Dossier BAC 2016 | actu-algerie.com: Information et Actualité





dossier BAC 2016




L’affaire des fuites du bac aujourd’hui devant les juges

Actualité - BAC 2016 - 10 Nov 2016 à 19:14

Reporté à deux reprises, le procès de l’affaire des cadres de l’Onec (Office national des examens et concours) est prévu aujourd’hui 10 novembre au niveau du tribunal de Sidi M’hamed. Lors de la dernière audience, la défense avait formulé auprès du tribunal une requête portant sur la présence au procès de certaines personnes considérées comme des témoins clés dans cette affaire. Une demande acceptée par la présidente du tribunal, qui a reporté le procès sous quinzaine, soit pour le 10 novembre. Au nombre de quatre personnes, les mis en cause dans l’affaire de l’#Onec (Office national des examens et concours) sont actuellement en détention provisoire. Leur défense sera assurée par une dizaine d’avocats. Ces derniers se sont d’ailleurs déclarés optimistes quant à l’issue du procès. L’avocat de Nadjib Yaïche, inspecteur de l’éducation nationale avait soutenu il y a un mois «qu’il n’y a aucune preuve matérielle qui établit l’implication des cadres de l’Onec et que ces cadres n’ont pas de mobile pour commettre un tel forfait». Et d’ajouter : «Les enquêteurs n’ont fait que des constatations mais, ils ne les ont pas accusés directement.» Les cadres de l’Onec, faut-il le rappeler, sont poursuivis pour abus de fonction, divulgation de secrets et délit de coalition. «Nous n’avons pas voulu intervenir dans le débat au mois de juin pour laisser cette session extraordinaire se dérouler dans le calme justement», a déclaré Me Mostefa Bouchachi. Mais, a-t-il souligné, «nous ne pouvons pas continuer à admettre cette détention qui ne se base sur aucune preuve». Lors d’une conférence de presse tenue en septembre dernier, il dira que Nadjib Yaïche et ses trois autres collègues n’étaient que des «boucs émissaires» pour «calmer l’opinion publique et lui redonner confiance». La ministre de l’Education nationale Nouria #Benghabrit a déclaré, il y a trois jours, que l’Onec n’avait aucune relation avec les fuites. En fait, il existe plus de 300 centres à travers le pays. Ces fuites pouvaient provenir de plusieurs endroits», a argumenté Me Mostefa Bouchachi qui estime que les poursuites ont été faites «dans la précipitation». Et de déplorer : «Ces cadres sont des responsables au sein de cet organisme et leur inculpation donne un mauvais signal aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. Le fait de les présenter comme des traîtres risque d’ébranler la confiance dans les institutions du pays. En tout cas, c’est injuste pour des cadres qui ont fait preuve d’intégrité et de loyauté durant de longues années passées au service de l’éducation nationale.» Source lesoirdalgerie.com
Fuite des sujets du bac Silence radio sur la suite de l’enquête
Quatre personnes sont mises sous mandat de dépôt dans l’affaire des fuite des sujets du bac. Les mis en cause sont en détention provisoire depuis le mois de juin dernier pour cause de défaillance et non pour leur implication directe dans cette affaire. Depuis, c’est le silence radio sur la suite de l’enquête. Pourtant, la détention provisoire s’applique à l’encontre de personnes impliquées dans de grandes affaires de crime pour les empêcher de quitter le territoire national durant la durée de l’enquête. La durée de la détention provisoire peut aller jusqu’à seize mois. Cette mesure est, cependant, prononcée par le juge d’instruction envers des personnes impliquées dans de grandes affaires de crime et susceptibles de fuir la justice et de quitter le pays. Or, dans une affaire comme celle des fuite des sujets du bac, les mises en cause doivent bénéficier de la liberté provisoire. Celle-ci oblige les mis en cause dans une affaire de pointer pour prouver leur présence sur le territoire national, chaque semaine ou chaque mois, sur une durée que le juge d’instruction décide pour les besoins de l’enquête. D’autant que les quatre mis en cause dans l’affaire des fuite des sujets du bac sont détenus pour faute de défaillance et non pour leur implication directe dans cette affaire. Le 9 juin dernier, le procureur de la République, près le tribunal de Sidi-M'hamed, a déclaré que quatre mis en cause ont été arrêtés dans cette affaire et présentés devant le tribunal qui a demandé l’ouverture d’une information judiciaire. Ces personnes, relevant du centre d’impression de l’Onec, dont le premier responsable de cet office, seront