Dossier Europe | actu-algerie.com: Information et Actualité





dossier Europe




L'acteur Sean Penn à Istanbul pour un documentaire sur Khashoggi

International - Europe - 12 Dec 2018 à 21:33

AFPL’acteur américain Sean Penn se trouvait mercredi à Istanbul afin de travailler sur un documentaire sur le journaliste saoudien Jamal Khashoggi, tué il y a deux mois dans le consulat de son pays dans la métropole turque, ont rapporté les médias.Selon l’agence de presse étatique turque Anadolu, l’acteur aux deux Oscars s’est rendu devant le consulat d’Arabie saoudite où son équipe a tourné des images.Dans une vidéo publiée par des médias turcs, Sean Penn apparaît habillé en noir de pied en cap en train de s’adresser à un caméraman devant une barrière de la police turque empêchant l’accès au consulat.C’est dans cette représentation diplomatique que #Jamal #Khashoggi, un éditorialiste saoudien qui résidait aux Etats-Unis et écrivait notamment pour le Washington Post, a été tué le 2 octobre.Ce meurtre a suscité une vague d’indignation mondiale et considérablement terni l’image de l’#Arabie #saoudite, dont le prince héritier Mohammed ben Salmane dément toute implication en dépit de nombreuses accusations.Le président américain soutient publiquement le prince saoudien, mais d’influents sénateurs républicains l’ont accusé mardi d’avoir “ordonné” l’opération ayant coûté la vie à Jamal Khashoggi.#Sean #Penn, âgé de 58 ans, acteur engagé, est connu pour ses prises de position sur la politique ou les débats de société aux Etats-Unis, mais aussi pour ses initiatives, parfois controversées, dans d’autres pays.Il s’est ainsi attiré de nombreuses critiques après avoir réalisé en 2015, avec l’actrice Kate del Castillo, une interview du narcotrafiquant mexicain Joaquin “El Chapo” Guzman alors en cavale.Sean Penn a remporté l’Oscar du meilleur acteur à deux reprises : en 2004 pour son rôle dans “Mystic River” et en 2009 pour son interprétation, dans “Harvey Milk”, du premier conseiller municipal ouvertement gay de San Francisco, assassiné dans les années 70.
Les Européens instaurent un troc pour échapper aux sanctions américaines contre l'Iran
Les Européens ont annoncé la création d’un système de troc afin de préserver leur commerce avec l’Iran tout en échappant aux sanctions américainesLes Européens ont annoncé la création d’un système de troc afin de préserver leur commerce avec l’Iran tout en échappant aux #sanctions #américaines, défiant Donald Trump au moment où il devait mardi à l’ONU se livrer à une nouvelle charge contre Téhéran.Cette initiative vise à sauver l’accord sur le nucléaire iranien de 2015 malgré la sortie fracassante des #Etats-#Unis de ce texte en mai.“Concrètement, les Etats membres de l’Union européenne vont instaurer une entité légale pour faciliter les transactions financières légitimes avec l’Iran”, a expliqué la cheffe de la diplomatie de l’Union européenne, Federica Mogherini, dans une déclaration lue lundi soir conjointement avec le ministre iranien des Affaires étrangères, Javad Zarif, à New York.“Ce système permettra aux compagnies européennes de continuer à commercer avec l’#Iran(...) et pourrait être ouvert à d’autres partenaires dans le monde”, a-t-elle ajouté à l’issue d’une réunion des six pays encore parties à l’accord.Les représentants de ces six pays - France, Grande-Bretagne, Chine, Russie, Allemagne et Iran - se sont réunis en marge de l’Assemblée générale annuelle des Nations unies, à la veille d’un discours très attndu de Donald Trump.Ce “véhicule dédié” européen (Special purpose vehicle - SPV) fonctionnera comme un système de troc ou une bourse d’échanges à partir de la vente de pétrole iranien, première ressource du pays.Chambre de compensation“Cela ressemblera à une chambre de compensation. Lorsque que nous importerons du pétrole d’Iran,l’argent sera versée au SPV. Si ensuite une machine est vendue par une société européenne en Iran, le paiment interviendra via le SPV”, a expliqué un diplomate européen à l’AFP. Ce mécanisme “immunise” acheteurs et vendeurs en évitant des transactions en dollars qui pourraient les exposer à des sanctions américaines, renchérit une source diplomatique française.