Instagram nuit à la santé des adolescents | actu-algerie.com: Information et Actualité





Instagram nuit à la santé des adolescents

Hi Tech - Réseaux sociaux



Les réseaux sociaux sont mauvais pour la santé des adolescents, selon les résultats d'un sondage de la Royal Society for Public Health. Instagram, Facebook, Snapchat et Twitter auraient un impact désastreux sur leur bien-être, seul Youtube aurait un effet positif sur leur santé mentale.

En tête du podium du réseau social le plus nuisible : Instagram

Les 1 479 jeunes interrogés ont été invités à évaluer l'impact des cinq réseaux sociaux les plus connus (Instagram, Facebook, Snapchat, Twitter et Youtube ) sur 14 critères différents de santé et de bien-être, comme les effets sur le #sommeil, l'anxiété, la #dépression, la solitude, l'image de soi, l'intimidation, l'image corporelle et le harcèlement.

Le sondage a montré que les réseaux sociaux exacerbent les troubles de l'image corporelle chez les enfants et les jeunes et aggravent la dépréciation de soi, les problèmes de sommeil, les sentiments d'angoisse, de dépression et de solitude.

Instagram s'est révélé être le média le plus nuisible pour la santé mentale des jeunes. Si YouTube favorise les troubles du sommeil, il semble apporter une certaine forme de bien-être aux Internautes qui se sentent mieux compris, moins seuls et en communion.

"Les réseaux sociaux sont devenus un endroit où on se construit, s'exprime, forme des relations, façonne son identité et où on apprend du monde autour de nous. Ils sont intrinsèquement liés à notre santé mentale", explique Shirley Cramer, représentante de la Royal Society pour la santé publique.

Utiliser les réseaux sociaux avec modération

"Je suis sûr que les médias sociaux jouent un rôle dans le mal-être, mais ils ont aussi des avantages. Nous devons enseigner aux enfants comment faire face à tous de ces médias,-bons et mauvais - pour les préparer à un monde de plus en plus numérisé ", conclut le Professeur Sir Simon Wessely, président du Collège royal des psychiatres.