poursuivis pour abus de fonction et violation de secrets, a déclaré le procureur Khaled El-Bey dans un point de presse, précisant que l’enquête judiciaire se poursuit, «pour faire toute la lumière sur cette affaire». Le procureur a expliqué que les investigations qui ont eu lieu au centre d'impression de l'Onec, situé à Kouba, ont montré que «certains membres de la commission de lecture et de correction ont commis des infractions par rapport aux dispositions prévues pour sécuriser les sujets, dont l'interdiction d'avoir un appareil électronique durant leur présence dans le centre». Les expertises techniques menées sur les équipements saisis dont un ordinateur portable, un appareil photo, deux disques durs externes dont un d'une capacité de 500 Go, dit-il, ont montré que les mis en cause ont enfreint le règlement interne qui interdit à ces membres d’être en possession de l’un de ces appareils. Ajoutant que des séquences vidéo enregistrées par les caméras de surveillance à l'intérieur de l'atelier d'impression et à l'extérieur du centre ont montré des mouvements suspects. C’était là la première et l’ultime intervention du procureur de la République pour donner à l’opinion publique des informations sur cette affaire qui a contraint le gouvernement à organiser une deuxième session partielle des épreuves du baccalauréat. Pour la ministre de l’Education nationale, la fuite des sujets ne peut pas être considérée comme une simple opération de triche. «Les personnes qui sont derrière ce crime ont voulu porter atteinte au pays», a-t-elle déclaré. Les syndicats autonomes demandent à connaître la suite de l’enquête et à ce que les impliqués soient jugés. Meziane Meriane, coordonateur du Snapest dit que «les tenants et les aboutissants de cette affaire doivent être rendus publics afin que cela ne se répète pas dans l’avenir». Pour rappel, l’enquête sur la fuite des sujets du bac a été confiée à la section de recherches de la Gendarmerie nationale d'Alger, en coordination avec le Centre de prévention et de lutte contre la criminalité informatique et la cybercriminalité, les spécialistes en cybercriminalité de la Gendarmerie nationale de Bir-Mourad-Raïs, les experts de l'Institut national de criminalistique et de criminologie de Bouchaoui et l'Organe national de prévention et de lutte contre les infractions liées aux TIC. Source Le Soir d'Algérie
09 Aoû 2016 à 11:47
Inscriptions des nouveaux bacheliers : les affectations connues ce dimanche
Les #résultats des affectations des #bacheliers dans les différents cursus universitaires peuvent être consultés, à partir de ce dimanche, sur les deux sites du ministère de l’#Enseignement supérieur, rapporte la radio nationale. Dans le cas où le vœu, par rapport aux six choix proposés, n’a pas été exaucé, l’étudiant a la possibilité d’adresser un recours durant la période s’étalant du 31 juillet au 2 août, selon la même source. Les #bacheliers dont le vœu aura été pris en compte devront procéder à leur inscription définitive entre le 4 et le 9 août, auprès des facultés disposant des filières choisies. Source TSA
31 Juil 2016 à 12:44
Kenza Oussalah ira étudier à l’étranger : l’incroyable élan de solidarité des Algériens
#Kenza_Oussalah ira étudier au #Canada grâce à un bienfaiteur anonyme. La meilleure bachelière algérienne de tous les temps peut enfin espérer réaliser son rêve : celui de devenir ingénieur en #biomécanique. En moins de 24 heures, c’est un élan de solidarité et de soutien sans pareil qui s’est mis en marche pour aider la jeune bachelière à réaliser son rêve. D’abord, sur les réseaux sociaux, des dizaines de personnes anonymes ont apporté leur soutien à Kenza et proposé de l’aider. Sur Youtube, le célèbre rappeur Lotfi DK a posté une vidéo déjà visionnée près de 200.000 fois dans laquelle il se dit fier de Kenza et promet d’aider la jeune bachelière. Deux chercheurs algériens, Abdennour Abbas de l’université du Minnesota aux États-Unis (il a notamment été distingué par MIT pour ses travaux de recherche), et Lyes Kadem de l’université Concordia au Canada, ont, dans des emails adressés à TSA, proposé d’aider la jeune fille. Dans un courriel, le père de Kenza a souhaité remercier tous les Algériens qui ont exprimé leur soutien à sa fille.« L’élan de solidarité enclenché et les marques de sympathies qui lui ont été adressées suite à la vidéo de Lotfi DK, publiée sur Youtube, appelant tout Algérien à contribuer à ce financement, nous ont profondément touchés, et nous tenons à remercier vivement toutes les personnes qui se sont dévouées ». « Son souhait (d’obtenir) une bourse pour poursuivre ses études afin qu’elle puisse réaliser son rêve d’enfant, à savoir être utile aux personnes malades en contribuant à soulager leur souffrance par la formation qu’elle espère entamer, a été exaucé par un financement privé », affirme M. Oussalah. Le papa de Kenza « informe les internautes et tous ceux qui se sont rapprochés de sa famille que toute collecte de fonds est à présent inutile ». Source TSA
