Rubrique Hi Tech | actu-algerie.com: Information et Actualité





Hi Tech




Comparatif : quel est le meilleur antivirus 2018 - 2019 ?

Hi Tech - Technologie - 11 Fév à 21:07

Après une année 2017 et un premier trimestre 2018 marqués par une recrudescence sans précédent des menaces informatiques, il est plus important que jamais de protéger ses appareils et ses données personnelles. Comme chaque année, les principaux éditeurs de sécurité -Avast, Avira, Bitdefender, ESET, Kaspersky, Symantec (Norton), Trend Micro ou encore Microsoft - renouvellent ou améliorent leurs solutions de protection antivirus avec plus ou moins d'efficacité.Comment choisir le meilleur antivirus ?Des fonctions de protection natives des systèmes d'exploitation, aux antivirus gratuits, en passant par les suites de sécurité ultras complètes, voici un comparatif de quelques-unes des meilleures offres de protection disponibles actuellement sur le marché.Quel est le meilleur antivirus en 2018 - 2019 ?Sur le pied de guerre, les éditeurs de sécurité ont considérablement renforcé leurs technologies de détection ces dernières années. Les résultats des laboratoires de tests indépendants AV Comparatives et AV Testmontrent que la plupart des suites de sécurité sont désormais au coude à coude avec un taux de détection identique ou très proche. Dans ce domaine, les éditeurs BitDefender, Trend Micro, #Kaspersky et McAfee se distinguent toutefois en obtenant les meilleures notes dans les deux laboratoires.Les tests réalisés entre les mois d'octobre et novembre 2017 sur les dernières versions des antivirus prennent notamment en compte le taux de détection de différents types d'attaques (exploits zero-day, ransomwares...), l'impact sur les performances du système, l'interface et l'ergonomie, ainsi que le nombre de faux positifs (blocages de programmes inoffensifs).La majorité des suites de sécurité propose des licences multiplateformes incluant Windows, macOS, Android, et dans une moindre mesure iOS. En règle générale, les protections pour Windows et Android sont beaucoup plus abouties que celles pour macOS et surtout iOS qui demeurent cloisonnés par Apple. Selon GFK, BitDefender continue de dominer le marché des antivirus grand public en France avec 36,5 % de parts de marché en 2017 devant Kaspersky (35,5 %) et Norton (27,5 %).De conception différente, Malwarebytes Premium ne fait pas partie des antivirus testés par les laboratoires indépendants. La version payante de l'éditeur californien n'en demeure pas moins une excellente solution de sécurité pour Windows, mais également Mac et Android. L'éditeur se concentre essentiellement sur un mode de défense proactif pour protéger les utilisateurs contre les menaces les plus avancées : malwares, ransomwares, exploits zero-day, sites web malveillants, cryptominage, rootkits, etc.Malwarebytes Premium intègre plusieurs modules d'analyse comportementale et heuristique de dernière génération, ainsi qu'un scan de correspondance de signatures de virus équivalent à ceux utilisés par les #antivirus traditionnels. Ultraléger et réactif, le logiciel est également reconnu pour ses puissants outils de remédiation (technologie de désinfection des charges malveillantes). Une solution moderne qui s'impose désormais comme une alternative des plus convaincantes aux antivirus traditionnels.Quid des suites de sécurité gratuites ?De plus en plus complètes, les solutions gratuites d'Avira, Avastet Microsoft n'ont pas à rougir face aux suites payantes. Comme en témoignent les tests d'AV Comparatives, elles parviennent à bloquer respectivement 99,7 %, 99,6 %, et 99,1 % des attaques.Au grand dam des éditeurs de sécurité, l'antivirus Windows Defender intégré nativement dans Windows 10 par Microsoft a nettement progressé depuis la mise à jour Fall Creators Updatedéployée le 17 octobre 2017. Il dispose désormais d'un ensemble de boucliers défensifs lui permettant de lutter contre tous les types de menaces, y compris les ransomwares, les exploits, les sites web malveillants, etc.Le Centre de sécurité de Windows propose également un pare-feu et un système de contrôle parental, deux fonctions généralement réservées aux suites de sécurité payantes. Même s'il n'est pas encore tout à fait au niveau de ses concurrents gratuits et payants et qu'il protège uniquement les appareils Windows, Windows Defenderassure désormais une protection suffisante pour les utilisateurs aguerris et prudents.Les suites Avast Free Antivirus et Avast Free Antivirus ne se démarquent véritablement plus que par leurs déclinaisons multiplateformes et quelques options additionnelles telles que des modules de surveillance du réseau Wi-Fi, de protection de la webcam, un gestionnaire de mots de passe ou encore un VPN indépendant (Avira). Même si dans l'ensemble, les antivirus gratuits ont amélioré leur niveau de défense, certaines couches de protections demeurent réservées aux versions payantes. Trop limitées, les défenses anti-phishing constituent l'un des principaux points faibles des antivirus gratuits.Une protection globaleFace à l'évolution constante des menaces, les techniques d'analyse traditionnelles qui reposent sur les bases de signatures des codes malveillants ne suffisent plus à protéger les internautes. Les éditeurs se concentrent désormais sur la défense proactive en