“Le pétrole est la seule contrepartie que l’Iran peut donner (...) Il permet aux recettes du pétrole d’être utilisées pour importer des biens”, poursuit cette source.L’accord conclu en 2015 est censé empêcher l’Iran de se doter de la bombe atomique et le sortir parallèlement de son isolement économique grâce à une levée des sanctions qui l’étranglaient.Mais en claquant la porte de l’accord, Donald Trump a rétabli une série de lourdes sanctions visant aussi les entreprises ou pays étrangers qui continueraient de faire des affaires avec Téhéran. Sous la menace, nombre de grands groupes (Total, Daimler...) très engagés aux Etats-Unis ont depuis cessé toute activité avec l’Iran par craintes de représailles américaines.Le 4 novembre, une nouvelle vague de sanctions frappera directement les exportations de pétrole iraniennes et les opérations bancaires avec ce pays, qui va se retrouver de facto déconnecté des circuits financiers internationaux.Risque d’escalade régionale Les nouveaux canaux de paiement doivent “rassurer les acteurs économiques”, a souligné devant la presse Federica Mogherini. Il s’agit aussi de préserver les bénéfices économiques attendus par l’Iran en échange de son maintien dans l’accord et de son renoncement à un programme nucléaire militaire.“Pour sauver l’accord, nous avons besoin de solutions concrètes préservant les voies de paiements et le commerce avec l’Iran”, a insisté le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas.Les Européens redoutent que l’Iran ne reprenne sinon son programme nucléaire et ne déclenche une course à l’arme atomique dans la région.Ils s’inquiètent aussi d’un affaiblissement du président iranien Hassan Rohani, ardent défenseur de l’accord nucléaire mais qui, pour l’heure, n’en a pas engrangé les bénéfices escomptés, au profit des éléments les plus radicaux du régime.“Si les fronts se durcissent, rien n’ira mieux, rien ne sera plus simple, tout deviendra plus difficile et plus dangereux. Ce chemin conduirait à une impasse et mènerait au danger d’une escalade régionale”, a averti le chef de la diplomatie allemande. Lundi, le président iranien Hassan Rohani a affirmé à la chaîne de télévision NBC que son pays avait choisi de rester pour l’instant dans l’accord nucléaire.
25 Sep 2018 à 20:20
Suisse : un canton vote à une écrasante majorité pour "l'interdiction de la burqa"
Tous les électeurs de la Confédération helvétique seront amenés à se prononcer sur cette question, probablement l’an prochain, au niveau national.Les deux tiers environ des habitants du canton suisse de Saint-Gall ont voté dimanche en faveur d’une “#interdiction de la #burqa” dans l’espace public de leur région, une règlementation déjà en vigueur depuis juillet 2016 dans le Tessin voisin.Tous les électeurs de la Confédération helvétique seront amenés à se prononcer sur cette question, probablement l’an prochain, au niveau national.L’ensemble du corps électoral suisse votait par ailleurs le même jour sur des questions d’agriculture et d’environnement, notamment sur le passage d’un moratoire actuellement en vigueur concernant le recours aux OGM à un abandon pur et simple de leur utilisation.Dans le canton de #Saint-#Gall (nord-est), près de 67% des électeurs ont donné leur aval au texte sur la burqa déjà adopté par le parlement régional avec le soutien de la droite populiste et du centre, mais dont les Verts et la Jeunesse socialiste avaient bloqué l’application en prenant l’initiative de ce référendum, selon des résultats officiels.Désormais, “toute personne qui se rend non reconnaissable en dissimulant son visage dans l’espace public et met ainsi en danger la sécurité publique ou la paix sociale et religieuse sera punie d’une amende”.Fredy Fässler, un socialiste chargé de la sécurité et de la justice dans ce canton, a dénoncé le flou de cette législation, en particulier sur la question de savoir quand une femme portant la burqa représente un danger.En outre, a-t-il expliqué dans le quotidien Le Temps, les détracteurs de cette mesure “redoutent des sanctions imprévisibles et arbitraires”.Il n’existe pas de loi qui règle la question sur l’ensemble du territoire suisse, le gouvernement considérant qu’elle est du ressort des cantons.Les Suisses se prononceront pourtant sur le sujet à l’occasion d’un référendum national, vraisemblablement en 2019, car un groupe de citoyens a réussi à collecter dans le délai imparti les 100.000 signatures nécessaires à l’organisation d’un vote populaire.- OGM, normes sociales -L’ensemble des électeurs suisses votaient parallèlement dimanche sur deux initiatives populaires issues des milieux écologistes et agricoles, exigeant une restructuration de la production agricole.L’une d’elles, baptisée “Pour la souveraineté alimentaire”, imposerait les normes sociales et écologiques applicables en Suisse aux produits importés, sous peine d’interdiction ou de droits de douane.Le texte prévoit la transformation du moratoire sur les OGM en interdiction définitive. Institué après un référendum en 2005, et déjà prolongé trois fois par le Parlement, il court jusqu’en 2021.Le gouvernement fédéral s’oppose aux deux initiatives agricoles.