Auteur

Nordine.B

Propriétaire du site www.actu-algerie.com

24 Mai 2017 à 17:19

Lu : 35 fois

Source : www.topsante.com


Vos réactions
Patragez









PropellerAds

Dans le dossier Réseaux sociaux
Messenger : supprimer un message, c'est enfin possible (et voici comment faire)
Parce qu'on a tous un jour (ou un autre) regretté un message à peine envoyé sur Messenger, il est désormais possible de supprimer ces quelques paroles que l'on aurait souhaité ne jamais avoir expédiées.En gestation chez Facebook depuis quelque temps, la précieuse fonction qui permet de supprimer un message à peine envoyé sur Messenger est désormais disponible, et sera déployée progressivement à partir d'aujourd'hui.Supprimer un message sur Messenger, c'est (enfin !) possible !Peu importe la raison pour laquelle vous souhaitez #supprimer un #message à peine envoyé via #Messenger, vous pourrez désormais facilement rattraper votre erreur en effaçant ce dernier pour tous les participants de la conversation, en respectant toutefois un temps limité après l'avoir envoyé.Selon Facebook : "la limite de temps pour supprimer un message envoyé sur Messenger a été pensée pour donner aux utilisateurs davantage de flexibilité et de contrôle sur leurs messages, tout en prévenant les éventuels abus de cette fonctionnalité." Ainsi, Facebook accorde un délai de 10 minutes pour supprimer (ou non) un message qui a été envoyé.Pour cela, il suffit de cliquer sur le message en question, et sélectionner l'option "Effacer pour tout le monde". Le message sera alors remplacé par une notification, indiquant que le message originel a été supprimé. A noter qu'il est également possible de supprimer un message pour soi-même, mais dans ce cas, même si le message a disparu sur l'application de l'utilisateur, il restera visible des autres participants.Rappelons que cette fonctionnalité a procédé à un test grandeur nature dans 4 pays (Pologne, Colombie, Bolivie et Lituanie), et ce, depuis le mois de Novembre. La fonction est actuellement en cours de déploiement sur les versions iOS et Android de Messenger.
08 Fév à 18:56
Que font réseaux sociaux et moteurs de recherche de vos données ?
  L’Affaire Facebook a fait plus pressantes les questions des internautes sur l’utilisation des données recueillies par les réseaux sociaux et les moteurs de recherche. Panorama des pratiques, alors que #Mark #Zuckerberg est auditionné aujourd’hui au congrès américains. Les réseaux sociaux:- Ce qu’ils recueillent: tout ce qu’un utilisateur écrit, sur sa page Facebook par exemple, ou ailleurs sur le réseau social, toutes les photos ou vidéos qu’il poste, tous les “J’aime” sur lesquels il clique, tout ce qu’il partage, tout ce qu’il consulte, l’identité des utilisateurs avec lesquels il interagit, ou sa géolocalisation. Il en va de même avec #Instagram et WhatsApp, filiales de Facebook, Snapchat ou Twitter, même si la palette est moindre sur ces plateformes. Si l’utilisateur l’y autorise, Facebook peut aussi aller chercher des informations sur les sites internet qu’il consulte tout en étant connecté au #réseau #social. - Ce qu’ils vendent: Facebook assure ne pas vendre à ses clients annonceurs de données personnelles identifiables ou même des données agrégées. Ce qu’il facture, c’est la possibilité pour un annonceur de toucher uniquement, parmi les utilisateurs de Facebook, la population qu’il vise, ce qui démultiplie l’efficacité d’une campagne. “Facebook n’est pas dans la vente de données, il est dans la vente de pixels”, résume Ryan Matzner, co-fondateur de Fueled, qui crée des applications pour des clients.Twitter, lui, vend des tweets, où plutôt l’accès à un moteur de recherche interne pour balayer tous les messages postés sur une période donnée.- Ce qu’ils partagent: l’immense majorité des réseaux sociaux ouvrent leurs portes aux développeurs externes, qui créent des applications nourries, pour tout ou partie, de l’exploitation des données des utilisateurs de ces réseaux. Dans le cas de Facebook, la partie publique, c’est-à-dire toute la page pour certains, uniquement le nom, prénom et la photo, pour d’autres, ne nécessite pas d’autorisation de l’utilisateur, explique Ryan Matzner. En revanche, l’utilisation du reste requiert, elle, le consentement de l’intéressé.Seules les données bancaires ou de paiement, que détient Facebook, sont hors limites. Néanmoins, tempère, Ryan Matzner, “beaucoup de choses qui étaient possibles il y a 5, 6 ou 7 ans ne le sont plus car Facebook était plus ouvert à l’époque”.Mais une fois que les données sont recueillies par ces applications, elles échappent à Facebook ou aux autres réseaux sociaux.Tenter de remettre la main sur ces informations, “pour Facebook, c’est essayer de s’en prendre à quelque chose sur lequel ils n’ont pas autorité. Et il n’y a même pas d’outils pour ça, quoi qu’ils en disent”, explique Chirag Shah, professeur à l’université Rutgers et spécialiste des données sur les réseaux sociaux.