Dossier Enquête | actu-algerie.com: Information et Actualité





dossier Enquête




Sécurité routière : les adolescents hyperactifs auraient plus d'accidents que les autres

Société - Enquête - 01 Avril 2018 à 23:55

En 2015, les jeunes conducteurs âgés de 18 à 24 ans représentaient 19 % des morts sur la route, alors qu'ils ne sont que 9 % du total des conducteurs. Les accidents de la route sont la première cause de décès chez les jeunes avec 619 décès en 2015, dont 408 en voiture.D'après une nouvelle étude menée par la University of Pennsylvania (aux États-Unis) les jeunes conducteurs souffrant de Troubles Déficit de l'#Attention /#Hyperactivité (#TDAH) auraient, en moyenne, plus de risques que les autres de subir un #accident de la #route ou d'avoir un comportement risqué en voiture.Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs ont suivi 60 jeunes conducteurs américains âgés de 16 à 17 ans, ayant obtenu leur permis de conduire depuis 90 jours ou moins. Ceux-ci ont été invités à s'entraîner à conduire sur un simulateur.Perception des risques altérée et impulsivité sur la routeLes chercheurs ont alors constaté que les adolescents qui présentaient des symptômes d'hyperactivité étaient également ceux qui se comportaient le plus dangereusement sur la route – absence de ceinture de sécurité, tendance à dépasser la vitesse autorisée, conduite risquée de nuit... De manière plus surprenante, les adolescents présentant des symptômes dépressifs étaient, en moyenne, plus prudents que les autres.« L'hyperactivité peut s'accompagner de problèmes de contrôle de soi et d'une perception des risques altérée : il est donc nécessaire de faire de la prévention auprès de ces jeunes conducteurs en particulier » affirment les chercheurs, dont les travaux ont été publiés dans la revue spécialisée Nursing Research. En France, on estime que 3 % à 5 % des enfants scolarisés souffrent de TDAH.
Schizophrénie : zoom sur les idées reçues les plus répandues
En France, 600 000 personnes souffrent de #schizophrénie : cette pathologie concernerait 1 % de la population nationale. Réalisé par le laboratoire Janssen, les associations PromesseS, UNAFAM, la Fondation Pierre Denicker et l’institut de sondage OpinionWay, le dernier Baromètre National de la Schizophrénie* braque les projecteurs sur cette maladie méconnue... et démonte certaines idées reçues.Première idée reçue : 81 % des Français considèrent que le dédoublement de la personnalité est « le » symptôme principal de la schizophrénie. En réalité, les personnes touchées par cette maladie peuvent souffrir d’hallucinations auditives et visuelles, de pensées délirantes, et des troubles du comportement pouvant s’accompagner d’angoisses massives.La schizophrénie, une maladie perçue comme « dangereuse »Deuxième idée reçue : la schizophrénie est perçue comme une maladie « dangereuse » par 83 % des Français, 77 % des médecins généralistes et 90 % des pharmaciens. Pire : à l’évocation du mot « schizophrénie » 40 % du grand public pensent spontanément à la « folie » !Troisième idée reçue : 20 % des Français pensent que l’on peut guérir de la schizophrénie... alors qu’il s’agit d’une maladie dont on ne guérit pas, à ce jour.D'après le Baromètre National de la Schizophrénie, 60 % à 78 % des personnes malades (ou atteintes de troubles associés) sont sans emploi. On y apprend enfin que 1 personne atteinte de schizophrénie sur 5 est sans domicile fixe ; 1 personne atteinte de schizophrénie sur 3 aura, dans sa vie, des problèmes de toxicomanie.*réalisé entre décembre 2017 et janvier 2018 auprès de 1102 Français issus du grand public, des patients, des professionnels de la santé et des conseillers départementaux. Source : communiqué de presse Baromètre National de la Schizophrénie
01 Avril 2018 à 23:55
Crash d’Air Algérie: la formation des pilotes mise en cause par les experts
Les pilotes du vol AH 5017 d’#Air #Algérie, affrété par la compagnie Swiftair, qui a crashé le 24 juillet 2014, n’avaient pas volé durant les huit mois précédant le #crash selon un rapport remis fin décembre par des experts judiciaires aux magistrats français et consulté par le journal français Le Figaro. De même source, on apprend que ce rapport des experts met en évidence les manquements en matière de formation des pilotes de la compagnie espagnole Swiftair qui avait affrété ce vol. Le document de 250 pages, note Le Figaro, est alarmant. Il montre comment #Swiftair a clairement manqué à ses obligations, notamment en matière de formation des pilotes. Ces derniers étaient, en fait, des saisonniers avec des longues périodes d’inactivité. Ils n’avaient pas volé les huit mois précédant le crash. “Swiftair n’a pas respecté ses engagements concernant les formations complémentaires à mettre en place suite à de longues périodes d’inactivité. Ce manquement génère un déficit d’entrainement”, notent les experts. Ces informations corroborent celles dévoilées par le principal syndicat de pilotes espagnol (SEPLA) en juillet 2016 : les pilotes espagnols n’étaient pas formés aux manœuvres qui auraient pu éviter le drame. Source m.huffpost.com
24 Jan 2017 à 21:18
Après le décès de deux nourrissons à Rouiba : des lots de vaccins Pentavalent retirés