“Le lobby agricole s’efforce de s’isoler du reste de l’économie et de la concurrence internationale”, a à cet égard déploré Stefan Legge, un économiste de l’université de Saint-Gall, interrogé par l’AFP.Bien que la majorité des Suisses reste largement favorable à l’interdiction des OGM, l’initiative devrait être rejetée, d’après une récente étude d’opinion du groupe de médias Tamedia.Pendant la campagne, le sujet des OGM “n’a pas été abordé. Les faux arguments sur des hausses de prix massives, sur un manque de choix et sur une volonté d’isoler la Suisse sont ceux qui portent préjudice à notre initiative”, a déclaré à l’AFP Michelle Zufferey, une responsable chez Uniterre, le syndicat agricole à l’origine de l’initiative.Le gouvernement a pour sa part agité auprès des consommateurs le risque d’inflation. “Si nous relevons les exigences, cela ne peut que conduire à une augmentation des prix. Et pour l’instant, hélas, tout le monde ne peut pas forcément s’offrir du bio”, a fait valoir le président suisse Alain Berset, dans Le Temps.
23 Sep 2018 à 21:54
Vers la fin de l'heure d'hiver dans l'UE
La #Commission #européenne va proposer ce vendredi la disparition dans l’UE du changement d’heure en hiver et en étéLa Commission européenne va proposer vendredi la disparition dans l’UE du changement d’heure en hiver et en été, suite à une consultation de plusieurs millions de citoyens européen, a annoncé son président Jean-Claude Juncker.“Nous allons décider cela aujourd’hui” au sein de l’exécutif européen, déclaré M. Juncker à la chaîne de télévision allemande ZDF, indiquant que l’idée serait de rester en permanence à l’heure d’été.“Nous avons réalisé une consultation publique” sur le sujet entre début juillet et mi-août, “des millions de personnes ont répondu et sont d’avis qu’à l’avenir c’est l’heure d’été qui devrait être tout le temps la règle, et nous allons réaliser cela”, a ajouté le président de la Commission.“Lorsque l’on consulte les citoyens sur quelque chose il convient aussi ensuite de faire ce qu’ils souhaitent”, a-t-il ajouté.La décision finale devra toutefois être prise par le Parlement européen, qui dans le passé s’était déjà dit plutôt favorable à la fin du changement d’heure, et aux États de l’Union européenne.Le changement entre heure d’été et d’hiver, introduit eneuropéenne l’origine pour réaliser des économies d’énergie, suscite une controverse permanente depuis des années. Ses détracteurs mettent en avant notamment les perturbations physiologiques que cela entraînerait.
31 Aoû 2018 à 14:15
Italie: au moins 20 morts dans l'effondrement d'un viaduc autoroutier à Gênes
Les images de télévision montrent des dizaines de secouristes s’activant autour de carcasses de camions et de voitures précipités dans le videSTEFANO RELLANDINI / REUTERSAu moins 20 personnes ont été tuées mardi dans l’effondrement d’une longue portion d’un viaduc de l’autoroute A10 à #Gênes, dans le nord de l’#Italie, qui a précipité voitures et camions dans le vide d’une hauteur de 45 mètres.“Je confirme malheureusement qu’il y a 22 morts, et ce bilan risque de s’alourdir”, a déclaré Eduardo Rixi, vice-ministre italien des Infrastructures, à la télévision.Un peu plus tard, le responsable de la protection civile, Angelo Borrelli, a lui fait état d’un bilan provisoire de 20 morts confirmés et 13 blessés, en précisant qu’aucune habitation n’avait été touchée.“Je suis avec une immense appréhension ce qui est arrivé à Gênes et qui se profile comme une immense tragédie”, avait réagi plus tôt le ministre des Transports et des Infrastructures, Danilo Toninelli.Les images de télévision montrent des dizaines de secouristes s’activant autour de carcasses de camions et de voitures précipités dans le vide, sur une soixantaine de mètres de longueur.Sur des images, on voit un camion vert arrêté juste avant le trou béant du pont écroulé. Le pont dit #Morandi s’est effondré vers 12H00 (10H00 GMT), en grande partie sur des voies ferrées qu’il surplombait.Les débris du viaduc ont touché les locaux d’une usine dont l’entrée se trouve en contrebas, mais seul le parking semble avoir été touché. L’entreprise était vide à l’approche du 15 août, jour férié, à l’exception de la présence d’une équipe de maintenance.Certains habitants proches des lieux ont confié à la télévision Rai avoir d’abord pensé à “un tremblement de terre” en entendant le bruit assourdissant du pont qui s’écroulait.Travaux de consolidationSelon la société italienne des autoroutes “des travaux de consolidation étaient en cours sur la base du viaduc”.