“Une fois que quelqu’un a eu accès à ces données, Facebook n’a aucun moyen d’être certain de ce qu’ils en ont fait”, renchérit Ryan Matzner. “Ils ne peuvent que les croire sur parole. C’est comme envoyer un courrier électronique et se demander ce que votre destinataire en a fait. Vous n’en savez rien.”Les moteurs de recherche:- Ce qu’ils recueillent: toutes les données concernant les recherches, la géolocalisation ou les sites consultés. A l’instar de Google, Yahoo! (groupe Oath) ou Bing (Microsoft), les principaux moteurs de recherche sont intégrés au sein de géants d’internet qui proposent de nombreux autres services aux internautes. A travers eux, les groupes recueillent des données supplémentaires, qui croisées avec celles tirées du moteur de recherche, dressent un profil encore plus précis de l’internaute. “Vous n’avez pas besoin de dire à Google votre âge ou votre sexe”, explique Chirag Shah. “Ils peuvent le déterminer grâce à une multitude d’autres facteurs.”- Ce qu’ils vendent: tout comme les réseaux sociaux, leurs revenus proviennent en grande partie de la publicité. Ils ne vendent pas de données mais l’accès à un consommateur aux caractéristiques très précises, fruit du croisement des données du moteur de recherche, mais aussi, dans le cas de Google, toutes les recherches et les contenus visionnés sur #You#Tube, sa filiale. Google a même longtemps exploité le contenu des messages électroniques pour les internautes ayant un compte Gmail, avant de renoncer publiquement, en juin dernier.- Ce qu’ils partagent: ils ouvrent leurs portes aux développeurs et aux applications, comme les réseaux sociaux. Y a-t-il des limites?Aux Etats-Unis, il n’existe quasiment aucune loi protégeant l’utilisation des données provenant des réseaux sociaux ou des moteurs de recherche. L’autorité de régulation, la Federal Trade Commission (FTC), veille cependant et a déjà sanctionné Facebook dès 2011 pour sa gestion des données personnelles. Elle a également conclu un accord avec #Google en 2013 pour des pratiques anti-concurentielles.Au Canada et en Europe, il existe des limites sur l’utilisation des données, notamment pour tout ce qui concerne les informations ayant trait à la santé, explique Ryan Berger, associé au sein de la branche canadienne du cabinet Norton Rose Fulbright, qui souligne néanmoins que la jurisprudence est encore quasiment inexistante sur ces sujets.En Europe, #Facebook a été sanctionné en 2017 à hauteur de 110 millions d’euros par la Commission européenne pour le partage de données personnelles avec #WhatsApp.En France, la Commission nationale de l’informatique et libertés (CNIL) a infligé en mai 2017, une amende de 150 000 euros à Facebook pour des “manquements” dans sa gestion des données des utilisateurs.Le nouveau Règlement général sur la protection des données (RGPD), texte européen qui entrera en vigueur le 25 mai, va définir des lignes plus claires dans le recueil des données.
14 Avril 2018 à 10:16
Facebook reconnaît l’enregistrement des appels et des SMS des utilisateurs depuis 2015
Après le premier scandale, #Facebook reconnaît un nouveau scandale. Il s’agit cette fois de l’enregistrement des appels et des messages de ses utilisateur via messenger. L’entreprise s’est défendue en prétendant que l’#espionnage a pour but d’avoir plus d’informations sur l’application pour pouvoir l’améliorer. La société a indiqué dans un communiqué diffusé Lundi, que l’espionnage desdes messages et des appels que ce soit sur messenger ou ailleurs a commencé en 2015. Et que cela concerne uniquement les dates des échanges, et la durée des appels et non pas le contenus de ses derniers. Sachant que cette dernière opération ne peut être effectuée sans l’accord de l’utilisateur.Elle a également ajouté que ces données n’ont pas été vendues pour d’autres sociétés comme le prétendent certaines rumeurs. Et que toutes les données des utilisateurs sont en sécurité. Mais ce démenti n’a apparemment pas été suffisant, puisque la plateforme continue de perdre la confiance de ses utilisateurs, surtout après le scandale Cambridge Analytica, et le mouvement de suppression des comptes Facebook.
27 Mar 2018 à 12:19
Voici comment découvrir vos données personnelles qu’enregistre Facebook
