Dossier Environment | actu-algerie.com: Information et Actualité





dossier Environment




L'Algérie s'engage à réduire de 7% ses émissions de gaz à l'horizon 2030

Actualité - Environment - 23 Nov 2017 à 11:01

La ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables, Mme Fatma Zohra Zerouati, a affirmé jeudi à Bonn (Allemagne), la possibilité pour l'Algérie de réduire de 22 % ses émissions de gaz causant le réchauffement climatique, si elle venait à bénéficier de l'aide financière et technologique nécessaire, indique un communiqué du ministère. Dans son intervention lors des travaux de la 23ème réunion des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), dans le cadre du sommet international sur les changements climatiques (COP23) qu'abrite la ville de Bonn en Allemagne, la ministre a réaffirmé "l'engagement de l'Algérie à réduire de 7 % ses émissions de gaz causant le réchauffement climatique à l'horizon 2030, un taux qui pourrait atteindre 22 % si l'Algérie venait à bénéficier de l'aide financière et technologique nécessaire". Les travaux du sommet international sur les changements climatiques (COP23) se déroulent en présence du président de la conférence, du secrétaire générale de l'ONU, de la secrétaire exécutive de l'accord cadre de l'ONU sur les changements climatiques et des ministres de l'Environnement de plusieurs pays. "L'Accord de Paris sur le climat dont nous célébrons la deuxième année de mise en £uvre, régira les politiques des Etats, y compris celles liées à l'économie et au développement", a indiqué la ministre soulignant la nécessité d'introduire à ces politiques, le volet climat. L'Algérie figure parmi les premiers pays à avoir adhéré à l'accord en avril 2016. L'Algérie est aussi parmi les pays les plus touchés par le phénomène du changement climatique, et a, de tout temps, veillé à lutter contre ce phénomène par ses propres moyens tout en marquant son intérêt en faveur de "l'introduction de nouvelles dispositions constitutionnelles en vue de préserver l'environnement", a souligné Mme Zerouati. Au volet énergies renouvelables, Mme Zerouati a indiqué que l'Algérie tendait, à travers son Plan national à développer ce secteur pour parvenir à produire 27% de son énergie électrique à partir de ressources renouvelables à l'horizon 2030, soit 22.000 Mégawatt. Elle a, par ailleurs, qualifié d'"ambitieux" les efforts de l'Algérie en la matière par rapport à la conjoncture financière difficile que traverse le pays, note le communiqué. Au terme de son allocution, la ministre a réaffirmé le soutien de la délégation algérienne aux travaux de la conférence afin de parvenir à élaborer des textes leur permettant d'engager des débats plus profonds à partir de l'année prochaine. Mme. Zerouati a également réaffirmé la disponibilité de l'#Algérie à poursuivre la collaboration avec toutes les parties pour réaliser des résultats satisfaisants pour tout un chacun", conclut le communiqué.
Mort mystérieuse de milliers d'oiseaux à Ghardaïa
Plus de 1 800 cadavres de volatiles ont été ramassés depuis septembre dernier à ce jour dans la zone humide du lac de la Sebkhat El-Maleh située à la sortie sud du chef-lieu de la circonscription administrative d’El-Menea à 275 km au Sud de #Ghardaïa, rapporte ce lundi l’agence officielle, citant la conservation des forêts de la wilaya. Ces oiseaux de différentes espèces dont une grande partie des tadornes casarcas, des poules d’eau, des sarcelles marbrées et des canards à col-vert ont été retrouvés morts dans la zone du lac « Sebkhat El Maleh », classé zone humide d’importance internationale par la convention de Ramsar, selon la même source.
07 Nov 2016 à 19:42
Le plus grand sanctuaire marin au monde va être créé en Antarctique