21 Juil 2016 à 15:08
La grande déception de Kenza Oussalah, meilleure bachelière algérienne de tous les temps
Elle avait misé sur un 18/20, c’est avec un 19,7/20 qu’elle a décroché son #bac série mathématiques. À 17 ans, #Kenza #Oussalah, a obtenu la meilleure moyenne au baccalauréat depuis l’indépendance de l’#Algérie. Hier mardi, elle a reçu une médaille d’or de la main du Premier ministre Abdelmalek #Sellal. Mais la joie de Kenza est incomplète. Hier, elle n’a pas eu l’autorisation de formuler auprès du Premier ministre la seule et unique requête qui lui tenait à cœur et qui aurait pu tout changer pour elle : une #bourse d’État pour partir à l’étranger étudier une spécialité qui n’existe pas en Algérie : la #biomécanique. Sellal inaccessible La jeune bachelière, habitant le quartier de Bir el Jir à Oran, a dû se contenter d’un refus sans recours de la part des ministres de l’Éducation nationale et celui de l’Enseignement supérieur présents à la cérémonie de remise des récompenses au Palais du peuple. « Les services du protocole ont refusé que je m’adresse à M. Sellal pendant la cérémonie. Et il est rapidement parti au moment de la collation. Mme Benghabrit et Monsieur Hadjar m’ont expliqué que ce n’était pas possible d’obtenir une bourse. Ils ont dit que les boursiers ne revenaient jamais en Algérie. Je suis extrêmement déçue », confie Kenza. Pourtant, avec sa moyenne au bac, Kenza s’attendait à « une exception ». Elle en rêvait, depuis le temps qu’elle en parle avec sa tante, ingénieur en biomécanique établie au Canada. « Je voulais me former à cette spécialité et la ramener en Algérie. Je ne sais même plus ce que je dois faire maintenant. Je ne sais pas vers quelle autre spécialité m’orienter à présent ». En guise de récompense, les meilleurs bacheliers d’Algérie ont reçu, une tablette et un billet d’avion pour l’Espagne qui ne leur a pas encore été remis. « Honnêtement, avec tout ce que nous avons à faire pour les inscriptions, je ne sais pas du tout si j’aurais assez de temps pour prendre des vacances », confie la jeune fille, déçue. Faute de bourse pour l’étranger, Kenza Oussalah a décidé de s’inscrire à l’École polytechnique d’El Harrach. « Je ne sais pas exactement ce que je veux faire. Après les deux années de prépa, j’espère que ça s’éclaircira pour moi » déclare-t-elle. Au dernier classement des universités arabes, l’École polytechnique d’El Harrach pointe à la 74e place, loin derrière l’Université des sciences et de la technologie Houari Boumédiène (USTHB) ou celle de Constantine. Source TSA
21 Juil 2016 à 10:32
Les moyennes d’admission à certaines filières revues à la hausse
Les moyennes d’admission aux filières et spécialités très convoitées connaîtront une possible hausse par rapport à l’année précédente en raison du nombre élevé de mentions « excellent », « très bien » et « bien » enregistrées cette année au #Bac, a affirmé Tahar Hadjar, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, ce mardi 19 juillet. Les filières concernées sont la médecine avec ses différentes branches (#médecine générale, chirurgie dentaire et pharmacie) et les spécialités des instituts et écoles supérieurs. L’#Algérie a enregistré 261 mentions « excellent » – un chiffre qui a triplé par rapport à l’année dernière–, 7744 mentions « très bien » et 29 912 mentions « bien ». Recours et transferts exclusivement en ligne Pour les recours et transferts, le ministre de l’#Enseignement supérieur et de la recherche scientifique a précisé que les bacheliers dont l’affectation ne répond à aucun des six #vœux exprimés ou ceux désirant changer de filière, devront passer « obligatoirement » par la plateforme mise à leur disposition sur les deux sites https://orientation-esi.dz/et www.mesrs.dz. Source TSA
20 Juil 2016 à 07:43
BAC : les résultats en ligne ce mardi
Les #résultats du #bac seront mis en ligne, mardi 12 juillet à partir de 20 heures, sur le site de l’Office national des #examens et concours (#ONEC, bac.onec.dz), a annoncé ce lundi Nouria #Benghabrit sur son compte Facebook officiel. La ministre a félicité les futurs bacheliers. Source TSA
