Dossier Cancer | actu-algerie.com: Information et Actualité





dossier Cancer




Protégeons nos enfants contre les cancers secondaires à l’infection à papillomavirus humain

Santé - Cancer - 26 Avril 2018 à 13:03

A l’occasion de la Semaine mondiale de la vaccination qui sera célébrée cette année  du 24 au 30 Avril, ainsi que la 8ème Semaine africaine de la vaccination qui sera célébrée du 23 au 29 Avril, nous avons consacré cet écrit à un cancer fréquent  pouvant être prévenue par la vaccination depuis 2006.Le cancer du col de l’utérus est une maladie redoutable, surtout quand son diagnostic est tardif. Chaque année, plus de 1200 nouveaux cas de ce #cancer sont diagnostiqués en #Algérie, principalement chez les femmes entre 35 et 55 ans. La mortalité par ce cancer reste élevée.A LIRE AUSSI: Algérie 53 000 nouveaux cas cancéreux recensés chaque annéeLa cause principale du cancer du col de l’utérus est une infection persistante par un virus, appelé #Papillomavirus humain qui se transmet surtout par voie génitale, y compris en dehors d’un rapport sexuel, mais aussi par la peau, par les mains ou par du matériel médical infecté.Qu’est-ce que le cancer du col utérin ?Le  #cancer du #col de l’#utérus est une maladie qui se développe sur la première couche qui le recouvre, l’épithélium du col.L’infection chronique  à HPV peut induire secondairement d’autres cancers, moins fréquents, au niveau du vagin, de la vulve chez la femme, mais aussi, chez les hommes au niveau  du pénis, de l’anus, de l’oropharynx et de la cavité buccale. Le cancer du col utérin est le plus fréquent d’entre eux.C’est principalement pour ces raisons que le vaccin anti HPV, au départ indiqué pour les filles, est maintenant prescrit pour les garçons   (Canada, Australie…)Quels Symptômes doivent faire penser à un cancer du col de l’utérus ?Écoulement de sang par le vagin :Après les relations sexuellesEn dehors des règlesAprès la ménopause.Mais aussi, des règles abondantes persistantes, une mauvaise odeur avec ou sans un  écoulement de liquide par le vagin, des douleurs pendant les relations sexuelles.Ces signes ou même un seul d’entre eux doivent vous amener à consulter.Quels sont les moyens de diagnostic précoce du cancer du col utérin?Le frottis cervico vaginal (FCV) qui ne donne pas un diagnostic certain ni définitif. C’est un prélèvement de cellules, par grattage, à la surface du col de l’utérus et du vagin, examiné  au microscope optique afin de rechercher des signes d’infection à HPV. Quels sont les moyens de prévention primaire du cancer du col utérin,  ainsi que les autres cancers secondaires à l’infection à papillomavirus?L’unique moyen de ne pas contracter la plupart des types oncogènes du papillomavirus humain est la vaccination contre le papillomavius humain (HPV).A partir de 2006, deux vaccins ont été introduits : le vaccin quadrivalent, le Gardasil 4, (efficace contre HPV 6,11, 16 et 18) et le vaccin bivalent, Cervarix, (contre HPV 16 et 18)A partir de 2016, un troisième vaccin a été mis au point, le Gardasil 9, efficace contre 90% des cancers du col de l’utérus (contre HPV6,11, 16, 18, 31, 33, 45, 52 et 58)La vaccination pourrait prévenir jusqu’à 90% des cancers du col de l’utérus chez les filles vaccinées. Elle  diminue aussi les taux de cancers de la vulve, du vagin et de l’anus, de l’oropharynx et de la cavité buccale. Ce vaccin peut-il être dangereux pour la santé de l’enfant ?De nombreuses études sur les risques liés à ce vaccin ont été réalisées dans le monde. Une des études les plus récentes réalisée en France en 2015 par l’Assurance maladie et l’Agence du médicament et qui a porté sur 2,2 millions de filles vaccinées dans le monde,  a montré l’absence de dangerosité associée à ce vaccin. Quelle est la force et la durée de la protection que confère ce vaccin ?Le vaccin a été introduit depuis plus de 10 ans. Dans les pays où il est administré, Il a permis de faire chuter de 90 % le nombre d’infections par ces virus cancérogènes, selon  une étude parue dans The Journal of Clinical Infectious Diseases.ConclusionLes cancers, ou du moins la plupart d’entre eux, sont des affections que l’homme ne sait pas encore définitivement guérir bien que, depuis quelques années, des progrès importants  aient été faits dans ce sens. Les cancers associés au papillomavirus humain, et principalement, le cancer du col de l’utérus, font partie des cancers que l’on pourrait prévenir par la vaccination. Grâce à ce moyen de prévention nous pouvons maintenant éviter ces cancers à nos enfants. Pr. Doudja Hammouda    (Professeur en Epidémiologie à la Faculté de Médecine d’Alger)
