Dossier E commerce | actu-algerie.com: Information et Actualité





dossier E-commerce




E-commerce : c’est quoi ? Et où en est l’Algérie ?

Actualité - E-commerce - 17 Dec 2016 à 00:25

Le 04 Octobre dernier, l’Algérie s'ouvrait à de nouveaux horizons en lançant le paiement électronique. Achats en ligne, payement par carte, une large panoplie de nouveaux services s'offre aujourd'hui au consommateur. Le principe est très attrayant, mais dans les faits c'est bien plus compliqué que ça en a l'air. Au jour d'aujourd'hui ce service peine à trouver sa place dans notre quotidien, et ce retard coûte cher à l’Algérie. Le commerce électronique c'est quoi ? Le e-commerce comme on l'appelle plus communément, consiste à échanger des biens, des services, de la valeur en général, par l’intermédiaire des réseaux informatiques, principalement internet. Les terminaux (supports) utilisés sont multiples, nous pouvons citer à titre d'exemple : la téléphonie mobile depuis l’avènement du smartphone, les tablettes (iPad, Android), les Smart TV etc... Le commerce électronique couvre trois aspects différents qui sont : · L'information sur le produit. · La prise de commande (achat) · La fidélisation. Le principe est relativement simple, l'utilisateur passe commande via un site internet spécialisé (un réseau en général) et se fait livrer par son fouisseur via différents moyens (entreprises de livraison, courrier, etc...). Le payement peut être effectué avant ou après la livraison selon le fournisseur. Quelle est la valeur du e-commerce dans le monde ? Le marché du e-commerce a été estimé à 2050 milliard de $ pour l'année 2016, selon eMarketeur, un chiffre astronomique qui démontre bien la force de ce segment dans le monde. Toujours selon la même source, le commerce électronique devrait dépasser les 3500 milliards de $ d'ici 2019. (À savoir que ces chiffres ne concernent que les transactions de fournisseur à consommateur : BtoC). En France, l'e-commerce toucherait les 71 milliards d’ € en 2016 (selon BFMbusiness) soit environ 40% du PIB Algérien en 2015. Chez notre voisin Marocain le marché du e-commerce avoisinait les 2,2 milliard de $ en 2015(selon le centre monétaire interbancaire : CMI). Enfin aux USA les chiffres sont à leur image c’est-à-dire hors normes, les estimations prédisent environ 548 milliards de $ avant 2019. Quels moyens sont mis à la disposition du consommateur ? Le paiement électronique a fait officiellement ses débuts le 04 Octobre dernier, tandis que de son côté Algérie poste vient tout juste de lancer son propre service de paiement électronique. Le procédé est relativement simple, le consommateur devra se rapprocher de sa banque ou à présent de la poste afin de demander une carte interbancaire ou CIB. Un code lui sera fourni qui lui permettra Rédigé par : Mohamed Aniss AMRAH de valider sa commande auprès de son fournisseur. Autre détail important avant de transmettre vos coordonnés bancaires, assurez-vous que le fournisseur utilise une page cryptée en HTTPS, et non pas HTTP comme c'est le cas habituellement. La différence entre les deux est simple mais extrêmement importante, les pages en HTTPS utilisent un protocole de navigation sécurisée et spécialement développé pour vous protéger quand vous faites vos achats en ligne. Vous pouvez vérifier cette information et regardant sur votre navigateur internet, en haut à gauche de votre barre d’adresse doit être spécifié le type de cryptage. D'autres moyens de paiement sont mis à la disposition du consommateur, tel que PayPal par exemple. Ce genre de services permet à l'internaute de ne pas transmettre ses vrais coordonnés bancaires au fournisseur. Il suffit juste de créer un compte sur le site de PayPal, et le créditer via votre compte et le tour est joué. Un vide juridique qui tarde à être comblé En marge de la cérémonie d'oblitération de deux timbres-poste consacrés à l'enseignement supérieur et à la recherche scientifique qui s'est tenue en septembre dernier, madame la ministre de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication, Iman Houda Feraoun, a déclaré, que le projet de loi relatif au e-commerce sera soumis au gouvernement avant la fin de l'année. Le projet de loi ayant pour but de régir les opérations de commerce électronique. Ce texte a été présenté à tous les secteurs concernés par le e-commerce afin qu'il soit enrichi, a-t-elle précisé. Enfin cette dernière a ajouté que ce projet de loi encadrera la relation entre le commerçant et le client dans le monde virtuel, et protégera les deux parties à travers des dispositions de loi. Nous sommes aujourd'hui aux portes de 2017 et ce vide juridique reste béant. Malgré le lancement du payement électronique (e-payement) courant octobre dernier, sans un cadre précis pour définir la nature de la relation client/fournisseur, les risques quant à l'utilisation du commerce électroniques restent conséquents. Preuve en est, le e-commerce en Algérie peine à se développer, là où d’autres pays ont attrapé le train en marche. Autre problème, le taux de