12 Juil 2016 à 00:14
Deuxième session du BAC: TIZI-OUZOU 1675 candidats absents
Les candidats ayant pris part à cette épreuve ont d’ailleurs exprimé leur soulagement. L’appréhension qu’ils avaient de devoir repasser leur bac, qui plus est en plein mois de #Ramadhan, s’est finalement dissipée au fil des jours, puisque le jeûne n’a pas tant pesé sur les #lycéens, apprend-on auprès de quelques-uns d’entre eux. «Nous avons stressé à l’idée de devoir composer en plein Ramadhan, finalement cela n’a pas eu un impact sur la concentration», nous déclare une candidate en gestion économie. Certains lycéens ont tout de même signalé que quelques sujets étaient longs et un peu plus difficiles que ceux de la première session. Le sujet de mathématiques en est un exemple, ou encore celui de philosophie, «très compliqué», d’après une autre candidate interrogée par nos soins. La direction de l’#éducation confirme le bon déroulement de l’#examen, soutenant qu’aucun incident n’a été enregistré pendant la semaine des épreuves. La même source souligne par ailleurs qu’un seul cas de tentative de fraude a été enregistré, au moment où cinq cas de triche avaient marqué la première session du #bac à #Tizi_Ouzou. Le total des #candidats au niveau de la wilaya est de 16 053 élèves inscrits. 11 926 d’entre eux sont des élèves scolarisés au niveau des établissements, alors que les 4127 restants sont des candidats libres. La direction de l’éducation a toutefois enregistré un taux d’absentéisme estimé à 10,43%. Les chiffres mis à notre disposition rappellent que 1675 élèves n’ont pas répondu à leur convocation et n’ont pas pris part aux différentes épreuves. Les candidats libres étant les plus nombreux avec 1536 d’élèves défaillants enregistrés et un taux d’absentéisme estimé à 37,21% du total des candidats libres attendus. Les scolarisés ont été moins nombreux à ne pas regagner les centres d’examen avec 1,16% d’absentéisme et un total de 139 élèves. Il est à rappeler que pour cette seconde session, 63 centres d’examen ont été ouverts afin de recevoir les élèves issus des filières langues étrangères, gestion économie, sciences expérimentales, techniques mathématiques, et enfin mathématiques. La direction de l’éducation locale souligne que les instructions du ministère de l’Education nationale étaient claires, donc suivies à la lettre. A commencer par les candidats qui ont été orientés vers les mêmes centres d’examen dans lesquels ils ont passé leurs épreuves en première session. L’encadrement a aussi été gardé comme prévu pour la première session avec les mêmes chefs de centre et les mêmes surveillants. La proclamation des résultats du baccalauréat, qui concerne pas moins de 22 225 lycéens à Tizi Ouzou, aura lieu durant la deuxième semaine du mois de juillet, avait annoncé la ministre de l’Education nationale. Source El Watan
25 Juin 2016 à 13:24
Blocage d’Internet : Houda Feraoun confirme et répond aux critiques
M’hamed Toufik #Bessaï n’est plus président de l’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications (#ARPT). Il sera remplacé par un autre membre du Conseil de cette institution, a appris #TSA de source sûre. Son départ a-t-il un lien avec le blocage des réseaux sociaux et les perturbations engendrées à la veille de la session partielle du baccalauréat ? « Non, il a exprimé le souhait de repartir à l’université. Son départ est prévu depuis longtemps », assure notre source. Dans un entretien accordé à l’agence officielle, la ministre de la Poste et des Technologies de l’Information et de la Communication a confirmé, ce mardi 21 juin, la restriction de l’accès aux principaux réseaux sociaux imposée à la veille de la session partielle du #baccalauréat « pendant des horaires limités liés à ces examens » afin de « protéger nos candidats contre les tentatives de déstabilisation via de faux sujets et des rumeurs malveillantes ». Houda Imane #Feraoun a rappelé qu’il ne s’agissait pas de « coupure d’Internet, mais simplement d’une réduction de trafic pendant la première moitié du premier examen ». Ces restrictions ont finalement permis d’avorter des « tentatives criminelles qui visaient à mettre en péril le devenir des milliers de candidats au baccalauréat », selon elle. Sur les désagréments causés aux internautes par les perturbations, la ministre a évoqué la nécessité de faire le « sacrifice » et de « céder un peu de notre bien-être personnel pour contribuer au bon devenir de toute la société ». Mme. Ferouan a précisé que le blocage durant la nuit concernait uniquement les réseaux sociaux. Pour elle, le gouvernement a « toute latitude » pour adopter des « mesures conservatoires pour des situations d’urgence, tant que l’intérêt public l’exige ». La ministre de la Poste et des Télécommunications a saisi l’occasion pour répondre aux nombreuses critiques dont le gouvernement a fait l’objet après ces restrictions. Elle a affirmé que cette mesure n’était pas une première et que le pays « ne fait pas exception ». Concernant l’efficacité de la mesure de blocage avec l’existence du #VPN, Houda Imane Ferouane dit regretter que des médias incitent les » jeunes à en faire usage ». Source #tsa
21 Juin 2016 à 22:37
AUCUNE TENTATIVE DE FUITE DES SUJETS N’EST ENREGISTRÉE SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX
un verrouillage efficace mais coûteux Au deuxième jour de la session partielle du #baccalauréat, alors que les candidats de la filière sciences expérimentales se sont présentés à l’épreuve de mathématiques, les perturbations de l’Internet se sont poursuivies. Ce qui a suscité l’irritation des citoyens et des opérateurs économiques dont les pertes occasionnées par cette coupure se chiffrent en centaines de millions par jour. Mais en dépit de ces désagréments, le département de #Benghabrit préfère minimiser l’impact de ce black-out et se concentrer sur les conditions de déroulement de cette session de rattrapage du baccalauréat. “Au deuxième jour de ces épreuves, les candidats étaient à l’aise, parce qu’ils sont conscients que le ministère, en décidant de refaire cette session dans les filières touchées par la fraude, vise à réaliser l’égalité des chances entre les candidats”, a indiqué, hier, sur les ondes de la Radio nationale, Bouchakour Aïssa, un #CES au ministère de l’Éducation nationale. Pour arriver à ce résultat qui donne matière à satisfaction pour ses auteurs, que n’a-t-on pas pris comme mesures destinées à empêcher la réédition du scénario de fraude massive constatée lors de la première session dont certaines plus impopulaires, voire préjudiciables à l’économie ? À commencer par la coupure de l’internet, dont pâtissent nombre de secteurs, qui, le cas échéant, soulignent à l’adresse des décideurs de ce pays qu’Internet n’est plus un gadget, mais un outil d’efficacité économique. Sans attendre le rétablissement total de la situation, des experts en économie et des opérateurs, chacun de son côté, évoquent des pertes par centaines de millions par jour dues à ces coupures qui ont touché l’ensemble du territoire national. L'économiste algérien, et non moins expert et consultant international, Moubarak Abdelmalek Serrai, fait état de grands problèmes occasionnés au niveau de toutes les entreprises algériennes ayant des relations avec l’étranger, à l’instar des banques qui sont reliées à des banques étrangères, consulats, organisations de commerces, etc. “Comment vont-ils leur expliquer la situation ?”, s’est-il interrogé, estimant à 300 millions de dollars le montant des pertes financières. Mais, selon lui, “la grosse perte est l’image du pays” qui va accuser un sérieux coup, et les problèmes juridiques qui en découleront au niveau international. Pour les opérateurs de la téléphonie, les pertes vont se chiffrer à coup de milliards. L’expert en technologies de l’information et de la communication, Younès Grar, qui, en regrettant le recours des autorités à la solution de facilité, a, d’abord, suggéré que “s’ils s’y étaient pris à temps, ils auraient pu par exemple crypter les sujets et les imprimer dans chaque centre d’examen au lieu de les transporter depuis Alger vers les autres régions du pays”. L’incidence financière d’une telle mesure du gouvernement, à travers les ministres de l’Éducation et de la Poste et des Télécommunications, se chiffre quotidiennement en une centaine de millions de dinars, et si l’on comptabilise les cinq jours de coupure, cela atteint le chiffre d’un demi-milliard de dinars pour toute l’Algérie. Et autant, sinon plus, pour les opérateurs de la téléphonie mobile. Ce cas d’espèce est présenté à travers les sites de vente en ligne, dont la principale activité s’effectue essentiellement par le Net, les obligeants à se mettre en veille en attendant le retour à la normale du réseau, en s’interrogeant qui va rembourser leurs pertes. source : liberte-algerie
21 Juin 2016 à 10:59