tentant d'améliorer sans cesse leurs moteurs heuristiques et comportementaux. Chargés de détecter les nouveaux programmes malveillants et les variantes de ceux déjà connus, ils se basent sur la reconnaissance de morceaux de codes ainsi que sur le comportement des fichiers en exécution.Dans ce domaine, BitDefender, ESET, Kaspersky, McAfee ou encore Malwarebytes possèdent les technologies les plus abouties avec un taux de détection quasi constant de 100 %. Outre leurs différentes technologies de protection, les logiciels antivirusse distinguent par leurs fonctionnalités additionnelles (surveillance des réseaux Wi-Fi, protection bancaire, centre de contrôle web, pare-feu, navigateur sécurisé, VPN...), ainsi que la gestion multiplateforme, la convivialité de l'interface utilisateur, les possibilités de réglages avancés, ou encore leur impact sur les performances système.On constate également cette année d'importantes différences de tarifs entre les licences des éditeurs qui sont rarement justifiées. Certains éditeurs comme Symantec, ESET ou McAfee offrent à leurs abonnés un accès gratuit et illimité à leurs supports client composés d'experts. Autant de critères à prendre en compte avant de faire son choix.Les clés pour choisir un antivirusAvec la multiplication des outils de protection intégrés dans les OS, les logiciels antivirus gratuitset les suites de sécurité payantes à renouveler chaque année, faire son choix peut vite devenir un véritable casse-tête.Avant toute chose, il est important de déterminer quels sont vos besoins en fonction de votre niveau de connaissance en informatique, du nombre d'appareils et OS à protéger, de vos usages et bien sûr de votre budget. Pour mettre en place la meilleure protection possible, il convient également de bien comprendre les rouages, les capacités, mais aussi les limites des antivirus.Comment faire son choix ?Si vous faites partie des internautes prudents ayant une parfaite connaissance des bonnes pratiques de sécurité à respecter pour éviter les dangers, un antivirus gratuit tel que Windows Defender peut faire l'affaire.À partir du moment où vous recherchez une solution plus complète pour protéger tous les appareils du foyer, deux choix s'offrent à vous : opter pour une suite de sécurité gratuite (Avast Antivirus, Avira Antivirus...), ou privilégier un abonnement à une édition payante à renouveler chaque année telle que McAfee Antivirus Plus ou Trend Micro Maximum Security.Pour vous aider à faire votre choix, nous avons testé et confronté les dernières versions des principaux antivirus du marché en nous concentrant notamment sur leur capacité défensive, leurs fonctions additionnelles, leur impact sur le système et l'interface utilisateur.Quel est le minimum que doit faire mon antivirus ?Chaque année, les éditeurs de sécurité détectent plusieurs centaines de millions de fichiers malveillants à travers le monde. Les virus qui se propagent au hasard d'ordinateur en ordinateur en les bloquant ou en détruisant leurs données ne sont plus vraiment à l'ordre du jour. Même si les éditeurs continuent d'exploiter les bases de signatures traditionnelles pour les détecter, la grande majorité des cyberattaques actuelles reposent aujourd'hui sur des techniques beaucoup plus sophistiquées. Des spywares aux adwares (logiciels espions et publicitaires), en passant par les trojans, les rootkits, le cryptomining, les malwares, les ransomwares, les exploits de vulnérabilité, ou encore le phishing, les internautes sont menacés de toutes parts. Ces attaques visent à infecter les machines connectées dans le but de subtiliser des informations confidentielles (coordonnées bancaires, mots de passe, adresses email...), prendre le contrôle d'un ordinateur à distance, chiffrer des données personnelles afin d'exiger une rançon à leur propriétaire contre leur restitution (ransomwares), etc.Pour lutter contre l'ensemble des menaces connues et inconnues, les suites de sécurité disposent d'une part d'une base de signatures virales mises à jour en permanence via le cloud, et d'autre part, de différents boucliers défensifs plus ou moins avancés.
Messenger : supprimer un message, c'est enfin possible (et voici comment faire)
Parce qu'on a tous un jour (ou un autre) regretté un message à peine envoyé sur Messenger, il est désormais possible de supprimer ces quelques paroles que l'on aurait souhaité ne jamais avoir expédiées.En gestation chez Facebook depuis quelque temps, la précieuse fonction qui permet de supprimer un message à peine envoyé sur Messenger est désormais disponible, et sera déployée progressivement à partir d'aujourd'hui.Supprimer un message sur Messenger, c'est (enfin !) possible !Peu importe la raison pour laquelle vous souhaitez #supprimer un #message à peine envoyé via #Messenger, vous pourrez désormais facilement rattraper votre erreur en effaçant ce dernier pour tous les participants de la conversation, en respectant toutefois un temps limité après l'avoir envoyé.Selon Facebook : "la limite de temps pour supprimer un message envoyé sur Messenger a été pensée pour donner aux utilisateurs davantage de flexibilité et de contrôle sur leurs messages, tout en prévenant les éventuels abus de cette fonctionnalité." Ainsi, Facebook accorde un délai de 10 minutes pour supprimer (ou non) un message qui a été envoyé.Pour cela, il suffit de cliquer sur le message en question, et sélectionner l'option "Effacer pour tout le monde". Le message sera alors remplacé par une notification, indiquant que le message originel a été supprimé. A noter qu'il est également possible de supprimer un message pour soi-même, mais dans ce cas, même si le message a disparu sur l'application de l'utilisateur, il restera visible des autres participants.Rappelons que cette fonctionnalité a procédé à un test grandeur nature dans 4 pays (Pologne, Colombie, Bolivie et Lituanie), et ce, depuis le mois de Novembre. La fonction est actuellement en cours de déploiement sur les versions iOS et Android de Messenger.