bancarisation en Algérie avoisine les 30% (seulement) là ou des pays comme l’Allemagne dépassent les 90% ou comme la France frôlent les 100%. Cette préférence des Algériens pour l’argent liquide handicape fortement le marché du e-commerce. Aujourd’hui un algérien lambda est moins susceptible de faire un achat en ligne que de se déplacer lui-même, même s’il en a la possibilité et que ça lui apporterait énormément d’avantages (gain de temps, d’argent, qualité etc…). À l’instar de tbeznyss.com ou nechrifnet.com, beaucoup s’y sont attelés mais peu ont réussi. Seul acteur majeur du secteur actuellement, Jumia.dz, lui aussi peine à décoller, malgré une interface très intuitive, un service de livraison à domicile des produits et de nourriture, le pourcentage de retours reste important, les acheteurs refusant de s’acquitter de leur note. La gamme de produits quant à elle se veut large mais reste perfectible. L'innovation et la jeunesse à la rescousse Aujourd’hui L’absence de culture digitale en Algérie pose réellement problème. Les gens ne sont pas habitués à aller faire leurs achats sur internet et préfèrent se déplacer eux-mêmes. Une des solutions les plus plausibles à ce manquement est l’entrepreneuriat. On dénote un certain engouement pour ce domaine depuis quelques années, particulièrement l’entrepreneuriat digital. Injaz El-Djazair, Les Webdays d’Oran, Algéria Web Awards, Algeria 2.0, sont quelques exemples de l’activité qui se crée autour de l’entrepreneuriat et qui augure un avenir florissant pour le web Algérien et pourquoi pas le e-commerce en général. Dans un contexte de crise, l’Algérie aura fortement besoin des jeunes entrepreneurs qui ont la volonté d’aider leur pays à avancer, tout en apportant leur grain de folie et leurs innovations à une production locale bien terne. Le mot de la fin se fera sous forme de souhait. Celui que la jeunesse Algérienne montre toute l’étendue de ses talents, dans un marché quasi vierge qui n’attend qu’à être exploité. Source www.liberte-algerie.com
Paiement électronique : lancement officiel mardi
Le service du paiement électronique (#e-paiement) sera officiellement lancé mardi 4 octobre, a annoncé ce lundi 3 octobre l’Association des banques et établissements financiers (Abef) dans un communiqué. La cérémonie de lancement officiel sera organisée par l’Abef en présence de plusieurs ministres et du gouverneur de la #Banque d’Algérie Mohamed Loukal, précise l’Abef dans le communiqué, publié sur le site de la Radio nationale. Plusieurs entreprises ouvriront mardi ce service à leurs clients telles Algérie Télécom, Mobilis, Air Algérie, Société des eaux et d’assainissement d’Alger (SEAAL), Djezzy, Oeredoo et Amana Assurances, selon la même source. Les clients ou abonnés des entreprises pourront procéder au règlement de leurs factures, à l’achat d’unités téléphoniques ou de billets d’avion et à la souscription d’une assurance voyage par carte interbancaire (CIB) à travers leur site web 24h/24 et 7j/7, selon la même source. D’autres entreprises vont lancer des services de paiement en ligne. Onze banques concernées par le e-paiement Onze banques vont assurer à leur clientèle le service de paiement électronique, a indiqué lundi à l’APS le ministre délégué chargé de l’Économie numérique et de la modernisation des systèmes financiers, Mouatassem Boudiaf. « Il s’agit des six banques publiques ainsi que cinq banques privées », a précisé M. Boudiaf dont le département a assuré la mise en œuvre et le lancement du service e-paiement en coordination avec la Banque d’#Algérie. Le ministre délégué a également précisé que les services de son département avaient mis en place « des canaux d’interaction en vue d’instaurer la confiance dans l’usage de la carte de paiement électronique ». Ces canaux portent sur la mise en service d’un portail web devant permettre aux clients de commander leurs cartes et mots de passe, de situer les terminaux de paiement, les DAB (distributeurs automatiques de billets) et les cyber marchands concernés et d’expliquer les règles d’un bon usage sécurisé des cartes de paiement électronique. De même, des numéros d’appel verts gratuits (quatre chiffres) seront mis en place au service de la clientèle. Ces canaux comptent aussi une campagne publicitaire de sensibilisation sur les chaînes de télévision et aussi les chaînes radio (arabe, amazigh, français). Source : www.tsa-algerie.com
04 Oct 2016 à 09:37
Le paiement électronique à partir de septembre