Ailleurs sur le web

Nous suivre
Annonce
PropellerAds
Vidéothèque

Les plus lues

Soufflet avec une pâte facile de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 22 Juin 2016 à 13:59

source : #Youtube #OumWalid 

Msemen à la farine le plus facile à faire de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 10 Oct 2016 à 10:55

Le secret pour réussir les msemens à la farine réside dans la pâte qu'il faudra bien travailler, type de farine et aussi dans le feuilletage,voir la vedio pour mieux comprendre le procédé. source : #youtube #OumWalid

Cake au Flan de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 04 Dec 2016 à 12:09

C'est un de mes desserts préférés je le fais vraiment souvent j'aime énormément sa texture bien fondante, vous pouvez choisir le goût que vous souhaitez chocolat, vanille, fraise ou caramel sans tarder voici la recette... source : #youtube #OumWalid

TIZI-OUZOU: La liste des bénéficiaires des logements sociaux dévoilée

Actualité - TIZI-OUZOU - 15 Nov 2016 à 18:15

Le chef-lieu de Tizi-Ouzou à connu une matinée particulièrement mouvementée, caractérisée par des coupures de routes au niveau de plusieurs quartiers et pour cause l'affichage de la liste des bénéficiaires des logements sociaux (Logement Public Locatif). Des citoyens qui ont postulé à cette formule et dont les noms ne figuraient pas sur liste ont barricadé plusieurs routes par des pneus en fumée provoquant des embouteillages dans le centre ville. Le fait de voir les attentes des protestataires prolongées ont fait tombé à l'eau toutes les tentatives des autorités locales pour essayer de calmer les esprits.

Sablé au halwa turc et cacahuètes

Elle Mag - Recettes - 28 Juin 2016 à 09:22

Ingrédients: pour environ 28 pièces (selon la taille de l'emporte-pièce) 250 g de beurre 125 g de halwa turc 50 g de sucre glace 2 jaunes d’œufs 1 paquet de levure chimique 1 càc de vanille 80 g de cacahuètes grillées et finement moulues Farine au besoin (environ 500g) Décoration: Environ 400 g de cacahuètes grillées et moulues 1 pot de confiture d'abricot Préparation: Battre le beurre avec le sucre puis ajouter la halwa turc et bien mélanger Ajouter les jaunes d’œufs un par un ensuite les cacahuètes moulues Ajouter la vanille puis la farine avec la levure jusqu'à obtention d'une pâte souple et lisse Laisser reposer la pâte un petit peu Étaler la pâte sur un plan de travail fariné à 5mm d'épaisseur Découper les sablés à l'aide d'un emporte-pièce ou un verre puis faire une ouverture au centre à l’aide d’un petit emporte pièce Faire cuire pendant environ 15 minutes à 180° Une fois les sablés refroidies, les rassembler en les collant avec de la confiture Badigeonner les sablés de confiture à l'aide d'un pinceau puis passer aux cacahuètes et décorer avec du chocolat fondu. source : fan-decuisine