Visite de Mohammed Ben Salmane à Alger : Un prince encombrant | actu-algerie.com: Information et Actualité





Visite de Mohammed Ben Salmane à Alger : Un prince encombrant

International - Droit de l'homme


Visite de Mohammed Ben Salmane à Alger : Un prince encombrantTraditionnellement arc-boutée sur une ligne de «neutralité» dans les conflits régionaux, Alger est de plus en plus accusée de s’être alignée sur la position diplomatique saoudienne.

Comme mis au ban des nations, le prince héritier saoudien Mohammed Ben Salmane s’emploie à briser par anticipation le risque d’un éventuel isolement diplomatique suite à l’assassinat du journaliste dissident Jamal Khashoggi.

Pris dans l’engrenage de l’agression militaire qu’il mène contre le Yémen voisin, l’homme fort du royaume saoudien a vu l’étau se resserrer autour de lui après l’assassinat barbare de Jamal Khashoggi.

Il est ouvertement accusé par des ONG de défense des droits de l’homme, des figures politiques influentes et une bonne partie des opinions publiques internationales d’être l’ordonnateur de la liquidation physique du journaliste dissident.

Sorti de l’ombre de la monarchie à la faveur de tractations-éliminations au sein de la famille royale, le jeune prince est vite brûlé par la lumière des projecteurs. Le nouveau visage de l’Arabie Saoudite qu’incarne MBS et qui avait promis des réformes libérales s’est rapidement assombri par la brutalité avec laquelle il gouverne son pays, la Mecque de l’autoritarisme. Par le feu et la fureur.

C’est cet homme qui est reçu à Alger depuis hier pour une visite officielle de deux jours. Manifestement, Mohammed Ben Salmane qui a failli voir ses ambitions politiques compromises cherche à «redorer» son image sérieusement altérée. Une opération de charme qui passe mal auprès des opinions publiques.

Il doit y avoir de la gêne chez les gouvernements qui l’accueillent. Avant même son accession au trône, ce jeune prince traîne déjà la réputation de «roi sanguinaire». Il doit déployer un énorme effort diplomatique pour retrouver la confiance des Etats. Rares sont les périodes où un dirigeant saoudien est autant mis en difficulté dans son pays et dans toute la région.

Sa tournée internationale a provoqué une levée de boucliers et des citoyens des pays hôtes expriment leur refus de le voir fouler le sol de leurs pays. Mohammed Ben Salmane suscite de la colère et de l’indignation. Il n’est pas le bienvenu dans beaucoup de pays. Il est devenu un prince encombrant.

Si, en effet, il garde intact le soutien actif de l’administration Trump, le prince héritier ne peut se passer aussi facilement des alliés traditionnels de son pays dans la région. D’autant que la monarchie des Al Saoud entend jouer le rôle de leader d’un monde arabe en déshérence.

Le panarabisme vaincu, l’Arabie Saoudite à la tête d’un panislamisme triomphant a imposé la marche à suivre. Et l’Algérie fait partie justement de ses alliés à ne pas trop négliger, surtout en temps de crise qui enserre le prince héritier. Il faut dire que de tout temps le gouvernement algérien s’est gardé de fâcher la monarchie wahhabite.

Avec Abdelaziz Bouteflika au pouvoir, les liens se sont consolidés entre les deux pays, et ce, malgré les provocations répétées de Riyad contre l’Algérie. Alger ne lui refuse presque rien. Et parfois s’excuse même des positions exprimées par une partie de l’opinion publique à l’égard de cette monarchie-fabrique de l’extrémisme religieux, pourvoyeur de l’idéologique du terrorisme.

Traditionnellement arc-boutée sur une ligne de «neutralité» dans les conflits régionaux, Alger est de plus en plus accusée par une partie de la classe politique nationale de s’être alignée sur la position diplomatique saoudienne.

Notamment dans l’agression militaire contre le Yémen et par extension dans le conflit entre Riyad et Téhéran. Sans le renvoi de l’ascenseur. Sur la question énergétique, l’Arabie Saoudite – principal pays exportateur de pétrole – impose des politiques qui souvent n’arrangent pas les intérêts de l’Algérie.

La récente décision de Riyad d’augmenter sa production a eu un impact négatif sur les cours du pétrole. Le prix du baril a connu une chute vertigineuse sur le marché mondial. Une mauvaise nouvelle pour l’économie algérienne.

