Dossier PANAMA PAPERS | actu-algerie.com: Information et Actualité





dossier PANAMA PAPERS




Panama Papers : les sociétés offshore de Ali Haddad

Actualité - PANAMA PAPERS - 16 Mai 2017 à 19:55

Ali #Haddad, président du Forum des chefs d’entreprises (#FCE), « apparaît comme le bénéficiaire économique d’une compagnie enregistrée par #Mossack #Fonseca en novembre 2004 aux îles Vierges britanniques », affirme le journal français #Le #Monde dans une enquête publiée ce mardi 16 mai. Cette société, spécialisée dans les investissements immobiliers, appelée, Kingston Overseas Group Corporation (KOGC), est « administrée par son fondé de pouvoir, Guy Feite, un Français établi au Luxembourg », poursuit le journal qui se base sur les documents issus de l’enquête #Panama #papers. Guy Feite a déjà été cité par le même journal lors de la publication de l’enquête sur Abdesselam Bouchoureb. Car c’est le même qui gère la société offshore au Panama pour le compte du ministre de l’Industrie et des Mines. Selon Le Monde, la KOGC « dispose d’un compte ouvert dans une agence de la banque HSBC située dans le luxueux quartier de Knightsbridge, dans le centre de Londres ». Citant des documents en sa possession, le journal indique que le « revenu déclaré au titre de l’année précédant l’ouverture du compte, en février 2008, était de 67 000 livres sterling (environ 88 000 euros à l’époque) et le revenu prévu pour les douze mois suivant l’ouverture du compte était de 2,43 millions de livres sterling ». « Avant l’ouverture de ce compte, une autre compagnie gérée par Guy Feite, Campbell Management Inc., a été désignée pour administrer KOGC », poursuit le quotidien qui ajoute que la société de Ali Haddad gère elle-même une autre compagnie offshore, panaméenne « fournie par Mossack Fonseca à Guy Feite ». Il s’agit de Markham Financial Services Corp. Le 23 avril 2009, cette société a été elle aussi « associée dans une autre coquille vide domiciliée au Nevada, aux États-Unis » et appelée « Marbury International Business Group LLC ». « Le montage est parfait et le nom du patron du groupe ETRHB Haddad n’est apparu qu’à l’occasion d’un inventaire réalisé par Mossack Fonseca, qui a contraint Guy Feite à communiquer dans un courriel datant du 13 avril 2010 les noms des bénéficiaires économiques de quelque 70 compagnies administrées par sa société, la Compagnie d’étude et de conseil (CEC) », révèle Le Monde. Les documents étudiés par les journalistes révèlent également que la sous-traitance à laquelle a eu recours le groupe ERTHB Haddad notamment en ce qui concerne le « raccordement de la station de dessalement de Tafsout Honaine au réservoir de Lalla Setti, dans la wilaya de Tlemcen, et au projet de dérivation des eaux de l’oued Al-Harrach, dans la wilaya d’Alger, a donné lieu au transfert de plusieurs millions de dollars à l’étranger ». Interrogé par TSA, Ali Haddad a répondu : « Je ne suis pas au courant de ces sociétés offshore et celui qui veut écrire est libre de le faire ».
Panama Papers : Ali Benouari mis en cause
Le scandale des #Panama #Papers continue de livrer ses secrets. Après les révélations sur le fils de l’ancien PDG de #Sonatrach hier, le quotidien #Le #Monde cite, ce lundi, le nom d’#Ali #Benaouri. En janvier 2000, l’ancien ministre délégué au Trésor a créé une #société #offshore grâce aux services du cabinet panaméen #Mossack #Fonseca. La compagnie Beroll Group SA, enregistrée aux îles Vierges britanniques et qui a été dissoute le 31 octobre 2001, « était destinée à servir de paravent à la cession, au profit de Khalifa Bank, des actions qu’il détenait dans le capital de Société général Algérie (SGA)  » , explique Le Monde. Le journal, qui fait partie du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), cite une correspondance adressée le 22 février 2000 par Pierre Richa, patron de la société fiduciaire Pierre Richa & Partners, à l’antenne genevoise de Mossack Fonseca. « Après réflexion, M. Ali Benouari ne souhaite pas apparaître comme administrateur de la société en marge. C’est pourquoi je vous prie de procéder à la désignation d’un administrateur local. Ce dernier fournira un pouvoir en blanc. La procuration sera faite soit en faveur de M. Ali Benouari soit, le cas échéant, en mon nom. Dès qu’une