Le e-paiement sera opérationnel pour les grandes entreprises au plus tard en septembre prochain, a annoncé, ce mercredi 29 juin, Mouatassam #Boudiaf, ministre délégué auprès du ministre des Finances, chargé de l’#Économie numérique et de la modernisation des systèmes financiers, dans un entretien accordé à l’#APS « Nous sommes en train de réunir toutes les conditions pour libérer le paiement par Internet pour les grands facturiers et les compagnies de transport en septembre prochain. Ce sera une première phase qui sera suivie, dans le futur, par une deuxième étape pour les sociétés de services, et une troisième phase qui est celle de généralisation » a promis le nouveau ministre, nommé lors du dernier remaniement. Le paiement de proximité fait également l’objet d’une extension du réseau d’acceptation TPE (Terminaux de paiement électronique) qui sera adossé à la mise en place des canaux d’interactions au profit des porteurs et des commerçants ainsi qu’à une campagne de sensibilisation à l’usage de la carte de paiement électronique, selon la même source. « Nous allons catalyser l’économie informelle qui sera, à terme, implicitement entraînée dans cet élan de bancarisation de l’économie » a promis le ministre. Source #tsa
30 Juin 2016 à 02:28
Une loi sur le e-commerce en préparation au ministère des TIC
La ministre de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication, Iman Houda Feraoun, a affirmé lundi que la mouture de l'avant-projet de loi relatif au e-commerce était en phase de finalisation. "Une mouture de l'avant-projet sur la loi relatif au e-commerce est en cours d'élaboration par un groupe de travail au niveau du ministère de la Poste et des TIC", a indiqué Mme Feraoun dans un entretien à l'APS ajoutant qu'"une fois finalisé, le document sera adressé aux ministères concernés pour enrichissement. "Ce type de transactions commerciales devrait entrer en service rapidement et sans difficultés, une fois que la Banque d'Algérie aura donné son aval et après adoption du texte par les deux chambres du Parlement", a précisé la ministre. Evoquant le développement des contenus numériques en Algérie, la ministre a souligné que le "principal obstacle aujourd'hui consiste en l'hébergement des contenus en lÆabsence de banques de données dans la plupart des secteurs". "L'investissement dans les banques de données figure au titre des priorités du secteur, partant du principe que l'hébergement des données relatives à tous les secteurs est question de souveraineté nationale", a-t-elle ajouté. Sur un autre volet, la ministre a réaffirmé qu'aucune ouverture des capitaux des entreprises publiques relavant de son secteur n'était envisageable, affirmant que "ces dernières sont en bonne santé financière et disposent de toutes les technologies nécessaires pour assurer leur bon fonctionnement". Commentant les rumeurs selon lesquelles son ministère envisageait de bloquer certaines applications gratuites de communication par Internet, inscrites au titre des "Voice Over IP" à l'image de Viber et WhatsApp, la ministre a assuré que "cette question se pose sur la scène internationale et beaucoup de pays ont pris conscience de l'impérative révision du principe de non-ingérence dans les contenus du réseau Internet". "Les choses ne peuvent pas continuer dans ce sens, d'autant que les propriétaires de ces applications n'apportent aucune valeur ajoutée ni à l'Algérie ni à d'autres pays, car ne versant pas d'impôts et ne contribuant pas au transfert technologique alors qu'ils en récoltent des gains colossaux", a-t-elle poursuivi. "Aujourd'hui, il n'est pas question de bloquer ce type d'applications, car nous n'avons tout simplement pas d'alternative", a souligné Mme Feraoun appelant les jeunes algériens à développer des applications similaires qui soient purement algériennes. "Une fois cet objectif atteint, les opérateurs seront appelés à trouver la formule appropriée en vue de mettre en valeur leurs investissements sur le terrain et concurrencer ces applications", a-t-elle ajouté. "Bien que la liberté d'échange d'informations par Internet soit consacrée par la Loi algérienne, la préservation de la souveraineté de l'Etat nous confère le droit de bloquer certains sites préjudiciables à la société ou ceux qui font dans le trafic de drogue, la pédopornographie ou l'enrôlement électronique par les groupes terroristes", a encore souligné Mme Feraoun. L'instance de prévention contre la cybercriminalité créée en vertu d'un décret présidentiel a pour mission de "prévenir et non intervenir dans le contenu, les communications ou le contenu des emails", a fait rappeler la ministre ajoutant que "chaque fois qu'est détecté un site présentant un danger pour la sécurité des Algériens et la souveraineté de l'Etat, l'instance prévient les services de sécurité et la Gendarmerie qui font un travail colossal dans une totale discrétion en faveur de l'intégrité du pays et du peuple". L'entretien a été une occasion pour Mme Feraoun d'évoquer le volet relatif au secteur de la Poste qui a connu une année "positive" en termes de dividendes suite à la mise en oeuvre de la nouvelle feuille de route entrée en vigueur en juin dernier. Elle a relevé, dans ce sens, des résultats "positifs" concernant le problème de liquidité, la distribution du courrier et le recul de la durée de remise des colis, passée de sept à quatre jours, en attendant le mois de juin qui verra une adaptation aux standards internationaux en vigueur qui assurent la réception du colis par le concerné dans les 48 heures suivant son arrivée au bureau de poste. Source EL WATAN
29 Mar 2016 à 09:59

