Dossier Emploi | actu-algerie.com: Information et Actualité





dossier Emploi




Plus de 400 000 emplois perdus en moins d’une année

Economie - Emploi - 01 Aoû 2018 à 17:45

La précarité et l’instabilité dans le #monde du #travail sont les deux principaux indices dévoilés dans l’enquête de l’Office national des statistiques (ONS) sur l’emploi et le chômage. Dans ce dernier volet de l’étude, les chiffres, arrêtés au mois d’avril dernier, sont effrayants. Plus de 400 000 travailleurs ont perdu leur #emploi en moins d’une année.En effet, selon les données de cette institution, la crise économique qui frappe le pays, depuis plusieurs années déjà, impacte directement le marché de l’emploi. Certes, le chômage a légèrement baissé, mais les indices cités dans cette enquête témoignent d’une réalité amère du marché du travail.Sur la population au chômage, estimée à 1,378 000 personnes, 666 000 chômeurs ont quitté leur poste d’emploi au cours des deux dernières années, soit un taux de 46,5% du nombre global des personnes sans emploi. 74,4% des employés voués au chômage étaient recrutés sous contrat à durée déterminée (CDD). Un indice qui remet en cause la nature du recrutement dans le pays.Selon Djamel Abdelkader, consultant expert en relations du travail et directeur du cabinet Training développement, il y a une grande «méconnaissance» des types de contrats, voire carrément du code du travail. «Ce dernier n’autorise le CDD que pour les emplois temporaires.Ce n’est pas le contrat qui détermine la durée de l’emploi mais le contraire. Le recrutement doit se faire directement avec un contrat à durée indéterminée incluant une période d’essai et non avec un CDD renouvelable pour des postes de travail permanents», explique l’expert.Selon l’enquête, les secteurs ayant connu beaucoup d’interruption de la relation de travail sont le service marchand avec plus de 239 000 départs, suivi de l’administration avec 172 000 départs et les BTP avec 160 000 départs. Les raisons de cette cessation de travail sont diverses.Les plus importantes sont la fin de contrat (32,9%), la cessation de l’activité de l’entreprise (23,4%), les démissions (13,8%), les raisons de santé (6,9%) et les licenciement (6,7%). Cette dernière catégorie concerne 44 000 personnes. Entre public et privé, le secteur public connaît un peu moins de ruptures de relation de travail. C’est logique, vu qu’il n’est pas le plus grand pourvoyeur d’emplois dans le pays.Même si cette enquête s’est intéressée aux personnes ayant déjà travaillé, les primo-demandeurs constituent tout de même une grande partie des chômeurs dans le pays. Ils sont 712 000 à avoir du mal à trouver une embauche.Une difficulté accentuée avec la fermeture de plusieurs entreprises et une compression des effectifs dans d’autres.Selon Djamel Abdelkader, le marché du travail connaît beaucoup de défaillances et les statistiques de l’ONS sont certes des indicateurs mais restent insuffisantes.«Pour faire une analyse du marché de l’emploi en #Algérie, les données de l’ONS sont une bonne base pour aller au-delà de la langue des chiffres et comprendre les raisons de cette instabilité de l’emploi. Selon notre expérience, il y a beaucoup de malaises qui font que les employés ne restent pas longtemps à leurs postes.En plus des CDD, qui fragilisent le rapport de travail, il y a les relations entre l’administration et les employés, telles que la hogra et les harcèlements moral et physique sans compter les mauvaises conditions de travail», ajoute M. Abdelkader, qui revient sur la difficulté de trouver un emploi pour les primo-demandeurs où la formation universitaire et professionnelle est remise en cause.Pour lui, il est aujourd’hui indispensable de se pencher sérieusement sur la question du travail en Algérie en faisant de vraies analyses et surtout relancer le projet de création d’un observatoire de l’emploi et du travail. Selon notre expert, il y a eu beaucoup de tentatives de le créer sans pour autant aboutir à des résultats concrets.Sa création donnera une analyse réelle de la situation du marché de l’emploi et du travail dans notre pays.
Salon national du recrutement : A la recherche de la perle rare
Le Salon national du #recrutement et de l’entrepreunariat, Carrefour #Emploi 2017, a été inauguré hier, à l’office Riadh El Feth (#OREF) à Alger, sous la thématique «L’emploi et la création d’entreprises pour booster le développement économique». «Certains secteurs économiques échappent à l’emprise des contrecoups de la crise et notre objectif est, précisément, d’aider à créer ce lien nécessaire entre l’offre et la demande afin de contribuer à l’émergence de partenariats bénéfiques pour les différentes parties en action», a déclaré Ali Belkhiri, commissaire du Salon. Selon lui, plus de 2000 recrutements se font chaque année par le biais du Salon. Les visiteurs sont essentiellement des primo demandeurs, mais certains ne savent pas valoriser et vendre leur talent, faire un bilan de compétences ou un coaching des carrières. Ce #Salon démontre les tendances du marché. Certains secteurs sont en diminution, comme le BTPH, car la plupart des projets structurants sont pris en charge par l’Etat et beaucoup ont été gelés, d’autres sont saturés, comme la pharmacie et les cimenteries. Ali Belkhiri déplore l’absence de centres de carrière et le fait que l’université forme plus que les besoins exprimés. Parmi la trentaine d’entreprises participantes à ce Salon, on cite Nestlé Algérie, Henkel #Algérie, Kit Construction, AD Display, Wiko, l’entreprise chinoise CRCEG, Oxxo et Cevital pôle industrie. Le message que veut véhiculer les organisateurs est clair : la crise financière que traverse le pays demeure une aubaine, si l’on veut réellement mettre en place une économie alternative aux recettes des hydrocarbures pour peu que la volonté exprimée par les autorités soit suivie d’actes allant véritablement dans le sens de l’amélioration du climat des investissements dans le pays. La chute brutale des prix des hydrocarbures a conduit les autorités à adopter un nouveau modèle économique. Ce modèle d’économie alternative va s’appuyer sur une diminution drastique des importations et le développement de l’économie locale : industrie, agriculture, tourisme, transport et services. Les autorités vont ainsi encourager et aider les entreprises publiques et privées à se renforcer et à se développer pour être compétitives et se placer sur le marché national, dans une stratégie de substitution à l’importation et aux entreprises étrangères. Cette efficacité et cette compétitivité passent par le recrutement des compétences nécessaires à leur développement et la mise à niveau des ressources humaines (RH) qui sont à la base de la performance de l’entreprise. Outre les métiers qui sont toujours très demandés et qui souffrent d’un déficit chronique de l’offre par rapport à la demande et aux besoins des entreprises et institutions, tels que les informaticiens et les cadres de gestion (directeurs des finances, des RH, de l’audit), les secteurs économiques que le gouvernement va booster (industrie, TIC, agriculture et agroalimentaire, tourisme et hôtellerie, services) vont devoir recruter les compétences nécessaires au développement de leurs activités et de la productivité. Certains métiers totalement nouveaux sont en train d’émerger, d’autres sont en perte de vitesse, tandis que l’importance accordée par les recruteurs aux compétences comportementales devient centrale. Les dirigeants interrogés demandent des capacités de travail en équipe et d’interaction, des facultés à faire face à des changements rapides et enfin la capacité à résoudre des problèmes. La montée en puissance des métiers de la vente et de la gestion de la marque est confirmée. Cette tendance témoigne de l’importance accrue de la marque dans un monde où la concurrence est vive. Il faut renforcer la marque, lui donner du sens, raconter une histoire cohérente et créer des contenus. Source www.elwatan.com
19 Avril 2017 à 19:47