Le plus grand sanctuaire marin au monde, destiné à protéger la zone immaculée de l’Antarctique, va être créé suite à un accord obtenu vendredi 28 octobre en Australie, après des années de négociations. Cet accord, conclu lors de la réunion annuelle de la Commission pour la conservation de la faune et de la flore marines de l’Antarctique (CCAMLR) à Hobart, sur l’île de Tasmanie, permettra la création d’une zone protégée dans la mer de Ross, une immense baie côté Pacifique, sous juridiction néo-zélandaise. Ce projet était présenté par les Etats-Unis et la Nouvelle-Zélande. Le sanctuaire s’étendra sur une superficie de plus de 1,55 million de kilomètres carrés, dont 1,12 million de kilomètres carrés interdit à la pêche, selon le ministre des affaires étrangères néo-zélandais, Murray McCully. LA RUSSIE DONNE SON ACCORD Quelques modifications ont dû être apportées au texte, afin qu’il puisse être approuvé à l’unanimité par les 25 membres de la commission, mais « l’accord final tient en équilibre la protection marine, la pêche durable et les intérêts scientifiques », a précisé M. McCully. « Les frontières de l’aire marine protégée (AMP) restent cependant inchangées », a-t-il ajouté. La Russie était le dernier pays à s’opposer au projet, en raison des droits de pêche. La Chine avait apporté son soutien en 2015. Un deuxième projet, à l’agenda de la réunion, porté par la France et l’Australie, n’a pas eu le temps d’être approuvé. Il portait sur une autre vaste zone marine couvrant un million de kilomètres carrés, dans l’est de l’#Antarctique. L’océan Antarctique, qui représente 15 % de la surface des océans, abrite des écosystèmes exceptionnels, riches de plus de 10 000 espèces uniques, en bonne partie préservés des activités humaines mais menacés par le développement de la pêche et de la navigation. Source mobile.lemonde.fr
28 Oct 2016 à 16:01
Plus de 90% de la population mondiale respire un air trop pollué, selon l'OMS
L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié mardi un nouveau rapport sur la qualité de l'air. Elle appelle à "une action rapide pour faire face à la pollution atmosphérique".
27 Sep 2016 à 11:28
Ces cotons-tiges seront interdits à la vente en France à partir de 2020
Accusés de polluer les océans en raison des matières plastiques qu'ils contiennent, plusieurs produits d'hygiène seront même bannis deux ans plus tôt. Cotons-tiges, tampons avec applicateur, crèmes exfoliantes, solutions de gommage, gels douches "à billes"… Utilisés quotidiennement par des millions de Français, ces produits d’hygiène et de beauté sont essentiellement fabriqués à partir de plastique. Un matériau qui entre parfois même dans la composition du produit, par exemple sous la forme de microbilles. Or, l'impact environnemental de ces produits cosmétiques est loin d'être neutre, comme l'explique Antidia Citores, la porte-parole de l'association Surfrider Fondation Europe, dans les colonnes du Parisien. "En 2015, nous avons retrouvé pas moins de 16.226 cotons-tiges dans les rivières ou sur les littoraux européens. Mis bout à bout, cela équivaut à trois tour Eiffel et demie !" En 2015, 16 226 cotons-tiges ont été récoltés sur les plages. N'attendons pas 2020 pour adopter des alternatives ! D'un diamètre inférieur à 5 millimètres, les microbilles de plastique sont présentes dans environ 10% des produits disponibles sur le marché. Et particulièrement utilisées par les fabricants de dentifrice et de gels douches. Problème, elles ne parviennent pas être à correctement traitées lors de leur arrivée en station d'épuration et finissent donc leur vie dans les cours d'eau, causant du tort à la faune, notamment aux saumons et aux baleines. La loi Biodiversité va limiter la vente de ces produits Dans le quotidien, la porte-parole de Surfrider Fondation Europe explique que l'ensemble de ces déchets "relâche des substances chimiques qui continuent de se diffuser dans l'environnement tout au long de leur durée de vie. Elles viennent également s'agglomérer au "continent plastique" et risquent de perforer les organes des oiseaux et des poissons qui les ingèrent." Face à la pression des organisations environnementales, la question d'une éventuelle interdiction de ces produits a été inscrite dans le projet de loi Biodiversité présentée par la secrétaire d'État Barbara Pompili. En adoptant cette loi le 20 juillet dernier, les parlementaires français ont donc décidé d'interdire à la vente un grand nombre de produits d'hygiène et de beauté contenant des matières plastiques. À compter du 1er janvier 2018, de nombreuses références contenant des billes de plastique seront interdites à la vente. Deux ans plus tard, au 1er janvier 2020, ce sont les cotons-tiges en plastique qui seront bannis des rayons. Seule alternative possible, opter pour des bâtonnets fabriqués en papier biodégradable (et donc recyclables) ou des modèles réutilisables. Source: bfmtv