Un scandale est survenu il y’a quelque jours de ça, il s’agit en effet du violemment des données personnelles de plus de 50 millions d’utilisateur pour des fins politiques. Cet événement a basculé la réputation du réseau social #Facebook. Suite à cela un mouvement anti-Facebook a été crée dans le but de supprimer tous les comptes Facebook, et ne plus l’utiliser.En revanche, il y’a des personnes qui ne voient pas d’inconvénient à ce que Facebook utilise leurs données personnelles quel que soit le but. Bien qu’ils refusent que des personnes proches aient accès à ses données. Beaucoup d’entre nous veulent donc savoir quelles sont les données que Facebook a enregistré. Chose qui est possible avec ce réseau social même.Il est a noté que la méthode donnée par la plateforme pour se renseigner sur les données personnelles qu’enregistre ce dernier sur chaque utilisateur n’est pas complète. Ou du moins, Facebook ne dévoile pas d’explications concernant ces informations.Dans cet article, nous allons pas vous apprendre une nouvelle méthode. Mais une méthode que la plupart ignorent malgré sa simplicité et sa facilité. Voici donc la méthode complète :La méthode complète pour télécharger les données Facebook• Sur votre page Facebook, cliquez sur la flèche dirigée vers le bas, située sur l’angle haut droit de la page. Un petit tableau s’affiche, choisissez « Paramètres ».
27 Mar 2018 à 14:18
Lutte contre les fausses informations : Facebook teste une nouvelle idée
Facebook, constatant une nouvelle fois la complexité de la lutte contre les “fake news” (fausses informations) pullulant sur le réseau social, a annoncé jeudi une nouvelle stratégie pour les signaler, qui se veut plus efficace.L’an dernier, le groupe s’était lancé dans une série de mesures destinées à réduire la circulation de fausses informations, notamment en réduisant la diffusion de publications provenant de sources douteuses, en nouant des partenariats avec des organisations extérieures vérifiant la véracité des infos (“fact-checking”) ou encore en apposant une icône figurant un triangle rouge (“red flag”) près de certaines publications relevant de “fake news” selon les critères du “fact-checking”.Avec le recul, Facebook juge qu’en fait, l’icône d’alerte n’est pas efficace et peut même conduire aux effets inverses de ceux espérés.En interrogeant les utilisateurs, “nous avons appris que chasser la désinformation est un défi”, écrivent non sans une certaine candeur des responsables en charge de ces questions chez #Facebook.“Inscrire simplement que quelque chose est +faux+ ou +controversé+ ne veut pas forcément dire que nous serons en mesure de faire changer d’avis (le lecteur) sur la véracité des faits. En fait, des études laissent penser qu’un vocabulaire trop fort ou certains visuels (comme une icône rouge) peuvent avoir des effets contre-productifs et ancrer plus profondément les opinions”, poursuivent-ils.A la place, Facebook a décidé de proposer désormais à l’utilisateur s’apprêtant à partager un lien douteux, de lire au préalable ce qu’en disent les partenaires en charge du “fact-checking”. Selon le groupe, qui a commencé à tester cette nouvelle idée cet été, cette approche moins frontale limite le nombre de “partages” de fausses infos.Facebook, comme Twitter et Google, est accusé depuis des mois de servir de plate-forme aux “fake news”, des accusations qui ont pris un tournant très politique depuis l’élection de Donald Trump l’an dernier, la Russie étant accusée par Washington d’avoir cherché à influer sur la campagne en utilisant, entre autres, les réseaux sociaux.Facebook communique donc énormément sur le sujet. Récemment, le PDG du groupe Mark Zuckerberg avait même assuré que la chasse aux contenus problématiques (fausses infos, apologie du terrorisme etc…) passait avant le souci de faire des bénéfices.L’Agence France-Presse (AFP) figure parmi les médias partenaires de Facebook pour le “fact-checking”.
21 Dec 2017 à 22:42
Jeu de “la baleine bleue” : Houda Feraoun avoue son impuissance
Houda Iman Feraoun a affirmé mardi à Alger qu'”il n’y a pas un site précis du jeu de la “baleine bleue” que l’on puisse bloquer”, estimant que la sensibilisation des enfants et la nécessité pour les parents de contrôler leurs activités sur Internet était la seule solution”.Du point de vue technique, l’#Algérie “possède tous les moyens pour bloquer les sites dangereux, mais il est impossible de bloquer ce type de jeux qui n’a pas un site précis”, a indiqué Mme Feraoun en réponse aux préoccupations des membres de l’Assemblée populaire nationale (APN) sur le projet de loi relatif à la poste et aux communications électroniques, ajoutant que le téléchargement de ce type de jeux “est possible sur les réseaux sociaux”, selon l’agence officielle. La ministre a affirmé, à propos de ce jeu qui a entraîné des cas de décès dans certaines wilayas, que “le site officiel de ce jeu a été bloqué depuis longtemps mais il circule toujours sur les réseaux sociaux et peut être téléchargé”. “Si nous voulons nous en débarrasser, il faut fermer tous les sites, ce qui n’est pas possible”, a-t-elle dit.La seule solution pour protéger les enfants des risques d’Internet est “la sensibilisation des enfants et la nécessité pour les parents de contrôler leurs activités sur la toile”, a estimé Mme Feraoun.Les premiers résultats de l’enquête ouverte par les services de sécurité ont confirmé un seul cas de suicide lié au jeu de la “#baleine #bleue”. Quant aux autres cas, l’enquête suit son cours, sans qu’aucun lien ne soit établi jusqu’à présent avec ce jeu vidéo”.
12 Dec 2017 à 19:38