Ailleurs sur le web

Nous suivre
Annonce
PropellerAds
Vidéothèque

Les plus lues

Soufflet avec une pâte facile de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 22 Juin 2016 à 13:59

source : #Youtube #OumWalid 

Msemen à la farine le plus facile à faire de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 10 Oct 2016 à 10:55

Le secret pour réussir les msemens à la farine réside dans la pâte qu'il faudra bien travailler, type de farine et aussi dans le feuilletage,voir la vedio pour mieux comprendre le procédé. source : #youtube #OumWalid

Cake au Flan de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 04 Dec 2016 à 12:09

C'est un de mes desserts préférés je le fais vraiment souvent j'aime énormément sa texture bien fondante, vous pouvez choisir le goût que vous souhaitez chocolat, vanille, fraise ou caramel sans tarder voici la recette... source : #youtube #OumWalid

TIZI-OUZOU: La liste des bénéficiaires des logements sociaux dévoilée

Actualité - TIZI-OUZOU - 15 Nov 2016 à 18:15

Le chef-lieu de Tizi-Ouzou à connu une matinée particulièrement mouvementée, caractérisée par des coupures de routes au niveau de plusieurs quartiers et pour cause l'affichage de la liste des bénéficiaires des logements sociaux (Logement Public Locatif). Des citoyens qui ont postulé à cette formule et dont les noms ne figuraient pas sur liste ont barricadé plusieurs routes par des pneus en fumée provoquant des embouteillages dans le centre ville. Le fait de voir les attentes des protestataires prolongées ont fait tombé à l'eau toutes les tentatives des autorités locales pour essayer de calmer les esprits.

Sablé au halwa turc et cacahuètes

Elle Mag - Recettes - 28 Juin 2016 à 09:22

Ingrédients: pour environ 28 pièces (selon la taille de l'emporte-pièce) 250 g de beurre 125 g de halwa turc 50 g de sucre glace 2 jaunes d’œufs 1 paquet de levure chimique 1 càc de vanille 80 g de cacahuètes grillées et finement moulues Farine au besoin (environ 500g) Décoration: Environ 400 g de cacahuètes grillées et moulues 1 pot de confiture d'abricot Préparation: Battre le beurre avec le sucre puis ajouter la halwa turc et bien mélanger Ajouter les jaunes d’œufs un par un ensuite les cacahuètes moulues Ajouter la vanille puis la farine avec la levure jusqu'à obtention d'une pâte souple et lisse Laisser reposer la pâte un petit peu Étaler la pâte sur un plan de travail fariné à 5mm d'épaisseur Découper les sablés à l'aide d'un emporte-pièce ou un verre puis faire une ouverture au centre à l’aide d’un petit emporte pièce Faire cuire pendant environ 15 minutes à 180° Une fois les sablés refroidies, les rassembler en les collant avec de la confiture Badigeonner les sablés de confiture à l'aide d'un pinceau puis passer aux cacahuètes et décorer avec du chocolat fondu. source : fan-decuisine