Dossier Partenariat étranger | actu-algerie.com: Information et Actualité





dossier Partenariat étranger




Total signe un contrat avec Sonatrach pour 1,4 milliard de dollars

Economie - Partenariat étranger - 11 Mai 2018 à 15:28

Le groupe français Total a signé ce vendredi un accord avec la compagnie Sonatrach en vue de lancer les études d’ingénierie pour un projet pétrochimique à Arzew, indique le groupe dans un communiqué publié sur son site internet. " Ce projet pétrochimique comprend une usine de déshydrogénation de propane (PDH) et une unité de production de polypropylène (PP) d’une capacité de 550 000 tonnes par an », précise le texte.Représentant un investissement d’environ 1,4 milliard de dollars pour les deux partenaires, ce projet sera détenu à 51% par Sonatrach et à 49% par Total.Selon le groupe​ français​, les études d’ingénierie seront lancées cet été, sous réserve de l’approbation des autorités algériennes compétentes.D’après la même source, ce projet vise à produire du plastique, à partir du propane, très demandé sur le marché. Si la priorité sera accordée au marché local et méditerranéen, le groupe annonce qu’il se chargera de la commercialisation du reste de la production en Europe pour le bénéficie des deux partenaires.« Ce projet algérien s’inscrit dans notre stratégie de croissance dans la pétrochimie qui consiste à développer nos activités à partir de matières premières bénéficiant d’un avantage de compétitivité, notamment issues du gaz, afin de tirer parti de la croissance de la demande mondiale en plastiques. Ce projet, dédié spécifiquement à la production de polypropylène, complète nos autres projets récemment annoncés aux États-Unis, au Moyen-Orient et en Asie essentiellement orientés vers le polyéthylène » a expliqué Patrick Pouyanné, PDG de Total.« Il représente également l’opportunité de renforcer notre coopération avec #Sonatrach en investissant conjointement dans l’Aval, au-delà des relations de longue date que nous entretenons ensemble dans l’Exploration-Production», souligne-t-il.Présent en #Algérie depuis 1952, le groupe #Total opère dans l’exploration mais également dans la commercialisation de lubrifiants et de bitumes.
L’État “offre” El-Hadjar aux Émiratis
Un partenariat entre le complexe Sider d’El-Hadjar et Emarat Dzayer va permettre d’investir plus de 160 milliards de dinars dans de nouvelles productions sidérurgiques sur le site d’El-Hadjar.En concluant un partenariat avec les Émiratis d’Emarat Dzayer, le gouvernement espère avoir trouvé une issue pour sortir de l’impasse dans laquelle se trouvait le complexe Sider d’El-Hadjar. Dans le cadre de cette relance, l’État garde la majorité des parts. Mais, il va devoir de nouveau y injecter de l’argent frais.Un communiqué diffusé sur le site web du Premier ministère explique, avec force détails, de quoi il en retourne. Il y est, en effet, indiqué que le Conseil des participations de l’État (CPE) a adopté des décisions pour la relance du complexe sidérurgique Sider d’El-Hadjar. Le CPE a, ainsi, approuvé la réorganisation du site, le rééchelonnement à long terme de sa dette, qui  s’élève à plus de 122 milliards de dinars, et le financement de sa modernisation pour 23 milliards de dinars. Il y est également ajouté que l’usine sera dotée de capacités autonomes en alimentation électrique et en eau retraitée. Le communiqué souligne aussi que ce partenariat monté entre le complexe Sider d’El-Hadjar et Emarat Dzayer, selon la règle 51/49%, va permettre d’investir plus de 160 milliards de dinars, près d’un milliard de dollars, dans de nouvelles productions sidérurgiques sur le site d’El-Hadjar.Fondé à Dubaï par Ahmed Hassan Abdul Qaher Al-Sheebani et Ajay Sethi, Emarat Dzayer, sur laquelle très peu d’informations existent, dédie ses activités à l’Algérie. Ahmed Hassan Abdul Qaher Al-Sheebani est également actionnaire de la Société algéro-émiratie de fabrication de tabac (Staem) et de la Société algéro-émiratie de promotion immobilière (Émiral). Rien n’indique cependant que ce partenariat avec les Émiratis va réussir, que le gouvernement ne va pas, de nouveau, retomber dans des approximations provisoires. Et que le site ne sera pas aux prises avec une nouvelle crise.Celui-ci a connu ces dernières années des crises à répétition qui auront révélé au grand jour la vulnérabilité du partenariat conclu avec ArcelorMittal au début des années 2000, une période de vaches maigres dans un pays qui avait mis en place un train de mesures pour séduire les compagnies étrangères et les encourager à venir y investir. Au commencement, c’était l’euphorie, Arcelor avait affiché de grandes ambitions, après avoir racheté 70% du complexe sidérurgique d’El-Hadjar. Mais cela n’aura pas duré longtemps ;  Arcelor a vu ses participations dans l’usine baisser à 49% en 2013 après la reprise par l’État algérien du contrôle de ce complexe. En 2012, ArcelorMittal Algérie (AMA) a été sauvé d’une cessation de paiement.L’opération de renationalisation du complexe d’El-Hadjar a été alors actée. Et, les deux entreprises comptaient investir un milliard de dollars dans le cadre d’un plan de développement adopté par le CPE pour porter la production du complexe à 2,2 millions de tonnes d’acier par an.Il n’en a rien été. En résumé, le partenariat conclu avec Lakshmi Mittal a été un échec cuisant. Dans ce partenariat, ArcelorMittal a failli à des engagements que lui imposent quelque terme, condition, stipulation ou obligation du contrat qu’il a signé avec un État algérien timoré. ArcelorMittal El-Hadjar était tellement embourbé dans les difficultés qu’il était prêt à négocier un accord au rabais, et à s’éloigner du site. Et il l’a fait. Quant à l’État, il s’est retrouvé avec le problème tout entier sur les bras.