“Les travaux et l’état du viaduc faisaient l’objet d’activités constantes d’observation et de vigilance de la part du tronçon de Gênes. Les causes de l’écroulement feront l’objet d’analyses approfondies dès qu’il sera possible d’accéder en toute sécurité aux lieux”, a assuré la société.Le ministre des Transports a lui déclaré que “les premières indications sembleraient indiquer que la manutention avait été faite”.“Ces tragédies ne peuvent pas arriver dans un pays civilisé comme l’Italie. La manutention est prioritaire sur toute autre chose et les responsables devront payer”, a-t-il néanmoins poursuivi, sur la chaîne de télévision TG1.Au moment du drame, les précipitations étaient intenses en Ligurie, où les services météorologiques avaient émis une alerte aux orages et aux fortes pluie.L’autoroute A10, dite “autoroute des fleurs”, relie Gênes à Vintimille, à la frontière française. En raison du relief très accidenté de la région, entre mer et montagne, son parcours est jalonné de longs viaducs et de tunnels.Construit entre 1963 et 1967, année de son inauguration, le pont d’une longueur de 1.182 mètres a été édifié avec une structure mixte, en ciment armé précontraint et en ciment armé ordinaire, selon le site internet ingegneri.info. La France est aux côtés de l’Italie” et “se tient prête à apporter tout le soutien nécessaire”, a assuré sur Twitter le président français Emmanuel Macron.La chancelière allemande Angela Merkel a elle aussi présenté ses condoléances sur Twitter: “Tout comme de nombreux Allemands, je pense aux victimes et à leurs proches”.
14 Aoû 2018 à 22:55
UE: l'Italie impose des conditions pour accepter les migrants sauvés en mer
ALESSANDRO FUCARINI VIA GETTY IMAGESL’UE est confrontée à un sérieux problème avec la décision de l’#Italie de lier le débarquement dans ses ports des #migrants sauvés en #Méditerranée à un partage de leur prise en charge avec d’autres Etats membres, au risque de compromettre les opérations européennes de sauvetage en mer.“L’Italie ne veut plus être l’unique pays de débarquement des migrants sauvés en mer par les unités navales de l’opération #Sophia”, a fait savoir le ministre des Affaires étrangères Enzo Moavero Milanesi dans un courrier à la cheffe de la diplomatie de l’UE Federica Mogherini.Les implications de cette décision ont été discutées vendredi à Bruxelles par les ambassadeurs des Etats membres, et un grand nombre de pays ont signifié au représentant de l’Italie leur mécontentement face à une forme de chantage, ont confié à l’AFP plusieurs sources européennes.L’Italie commande l’opération militaire européenne Sophia lancée en juin 2015 à la suite d’une série de naufrages meurtriers.“L’opération Sophia est maintenue et continue”, ont assuré vendredi soir à l’AFP trois sources européennes impliquées dans le dossier.“Les Etats membres se sont donné cinq semaines, soit jusqu’à la fin du mois d’août, pour trouver une solution à la demande de l’Italie de ne plus être obligatoirement le pays où sont débarqués les migrants embarqués à bord des navires de l’opération”, ont-elles expliqué.“La solution sera difficile à trouver car elle pose les questions: +Que faire des rescapés ? Où les débarquer, qui va les prendre en charge ?”, a souligné une source diplomatique. Le risque est que les Etats engagés dans Sophia ne mettent plus de bateaux à disposition de l’opération, selon elle.Six navires de pays de l’UE - Italie, France, Irlande, Espagne, Slovénie et Allemagne - sont actuellement engagés dans cette mission chargée de lutter contre la traite humaine et d’éviter les naufrages entre l’Italie et les côtes de Libye.Sophia a permis de secourir en mer près de 44.000 personnes depuis son lancement en 2015, soit 10% des sauvetages enregistrés au cours des trois années, a indiqué en juillet son commandant, l’amiral italien Enrico Credentino.Fermer les ports d’ItalieMais le ministre italien de l’Intérieur Matteo Salvini, patron du mouvement d’extrême droite la Ligue, est décidé à fermer les ports italiens aux navires des missions de sauvetage après les avoir interdits aux bateaux affrétés par des ONG.L’Italie a officiellement demandé à ne plus être le seul pays de débarquement identifié dans le mandat de l’opération Sophia qui se termine à la fin de l’année.Et le Premier ministre italien Giuseppe Conte a informé le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker des conditions désormais imposées pour les débarquements en Italie des migrants sauvés en mer.Les débarquements en Italie ne seront autorisés qu’à la seule condition que d’autres pays de l’Union européenne aient accepté de prendre en charge une partie des personnes secourues en mer, a précisé M. Conte dans une lettre à M. Juncker.Le gouvernement populiste italien veut forcer la main à ses partenaires européens et leur impose de fait les conditions déjà imposées pour le débarquement de quelque 450 migrants