05 Aoû 2016 à 11:03
Tipasa : Amnésie autour d’un projet de massacre environnemental
En décidant de construire le grand port commercial stratégique centre à l’Est de la ville de Cherchell , la communication officielle s’est illustrée par son silence sur la répercussion de ce projet, qui entrainera la disparition de 3000 (trois milles) hectares de terres agricoles à haute valeur agronomique, notamment l’arboriculture, la viticulture, les cultures maraîchères et les semences. Nonobstant les exploitations agricoles du secteur privé, plus d’une soixantaine d’exploitations agricoles collectives (EAC) et une dizaine d’exploitations agricoles individuelles (EAI), 03 fermes pilotes et une pépinière, toutes seront appelées à fondre dans le béton chinois. « Le bureau d’étude international sud-coréen » a fait délibérément le choix du site sans aucun souci. Avec leurs œillères sur leurs visages, les algériens sont chargés à présent d’occuper le terrain pour prendre les mesures, avant de procéder au recensement général de toutes ces superficies qui se trouvent « dans le couloir de la mort », après la décision hâtive et inexplicable des hautes autorités du pays. Le Président Abdelaziz Bouteflika avait été induit en erreur en choisissant ce site paradisiaque. Il avait pourtant signé des textes de lois pour protéger tous les sites naturels forestiers, le littoral, les sites qui renferment des richesses agricoles et culturelles. Aucun ministre n’avait effectué une visite d’inspection au niveau de ce site situé à l’Est de la ville de Cherchell, afin de pouvoir s’enquérir de la réalité du site avant de décider de l’implantation de ce grand port commercial. Entre le site Cap Rouge (Ouest de Cherchell) jusqu’à l’entrée Est de la localité côtière de Sidi-Ghilès, la possibilité de construire un grand port commercial avec un coût inférieur à celui d’El-Hamdania, existe bel et bien. Ce n’est qu’à la fin du mois de février 2016, deux mois après la décision politique de la fin de l’année 2015, que le dossier d’étude relatif à la construction du port de Cherchell et de l’autoroute qui reliera ce port à l’autoroute Est/Ouest avait atterri dans les bureaux de la wilaya de Tipasa. L’amnésie autour de ce projet dévastateur qui provoquera ; s’il est maintenu dans le site d’El-Hamdania ; un crime écologique sans précédent dans cette partie du littoral méditerranéen est inquiétante. Aucun média n’a daigné effectué un reportage sur le site d’El-Hamdania pour dévoiler les paysages paradisiaques sur lesquelles sera construit le port et ses annexes. Le Premier Ministre Abdelmalek Sellal avait répété à maintes reprises que le grand port commercial sera construit à l’Ouest de Cherchell. Messieurs Bedoui Nordine, Amar Ghoul, Ferroukhi Sid Ahmed, Nouri Abdelouahab, Azzedine Mihoubi, respectivement responsables des départements ministériels de l’Intérieur et des collectivités locales ; de l’aménagement du territoire ,du tourisme et de l’artisanat ; de l’agriculture et de la pêche ; des ressources en eau et de l’environnement ; de la culture ; feront mieux d’effectuer une visite ensemble sur le site, pour voire de visu l’étendue des dégâts d’abord et ensuite faire le parallèle entre leurs discours officiels et la décision qu’ils viennent d’approuver lors du Conseil des Ministres en date du 30 décembre 2015 , en cas où les chinois entameront la démolition totale du littoral, des plages, des criques ,des collines boisées et des terres agricoles avant d’ériger le grand port commercial à El Hamdania. Les marins pêcheurs connaissent parfaitement les fonds marins qui longent le site. L’utilisation de la dynamite en très grande quantité est inéluctable. Les conséquences seront désastreuses. Les 22 canons du 15ème siècle immergés (monuments historiques, ndlr) et les vestiges archéologiques vont disparaître. En plus de la disparition de 03 ZET (zone d’expansion touristique) d’une superficie de 231 ha ; sans tenir compte des criques, les 03 plages (Hamdania 1 et 2 plus Oued Bellah) d’une surface globale de 140.000 m2 connaîtront le même sort. Le secteur de l’hydraulique avait investi des centaines de milliards de centimes au niveau du périmètre irrigué de la Mitidja Ouest.
14 Mar 2016 à 21:30