décision sera prise, je vous le ferai savoir », a écrit Pierre Richa. Ce document a été obtenu par le consortium ICIJ, qui a les « Panama Papers ». Les documents obtenus dans le cadre de cette enquête montrent que « le cabinet panaméen a désigné deux administrateurs locaux avant de les remplacer par Ali Benouari sur demande de Pierre Richa », ajoute Le Monde. « Le nom du nouvel administrateur est Ali Benouari, d’Algérie, résidant à Genève. Veuillez préparer une décision pour l’ouverture d’un compte bancaire à Genève », a demandé Pierre Richa dans une autre correspondance adressée à Mossack Fonseca en août 2000, selon la même source. Ali Benouari a occupé le poste de ministre délégué au Trésor dans le gouvernement d’Ahmed Ghozali entre juin 1991 et février 1992. Après son éviction du gouvernement, il s’installe en Suisse. En 1999, il participe à la création de la SGA, dont il assure la présidence jusqu’à 2004. En 2014, il s’était porté candidat à la candidature pour la présidentielle.
16 Mai 2017 à 10:18
Panama Papers : Issad Rebrab réagit
Issad Rebrab a décidé de réagir à l’enquête dont il fait l’objet dans le cadre du scandale des #Panama_Papers qui a été publiée ce mardi 26 juillet par Le Monde en évoquant des accusations « factuellement » fausses. « À la suite de la publication par le journal #Le_Monde de l’article « Les dessous de l’ascension fulgurante de l’industriel Issad Rebrab » paru dans l’édition du 26 juillet 2016, je démens catégoriquement ces accusations factuellement fausses selon lesquelles je serais impliqué dans le dossier Panama Papers », a déclaré le patron de Cevital dans une déclaration transmise à TSA. #Issad_Rebrab ne semble pas exclure une éventuelle poursuite judiciaire contre le quotidien français qu’il ne cite pas. « J’ai demandé à Me Jean-Pierre Mignard, avocat au barreau de Paris, d’examiner les conditions de réparation pouvant aller jusqu’à une plainte en diffamation », a-t-il conclu. Source TSA
26 Juil 2016 à 20:01
Nouvelles révélations sur l’implication de Khelil et son fils dans le scandale Sonatrach
Les révélations dans le cadre du scandale des #Panama_Papers concernant la corruption en #Algérie se poursuivent. Dans son édition de ce mardi 26 juillet, Le Monde revient sur l’affaire des sociétés écrans utilisées pour gérer l’argent de la corruption. Il évoque pour la première fois l’implication du fils cadet de l’ancien ministre de l’Énergie et des Mines Chakib Khelil. « Collingdale Consultants Inc (société de Farid Bedjaoui) a bénéficié respectivement à Khaldoun, fils cadet de Chakib Khelil, et à Regina Picano, épouse de Pietro Varone. Cette compagnie gérait un « patrimoine » de près de 15 millions de dollars », écrit le journal. « Quant aux biens immobiliers acquis durant cette période par Farid Bedjaoui, les autorités américaines ont diligenté une enquête au sujet de trois appartements à New York dont deux à Manhattan, d’une valeur totale de plus de 50 millions de dollars », ajoute la même source. Il s’agit notamment d’un « condominium situé au 5, Central Park Avenue, acheté pour 28,5 millions de dollars ». Le « rôle d’intermédiaire joué par Farid Bedjaoui dans le schéma corruptif (…) aurait été imposé à #Saipem par le ministre Khelil. (…) Les magistrats algériens #ont identifié des versements qui ont profité à #Najat_Arafat, épouse de Chakib Khelil », selon Le Monde qui cite le tribunal pénal fédéral suisse qui a été sollicité par une demande algérienne d’entraide judiciaire. La justice algérienne n’a pas donné suite. Chakib Khelil se trouve actuellement en Algérie et toutes les poursuites à son encontre semblent avoir été abandonnées. Toujours selon Le Monde, le cabinet panaméen de Mossack Fonseca a continué de gérer Rayan Asset Management, la société de #Farid_Bedjaoui, jusqu’au moins en novembre 2015, soit plus de cinq ans après l’éclatement du Scandale #Sonatrach. Source TSA
26 Juil 2016 à 13:16
Panama Papers : La fille de Sellal citée
Les noms des algériens impliqués dans la détention de sociétés #offshore ne cessent de tomber. Le nom d’aujourd’hui, Rym Sellal, fille du premier ministre. La fille du premier ministre Abdelmalek #Sellal est citée comme bénéficiaire d’une société offshore liée à l’affaire Sonatrach. Rym Sellal, 36 ans, résidante à Londres, apparaît de 2005 à 2010 comme bénéficiaire d’une société offshore domiciliée aux Iles Vierges Britanniques. Lire plus de détails sur mobile.ledesk.ma Source EL WATAN