assistés en mer et transbordés dans deux navires militaires.Les navires avaient pu accoster en Sicile au cours du week-end des 14 et 15 juillet après l’engagement pris par la France, l’Allemagne, l’Espagne, le Portugal et Malte de prendre chacun en charge une cinquantaine de rescapés.La Libye dit nonEn réponse à M. Conte, dans une missive dont l’AFP a obtenu copie, M. Juncker a expliqué que “ces solutions ad hoc ne pouvaient être durables sur le long terme”.Le chef de la Commission a toutefois accepté de poursuivre sa médiation pour trouver des volontaires pour un partage en cas d’urgence, et cela jusqu’à ce qu’une solution définitive soit trouvée pour la prise en charge des migrants recueillis en mer.Les traversées au départ des côtes d’Afrique du Nord vers l’Italie se sont considérablement réduites et une nouvelle route vers l’Espagne est utilisée pour les passages.Lors du dernier sommet européen fin juin à Bruxelles, les dirigeants des 28 avaient convenu de réfléchir à des “plateformes régionales de débarquement” dans des pays tiers pour les migrants secourus dans les eaux internationales.Les autorités libyennes se sont dites vendredi “absolument contre le fait que l’Europe veuille tout à fait officiellement installer chez nous les migrants illégaux dont on ne veut pas dans l’UE”. L’Egypte, la Tunisie et le Maroc ont également refusé de tels centres.Les dirigeants de l’UE ont également évoqué la création de “centres contrôlés” sur le territoire de l’UE pour y transférer les personnes sauvées en mer.La Commission va présenter “la semaine prochaine” des concepts pour ces centres contrôlés dans l’UE et dans les pays tiers, a précisé vendredi Natasha Bertaud, porte-parole responsable du dossier migrations.
21 Juil 2018 à 10:10
Allemagne: parution bloquée pour un ouvrage polémique sur l'islam
Le polémiste allemand Thilo Sarrazin à Berlin - Photo d'archive. Un polémiste allemand à succès a accusé vendredi sa maison d’édition de refuser de publier son dernier ouvrage en raison d’un contenu très critique envers l’islam, l’affaire devant se régler devant la justice à partir de lundi.La sortie du livre de #Thilo #Sarrazin, “OPA hostile - Comment l’#islam freine le progrès et menace la société”, était initialement prévue pour fin août mais sa maison d’édition, #Random #House, qui appartient au groupe Bertelsmann, a annulé celle-ci, a affirmé l’auteur au quotidien Bild.“L’éditeur avait payé la deuxième tranche et a pris le manuscrit (...) Après un long va-et-vient concernant sa date de sortie, le refus de l’éditeur de publier le livre m’a été signifié début mai”, explique l’auteur au quotidien allemand.M. Sarrazin, un auteur néo-conservateur de 73 ans aux positions proches de l’extrême droite sur l’immigration, précise avoir conclu dès novembre 2016 un contrat avec la maison d’édition, sur la base d’une présentation d’une dizaine de pages, et avoir livré le manuscrit mi-février de cette année.“Ce n’est aucunement de la censure”, a indiqué à l’AFP Random House, confirmant que la maison d’édition “n’allait pas publier son ouvrage mais que l’auteur était libre d’en trouver un autre”.Elle a cependant précisé que ce livre n’avait “pas été annoncé”.Dans ce nouvel opus, l’auteur entend traiter de manière critique les développements de l’islam et les interprétations du #Coran, explique Bild.Il compte mener l’affaire en justice où une audience est prévue lundi devant le tribunal de grande instance de Munich.“Nous avons une audience entre M. Sarrazin et une maison d’édition, Random House”, a confirmé auprès de l’AFP une porte-parole du tribunal, tout comme la maison d’édition.Ancien haut fonctionnaire de la banque centrale allemande et membre du parti social-démocrate, M. Sarrazin avait déclenché une immense polémique en 2010 lors de la publication d’un pamphlet anti-islam intitulé “L’#Allemagne court à sa perte”.Il s’en prenait dedans aux quelque 4 millions de musulmans qui vivent en Allemagne, les accusant de refuser de s’intégrer. Et reprochait à son pays de “s’abrutir” sous le poids des immigrés musulmans.Grand succès en librairie, ce livre avait permis à son auteur de devenir millionnaire.
07 Juil 2018 à 22:00
Gareth Bale offre une troisième Ligue des champions d'affilée au Real Madrid face à Liverpool