08 Fév à 18:56
Intelligence artificielle: Des chercheurs développent un outil capable de retranscrire nos pensées en paroles
Les chercheurs tentent de reconstituer des sons en se basant sur les signaux électriques émis par le cerveauUne équipe de neuro-ingénieurs de l’Université de Columbia (États-Unis) a développé une #intelligence #artificielle capable de convertir les signaux électriques du #cerveau #humain en paroles intelligibles. Les résultats de ces travaux ont fait l’objet d’une publication ce mardi dans la rubrique scientifique de la #revue #Nature .Une nouvelle prouesse du deep learningLorsqu’une personne souhaite s’exprimer, le cerveau produit des signaux électriques. Pour mettre au point cette IA d’un nouveau genre, les chercheurs se sont donc intéressés au cortex auditif, la partie du cerveau qui analyse les informations auditives. Ils ont ensuite fait appel aux technologies du deep learning pour analyser leurs enregistrements et entraîner l’intelligence artificielle à reconnaître les mots.Concrètement, les chercheurs ont mesuré l’activité du cerveau à l’aide d’électrodes, implantées au cours de différentes interventions chirurgicales menées à crâne ouvert dans le cerveau de patients épileptiques. Ils ont ensuite procédé à des mesures d’électroencéphalographie intracrânienne.Une expérience invasive, réalisée à crâne ouvertPendant 30 minutes, les chercheurs ont demandé aux patients d’écouter des histoires qui leur ont été lues par différents intervenants, hommes et femmes. Ce procédé devait permettre à l’intelligence artificielle d’apprendre à reconnaître les signaux émis par le cerveau au cours de la lecture. L’IA a ensuite comparé les signaux électriques enregistrés avec les textes lus.Elle a aussi été confrontée aux chiffres de zéro à neuf et les a retranscrits devant 11 volontaires. Résultats : 75 % des chiffres ont été correctement traduits. L’IA a également été capable d’identifier le genre du locuteur avec un taux de réussite de 80 %.Un procédé potentiellement révolutionnaireBien que prometteurs, ces résultats ne sont qu’un premier pas vers la difficile reconstitution de la parole humaine. La prochaine étape des recherches portera sur la reconstruction de mots et de phrases plus complexes.Les scientifiques devront également travailler à une version moins invasive de ce système. S’ils parvenaient à leurs fins, cette future IA pourrait un jour servir à commander des appareils par la pensée, voire redonner la parole à ceux qui ont perdu cette capacité.
Vous avez un iPhone ? Arrêtez tout et désactivez FaceTime
Un bug majeur permet d’écouter ou de voir son interlocuteur dans #FaceTime même si ce dernier ne répond pas. #Apple promet une mise à jour d’urgence d’ici la fin de la semaine.  Impossible de ne pas en avoir entendu parler en consultant les réseaux sociaux ce matin. A cause d’un bug, il est possible pour n’importe qui de vous écouter sans votre consentement, en utilisant le micro de votre #iPhone ou #iPad. Une situation invraisemblable causée par un bug dans FaceTime de groupe, une fonction lancée avec #iOS 12.1 en octobre. Depuis maintenant trois mois, il est donc possible de profiter d’une faille pour espionner quelqu'un. Pire, si vous essayez de décliner l’appel, la caméra s'active à son tour.Apple travaille sur une mise à jour correctiveComment était-il possible de transformer un iPhone en mouchard ? Première étape, appelez-un contact dans FaceTime grâce à son numéro ou son mail. Cliquez ensuite sur « Ajouter une personne à FaceTime » et ajoutez-vous vous-même à la conversation. Magie, le micro de votre interlocuteur s’active et vous entendez tout ce qu’il dit, avant même que celui-ci ne réponde. Si ce dernier appuie sur un bouton de contrôle du volume ou Power, la caméra s’active. Hallucinant. #Apple n’a pas tardé à répondre à cette situation. Dans un communiqué, la marque déclare « Nous sommes au courant du problème et nous préparons un correctif qui sera distribué par mise à jour logicielle plus tard cette semaine », ce qui nous fait supposer qu’iOS 12.1.3 arrivera dans quelques jours. En attendant, Cupertino ne prend aucun risque : les FaceTime de groupe sont désactivés chez tous les utilisateurs. Dans le doute, on vous suggère tout de même de désactiver complètement FaceTime si votre iPhone tourne sous iOS 12.1 ou une version plus récente (Réglages → FaceTime; puis décochez l'option). Certains utilisateurs parviendraient encore à reproduire le problème.Vous avez un iPhone ? Arrêtez tout et désactivez FaceTimeTwitter.com
29 Jan à 15:05
(Vidéo) Renault CLIO 5 : Premier teaser vidéo avant la présentation ce lundi 28 janvier