Le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière a annoncé, ce lundi 10 octobre, le retrait des lots de vaccins utilisés après le décès de deux nourrissons à Rouiba et leur remplacement par d’autres lots par « principe de précaution et dans l’attente des résultats de l’enquête judiciaire ». Dans son communiqué, le département d’Abdelamalek Boudiaf évoque des réticences « vis-à-vis du vaccin combiné Pentavalent observées aussi bien chez les parents que chez les prestataires de la vaccination » suite auxquelles le comité national des experts de la vaccination a pris certaines mesures. Ce comité a notamment « estimé que dans l’attente des résultats de l’enquête judiciaire, le principe de précaution doit être maintenu pour faire face aux réticences préjudiciables au programme élargi de vaccination » mais recommande de maintenir le nouveau calendrier vaccinal « dès lors que les événements graves observés n’ont aucun rapport avec la nature de ce calendrier ». Le comité national des experts recommande également « le recours à un autre fournisseur pour le vaccin pentavalent qui obéit aux règles de la pré qualification de l’OMS est retenu, et que par conséquent le vaccin Pentavalent jusque-là utilisé, doit demeurer en quarantaine dans l’attente des résultats de l’enquête judiciaire ». Il conseille le maintien du « vaccin anti-pneumococcique (13 valences) utilisé ». Le ministère de la Santé précise cependant que « ces mesures revêtent un caractère provisoire dans l’attente des résultats de l’enquête judiciaire » et rappelle « que les vaccins du calendrier national de vaccination sont pré-qualifiés par l’Organisation mondiale de la Santé et obéissent aux critères d’efficacité et d’innocuité ». Le #Pentavalent est destiné à prévenir la survenue du tétanos, de la diphtérie, de la poliomyélite et de la coqueluche. Source www.tsa-algerie.com
11 Oct 2016 à 10:51
NOURRISSONS DÉCÉDÉS APRÈS LEUR VACCINATION Affaire du Pentavalent : les parents réclament la vérité
Le ministre de la Santé, Abdelmalek Boudiaf, a tenu à les rassurer qu’il attendait les résultats de l’enquête judiciaire pour connaître les vraies causes du décès des trois nourrissons. L’affaire du #décès de trois #nourrissons, deux à la clinique privée “les_Orangers” de Rouiba, à l’est d’#Alger, et un autre à l’hôpital de l’Arba (Blida), après avoir été vaccinés au #Pentavalent, est encore loin de livrer tous ses secrets. Et les récentes affirmations du ministre de la Santé, Abdelmalek Boudiaf, qui a écarté le fait que ce vaccin soit la cause de leur décès, ne convainquent surtout pas les familles des victimes. Pour les parents de Laeticia Idou, l’une des deux victimes de la clinique de Rouiba, L. et R. Idou, les questions restent encore posées sur le décès de leur fille et deux autres nourrissons, tant que, regrettent-ils, “ni les rapports d’#autopsie ni les résultats des analyses #toxicologiques ne sont publiés à ce jour”. Dans leur lettre intitulée “M. le ministre, de quoi est décédée notre fille ?”, les parents de Laeticia réclament, de ce fait, la “levée du voile sur la vérité quant au décès de (leur) fille pour enfin pouvoir faire (leur) deuil”. Le ministre avait, rappelons-le, cité les résultats des analyses effectuées par l’Institut Pasteur sur le vaccin incriminé, en l’occurrence le Pentavalent. Ce vaccin consiste en une formule englobant 5 vaccins — d’où le nom Pentavalent — prescrite pour protéger les nouveau-nés de la diphtérie, de la coqueluche, du tétanos, de la poliomyélite et des infections invasives à haemophilus influenzae de type B (méningites, septicémie…). Le décès des trois enfants avait néanmoins contraint le ministre de la Santé à ordonner la suspension de la formule Pentavalent et sa substitution par une autre, trivalent, (3 vaccins), pour, justifie-t-il, faire face à la résistance affichée par les parents contre le Pentavalent soupçonné d’être dangereux pour la santé des enfants. “Malgré toutes les affirmations du ministre de la Santé quant à l’innocuité du vaccin et son obstination à nier l’évidence, le Pentavalent a fini par être retiré définitivement du marché algérien (…)”, soulignent dans leur plainte les parents de l’une des deux victimes enregistrées à la clinique de Rouiba, qui regrettent que le fait que le ministre “n’avance pas la moindre explication ou raison valable” de ce retrait. Ce qui conforterait, selon eux, l’hypothèse de “la responsabilité directe” du vaccin dans le décès de leur fille. Si le ministre avait affirmé qu’il préférait attendre les résultats de l’enquête enclenchée par la justice sur ce dossier pour définir les vraies causes des trois décès, cela ne l’avait pas empêché de soupçonner “une fièvre interne”, (“houmma dakhilia”, pour reprendre son propos tenu en arabe). “Une invention non répertoriée dans les encyclopédies médicales”, regrettent les parents de la victime, non sans dénoncer “des propos méprisants” du ministre pour avoir déclaré, se rappellent-ils, qu’“il n’y avait que deux décès sur 7 enfants vaccinés à Rouiba et 1 seul sur 33 à l’hôpital de l’Arba”. Interrogé à ce sujet, M. Boudiaf a tenu à les rassurer qu’il attendait, comme eux, les résultats de l’enquête pour connaître les vraies causes du décès des trois nourrissons. Il a également tenu à préciser qu’il comprend parfaitement la détresse des parents et partage leur douleur et que sa déclaration n’avait pas pour objectif de minimiser le drame, “loin s’en faut”. Il promet de rendre publics les résultats de l’enquête dès qu’ils seront connus. Source LIBERTÉ
10 Oct 2016 à 14:48