Grâce notamment à un but sensationnel de Gareth Bale, le Real Madrid a décroché sa troisième Ligue des champions de suite en battant Liverpool à Kiev (3-1). La sortie précoce de Mohamed Salah a précipité la chute des Reds, minés d'autant plus par un Karius catastrophique.Le match : 3-1Dans un match encore énorme, sur la lignée de cette Ligue des champions 2017-2018 déraisonnée, le #Real #Madrid a continué de marquer l'histoire ce samedi à Kiev, en remportant sa troisième #Ligue des #champions de suite, la 13e au total, face à un #Liverpool excitant mais trop vite privé de sa star Mohamed Salah, et miné par son gardien (3-1). Le moment le plus dingue de la soirée a été le premier but de Gareth Bale, sorti du banc pour décrocher le titre. Encore un coaching gagnant de #Zinédine #Zidane, devenu le premier entraîneur de l'histoire à s'imposer trois fois d'affilée dans cette compétition.Le film du match= 4 && $index === 2" infos="item.pubs[1].objet" >Sûrement gonflés à bloc par l'énorme ambiance assurée par leurs supporters durant toute la journée, les Reds ont imprimé un gros pressing en début de rencontre. Comme à leur habitude, leurs attaques rapides ont fait mal, mais le Real Madrid a laissé passer la vague. Alors que l'euphorie commençait à gagner le kop anglais, le match a changé sur une action, celle qui a entraîné la sortie de Mohamed Salah(31e, voir par-ailleurs). Le Real, qui avait déjà été dangereux sur un tir au-dessus de Ronaldo (15e), a alors pris le dessus, parvenant à se sortir du pressing anglais. La sortie de Dani Carvajal peu de temps après celle de l'Egyptien, en pleurs lui aussi, vraisemblablement touché à une cheville, n'a pas enrayé la prise de confiance merengue. Sans son leader, Liverpool s'est enfoncé.La tête à l'envers, les Reds ont craqué en début de seconde période, sur une relance à la main désastreuse de leur gardien Loris Karius (51e). Un Benzema dans un très grand soir, privé d'un but pour hors-jeu avant la pause, l'a parfaitement exploité pour lancer Madrid. On pensait Liverpool au fond du gouffre, mais le kop anglais s'est réveillé sur une action où Varane a empêché Firmino de reprendre de la tête un centre venu de la gauche. Sur le corner de Milner qui a suivi, Lovren a pris le dessus sur Ramos de la tête, avant de voir Sadio Mané prolonger dans le but de Navas (55e).Mais derrière, le Real a réenclenché sa marche en avant. Karius, remis de sa bourde, a détourné une frappe écrasée d'un Isco décevant (59e). L'Espagnol est sorti dans la foulée pour l'entrée de Bale. Un tournant, puisque le Gallois a fait basculer la partie d'un geste incroyable (voir par ailleurs). Liverpool, avec le coeur, a manqué de revenir encore en voyant Mané heurter le poteau gauche d'une frappe décroisée (70e). Karius a sorti une balle de break devant Benzema (81e), mais Bale a encore frappé derrière, en exploitant une deuxième toile du gardien allemand (83e) sur un tir de trente mètres. Deux erreurs de cette ampleur, c'est lourd, beaucoup trop lourd à ce niveau.Benzema est devenu le quatrième Français buteur lors d'une finale de la Ligue des champions, après Basile Boli (en 1993), Marcel Desailly (en 1994) et Zinédine Zidane (en 2002).Le tournant : l'entrée de Gareth BaleAlors que la BBC était attendue au coup d'envoi, Zidane avait préféré aligner Isco à la place de Bale, pour remettre le même onze que lors de la finale remportée contre la Juve l'an dernier. Mais le milieu espagnol n'a pas vraiment pesé en meneur, avec des mauvais choix et une frappe sur la barre qu'il aurait largement pu placer plus précisément (48e). Zidane a sorti le numéro 22 pour lancer Gareth Bale à l'heure de jeu, et le Gallois a illuminé la nuit ukrainienne.On avait eu le retourné historique de Ronaldo contre la Juventus en quarts de finale aller, on a eu celui de Bale en finale. Cette fois, le centre est venu de la gauche, par Marcelo, et Bale a frappé le ballon du gauche. En confiance, après une saison où il a encore été beaucoup blessé et critiqué, l'ancien de Tottenham a profité d'une énorme erreur de Karius pour signer un doublé d'une frappe des 30 mètres.Le fait : la sortie de Mohamed SalahSon duel à distance avec Cristiano Ronaldo était présenté comme le symbole de la finale. Mais Mohamed Salah n'a pas pu mener son rêve jusqu'au bout. Le génie des Reds a quitté le terrain en pleurs après 31 minutes de jeu, face à un virage de Liverpool K.-O. debout devant la scène. Image poignante. L'Egyptien a pourtant serré les dents, mais a vite dû se rendre à l'évidence. Il était blessé trop sérieusement à l'épaule gauche, après un duel avec Sergio Ramos, qui lui a fait une clé de bras pour le tirer au sol, sans pour autant être sanctionné ne serait-ce que d'une faute par M. Mazic.Salah s'est relevé, a repris au courage. On l'a vu les mains sur les genoux, incapable d'accélérer. Puis il s'est écroulé, moins de deux minutes après. Ses pleurs resteront comme une image principale de la soirée à Kiev. Jürgen Klopp a lancé Adam Lallana à sa place, l'Anglais entrant à gauche du trio offensif, et Sadio Mané passant à droite. Sans Salah, qui avait quasiment tout réussi jusqu'à sa sortie, avec notamment un ballon par-dessus déposé pour une occasion d'Alexander Arnold (8e) et une ouverture en une touche délicieuse vers Mané (17e), Liverpool n'a plus été le même. L'Egyptien, lui, pourrait aussi rater son rêve de Mondial selon la BBC.