12 Avril 2018 à 11:13
Forum algéro-britannique sur l’investissement le 22 mai prochain: Participation de 90 firmes du Royaume-Uni
Pour renforcer les relations économiques entre les deux pays, un grand événement économique sera organisé à Alger le 22 mai : le Forum algéro-britannique sur l’investissement. D’ores et déjà, on prévoit la participation de 90 entreprises du Royaume-Uni. On peut citer DLA piper, Tell group, Clark Energy, Petrofac, Red Med Group, Sarens, Amec Foster Wheeler, De La Rue. La partie britannique s’intéresse aux finances, au pétrole et au gaz, aux énergies renouvelables, aux infrastructures, aux TIC, au droit des affaires. Ces firmes souhaitent conclure des accords dans les secteurs tels que la santé, la finance, l’énergie. On annonce la visite à l’occasion de Lord Risby, le représentant de #David #Cameron pour le renforcement des relations économiques entre les deux pays, Tobias Ellwood, le responsable chargé de l’#Afrique du Nord et du Moyen-Orient dans le gouvernement Cameron et Lady Olga Maintland, présidente du Conseil d’affaires #algéro_britannique. Des discussions entre les hauts représentants des deux pays porteront notamment sur un accord sur la double imposition. À noter que plusieurs sociétés britanniques se sont installées ces dernières années. On peut citer Astra Zeneca, Moore Stephens, Regus, G4S. D’autres cherchent à opérer en Algérie telles Clyde and Co, Elara Capital, Green Venture Capital … Les multinationales britanniques sont présentes depuis plusieurs années en Algérie : BP, Shell, Unilever, HSBC, Glaxo Smith Kline, Biwater, Jaguar Land Rover. Pour le #Royaume_Uni, l’Algérie est le deuxième plus grand marché après l’Égypte en Afrique du Nord et le quatrième grand marché en Afrique. Les échanges commerciaux restent fort modestes. En effet, le Royaume-Uni a exporté vers l’#Algérie pour uniquement 529 millions de livres en 2013. Ces ventes étaient constituées essentiellement de matériels de transport, de véhicules routiers, de machines, de fer, d’acier et de produits chimiques. Si ces échanges ont connu une hausse ces dernières années et les investissements ont augmenté, ils ne correspondent nullement à l’ambition des deux pays de construire ensemble un grand partenariat économique. La rencontre peut constituer un renforcement des relations entre les deux pays. Mais il faudra des deux côtés un effort plus important : pour la partie algérienne, une amélioration nette du climat des affaires, et pour la partie britannique, beaucoup plus d’initiatives, en particulier en matière d’investissements industriels. Source LIBERTÉ
09 Mai 2016 à 09:43
Feu vert pour une usine de montage de véhicules
La commission de wilaya chargée de l'étude des dossiers d'investissement, réunie mardi sous la présidence du wali de la wilaya, a donné son feu vert à l'homme d'affaires algérien #Tahkout Mahieddine P-dg du groupe Sima-Motors pour la réalisation d'une usine de montage de véhicules de tourisme, fruit d'un partenariat algéro-iranien, indique un communiqué de la cellule de communication du cabinet du wali, transmis au bureau du Quotidien d'Oran à Tiaret. Le lieu d'implantation de cette usine qui créera 1.500 postes d'emploi directs n'a pas été précisé dans le communiqué de la cellule de communication de la wilaya. Selon les termes de ce même communiqué, l'investisseur algérien a motivé son choix pour la capitale des Hauts-Plateaux de l'Ouest pour « son statut de pôle industriel et mécanique et sa situation géographique stratégique». Tahkout Mahieddine a également annoncé que d'autres projets seront développés dans la wilaya de Tiaret «vu les atouts dont dispose la wilaya de Tiaret en matière de disponibilité du foncier industriel et les mesures de facilitation et d'accompagnement des autorités locales », lit-on dans le communiqué de la cellule de communication du cabinet du wali. « Avec un aéroport de dimension internationale, un réseau ferroviaire connecté à toute la bande des Hauts-plateaux, un porc sec et une grande centrale d'achat sont autant d'atouts-maitres pour booster l'investissement dans cette wilaya, appelée à devenir l'un des plus importants pôles économiques et industriels du pays », a estimé, de son côté, le premier responsable de la wilaya qui a menacé de retirer les terrains attribués aux investisseurs qui n'ont pas réalisé leurs projets. Source Le Quotidien D'Oran
22 Avril 2016 à 22:44