23 Mai 2016 à 12:24
Panama Papers et l’Algérie : quand le ministère des Ressources en eau fricotait avec une société offshore
La firme québécoise Snc-Lavalin a obtenu 4 milliards de dollars de contrats en Algérie à partir de l’année 2000. Six de ces contrats ont été décrochés par l'intermédiaire d'une agence commerciale enregistrée dans un paradis fiscal, les îles Vierges britanniques. Radio Canada a mis en ligne, aujourd’hui mercredi, les documents concernant les contrats obtenus par Snc-Lavalin en faisant appel à Cadber invetements, créée avec l’aide Mossack Fonseca, le cabinet d’où proviennent les fameux documents « Panama Papers ». Le premier contrat traite de la réalisation du système de transfert d’eau potable à partir des barrages de Ghrib, Bouroumi et Boukourdane vers Alger. Il est question aussi de l’usine de traitement d’eau de Taksbet avec un montant de 750 millions de dollars et du projet de réhabilitation de la station d’épuration des eaux usées de Baraki ( Alger). La même source a cité aussi le projet portant interconnexion des barrages de Zit-Emba et Guenitra dans la wilaya de Skikda. Le client dans ces contrats obscurs n’est autre que le ministère des Ressources en eau. Sonatrach Cadber Invesments a également représenté Snc-Lavalin dans les négociations avec Sonatrach pour le projet de réalisation d’une station de compression de gaz à Hassi Rmel. Les honoraires de Cadber Investments, estimés à 22 millions de dollars, ont été versés sur son compte à la succursale de la Banque royale du Canada à Genève. La compagnie Snc-Lavalin est impliquée dans des affaires de corruption dans plusieurs pays. Dans ses précédentes livraisons, le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) a révélé que le ministre de l’Industrie Abdesselam Bouchouareb et l’épouse de Chakib Khelil, Nadjat Arafat, détenaient des sociétés offshore. L’Icij a rendu public une liste des 22 clients algériens du cabinet panaméen Mossack Fonseca. Source : elwatan
18 Mai 2016 à 16:57
Affaire de la photo: Bouteflika dépose plainte contre Le Monde
Le chef de l’Etat a bien entamé des poursuites judiciaires contre le journal Le Monde, selon le magazine Jeune Afrique. La citation directe, apprend-on de bonnes sources, date du 14 avril dernier. La #plainte déposée par les avocats de Bouteflika est intervenue quelques jours après la publication par le quotidien français Le Monde de sa photo à la Une de son édition du 5 avril dernier, traitant de l’argent caché des chefs d’Etat, dans le sillage des informations révélées par le scandale mondial appelé les “#Panama_Papers”. La Une du monde incriminée Les “précisions” du quotidien Le monde, quant à l’utilisation “malencontreuse”de la photo du président Abdelaziz #Bouteflika pour illustrer le scandale des Panama Papers n’ont pas réussi à apaiser la colère des autorités algériennes. Précision le monde Les avocats du Président, au nombre de deux, auraient, selon la même source, réclamé au titre de l’action publique, la publication du jugement en Une du journal plus une indemnisation de 10 000 euros pour le préjudice moral porté à l’image du chef de l’Etat. Les deux avocats du président Bouteflika auraient également réclamé une “condamnation du directeur du Monde, Louis Dryfus, à un euro symbolique pour diffamation en plus de la publication de la décision de justice en première page du Journal”. Le procès se déroulera le 3 juin prochain au tribunal correctionnel de Paris. Pour rappel Jeune Afrique avait annoncé en avril dernier l’intention des autorités algériennes de déposer plainte contre la publication française. Le journaliste du #Monde s’est vu refuser le visa qu’il avait demandé pour accompagner le premier ministre français Manuel #Valls à #Alger lors de sa visite datant du 11 avril. Le premier ministre algérien, Abdelmalek Sellal, avait indiqué à son homologue français que “Le Monde avait porté atteinte au prestige et à l’honneur du chef de l’Etat de manière gratuite”. La photo ne passait pas malgré les précisions du Monde. Source HUFFPOSTE ALGÉRIE
17 Mai 2016 à 12:36