Ailleurs sur le web

Nous suivre
Annonce
PropellerAds
Vidéothèque

Les plus lues

Soufflet avec une pâte facile de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 22 Juin 2016 à 13:59

source : #Youtube #OumWalid 

Msemen à la farine le plus facile à faire de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 10 Oct 2016 à 10:55

Le secret pour réussir les msemens à la farine réside dans la pâte qu'il faudra bien travailler, type de farine et aussi dans le feuilletage,voir la vedio pour mieux comprendre le procédé. source : #youtube #OumWalid

Cake au Flan de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 04 Dec 2016 à 12:09

C'est un de mes desserts préférés je le fais vraiment souvent j'aime énormément sa texture bien fondante, vous pouvez choisir le goût que vous souhaitez chocolat, vanille, fraise ou caramel sans tarder voici la recette... source : #youtube #OumWalid

TIZI-OUZOU: La liste des bénéficiaires des logements sociaux dévoilée

Actualité - TIZI-OUZOU - 15 Nov 2016 à 18:15

Le chef-lieu de Tizi-Ouzou à connu une matinée particulièrement mouvementée, caractérisée par des coupures de routes au niveau de plusieurs quartiers et pour cause l'affichage de la liste des bénéficiaires des logements sociaux (Logement Public Locatif). Des citoyens qui ont postulé à cette formule et dont les noms ne figuraient pas sur liste ont barricadé plusieurs routes par des pneus en fumée provoquant des embouteillages dans le centre ville. Le fait de voir les attentes des protestataires prolongées ont fait tombé à l'eau toutes les tentatives des autorités locales pour essayer de calmer les esprits.

Sablé au halwa turc et cacahuètes

Elle Mag - Recettes - 28 Juin 2016 à 09:22

Ingrédients: pour environ 28 pièces (selon la taille de l'emporte-pièce) 250 g de beurre 125 g de halwa turc 50 g de sucre glace 2 jaunes d’œufs 1 paquet de levure chimique 1 càc de vanille 80 g de cacahuètes grillées et finement moulues Farine au besoin (environ 500g) Décoration: Environ 400 g de cacahuètes grillées et moulues 1 pot de confiture d'abricot Préparation: Battre le beurre avec le sucre puis ajouter la halwa turc et bien mélanger Ajouter les jaunes d’œufs un par un ensuite les cacahuètes moulues Ajouter la vanille puis la farine avec la levure jusqu'à obtention d'une pâte souple et lisse Laisser reposer la pâte un petit peu Étaler la pâte sur un plan de travail fariné à 5mm d'épaisseur Découper les sablés à l'aide d'un emporte-pièce ou un verre puis faire une ouverture au centre à l’aide d’un petit emporte pièce Faire cuire pendant environ 15 minutes à 180° Une fois les sablés refroidies, les rassembler en les collant avec de la confiture Badigeonner les sablés de confiture à l'aide d'un pinceau puis passer aux cacahuètes et décorer avec du chocolat fondu. source : fan-decuisine