26 Mai 2018 à 22:55
Football: Lionel Messi dépasse les 100 millions d'euros de revenus sur une saison
FOOTBALL - Salaires mirobolants au menu du classement annuel “Salaires des stars” qui sera publié mardi par le quotidien France Football et recense les plus gros revenus de la planète football, joueurs comme entraîneurs. Cette année, le quotidien annonce un record, “quelque chose d’énorme”, “du jamais vu”. En effet, l’Argentin et quintuple Ballon d’Or Lionel Messi culmine au top 20 du classement avec 126 millions d’euros (M€) de revenus, intégrant salaires bruts, primes et revenus publicitaires accumulés sur la saison 2017/2018.Un record de plus pour l’Argentin car, jusque-là, aucun footballeur n’a jamais dépassé 100 millions d’euros de revenus sur une saison en cours. France Football relève par ailleurs que #Lionel #Messi “se hisse à un niveau d’ordinaire atteint par des boxeurs d’exception, un Floyd Mayweather ou un Manny Pacquiao, voire LeBron James, la star du basket NBA et des Cleveland Cavaliers”.Sans surprise, il est talonné par Cristiano Ronaldo, habituellement premier du classement et qui, cette fois, se hisse à la seconde place avec 94M€ de revenus cette saison, suivi de Neymar Jr avec 81,5M€, Gareth Bale avec 44M€ et Gerard Piqué avec 29M€. D’autre part, le quotidien a également réalisé un classement des entraîneurs les mieux payés (comprenant également les salaires bruts, primes et revenus publicitaires accumulés sur la saison 2017-2018). Le portugais Jose Mourinho, entraineur de Manchester United, arrive en tête avec 26M€. Il est suivi de l’italien Marcello Lippi, entraîneur de l’équipe nationale chinoise avec 23M€.En 3ème place, Diego Simeone (Atlético Madrid) avec 22M€ de revenus, suivi de près par le coach du Real Madrid, Zinedine Zidane, qui cumule 21M€. L’espagnol Pep Guardiola (Manchester City) arrive en 5ème position avec 20M€. La suite sera dévoilée dès ce lundi 18h30 sur le site du média et à partir de mardi dans la version papier. Des analyses compléteront les classements afin de comprendre “la mécanique de ces salaires dans l’économie du football”, selon France Football. 
23 Avril 2018 à 13:30
L'Algérien Lyesse Laloui distingué par le Conseil européen de la recherche
Originaire de Touggourt, Pr Lalaoui dirige le Laboratoire de mécanique des sols de la prestigieuse Ecole Polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL)Le chercheur algérien,Pr #Lyesse #Laloui, a été distingué par le Conseil européen de la recherche (#CER) qui lui a attribué le prestigieux prix  “Advanced ERC Grant”, pour le projet Biogeos, lui reconnaissant, ainsi, son rang de leader dans le domaine de la recherche en bio-cimentation. Le projet #Biogeos (BIO-mediated GEO-material Strengthening) développe l’utilisation de processus biologiques en géotechnique ayant pour vertu de renforcer la stabilité des infrastructures. Les innovations développées au sein de ce projet sont en train de “révolutionner” les technologies de stabilisation des sols et apporter une réponse durable à la protection des infrastructures face aux phénomènes climatiques, tels que les tremblements de terre, les glissements de terrain ou encore les phénomènes d’érosion du sol.Utilisées à une plus grande échelle, ces méthodes pourraient apporter une solution aux émissions des gaz à effets de serre dans le domaine de la construction et  contribuer directement à la lutte contre le #réchauffement #climatique.Le prix “Advanced ERC Grant” est doté d’un soutien financier de 2,5 millions d’euros.Originaire de Touggourt, Pr Lalaoui, qui dirige le Laboratoire de mécanique des sols de la prestigieuse Ecole Polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), s’est formé à Alger où, en 1987, il obtient un Master en génie civil à l’Ecole nationale supérieure des Travaux publics.Il poursuivi son cursus universitaire à l’Ecole centrale de Paris (France), couronné en 1989, par un Master en mécanique du sol et structure et obtient un doctorat en 1993.Après un passage dans un laboratoire associé au Centre national de la Recherche scientifique (CNRS-France), il rejoint en 1994, l’EPFL. Il fonde ensuite une publication dédiée à ses problématiques de prédilection, multiplie les conférences et les publications.Il rejoint une université américaine et enchaîne les expertises auprès d’industriels et de décideurs politiques, en Chine notamment, auprès du géant du pétrole Sinopec.
15 Avril 2018 à 10:31