Cancer : les soins de support viennent à la rencontre des patients
Traduits de l'anglais « supportive care », les soins de support désignent « l’ensemble des soins et soutiens nécessaires aux personnes malades tout au long de la maladie qui sont associés aux traitements spécifiques (chirurgie, chimiothérapie, radiothérapie) lorsqu’il y en a ».Ils visent principalement à améliorer la vie quotidienne des malades : prise en charge de la douleur, de la fatigue, de la souffrance psychique, de l'estime de soi, des difficultés nutritionnelles... Plusieurs études le montrent : bénéficier des soins oncologiques de support en plus des traitements a un réel impact sur la qualité de vie et l'état clinique des patients.Soins de support : 39 villes en France sont concernéesCependant, les soins oncologiques de support sont mal connus par le grand public : d'après un sondage Odoxa/Afsos réalisé en février 2018, 7 Français sur 10 n'en ont jamais entendu parler. Face à cette forte méconnaissance, l’AFSOS et Amgen ont décidé d’organiser conjointement le 1er Tour de France des soins oncologiques de support : « Le Supporters Tour ».Jusqu'au 20 juin 2018, un minibus ira à la rencontre des patients et de leurs proches dans 50 établissements de santé pour leur apporter de l'information sur tous les soins de supports auxquels ils ont accès. Nice, Toulouse, Paris, Lille, Bordeaux, Strasbourg, Lyon... Au total, 39 villes sont concernées. Le programme est disponible sur le site officiel de l'AFSOS.Source : communiqué de presse AFSOS et AMGEN
19 Avril 2018 à 18:52
Le Viagra contre le cancer colorectal ?
En France, "avec près de 45 000 nouveaux cas et 18 000 décès par an, le cancer colorectal reste le 2ème cancer le plus meurtrier", déplore l'Institut National du Cancer. Des chercheurs de l'Augusta University, aux Etats-Unis, viennent de montrer qu'une petite dose quotidienne de Viagra réduisait de manière significative le risque de cancer colorectal. Les résultats de leur étude sont parus dans la revue Cancer Prevention Research.Le Viagra, un produit miracle ?Le #Viagra est utilisé dans différentes pathologies et pour tous les âges. On connaît particulièrement bien l'efficacité de cette petite pilule bleue contre les troubles de l'érection, mais ce médicament est aussi utilisé chez les nourrissons atteints d'hypertension pulmonaire. En effet, son principe actif (le sidenafil) à la capacité de détendre les cellules musculaires autour des vaisseaux sanguins, permettant à ces derniers de se remplir plus facilement de sang. D'où son efficacité dans les dysfonctionnements érectiles et l'#hypertension pulmonaire. En travaillant sur le #cancer colorectal, les chercheurs américains ont découvert un nouvel aspect du Viagra.Le Viagra réduit la prolifération cellulaireDes souris ont été génétiquement modifiées pour produire des polypes, des cellules anormales sur la paroi intestinale, qui conduisaient à chaque fois à un cancer colorectal. Celles qui ont consommé de faibles doses de Viagra, mélangées dans leur eau, ont vu leur nombre de polypes réduire considérablement. Les chercheurs ont montré que ce médicament augmentait également les niveaux de GMP, connu pour affecter la muqueuse intestinale. Le GMP participe à la réduction de la prolifération cellulaire et améliore la différenciation des cellules en cellules caliciformes, par exemple. Ces dernières sécrètent un mucus protecteur.Dans le futur, les chercheurs aimeraient tester le viagra chez des patients avec un haut risque de cancer colorectal : antécédents familiaux, polypes antérieurs ou encore inflammation intestinale chronique comme la colite.À LIRE AUSSI: La supplementation en vitamine B augmente le risque de cancer de poumon  
20 Mar 2018 à 13:03
Cancer du foie : attention aux plantes médicinales