Renault vient de publier un nouveau teaser concernant la future #Clio. Le constructeur en a profité pour dévoiler la date de présentation de sa citadine, fixée au 28 janvier prochain.D’ici quelques jours, Renault lèvera le voile sur la cinquième génération de sa Clio, qui sera plus connectée que jamais. Si l’intérieur connaitra une refonte majeure, le look extérieur restera plus ou moins semblable à la version actuelle. On remarquera néanmoins un rapprochement du look avec sa grande soeur, la #Megane.Pour rappel, cette nouvelle Clio repose sur la plateforme CMF-B, qui sera également utilisée sur le prochain Captur. L’arrivée de la Clio nous permettra donc de nous donner une bonne impression de ce à quoi ressemblera le SUV Compact.
27 Jan à 14:11
Samsung : un « Neuro Game Booster » pour optimiser les performances gaming de son Galaxy S10
Le #Samsung #Galaxy S10 pourrait profiter d'un « Neuro Game Booster », logiciel destiné à améliorer les performances gaming du téléphone et dont la marque a récemment été déposée en #Europe.A l'heure où les jeux vidéo mobiles ne cessent de monter en puissance - en témoignent les succès de #Fortnite et #PUGB -, les constructeurs semblent aux petits oignons pour la communauté gamer. Pour ce faire, les grands fabricants internationaux développent des processeurs et cartes graphiques toujours plus perfectionnés, sans oublier de rajouter ça et là quelques gigas de mémoire vive.#Huawei et #Honor les précurseursEn plus des meilleures configurations du marché, les leaders du secteur rivalisent d'ingéniosité pour optimiser l'expérience utilisateur. Et dans le domaine du gaming mobile, cela passe par des mises à jour logicielles capables d'améliorer considérablement les performances de l'appareil mobile. En 2018, Huawei et Honor s'étaient par exemple illustrés avec le #GPU Turbo, logiciel censé perfectionner la vitesse du jeu.En cette année 2019, Samsung semble vouloir leur emboîter le pas, comme le laisse suggérer une marque enregistrée en Europe, et repérée par le média néerlandais Galaxy Club : « Neuro Game Booster », dont la description nous en dit un peu plus sur son usage final. Ce « Neuro Game Booster » serait ainsi dédié aux téléphones portables et jeux vidéo, le tout propulsé par une intelligence artificielle. Difficile de ne pas faire le lien avec le Samsung Galaxy S10, prévu le 20 février 2019.L'intelligence artificielle au rendez-vousSurtout, le processeur #Exynos 9820 qui composera les modèles européens sera bel et bien accompagné d'une puce NPU (Neural Processing Unit), composant justement calibré pour l'IA. Tout porte donc à croire que le prochaine génération de Galaxy recevra la mise à jour « Neuro Game Booster ». A voir si les gamers mobiles se laisseront tenter : Le prix du S10, encore au stade de la rumeur, pourrait cependant les rebuter.
27 Jan à 13:03
Galaxy A9 Pro : le premier écran percé de Samsung arrive en Corée
#Samsung a lancé le #Galaxy A9, son premier #smartphone doté de 4 capteurs en novembre dernier. L’entreprise commercialise aujourd’hui l’A9 Pro, un téléphone équipé d’un écran Infinity-O. Son prochain flagship, le Galaxy S10, combinerait ces deux caractéristiques. Il sera dévoilé lors du prochain #MWC de #Barcelone.Longtemps décriée, la présence d’une encoche est devenue la norme. Maintenant, plusieurs constructeurs lancent une nouvelle tendance, les écrans perforés. Samsung s’en est servi pour réduire la taille des bordures et atteindre un ratio de 19.5:9. Le constructeur a intégré le capteur frontal de 2.4 Mpx au sein du trou. À l’arrière, les amateurs de photo auront à leur disposition un APN principal de 24 Mpx. Il est accompagné par un téléobjectif de 10 Mpx et un troisième capteur pour mieux saisir la profondeur du champ. Contrairement à ses habitudes, le fabricant n’a pas précisé le processeur. Il a seulement indiqué la disponibilité d’une RAM de 6 Go, une mémoire interne de 128 Go et une batterie de 3400 mAh.On ignore si Samsung proposera l’A9 Pro sur le marché européen ou non. À titre d’information, son prix avoisine les 470 euros.
26 Jan à 09:28
LG tease un mystérieux smartphone "touchless" pour le MWC
En amont du Mobile World Congress, qui aura lieu à #Barcelone du 25 au 28 février 2019, #LG fera une grosse annonce qui pourrait bien faire son petit effet. En effet, la marque sud-coréenne a dévoilé une vidéo afin de teaser une présentation majeure lors de sa conférence qui se tiendra le mois prochain en #Espagne. Sans plus attendre, voici les toutes premières informations.Adieu les traces de doigts sur l'écranCet extrait d'une petite dizaine de secondes met en scène une main qui balaie une feuille de papier de gauche à droite sans la toucher. Le message "Goodbye Touch" fait alors son apparition avant de laisser place à une annonce qui sera faite à l'occasion du #MWC 2019. Ainsi, cette vidéo laisse suggérer que LG présentera un appareil qui abandonnera (totalement ou partiellement) les fonctions tactiles pour privilégier la reconnaissance de mouvements.Une annonce pour le 24 févrierNous pouvons ainsi imaginer que le prochain mobile haut de gamme de la marque tentera de se démarquer avec cette nouvelle technologie. Même si nous ne savons rien au sujet de cet hypothétique smartphone, ce dernier devrait uniquement réagir aux gestes de la main, sans que l'utilisateur ne soit obligé à presser l'écran. Cette fonctionnalité n'est pas sans rappeler le Project Soli de Google. Celui-ci offre des possibilités similaires grâce à un radar miniature qui capte les mouvements de la main.Si le produit final est à la fois performant et abordable, LG pourrait se relancer face à la supériorité écrasante des acteurs majeurs de l'industrie comme #Apple ou encore #Samsung. Il y a pour le moment beaucoup trop de zones d'ombre autour de ce produit et il nous est impossible de tirer des conclusions hâtives. La conférence de LG du dimanche 24 février, soit juste avant l'ouverture du Mobile World Congress 2019, nous éclairera sans doute bien plus.