Ailleurs sur le web

Nous suivre
Annonce
PropellerAds
Vidéothèque

Les plus lues

Soufflet avec une pâte facile de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 22 Juin 2016 à 13:59

source : #Youtube #OumWalid 

Msemen à la farine le plus facile à faire de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 10 Oct 2016 à 10:55

Le secret pour réussir les msemens à la farine réside dans la pâte qu'il faudra bien travailler, type de farine et aussi dans le feuilletage,voir la vedio pour mieux comprendre le procédé. source : #youtube #OumWalid

Cake au Flan de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 04 Dec 2016 à 12:09

C'est un de mes desserts préférés je le fais vraiment souvent j'aime énormément sa texture bien fondante, vous pouvez choisir le goût que vous souhaitez chocolat, vanille, fraise ou caramel sans tarder voici la recette... source : #youtube #OumWalid

TIZI-OUZOU: La liste des bénéficiaires des logements sociaux dévoilée

Actualité - TIZI-OUZOU - 15 Nov 2016 à 18:15

Le chef-lieu de Tizi-Ouzou à connu une matinée particulièrement mouvementée, caractérisée par des coupures de routes au niveau de plusieurs quartiers et pour cause l'affichage de la liste des bénéficiaires des logements sociaux (Logement Public Locatif). Des citoyens qui ont postulé à cette formule et dont les noms ne figuraient pas sur liste ont barricadé plusieurs routes par des pneus en fumée provoquant des embouteillages dans le centre ville. Le fait de voir les attentes des protestataires prolongées ont fait tombé à l'eau toutes les tentatives des autorités locales pour essayer de calmer les esprits.

Sablé au halwa turc et cacahuètes

Elle Mag - Recettes - 28 Juin 2016 à 09:22

Ingrédients: pour environ 28 pièces (selon la taille de l'emporte-pièce) 250 g de beurre 125 g de halwa turc 50 g de sucre glace 2 jaunes d’œufs 1 paquet de levure chimique 1 càc de vanille 80 g de cacahuètes grillées et finement moulues Farine au besoin (environ 500g) Décoration: Environ 400 g de cacahuètes grillées et moulues 1 pot de confiture d'abricot Préparation: Battre le beurre avec le sucre puis ajouter la halwa turc et bien mélanger Ajouter les jaunes d’œufs un par un ensuite les cacahuètes moulues Ajouter la vanille puis la farine avec la levure jusqu'à obtention d'une pâte souple et lisse Laisser reposer la pâte un petit peu Étaler la pâte sur un plan de travail fariné à 5mm d'épaisseur Découper les sablés à l'aide d'un emporte-pièce ou un verre puis faire une ouverture au centre à l’aide d’un petit emporte pièce Faire cuire pendant environ 15 minutes à 180° Une fois les sablés refroidies, les rassembler en les collant avec de la confiture Badigeonner les sablés de confiture à l'aide d'un pinceau puis passer aux cacahuètes et décorer avec du chocolat fondu. source : fan-decuisine