Les plantes médicinales vendues en Asie contenant de l'acide aristolochique ( AA) seraient un facteur de risque du #cancer du #foie, selon les résultats d'une étude publiée dans la revue médicale Science Translational Medicine.Des scientifiques de Singapour et de Taiwan ont révélé un lien significatif entre les acides aristolochiques (AA), un produit naturel utilisé dans les remèdes à base de plantes et les cancers du foie.Les chercheurs du National Cancer Center de Singapour et du Memorial Hospital à Taiwan ont séquencé l'ADN de 98 individus touchés par un cancer du foie. En utilisant l'analyse des signatures mutationnelles, ils ont trouvé un grand nombre de mutations associées aux AA dans plus des trois quarts de ces cancers."Bien que nous sachions qu'il y existait une exposition aux AA à Taiwan, nous avons été très surpris de constater qu'une telle proportion de personnes souffrant d'un cancer du foie était exposée aux AA", a déclaré le professeur Hsieh.Des effets à long terme sur le nombre de cancers du foieL'acide aristolochique est un composé naturel présent dans les plantes médicinales couramment utilisées pour la perte de poids et l'amaigrissement. Certaines plantes contenant des AA sont interdites à Taïwan depuis 2003, et en Chine, l'utilisation de certaines herbes contenant des AA dans la médecine traditionnelle est limitée. De la même façon la Food and Drug Administration des États-Unis a émis des avertissements sur ces herbes contenant des AA et leur vente est illimitée.Cependant, les effets de ces interdictions peuvent prendre des années à se matérialiser. Il faudra donc beaucoup de temps avant que les taux de cancers associés aux AA diminuent. « En outre, les herbes contenant AA sont facilement disponibles en ligne et ne sont pas vendues individuellement, donc moins identifiables. Elles sont souvent mal étiquetées, ce qui rend difficile pour les fournisseurs et les consommateurs d'être sûrs des constituants des formulations multi-herbes », rappellent les auteurs de l'étude.
19 Oct 2017 à 22:12
Etats-Unis : la première thérapie génique contre la leucémie approuvée
La lutte contre le cancer progresse. L'Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (FDA), a approuvé, mercredi 30 août, la mise sur le marché de la première thérapie génique aux Etats-Unis. Deux autres médicaments de ce type avaient été mis sur le marché en Chine, en 2004 et en Europe, en 2012. Cette méthode thérapeutique a pour objectif de modifier génétiquement le système immunitaire d'un patient pour combattre une maladie.Une thérapie destinée aux patients de moins de 25 ansCe traitement, le Kymriah, a été développé par un chercheur de l'université de Pennsylvanie et breveté par les laboratoires suisses Novartis. Il a pour objectif de traiter la #leucémie lymphoblastique aiguë, un #cancer du sang pédiatrique qui touche 3.100 personnes de moins de 20 ans chaque année aux Etats-Unis, selon l'Institut national du cancer (NCI). Ce médicament de thérapie génique est donc destiné aux patients âgés de moins de 25 ans qui ont résisté aux autres thérapies ou qui ont fait une rechute.L'efficacité du Kymriah a été prouvée lors d'un essai clinique sur 63 patients, à l'issue duquel le taux global de rémission dans les trois mois suivant le traitement était de 83%. "Nous entrons dans une nouvelle ère de l'innovation médicale, avec la possibilité de reprogrammer les cellules d'un patient pour lutter contre un cancer mortel", a déclaré Scott Gottlieb, commissaire de la FDA. Le Kymriah, qui coûte 475 000 dollars, peut cependant causer des effets secondaires graves, comme une forte fièvre, des infections, de l'hypotension, des lésions rénales aigües ou encore une hypoxie.
31 Aoû 2017 à 23:33
La supplémentation en vitamine B augmente le risque de cancer du poumon