25 Jan à 05:46
En 2020, tous les iPhone pourraient passer à l'OLED
Apple pourrait abandonner les dalles LED pour ses iPhone à partir de 2020. Le constructeur utilise encore la technologie IPS pour son iPhone XR afin de réduire les coûts de son téléphone.Apple serait prête à abandonner une fois pour toutes ses écrans LCD pour les prochaines gammes d'iPhone. Selon les informations du Wall Street Journal, le constructeur pourrait équiper toutes les déclinaisons de son smartphone phare à partir de 2020.Japan Display souffre de sa dépendance à l'écran LCDLe journal est arrivé à cette conclusion en se penchant sur son fournisseur Japan Display. Ce dernier lui fournit actuellement les dalles LCD qui équipent les iPhone 7, 8 et le Xr sorti au mois d'octobre dernier. Japan Display indique que la majeure partie de ses revenus provient des commandes d'Apple.Le fabricant serait aujourd'hui en pleine crise en prévision de l'arrêt des commandes à moyen terme par le constructeur californien. De plus l'iPhone Xr n'est pas le succès escompté par la marque, qui a revu à la baisse ses commandes pour cette année, ce qui impacter directement les comptes de Japan Display pour l'année 2019. De plus il ne produit toujours pas d'écrans OLED et n'a pas prévu d'ajouter cette technologie à son catalogue.Le gouvernement japonais réfléchit à céder le contrôle de l'entreprise à des investisseurs étrangers. L'entreprise taïwanaise TPK Holdings et le chinois Silk serait sur les rangs pour acquérir une prise de participation à hauteur d'au moins 30%.Apple pourrait accentuer le côté haut de gamme de ses iPhoneApple pourrait de son côté utiliser l'OLED dans ses modèles haut de gamme. Cela lui permettrait de se mettre à niveau vis à vis de ses concurrents, qui ont déjà adopté cette technologie d'écran dans leurs derniers modèles, même plus abordables. L'adoption de l'OLED pourrait également tenter de justifier les prix toujours plus hauts des différents iPhone.
24 Jan à 13:45
La réforme de l’Internet est en marche !
l’Internet décentralisé, un concept qui commence à prendre racine dans le monde des technologies du numérique.Les pères de la révolution de l’Internet ont entamé une campagne visant à réinventer Internet. Lors d’un sommet consacré à la question épineuse de la décentralisation du Web, des pionniers de l’Internet, comme Tim Berners-Lee, le fondateur du Web et directeur du World Wide Web Consortium, et Vint Cerf, l’ancien président de l’Icann, un vice-président de Google considéré comme “l’architecte” du protocole d’internet IP, ont annoncé vouloir construire une version complètement décentralisée de l’Internet actuel.Un Internet sans pare-feu, sans “péage”, sans régulation gouvernementale, sans espionnage. L’accès aux informations serait totalement gratuit dans tous les sens du terme. C’est l’#Internet décentralisé, un concept qui commence à prendre racine dans le monde des technologies du numérique depuis quelque temps déjà, mais pas tellement dans la conscience du grand public.Le Web décentralisé consolidera le principe de la neutralité de l’Internet, en privant les providers des services d’Internet d’offrir aux fournisseurs de contenu la possibilité d’utiliser les voies rapides dans la transmission des données vers les terminaux des utilisateurs, et facilite le paiement du contenu afin de permettre aux usagers de soutenir les éditeurs plutôt que les annonceurs.Les créateurs de l’Internet sollicitent l’engagement technologique de la “Silicon Valley” en faveur d’une intégration du Web décentralisé qui renferme plusieurs valeurs clé synonymes d’avenir. C’est dans cette optique que le contenu du nouvel Internet quittera les silos d’aujourd’hui, comme Facebook et Flickr.Les machines “hôtes” seront divisées et dispersées dans le monde entier. Ce qui réduira le contrôle gouvernemental et accroîtra la confidentialité des données.Le GCHQ (Government Communications Headquarters), le service de renseignements électroniques du Royaume-Uni et la NSA (National Security Agency), l’agence américaine responsable de la sécurité des systèmes d’information du gouvernement, ne pourront plus enregistrer les adresses IP destinées à un site Web.Les performances des navigateurs Web seront améliorées afin de lutter contre les faiblesses actuelles du Web et prendre en charge les nouvelles composantes du Web décentralisé tel que les réseaux sociaux décentralisés.Selon plusieurs experts des technologies de l’Internet, l’ensemble de ces nouveautés technologique du Web décentralisé nécessitent l’implémentation d’un ou de plusieurs nouveaux algorithmes de la “data processing” puissants.
16 Oct 2018 à 21:43