Ailleurs sur le web

Nous suivre
Annonce
PropellerAds
Vidéothèque

Les plus lues

Soufflet avec une pâte facile de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 22 Juin 2016 à 13:59

source : #Youtube #OumWalid 

Msemen à la farine le plus facile à faire de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 10 Oct 2016 à 10:55

Le secret pour réussir les msemens à la farine réside dans la pâte qu'il faudra bien travailler, type de farine et aussi dans le feuilletage,voir la vedio pour mieux comprendre le procédé. source : #youtube #OumWalid

Cake au Flan de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 04 Dec 2016 à 12:09

C'est un de mes desserts préférés je le fais vraiment souvent j'aime énormément sa texture bien fondante, vous pouvez choisir le goût que vous souhaitez chocolat, vanille, fraise ou caramel sans tarder voici la recette... source : #youtube #OumWalid

TIZI-OUZOU: La liste des bénéficiaires des logements sociaux dévoilée

Actualité - TIZI-OUZOU - 15 Nov 2016 à 18:15

Le chef-lieu de Tizi-Ouzou à connu une matinée particulièrement mouvementée, caractérisée par des coupures de routes au niveau de plusieurs quartiers et pour cause l'affichage de la liste des bénéficiaires des logements sociaux (Logement Public Locatif). Des citoyens qui ont postulé à cette formule et dont les noms ne figuraient pas sur liste ont barricadé plusieurs routes par des pneus en fumée provoquant des embouteillages dans le centre ville. Le fait de voir les attentes des protestataires prolongées ont fait tombé à l'eau toutes les tentatives des autorités locales pour essayer de calmer les esprits.

Sablé au halwa turc et cacahuètes

Elle Mag - Recettes - 28 Juin 2016 à 09:22

Ingrédients: pour environ 28 pièces (selon la taille de l'emporte-pièce) 250 g de beurre 125 g de halwa turc 50 g de sucre glace 2 jaunes d’œufs 1 paquet de levure chimique 1 càc de vanille 80 g de cacahuètes grillées et finement moulues Farine au besoin (environ 500g) Décoration: Environ 400 g de cacahuètes grillées et moulues 1 pot de confiture d'abricot Préparation: Battre le beurre avec le sucre puis ajouter la halwa turc et bien mélanger Ajouter les jaunes d’œufs un par un ensuite les cacahuètes moulues Ajouter la vanille puis la farine avec la levure jusqu'à obtention d'une pâte souple et lisse Laisser reposer la pâte un petit peu Étaler la pâte sur un plan de travail fariné à 5mm d'épaisseur Découper les sablés à l'aide d'un emporte-pièce ou un verre puis faire une ouverture au centre à l’aide d’un petit emporte pièce Faire cuire pendant environ 15 minutes à 180° Une fois les sablés refroidies, les rassembler en les collant avec de la confiture Badigeonner les sablés de confiture à l'aide d'un pinceau puis passer aux cacahuètes et décorer avec du chocolat fondu. source : fan-decuisine