Une supplémentation à long terme et à forte dose de vitamines B6 et B12  pour augmenter l'énergie et améliorer le métabolisme serait associée à un risque de cancer du poumon augmenté de deux à quatre fois chez les hommes, selon les résultats d'une étude publiée dans la revue médicale Journal of clinical oncology.Les épidémiologistes du Centre de recherche complet de l'Université de l'Ohio State University aux Etats-Unis et l'Université nationale de Taiwan ont analysé les données médicales de plus de 77 000 patients de l'étude de cohorte VITamins And Lifestyle (VITAL), qui visait à évaluer les vitamines et suppléments de minéraux liés au risque de #cancer. Lors de leur inscription à l'étude, les participants ont informé les chercheurs de leur utilisation de la vitamine B au cours des 10 dernières années.La supplémentation de vitamine B plus à risque chez les fumeursPour cette nouvelle analyse, les chercheurs ont utilisé des techniques statistiques pour s'adapter à de nombreux facteurs, y compris, le tabagisme, l'âge, la race, l'éducation, la taille du corps, la consommation d'alcool, les antécédents personnels de cancers ou les maladies pulmonaires chroniques, les antécédents familiaux de cancer du poumon et l'utilisation de médicaments anti-inflammatoires.Les résultats de l'étude ont montré que le risque de cancer du poumon était plus élevé chez les fumeurs masculins prenant plus de 20 mg de la vitamine B6 ou 55 microgrammes de la vitamine B12 par jour pendant 10 ans. Les fumeurs masculins prenant de la vitamine B6 à cette dose étaient trois fois plus susceptibles de développer un cancer du poumon. Les fumeurs masculins consommant cette quantité de vitamine B12  étaient environ quatre fois plus susceptibles de développer cette pathologie par rapport aux non-utilisateurs. Ces doses ne peuvent être obtenues que si vous prenez des suppléments vitaminiques très concentrés de vitamine."Nos données montrent que la prise de doses élevées de vitamine B6 et B12 sur une très longue période pourrait contribuer aux taux d'incidence du cancer du poumon chez les fumeurs masculins. Ceci est certainement une préoccupation digne d'une évaluation plus poussée" explique Theodore Brasky, auteur de l'étude.
26 Aoû 2017 à 20:23
12 signes alarmants du cancer de la prostate que tous les hommes doivent connaître ! Ne les ignorez pas !
En effet, le cancer de la prostate se situe comme le premier cancer masculin, dans la population française, devant les cancers du poumon et du côlon-rectum et comme troisième au rang des décès par cancer chez l’homme avec pas moins de 79% des décès concernant les hommes de 75 ans et plus. Mais qu’est-ce que le cancer de la prostate et comment le détecter ? Le cancer de la prostate Le cancer de la prostate est une maladie qui se forme à partir des cellules saines de la prostate se transformant et se multipliant de manière incontrôlable jusqu’à la formation d’une tumeur. La prostate est une glande de l’appareil génital masculin qui se situe autour du canal séminal et de l’urètre jouant donc un rôle dans la sécrétion, le stockage du liquide séminale et l’éjaculation du sperme. La majorité des cancers de la prostate sont en fait des adénocarcinomes, c’est-à-dire qu’ils se développent grâce aux cellules qui constituent le tissu de revêtement de la prostate. Parmi les causes du #cancer de la #prostate, on retrouve : Les antécédents familiaux : c’est-à-dire un antécédent familial direct, comme le cancer de la prostate chez votre père ou frère, qui double votre risque de souffrir de cette maladie. L’âge : un suivi médical accru et précoce se fait dès l’âge de 50 ans étant donné que les hommes âgés de 65 ans et plus sont plus enclins de développer un cancer de la prostate. L’alimentation : une alimentation riche en viandes rouges, en aliments gras et une faible consommation de fruits et de légumes font partie des facteurs de risque. L’origine ethnique : il a été démontré que les hommes d’origine afro-antillaise et afro-américaine sont plus susceptibles d’être atteints d’un cancer de la prostate. Le poids : parmi les facteurs augmentant le risque de diverses maladies dont le cancer de la prostate, la surcharge pondérale ainsi que le manque d’activité physique sont en cause. Les symptômes de ce cancer masculin sont généralement provoqués lorsque la tumeur atteint une taille volumineuse. Découvrez donc les 12 symptômes alarmants d’un cancer de la prostate ! Les 12 symptômes alarmants d’un cancer de la prostate Un besoin fréquent d’uriner Une difficulté à uriner Un changement de couleur des urines Une sensation de brûlure en urinant Un faible contrôle de la vessie Des douleurs du plancher pelvien, du bas du dos et en haut des cuisses Des troubles érectiles Du sang dans les urines Du sang dans