Nouveaux documents « Panama Papers » : une coquille qui s’avère (presque) vide
Une montagne qui accouche d’une souris. Les révélations promises à travers la mise en ligne d’une partie des documents des « Panama Papers » s’avèrent être un tigre de papier. Expurgé des informations sensibles, de tout document permettant de s’assurer du rôle, des activités ou simplement de l’identité des concernés, la publication par l’ICIJ des données se révèle peu utile. Risques d’erreurs Le quotidien français Le Monde l’explique sur son site internet : « des tas de noms de société, qui ne vous diront pas grand-chose ». En effet, la plupart des sociétés sont anonymes. De plus, « une personne citée comme directrice d’une société ne cherche en général pas à se dissimuler, car cette information est généralement publique », rappelle Le #Monde. Une manière de signifier que la présence d’une personne dans les listings des « #PanamaPapers » ne signifie pas nécessairement une quelconque activité cachée, illégale ou frauduleuse. Enfin, l’on retrouve de nombreux homonymes, qui peuvent prêter à confusion. En l’absence de document permettant de clairement identifier la personne, un tel risque d’erreur est à prendre au sérieux. Une déception, sur le fond et dans la forme La base de données accessible se résume donc essentiellement à une série de noms de sociétés, le plus souvent rattachées à des prête-noms, ou qui sont totalement anonymes. Il est difficile d’en tirer une information sans avoir accès aux données, le plus souvent expurgées. Surtout, les bribes d’informations publiées ont été analysées durant une année d’enquête menée par 108 médias internationaux et coordonnée par l’#ICIJ. Il est donc illusoire d’espérer y trouver une personnalité ou une entité dont la présence n’a pas déjà été révélée. Cela s’applique évidemment à l’#Algérie. Source TSA
11 Mai 2016 à 07:29
Les Panama Papers mis en ligne, avec l'espoir de nouvelles révélations
Les documents qui ont alimenté le scandale sont en partie accessible au public.
10 Mai 2016 à 10:18
L’épouse de Chakib Khelil a dissimulé des comptes en Suisse
Najat Arafat, l’épouse de l’ancien ministre de l’Énergie, Chakib Khelil, a constitué deux sociétés au Panama, selon les documents des « #Panama_Papers », publiés ce lundi 9 mai sûr le site d’information Le Desk. Montage financier pour cacher des comptes Selon les documents publiés, Najat #Arafat détenait un mandat de représentation pour deux sociétés offshore, le Carnelian Group Inc. et Parkford Consulting Inc., domiciliées au Panama. Ceux deux sociétés ont été créées respectivement en mai 2015 et octobre de la même année, indique le document. Ces sociétés auraient servi de coquille pour dissimuler des comptes en Suisse, détenus par Najat Arafat, selon Le Desk. La seconde société, un temps contrôlée par l’épouse de Chakib #Khelil, a été transférée au nom d’Omar Habour deux ans plus tard, à la demande de Multi Group Finance, basé en Suisse et agissant pour le compte de Najat Arafat, toujours selon Le Desk. Par ailleurs, le personnage d’Omar Habour est directement impliqué dans le scandale l’affaire de corruption entre #Sonatrach et la société italienne #Saipem. Selon nos propres recherches sur la base de données du Consortium international des journalistes d’invstigations (ICIJ), le nom de la société « Carnelian Group Inc. » ne mentionne que des détenteurs (actionnaires) anonymes, avec la société suisse Mutli Group Finance comme intermédiaire. Bien que les noms ne paraissent pas, ces informations tendent à accréditer les informations et les documents en la possession du Desk Affaire Sonatrach : la trace des 200 millions de dollars Par ailleurs, Le #Desk fait le lien avec l’affaire Sonatrach et l’enquête menée par la justice suisse. Un arrêté du Tribunal fédéral indique que « les magistrats instructeurs algériens ont identifié des versements qui ont profité à Najat Arafat, épouse de Chakib Khelil », selon Le Desk. Dans ce cadre, une partie de l’argent d’une entreprise détenue par Farid #Bedjaoui (Pearl Partners Ltd., où les 200 millions de dollars ont été versés), présenté comme intermédiaire du ministre Chakib Khelil, a servi à la rémunération d’autres « lobbyistes algériens », selon Le Desk, qui semble pointer vers Najat Arafat. Source TSA
09 Mai 2016 à 21:13





