souvent l’aventure est périlleuse.
08 Dec 2018 à 12:23

Ailleurs sur le web

Nous suivre
Annonce
PropellerAds
Vidéothèque

Les plus lues

Soufflet avec une pâte facile de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 22 Juin 2016 à 13:59

source : #Youtube #OumWalid 

Msemen à la farine le plus facile à faire de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 10 Oct 2016 à 10:55

Le secret pour réussir les msemens à la farine réside dans la pâte qu'il faudra bien travailler, type de farine et aussi dans le feuilletage,voir la vedio pour mieux comprendre le procédé. source : #youtube #OumWalid

Cake au Flan de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 04 Dec 2016 à 12:09

C'est un de mes desserts préférés je le fais vraiment souvent j'aime énormément sa texture bien fondante, vous pouvez choisir le goût que vous souhaitez chocolat, vanille, fraise ou caramel sans tarder voici la recette... source : #youtube #OumWalid

TIZI-OUZOU: La liste des bénéficiaires des logements sociaux dévoilée

Actualité - TIZI-OUZOU - 15 Nov 2016 à 18:15

Le chef-lieu de Tizi-Ouzou à connu une matinée particulièrement mouvementée, caractérisée par des coupures de routes au niveau de plusieurs quartiers et pour cause l'affichage de la liste des bénéficiaires des logements sociaux (Logement Public Locatif). Des citoyens qui ont postulé à cette formule et dont les noms ne figuraient pas sur liste ont barricadé plusieurs routes par des pneus en fumée provoquant des embouteillages dans le centre ville. Le fait de voir les attentes des protestataires prolongées ont fait tombé à l'eau toutes les tentatives des autorités locales pour essayer de calmer les esprits.

Sablé au halwa turc et cacahuètes

Elle Mag - Recettes - 28 Juin 2016 à 09:22

Ingrédients: pour environ 28 pièces (selon la taille de l'emporte-pièce) 250 g de beurre 125 g de halwa turc 50 g de sucre glace 2 jaunes d’œufs 1 paquet de levure chimique 1 càc de vanille 80 g de cacahuètes grillées et finement moulues Farine au besoin (environ 500g) Décoration: Environ 400 g de cacahuètes grillées et moulues 1 pot de confiture d'abricot Préparation: Battre le beurre avec le sucre puis ajouter la halwa turc et bien mélanger Ajouter les jaunes d’œufs un par un ensuite les cacahuètes moulues Ajouter la vanille puis la farine avec la levure jusqu'à obtention d'une pâte souple et lisse Laisser reposer la pâte un petit peu Étaler la pâte sur un plan de travail fariné à 5mm d'épaisseur Découper les sablés à l'aide d'un emporte-pièce ou un verre puis faire une ouverture au centre à l’aide d’un petit emporte pièce Faire cuire pendant environ 15 minutes à 180° Une fois les sablés refroidies, les rassembler en les collant avec de la confiture Badigeonner les sablés de confiture à l'aide d'un pinceau puis passer aux cacahuètes et décorer avec du chocolat fondu. source : fan-decuisine