le sperme Un engourdissement dans les pieds et les jambes Un faible flux d’urine Des éjaculations douloureuses Des complications sont possibles si des cellules de la tumeur sont libérées dans le flux sanguin et migrent vers d’autres organes entraînant des tumeurs secondaires. Le diagnostic du cancer de la prostate se fait à l’aide d’un test de dépistage et d’un examen appelé le toucher rectal effectué par votre médecin. Ensuite, si une anomalie est révélée des examens médicaux complémentaires seront effectués. Le traitement se base sur une radiothérapie ou une opération chirurgicale. Afin d’éviter d’en arriver à ce stade, le mieux reste encore de prévenir le cancer de la prostate ! La prévention du cancer de la prostate Le mode de vie est particulièrement important dans la prévention de diverses maladies, il est donc primordial de veiller à bénéficier d’une alimentation variée et équilibrée, de pratiquer une activité physique régulière et de supprimer les facteurs aggravants comme le tabagisme, l’alcoolisme ainsi que le stress et l’anxiété. Différents aliments sont reconnus pour leur effet préventif sur le cancer comme les myrtilles, les fruits rouges, le café et le thé vert, la tomate, le chocolat noir et le curcuma. En ce qui concerne le cancer de la prostate, un dépistage précoce est recommandé à partir de 50 ans afin de prévenir l’apparition de cette maladie potentiellement mortelle. De plus, évitez de consommer des viandes rouges ainsi que des viandes transformées. La supplémentation en vitamine D est également conseillée, surtout en période automnale et hivernale, car diverses études ont prouvé l’efficacité de cette vitamine afin de diminuer les risques du cancer dont le cancer de la prostate.
19 Aoû 2017 à 23:22
Cuba sauvera le monde: La médecine cubaine a découvert le vaccin contre le cancer
La nouvelle fait déjà grand bruit dans le monde médical occidental. Les américains sont fous de rage. Les chercheurs cubains annoncent que le CIMAVAX EGF, un vaccin cubain contre le cancer du poumon a prouvé son efficacité.Des millions de patients dans le monde vont pouvoir être sauvés. Selon la correspondante de CCN, la recherche cubaine accorde une priorité au combat contre le cancer. Le cancer du poumon est considéré comme l’un des cancers les plus graves, fréquents et mortels au monde. L’Organisation Mondiale de la Santé a fait savoir que cette maladie tue chaque année 5 millions de personnes, et que la tendance est à la hausse.On estime qu’en 2030 8 millions de personnes mourront par an de cette maladie. À Cuba, 20 000 personnes meurent chaque année de cancer du poumon. Elle est la principale cause de mort dans 12 des 15 provinces cubaines. Des chercheurs du Centre d’Immunologie moléculaire de La Havane ont mis au point le vaccin thérapeutique Cimavax EGF, qui est le résultat de 25 ans de recherche sur les maladies associées au tabagisme.Le docteur Gisela Gonzalez qui a dirigé l’équipe de chercheurs qui a créé le vaccin pense que grâce à ce médicament le cancer du poumon pourrait devenir une maladie chronique contrôlable, car le vaccin favorise la génération d’anticorps contre les protéines qui déclenchent la prolifération sans contrôle des cellules cancérigènes. Le vaccin est appliqué chez des patients souffrant de cancer du poumon très avancé (stade 3 et 4) qui n’ont pas de réponse positive à d’autres traitements comme la chimiothérapie et la radiothérapie. Il améliore de façon significative la qualité de la vie des patients en stade terminale.
17 Juil 2017 à 12:45
Découverte d'une nouvelle protéine qui répare l'ADN
De nombreuses maladies sont dues, au moins en partie, à une dégradation de l'#ADN. Des chercheurs du Centre nationale de la recherche scientifique et d'universités françaises et américaines ont découvert un nouveau système de réparation des dommages causés à l'ADN par des dérivés toxiques du glucose, les #glyoxals. Ces éléments se fixent sur l'ADN lors d'un phénomène appelé glycation et l'abîment. L'ADN en mauvais état produira des protéines elles-mêmes altérées voire inactives, ce qui provoque des mutations et des cancers ou d'autres maladies.Dans leur étude parue dans Science, les scientifiques ont découvert une protéine DJ-1 qui peut à la fois réparer