Ailleurs sur le web

Nous suivre
Annonce
PropellerAds
Vidéothèque

Les plus lues

Soufflet avec une pâte facile de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 22 Juin 2016 à 13:59

source : #Youtube #OumWalid 

Msemen à la farine le plus facile à faire de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 10 Oct 2016 à 10:55

Le secret pour réussir les msemens à la farine réside dans la pâte qu'il faudra bien travailler, type de farine et aussi dans le feuilletage,voir la vedio pour mieux comprendre le procédé. source : #youtube #OumWalid

Cake au Flan de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 04 Dec 2016 à 12:09

C'est un de mes desserts préférés je le fais vraiment souvent j'aime énormément sa texture bien fondante, vous pouvez choisir le goût que vous souhaitez chocolat, vanille, fraise ou caramel sans tarder voici la recette... source : #youtube #OumWalid

TIZI-OUZOU: La liste des bénéficiaires des logements sociaux dévoilée

Actualité - TIZI-OUZOU - 15 Nov 2016 à 18:15

Le chef-lieu de Tizi-Ouzou à connu une matinée particulièrement mouvementée, caractérisée par des coupures de routes au niveau de plusieurs quartiers et pour cause l'affichage de la liste des bénéficiaires des logements sociaux (Logement Public Locatif). Des citoyens qui ont postulé à cette formule et dont les noms ne figuraient pas sur liste ont barricadé plusieurs routes par des pneus en fumée provoquant des embouteillages dans le centre ville. Le fait de voir les attentes des protestataires prolongées ont fait tombé à l'eau toutes les tentatives des autorités locales pour essayer de calmer les esprits.

Sablé au halwa turc et cacahuètes

Elle Mag - Recettes - 28 Juin 2016 à 09:22

Ingrédients: pour environ 28 pièces (selon la taille de l'emporte-pièce) 250 g de beurre 125 g de halwa turc 50 g de sucre glace 2 jaunes d’œufs 1 paquet de levure chimique 1 càc de vanille 80 g de cacahuètes grillées et finement moulues Farine au besoin (environ 500g) Décoration: Environ 400 g de cacahuètes grillées et moulues 1 pot de confiture d'abricot Préparation: Battre le beurre avec le sucre puis ajouter la halwa turc et bien mélanger Ajouter les jaunes d’œufs un par un ensuite les cacahuètes moulues Ajouter la vanille puis la farine avec la levure jusqu'à obtention d'une pâte souple et lisse Laisser reposer la pâte un petit peu Étaler la pâte sur un plan de travail fariné à 5mm d'épaisseur Découper les sablés à l'aide d'un emporte-pièce ou un verre puis faire une ouverture au centre à l’aide d’un petit emporte pièce Faire cuire pendant environ 15 minutes à 180° Une fois les sablés refroidies, les rassembler en les collant avec de la confiture Badigeonner les sablés de confiture à l'aide d'un pinceau puis passer aux cacahuètes et décorer avec du chocolat fondu. source : fan-decuisine