Nous suivre
Annonce
PropellerAds
Vidéothèque

Les plus lues

Mark Zuckerberg cache sa caméra d’ordinateur avec du scotch : pourquoi vous devriez en faire autant

Hi Tech - Réseaux sociaux - 24 Juin 2016 à 10:30

Mardi soir, le patron de #Facebook a posté une photo sur le réseau social pour se féliciter du seuil des 500 millions d’utilisateurs atteint par #Instagram, qui appartient à Facebook. À l’arrière-plan, on pouvait apercevoir que la caméra et le micro intégré étaient recouverts de scotch. Si Mark #Zuckerberg a de bonnes raisons de craindre l’espionnage industriel, cette précaution n’est pas si paranoïaque que cela. Explications. Faut-il recouvrir, comme Mark Zuckerberg, la caméra et le micro intégré de son ordinateur par du scotch pour empêcher d’être espionné à son insu ? Contrairement au commun des mortels, Mark Zuckerberg est l’un des patrons les plus puissants du monde et a donc de bonnes raisons de craindre l’espionnage industriel, d’autant plus que pénétrer dans les secrets de Facebook doit être l’un des plus gros fantasmes des hackers. Mark Zuckerberg n’est d’ailleurs pas la seule personnalité à se protéger de la sorte. Lors d’une séance de questions-réponses à l’université Kenyon, aux États-Unis en avril dernier, le patron du #FBI lui-même, James Comey, avait admis avoir recouvert sa propre webcam d’un bout de scotch pour empêcher les regards indiscrets. Le directeur de la célèbre agence, par ailleurs réputée pour ses invasions dans la vie privée, mesure certainement le danger. En 2013, le FBI avait conçu toute une série de logiciels pour espionner les ordinateurs, notamment un malware (virus) capable de prendre le contrôle à distance de la caméra. Les « #creepwares », une technique répandue Paranoïa ou simple précaution ? S’il paraît logique que les puissants, cibles privilégiées des hackers, se protègent de toutes les manières possibles, le grand public devrait-il adopter le même réflexe ? Oui, répondent plusieurs études d’experts de la sécurité informatique. Depuis quelques années, les « creepwares » sont de plus en plus utilisés par les hackers. Ce terme désigne les Remote Access #Trojan (RAT), des logiciels espions installés discrètement et sans votre consentement, via des cookies, qui prennent le contrôle à distance des ordinateurs, smartphones et tablettes. En plus d’accéder à la caméra et d’effectuer des captures d’images, les creepwares permettent aux personnes mal intentionnées de copier, d’effacer ou d’ajouter des fichiers, de repérer vos mots de passe, d’écouter vos conversations grâce au micro intégré, bref, de faire ce qu’ils veulent de votre ordinateur. Les images issues de la caméra sont ensuite souvent utilisées à des fins de chantage ou pour alimenter les sites pornographiques. Bonne nouvelle : les #antivirus repèrent facilement les creepwares. Mais les cybercriminels et les experts en sécurité informatique jouent un jeu du chat et de la souris permanent, les hackers rivalisant d’inventivité pour échapper aux filets avec de nouvelles techniques. Ainsi, recouvrir la caméra et le micro d’un bout de scotch foncé n’empêchera peut-être pas votre ordinateur d’être infecté par un creepware, mais si c’est le cas, il empêchera les intrus d’utiliser les images et le son, comme l’explique l’éditeur d’antivirus Symantec. De nombreux citoyens victimes de creepwares Les histoires de citoyens lambda victimes de creepwares ne manquent pas. En mai 2014, le FBI a arrêté plus de 90 « creepware hackers », qui avaient infecté plus de 500.000 ordinateurs partout dans le monde. 19 pays avaient participé aux arrestations suite à plus de 300 interpellations, soit l’une des plus importantes opérations de cybersécurité de l’histoire. « Nous vivons maintenant dans un monde où, pour seulement 40 dollars, un cybercriminel à l’autre bout du monde peut lâcher un RAT dans votre ordinateur d’un simple clic », avait déclaré Preet Bharara, un avocat en charge du dossier. L’affaire avait fait aussi parler d’elle car l’une des victimes était la Miss Teen USA Cassidy Woft. Le hacker Jared James Abrahams avait avoué avoir pris pendant plusieurs mois des photos de nu de la jeune femme via sa webcam, avant de la menacer de les exposer sur la toile si elle ne lui en fournissait pas d’autres. Parmi les autres cas médiatisés figure aussi celui de Chelsea Clark. En septembre 2015, un hacker a pris le contrôle de sa caméra et a posté sur son compte Facebook des photos d’elle et de son petit-ami en train de regarder un film, avec la mention « quel couple adorable ». Comment s’en protéger ? Le blog #Deletemalware donne une série de recommandations dans ce post. La précaution de base est de vérifier que son antivirus est bien à jour et que vous bénéficiez bien de la dernière version de vos logiciels. Généralement, ces mises à jour sont automatiques, mais vérifier régulièrement n’est pas un luxe, surtout si vous utilisez des logiciels de peer-to-peer (téléchargement), car les fichiers que vous téléchargez peuvent être un véritable nid à malwares. Ne pas ouvrir des courriels suspects ni cliquer sur des liens étranges sur les médias sociaux et les messageries instantanées. Changer ses mots de passe régulièrement (tous les trois mois par exemple) et ne pas opter pour un mot de passe trop simple font aussi partie des précautions élémentaires. Source #tsa

Une première en Algérie, le site WebStar-Electro lance un “comparateur de forfaits mobiles”