les dégâts subis par l'ADN suite à la glycation, et le protéger de nouveaux dommages du glyoxal. Le DJ-1 s'attaque à l'élément, il dégrade le glyoxal qui s'est posé sur l'ADN et le nettoie. Les cellules sont ainsi protégées.Une arme anti-cancerUne déficience de la protéine entraîne l'apparition précoce de la maladie de Parkinson, vers 40 ans. Elle peut aussi être impliquée dans nombre d'autres pathologies : diabète, athérosclérose, hypertension, maladies rénales, cataracte, dégénérescence rétinienne, maladies auto-immunes.A LIRE AUSSI: Une scientifique assure avoir fait rajeunir de 20 ans La découverte de la #protéine DJ-1 pourrait aussi être utile pour lutter contre le #cancer. En effet, les cellules cancéreuses subissent jusqu'à 100 fois plus de dommages sur leur ADN que les cellules saines. En inhibant la protéine réparatrice, les dégâts se multiplieraient sur les cellules tumorales, entraînant leur perte. Si ce mécanisme est confirmé, un nouveau médicament anticancéreux ciblant spécifiquement la protéine pourrait voir le jour.
10 Juin 2017 à 15:44
Rémission complète : Victime d’un cancer, elle partage l’astuce qui l’a sauvée de la mort !
Hayley Browning est une jeune femme de 27 ans, originaire du Comté d’Essex au Royaume-Uni. Après que les médecins aient confirmé le diagnostic d’un #cancer du sein, elle a écrit un post sur Facebook, où elle partage comment elle a réussi à le détecter toute seule. Hayley a une mutation dans les gènes BRCA, des gènes qui rendent les femmes plus susceptibles d’avoir un cancer de l’ovaire ou du sein. La jeune femme suspectait être atteinte du cancer du sein, car elle sentait un nodule. Le problème c’est qu’elle n’arrivait à le sentir que quand elle était allongée, contrairement aux recommandations qui conseillent aux femmes de chercher des nodules en étant debout sous la douche. Elle a donc partagé un post pour aider les femmes à mieux détecter ces bosses qui peuvent révéler un cancer du sein.   Hayley a écrit que 3 semaines avant le diagnostic, elle pouvait sentir un nodule quand elle s’allongeait, mais ce dernier disparaissait complètement quand elle se mettait debout. Normalement, la plupart des sites conseillent de chercher la bosse sous la douche, mais si je l’avais fait, le nodule aurait certainement pris plus de volume, ce qui aurait réduit les chances de rémission. Même le médecin ne pouvait pas sentir le nodule quand elle était debout ! Hayley conseille donc toutes les femmes de faire un examen de sein en étant allongé et debout. Hayley espère donc sensibiliser les femmes quant à l’importance de son astuce, via les réseaux sociaux. Elle a d’ailleurs bien choisi la date de publication de son histoire qui a coïncidé avec la journée internationale du cancer ! Elle se rappelle très bien du moment où les médecins lui ont annoncé la nouvelle. Elle fut choquée et n’a pas pu retenir ses larmes, mais le médecin était rassurant et lui a dit que son cas était traitable. La jeune femme a ainsi subi une opération pour une ablation du nodule et a dû suivre un traitement de chimiothérapie et de radiothérapie qui a duré 5 mois. Hayley affirme que le post partagé découle d’une envie d’aider les femmes et de ne pas se limiter aux examens debout. Son post a été partagé plusieurs fois et a été très bien accueilli par les internautes. Les signes du cancer du sein qu’il ne faut pas négliger : Les seins peuvent changer de taille ou de forme avec l’âge ou les changements hormonaux. Or, certaines modifications peuvent révéler un cancer du sein. Voici les changements  à connaitre : Une bosse : elle ne peut peut-être pas être vue, mais elle peut être sentie au niveau des aisselles ou des seins, La texture de la peau : une peau qui change de couleur ou de texture est un signe à ne pas ignorer, L’apparence des mamelons : les mamelons peuvent se rétracter, Des écoulements mammaires : les écoulements peuvent survenir d’un ou des deux mamelons. Ils peuvent êtres verdâtres ou sanguinolents, Des desquamations autour du mamelon : si vous remarquez des squames au niveau des mamelons, consultez un médecin. Veillez aussi à faire attention aux changements de taille et de forme de vos seins, ainsi qu’à la présence de nodule ou bosse.
04 Juin 2017 à 14:08