Mais au-delà des questions immédiates, la politique étrangère de l’Algérie ne correspond pas à l’agenda géopolitique saoudien. Insérée dans la stratégie globale de Washington, la monarchie golfiote joue une partition importante dans le remodelage violent de la carte géostratégique du Moyen-Orient post-révolution arabe.

Une redéfinition qui se dessine par la normalisation avec l’Etat hébreu qui s’accompagne inévitablement de l’abandon de la question palestinienne, et l’affaiblissement considérable des «Républiques» au profit des régimes monarchiques.

Dans ce grand jeu impliquant des puissances internationales et mêlant des intérêts colossaux, l’Algérie tient difficilement ses propres équilibres. En l’absence d’une politique étrangère clairement définie et renouvelée pour mieux l’adapter aux nouveaux bouleversements dans les relations internationales, l’Algérie a du mal à négocier ses intérêts.

A-t-elle choisi de se «terrer» dans cette période de convulsions porteuse de périls ? Il est reproché à l’Algérie – jadis pays important dans le camp de la résistance – d’avoir perdu sa voix. Son poids s’est affaibli et sa sphère d’influence se rétrécit. Sans leadership, elle est réduite à jouer les rôles de moindre importance.


Auteur

Nordine.B

Propriétaire du site www.actu-algerie.com

03 Dec 2018 à 21:39

Lu : 60 fois

Source : www.elwatan.com


Vos réactions
Patragez









PropellerAds

Dans le dossier Droit de l'homme
APRÈS L’INTERDICTION DES MANIFESTATIONS PUBLIQUES , Traque sur la Toile
Tout porte à croire que les autorités, visiblement échaudées par l’expérience vécue par certains pays arabes lors du fameux “printemps”, ne souhaiteraient pas la contamination. La solidarité de certains acteurs et l’appel de certaines ONG pour sa libération n’auront finalement pas eu un écho favorable : Slimane Bouhafs, ce chrétien de la région de Sétif, arrêté fin juillet et incarcéré depuis, restera en prison. Il a été condamné hier par la Cour de Sétif à trois ans de prison ferme pour “outrage au prophète et dénigrement des principes et préceptes de l’islam”. Cette condamnation allonge un peu plus la liste des personnes punies pour des publications sur le réseau social facebook, espace de la libre expression par excellence, de plus en plus prisé par les algériens. Inaugurée avec la condamnation de Tarek #Mameri, ce jeune blogueur qui s’est rendu célèbre en 2012 pour ses vidéos publiées sur Youtube à l’occasion de la campagne électorale, la traque des citoyens jugés “inopportuns” pour leurs publications sur les réseaux sociaux et dont la liste est loin d’être exhaustive est en passe de devenir une pratique courante. À telle enseigne que l’on se demande si les autorités, qui ont déjà verrouillé les autres espaces d’expression, comme l’interdiction des marches populaires — et les pesanteurs bureaucratiques pour organiser une activité politique, sans compter la fermeture des médias lourds —, ne sont pas en train d’investir l’un des rares espaces de liberté qui restent pour étouffer toutes les “voix qui empêchent de penser en rond”. Il est vrai que pour des raisons sécuritaires, l’Algérie, dans le prolongement de la loi n°09-04 du 5 août 2009, portant règles particulières relatives à la prévention et à la lutte contre les infractions liées aux technologies de l'information et de la communication, a décidé de la mise en place d’un organe de prévention et de lutte et dont le décret a été signé par le président #Bouteflika à l’automne 2015. Autorité administrative indépendante, placée auprès du ministre de la Justice, cet organe “travaillera sous la supervision et le contrôle d'un Comité directeur présidé par le ministre de la Justice, et comprenant, notamment, des membres du gouvernement concernés par la question, les responsables des services de sécurité, ainsi que deux magistrats de la Cour suprême désignés par le Conseil supérieur de la magistrature”, selon le décret présidentiel. L'Organe est doté de magistrats, ainsi que d'officiers et d'agents de la police judiciaire émanant des services de renseignements militaires, de la Gendarmerie et de la Police nationales, conformément aux dispositions du Code de procédure pénale. Mais si cet organe répond à l’impératif de traquer les potentiels terroristes, leurs soutiens et ceux qui relaient la propagande subversive visant à attenter à la sécurité du pays et des personnes, ces condamnations de militants ou d’activistes de la société civile ne sont pas de nature à rassurer l’opinion sur la volonté des autorités à faire la part des choses. Encore moins de protéger la liberté d’expression telle que consacrée par la nouvelle Constitution. “La liberté d’expression ne sera jamais garantie en #Algérie tant qu’un poème mis en ligne sur facebook risque de valoir deux ans de prison”, a déclaré, au lendemain de la condamnation de Mohamed Tamalt, Sarah Leah Whitson, directrice de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord à Human Rights Watch. “L’incarcération de personnes accusées d’avoir insulté ou offensé des personnalités publiques est injuste et constitue une menace pour tous ceux qui souhaitent s’exprimer sur les questions d’intérêt public”, avait-elle dit. Tout porte à croire que les autorités, visiblement échaudées par l’expérience vécue par certains pays arabes lors du fameux “printemps”, ne souhaiteraient pas la contamination. Surtout que les ingrédients d’un malaise social sont en place… source : www.liberte-algerie.com
07 Sep 2016 à 10:37
Salah Debouz, président de la LADDH, placé sous contrôle judiciaire
Me Salah Debouz, président de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’Homme (LADDH) a été placé, ce mercredi 13 juillet, sous contrôle judiciaire par la juge d’instruction du tribunal de Ghardaïa pour introduction d’objets à l’intérieur de la prison dont un journal et un ordinateur et à cause de certaines de ses déclarations, a appris TSA du concerné. Parmi les déclarations citées par la magistrate figure celle liée aux conditions de détention des prisonniers, selon lui. « Je compte faire appel », précise Me Debouz. Six des sept personnes venues le soutenir ont été interpellées par la police puis relâchées, affirme Me Salah Debouz. Source TSA
13 Juil 2016 à 20:20