Ailleurs sur le web

Nous suivre
Annonce
PropellerAds
Vidéothèque

Les plus lues

Soufflet avec une pâte facile de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 22 Juin 2016 à 13:59

source : #Youtube #OumWalid 

Msemen à la farine le plus facile à faire de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 10 Oct 2016 à 10:55

Le secret pour réussir les msemens à la farine réside dans la pâte qu'il faudra bien travailler, type de farine et aussi dans le feuilletage,voir la vedio pour mieux comprendre le procédé. source : #youtube #OumWalid

Cake au Flan de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 04 Dec 2016 à 12:09

C'est un de mes desserts préférés je le fais vraiment souvent j'aime énormément sa texture bien fondante, vous pouvez choisir le goût que vous souhaitez chocolat, vanille, fraise ou caramel sans tarder voici la recette... source : #youtube #OumWalid

TIZI-OUZOU: La liste des bénéficiaires des logements sociaux dévoilée

Actualité - TIZI-OUZOU - 15 Nov 2016 à 18:15

Le chef-lieu de Tizi-Ouzou à connu une matinée particulièrement mouvementée, caractérisée par des coupures de routes au niveau de plusieurs quartiers et pour cause l'affichage de la liste des bénéficiaires des logements sociaux (Logement Public Locatif). Des citoyens qui ont postulé à cette formule et dont les noms ne figuraient pas sur liste ont barricadé plusieurs routes par des pneus en fumée provoquant des embouteillages dans le centre ville. Le fait de voir les attentes des protestataires prolongées ont fait tombé à l'eau toutes les tentatives des autorités locales pour essayer de calmer les esprits.

Sablé au halwa turc et cacahuètes

Elle Mag - Recettes - 28 Juin 2016 à 09:22

Ingrédients: pour environ 28 pièces (selon la taille de l'emporte-pièce) 250 g de beurre 125 g de halwa turc 50 g de sucre glace 2 jaunes d’œufs 1 paquet de levure chimique 1 càc de vanille 80 g de cacahuètes grillées et finement moulues Farine au besoin (environ 500g) Décoration: Environ 400 g de cacahuètes grillées et moulues 1 pot de confiture d'abricot Préparation: Battre le beurre avec le sucre puis ajouter la halwa turc et bien mélanger Ajouter les jaunes d’œufs un par un ensuite les cacahuètes moulues Ajouter la vanille puis la farine avec la levure jusqu'à obtention d'une pâte souple et lisse Laisser reposer la pâte un petit peu Étaler la pâte sur un plan de travail fariné à 5mm d'épaisseur Découper les sablés à l'aide d'un emporte-pièce ou un verre puis faire une ouverture au centre à l’aide d’un petit emporte pièce Faire cuire pendant environ 15 minutes à 180° Une fois les sablés refroidies, les rassembler en les collant avec de la confiture Badigeonner les sablés de confiture à l'aide d'un pinceau puis passer aux cacahuètes et décorer avec du chocolat fondu. source : fan-decuisine