Hi Tech - Téléphonie mobile - 12 Juin 2016 à 14:27

Depuis le lancement de la #3G, les offres de téléphonie et de forfaits data (#Internet) se multiplient. Les publicités des trois opérateurs mobiles sont encore plus agressives pour attirer les différentes catégories d’usagers et d’abonnés. Quelle offre choisir, surtout si vous disposez de plusieurs SIM ? Pour vous aider à trouver le forfait ou l’offre qui correspond le mieux à vos besoins et vos moyens, le site “#WebStar_lectro.com” lance le premier comparateur de téléphonie mobile en #Algérie. Le site “WebStar-Electro.com”, “Guide d’Achat et Comparateur de Prix” Algérien de produits Electroniques et Electroménagers Neufs vendus en Algérie, lancé en 2013”, qui compte 450.000 visites par mois, annonce le lancement d’un “Comparateur de forfaits mobiles”. C’est le premier service du genre en Algérie. Le comparateur vise à aider les usagers de la téléphonie mobile et de l’Internet 3G à “trouver le forfait ou l’offre qui correspond le mieux à leurs besoins et leurs moyens”, affirme Amine Dekali, DG de WebStar-Electro. Expliquant la démarche derrière le lancement de ce comparateur, Amine Dekali explique que “l’absence d’outil de comparaison neutre”, dans un marché Algérien des télécoms “très concurrentiel”, “rend les consommateurs captifs et tributaires du seul message publicitaire des opérateurs”. “D’où l’idée de mettre à disposition des consommateurs un comparateur de forfaits mobile afin de les aider à y voir plus clair et acheter malin”, affirme encore M. Dekali. Le comparateur de WebStar-Electro intègre toutes les offres et forfaits des trois opérateurs mobiles algériens (#Mobilis, #Djezzy et #Ooredoo) pour les entreprises et les particuliers. “Nous collectons l’information et les messages publicitaires à destination de l’usager de la téléphonie mobile. Nous la reformatons dans un canevas unique qui permette la comparaison”, ajoute Amine Dekali. La comparaison peut se faire entre les offres des trois opérateurs, mais également parmi celles d’un même opérateur. Le comparateur de forfaits de WebStar-Electro est composé de deux principales parties : un “moteur de recherche” d’offres et un module de comparaison d’offres prédéfinies. La première est un “moteur de recherche” des offres. Cette option est destinée principalement aux usagers qui ne savent pas quelle offre choisir parmi la multitude d’offres qui sont proposées par les opérateurs mobiles. Le moteur de recherche sert également à ceux qui souhaitent savoir qu’elle est l’offre qui leur convient à partir d’une connaissance précise de leurs besoins. Dans les deux options l’évaluation des offres peut se faire sur la base du budget que l’usager peut ou veut consacrer. Comparer des forfaits ciblés Le moteur de recherche est composé de huit critères de comparaison déclinés sous forme d’onglets ou rubriques. La rubrique “Vous êtes” permet de choisir le type d’abonnement (particuliers ou entreprises). Les autres sont déclinées comme suit : “Type d’engagement” (avec ou sans abonnement), “Votre budget” (plusieurs paliers de montants), “Forfaits d’appels” (durées de communications souhaitées), “Forfait Internet” (quantités de données souhaitées), “Forfaits SMS” (nombres de messages), “Vos besoins” (différentes options de gratuité, et de numéros favoris…), et “Choix de l’opérateur”. Une fois tous ces critères choisis, le moteur de recherche vous sélectionne dans sa base de données les forfaits qui correspondent à votre choix. Le “Comparateur de forfaits mobiles” de WebStar-Electro.com permet aussi de comparer jusqu’à trois forfaits proposés par les opérateurs. Cette option s’adresse donc à ceux qui hésitent entre des offres précises (à sélectionner dans le menu déroulant “Forfait”) et veulent savoir laquelle est la plus avantageuse pour eux, leur budget et leur mode de consommation. Les trois critères de choix (“Opérateur”, “Cible” et “Forfait”) permettent, pour la comparaison, de sélectionner deux (au moins) ou trois forfaits d’un seul ou de plusieurs opérateurs. Dans la rubrique “Forfait” apparaissent les offres de l’opérateur choisi. Ainsi, si vous choisissez, en tant que “particulier” ou “entreprise”, de comparer entre trois forfaits de trois opérateurs, le résultat affiche un tableau qui compare le “budget” à consacrer, le crédit alloué par les opérateurs dans chaque forfait, et un comparatif des forfaits “appels”, “Internet” et “SMS”, inclus dans chacune des trois offres. Ces offres sont également disséquées en terme de tarification des appels et des SMS vers un même opérateur, vers d’autres opérateurs et vers l’international. A noter, enfin, que le “Comparateur de forfaits mobiles” ne propose pas (encore) de comparaison des “offres promotionnelles de packs mobiles” des trois opérateurs. Source HUFFPOSTE ALGÉRIE