Ailleurs sur le web

Nous suivre
Annonce
PropellerAds
Vidéothèque

Les plus lues

Soufflet avec une pâte facile de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 22 Juin 2016 à 13:59

source : #Youtube #OumWalid 

Msemen à la farine le plus facile à faire de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 10 Oct 2016 à 10:55

Le secret pour réussir les msemens à la farine réside dans la pâte qu'il faudra bien travailler, type de farine et aussi dans le feuilletage,voir la vedio pour mieux comprendre le procédé. source : #youtube #OumWalid

Cake au Flan de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 04 Dec 2016 à 12:09

C'est un de mes desserts préférés je le fais vraiment souvent j'aime énormément sa texture bien fondante, vous pouvez choisir le goût que vous souhaitez chocolat, vanille, fraise ou caramel sans tarder voici la recette... source : #youtube #OumWalid

TIZI-OUZOU: La liste des bénéficiaires des logements sociaux dévoilée

Actualité - TIZI-OUZOU - 15 Nov 2016 à 18:15

Le chef-lieu de Tizi-Ouzou à connu une matinée particulièrement mouvementée, caractérisée par des coupures de routes au niveau de plusieurs quartiers et pour cause l'affichage de la liste des bénéficiaires des logements sociaux (Logement Public Locatif). Des citoyens qui ont postulé à cette formule et dont les noms ne figuraient pas sur liste ont barricadé plusieurs routes par des pneus en fumée provoquant des embouteillages dans le centre ville. Le fait de voir les attentes des protestataires prolongées ont fait tombé à l'eau toutes les tentatives des autorités locales pour essayer de calmer les esprits.

Sablé au halwa turc et cacahuètes

Elle Mag - Recettes - 28 Juin 2016 à 09:22

Ingrédients: pour environ 28 pièces (selon la taille de l'emporte-pièce) 250 g de beurre 125 g de halwa turc 50 g de sucre glace 2 jaunes d’œufs 1 paquet de levure chimique 1 càc de vanille 80 g de cacahuètes grillées et finement moulues Farine au besoin (environ 500g) Décoration: Environ 400 g de cacahuètes grillées et moulues 1 pot de confiture d'abricot Préparation: Battre le beurre avec le sucre puis ajouter la halwa turc et bien mélanger Ajouter les jaunes d’œufs un par un ensuite les cacahuètes moulues Ajouter la vanille puis la farine avec la levure jusqu'à obtention d'une pâte souple et lisse Laisser reposer la pâte un petit peu Étaler la pâte sur un plan de travail fariné à 5mm d'épaisseur Découper les sablés à l'aide d'un emporte-pièce ou un verre puis faire une ouverture au centre à l’aide d’un petit emporte pièce Faire cuire pendant environ 15 minutes à 180° Une fois les sablés refroidies, les rassembler en les collant avec de la confiture Badigeonner les sablés de confiture à l'aide d'un pinceau puis passer aux cacahuètes et décorer avec du chocolat fondu. source : fan-decuisine