Ailleurs sur le web

Nous suivre
Annonce
PropellerAds
Vidéothèque

Les plus lues

Soufflet avec une pâte facile de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 22 Juin 2016 à 13:59

source : #Youtube #OumWalid 

Msemen à la farine le plus facile à faire de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 10 Oct 2016 à 10:55

Le secret pour réussir les msemens à la farine réside dans la pâte qu'il faudra bien travailler, type de farine et aussi dans le feuilletage,voir la vedio pour mieux comprendre le procédé. source : #youtube #OumWalid

Cake au Flan de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 04 Dec 2016 à 12:09

C'est un de mes desserts préférés je le fais vraiment souvent j'aime énormément sa texture bien fondante, vous pouvez choisir le goût que vous souhaitez chocolat, vanille, fraise ou caramel sans tarder voici la recette... source : #youtube #OumWalid

TIZI-OUZOU: La liste des bénéficiaires des logements sociaux dévoilée

Actualité - TIZI-OUZOU - 15 Nov 2016 à 18:15

Le chef-lieu de Tizi-Ouzou à connu une matinée particulièrement mouvementée, caractérisée par des coupures de routes au niveau de plusieurs quartiers et pour cause l'affichage de la liste des bénéficiaires des logements sociaux (Logement Public Locatif). Des citoyens qui ont postulé à cette formule et dont les noms ne figuraient pas sur liste ont barricadé plusieurs routes par des pneus en fumée provoquant des embouteillages dans le centre ville. Le fait de voir les attentes des protestataires prolongées ont fait tombé à l'eau toutes les tentatives des autorités locales pour essayer de calmer les esprits.

Sablé au halwa turc et cacahuètes

Elle Mag - Recettes - 28 Juin 2016 à 09:22

Ingrédients: pour environ 28 pièces (selon la taille de l'emporte-pièce) 250 g de beurre 125 g de halwa turc 50 g de sucre glace 2 jaunes d’œufs 1 paquet de levure chimique 1 càc de vanille 80 g de cacahuètes grillées et finement moulues Farine au besoin (environ 500g) Décoration: Environ 400 g de cacahuètes grillées et moulues 1 pot de confiture d'abricot Préparation: Battre le beurre avec le sucre puis ajouter la halwa turc et bien mélanger Ajouter les jaunes d’œufs un par un ensuite les cacahuètes moulues Ajouter la vanille puis la farine avec la levure jusqu'à obtention d'une pâte souple et lisse Laisser reposer la pâte un petit peu Étaler la pâte sur un plan de travail fariné à 5mm d'épaisseur Découper les sablés à l'aide d'un emporte-pièce ou un verre puis faire une ouverture au centre à l’aide d’un petit emporte pièce Faire cuire pendant environ 15 minutes à 180° Une fois les sablés refroidies, les rassembler en les collant avec de la confiture Badigeonner les sablés de confiture à l'aide d'un pinceau puis passer aux cacahuètes et décorer avec du chocolat fondu. source : fan-decuisine