Un maximum de 13 chaînes TV privées à agréer

Hi Tech - Audiovisuel - 24 Mai 2016 à 18:06

Le Premier ministre Abdelmalek #Sellal a demandé lundi au ministre de la Communication Hamid #Grine de mettre de l’ordre dans le secteur de l’audiovisuel. Sur la soixantaine de chaînes TV activant en Algérie, une cinquantaine devraient disparaître. Selon nos sources, le gouvernement ne peut pas agréer plus de 13 chaînes privées en raison des capacités de diffusion limitées de la Télédiffusion d’Algérie (TDA). « Au maximum, 13 #chaînes_TV privées seront autorisées à émettre d’#Algérie, y compris celles qui sont déjà agréées, à savoir Ennahar TV, Echourouk TV, Dzair TV, Djazaïria et Hoggar (qui a fermé) », selon nos sources. Après des années de complaisance, le gouvernement a décidé de mettre fin à l’anarchie qui règne dans le secteur audiovisuel. « Ces chaînes ont été autorisées à l’époque où l’ex-DRS gérait la presse. Il a laissé faire. Ces chaînes ont mis le gouvernement devant le fait accompli », explique une source proche du dossier. « Ces chaînes sont illégales et certaines prônent des discours extrémistes et dangereux, le gouvernement doit agir rapidement pour solder ce lourd héritage de l’ex-DRS », estime notre source. Source TSA

VIDÉO. Un chercheur algérien réalise une voiture électrique

Hi Tech - Automobile - 23 Avril 2017 à 16:21

Une #voiture #électrique 100% algérienne a été réalisée par un chercheur du Centre de développement des énergies renouvelables (CDER), Oussama Touaba. Ce #prototype, d’une longueur de 2,5 mètres, est fabriqué totalement en aluminium afin de lui offrir plus de légèreté et d’agilité pendant la circulation, a expliqué M. Touaba lors de la présentation de cette voiture à la presse au siège du CDER (#Alger), rapporte l’APS. Doté de deux sièges (chauffeur et passager), ce véhicule électrique peut rouler à une vitesse de 40 kms/h, alors que son poids ne dépasse pas les 200 kilogrammes. Source www.tsa-algerie.com

Twitter : fuite historique, plus de 32 millions de mots de passe piratés

Hi Tech - Réseaux sociaux - 09 Juin 2016 à 16:37

Le réseau social ferait face depuis le 8 juin à ce qui pourrait être le plus important problème de sécurité données personnelles de son histoire. Alors que le compte #Twitter de son co-fondateur, Ev Williams, ou encore de Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook, vient d'être piraté, nouveau vent de panique sur la sécurité des mots de passe des utilisateurs sur les réseaux sociaux. Les données (identifiant personnel et mot de passe ) de 32.880.300 comptes Twitter auraient été dérobés, la plus grosse fuite de l'histoire du site de micro-blogging. C'est ce que confirme le site #LeakedSource, spécialiste des informations piratées, le 8 juin. D'après LeakedSource, les données auraient été interceptés via des logiciels malveillants installés sur des navigateurs Internet Chrome et Firefox, ce qui confirme qu'il ne s'agit pas d'une brèche directement dans la base de données de Twitter, information confirmée directement par l'oiseau bleu le 9 juin, via son chef de la sécurité, Michael Coates. Ce n'en est pas plus rassurant pour autant, d'autant que les mots de passe volés seraient actuellement revendus au plus offrant sur des circuits clandestins (que l'on surnomme souvent à tort "dark web"). D'après LeakedSource, 6 utilisateurs sur 10 parmi les 32 millions d'utilisateurs seraient situés en Russie. Vous pourriez tout de même vous retrouver dans la charrette des 40% restants, ou vous faire dérober votre mot de passe via un navigateur Chrome ou Firefox. Il convient donc de tempérer cette fièvre – et de changer de mot de passe Twitter "au cas où" dans la foulée. Sur une note plus positive, le doute plane toujours sur l'authenticité des données volées, ou sur leur ancienneté. Comme pour Troy Hunt, créateur d'un site qui recense les infractions nommé haveibeenpwned.com. Hunt a confirmé au site TechCrunch qu'il avait bien entendu des rumeurs de compromission de comptes Twitter et Facebook ces dernières semaines, mais sans avoir encore eu de preuve convaincante : "Cette fuite peut très bien être ancienne, tout comme celles que nous avons vues récemment, et n'avoir simplement pas encore été révélée jusque-là. Par ailleurs, les détournements de comptes que nous avons vu ces derniers temps sont presque certainement dus à la réutilisation de données dérobées lors de précédentes fuites", a-t-il déclaré. Source :atlantico

L’illimité Orange – Mobilis c’est fini

Hi Tech - Téléphonie mobile - 10 Mai 2016 à 17:03

Orange devrait arrêter son offre illimitée vers le réseau Mobilis à partir du 19 mai prochain. L’illimité passe à 10 heures d’appels par mois. Pour les autres opérateurs algériens (#Djezzy et #Ooredoo), #Orange continue d’appliquer le plein tarif international. Cet accord, désavantageux pour la partie algérienne, a coûté son poste à l’ancien PDG de #Mobilis Saad #Dama. Hier, Houda Iman #Faraoun a une nouvelle fois critiqué l’accord. « Ce qui est dommage, c’est qu’en aucun cas il n’a négocié des communications gratuites pour le client algérien alors que le groupe français a obtenu une gratuité totale des appels vers l’#Algérie », a-t-elle regretté devant les députés. « J’ai des données chiffrées que je communiquerai prochainement à la Commission des finances de l’APN », a-t-elle promis. Depuis la mise en place de l’accord, il est devenu très difficile de joindre des clients Mobilis depuis la France à cause des nombreux appels. Source TSA