Ailleurs sur le web

Nous suivre
Annonce
PropellerAds
Vidéothèque

Les plus lues

Soufflet avec une pâte facile de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 22 Juin 2016 à 13:59

source : #Youtube #OumWalid 

Msemen à la farine le plus facile à faire de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 10 Oct 2016 à 10:55

Le secret pour réussir les msemens à la farine réside dans la pâte qu'il faudra bien travailler, type de farine et aussi dans le feuilletage,voir la vedio pour mieux comprendre le procédé. source : #youtube #OumWalid

Cake au Flan de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 04 Dec 2016 à 12:09

C'est un de mes desserts préférés je le fais vraiment souvent j'aime énormément sa texture bien fondante, vous pouvez choisir le goût que vous souhaitez chocolat, vanille, fraise ou caramel sans tarder voici la recette... source : #youtube #OumWalid

TIZI-OUZOU: La liste des bénéficiaires des logements sociaux dévoilée

Actualité - TIZI-OUZOU - 15 Nov 2016 à 18:15

Le chef-lieu de Tizi-Ouzou à connu une matinée particulièrement mouvementée, caractérisée par des coupures de routes au niveau de plusieurs quartiers et pour cause l'affichage de la liste des bénéficiaires des logements sociaux (Logement Public Locatif). Des citoyens qui ont postulé à cette formule et dont les noms ne figuraient pas sur liste ont barricadé plusieurs routes par des pneus en fumée provoquant des embouteillages dans le centre ville. Le fait de voir les attentes des protestataires prolongées ont fait tombé à l'eau toutes les tentatives des autorités locales pour essayer de calmer les esprits.

Sablé au halwa turc et cacahuètes

Elle Mag - Recettes - 28 Juin 2016 à 09:22

Ingrédients: pour environ 28 pièces (selon la taille de l'emporte-pièce) 250 g de beurre 125 g de halwa turc 50 g de sucre glace 2 jaunes d’œufs 1 paquet de levure chimique 1 càc de vanille 80 g de cacahuètes grillées et finement moulues Farine au besoin (environ 500g) Décoration: Environ 400 g de cacahuètes grillées et moulues 1 pot de confiture d'abricot Préparation: Battre le beurre avec le sucre puis ajouter la halwa turc et bien mélanger Ajouter les jaunes d’œufs un par un ensuite les cacahuètes moulues Ajouter la vanille puis la farine avec la levure jusqu'à obtention d'une pâte souple et lisse Laisser reposer la pâte un petit peu Étaler la pâte sur un plan de travail fariné à 5mm d'épaisseur Découper les sablés à l'aide d'un emporte-pièce ou un verre puis faire une ouverture au centre à l’aide d’un petit emporte pièce Faire cuire pendant environ 15 minutes à 180° Une fois les sablés refroidies, les rassembler en les collant avec de la confiture Badigeonner les sablés de confiture à l'aide d'un pinceau puis passer aux cacahuètes et décorer avec du chocolat fondu. source : fan-decuisine