Ailleurs sur le web

Nous suivre
Annonce
PropellerAds
Vidéothèque

Les plus lues

Soufflet avec une pâte facile de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 22 Juin 2016 à 13:59

source : #Youtube #OumWalid 

Msemen à la farine le plus facile à faire de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 10 Oct 2016 à 10:55

Le secret pour réussir les msemens à la farine réside dans la pâte qu'il faudra bien travailler, type de farine et aussi dans le feuilletage,voir la vedio pour mieux comprendre le procédé. source : #youtube #OumWalid

Cake au Flan de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 04 Dec 2016 à 12:09

C'est un de mes desserts préférés je le fais vraiment souvent j'aime énormément sa texture bien fondante, vous pouvez choisir le goût que vous souhaitez chocolat, vanille, fraise ou caramel sans tarder voici la recette... source : #youtube #OumWalid

TIZI-OUZOU: La liste des bénéficiaires des logements sociaux dévoilée

Actualité - TIZI-OUZOU - 15 Nov 2016 à 18:15

Le chef-lieu de Tizi-Ouzou à connu une matinée particulièrement mouvementée, caractérisée par des coupures de routes au niveau de plusieurs quartiers et pour cause l'affichage de la liste des bénéficiaires des logements sociaux (Logement Public Locatif). Des citoyens qui ont postulé à cette formule et dont les noms ne figuraient pas sur liste ont barricadé plusieurs routes par des pneus en fumée provoquant des embouteillages dans le centre ville. Le fait de voir les attentes des protestataires prolongées ont fait tombé à l'eau toutes les tentatives des autorités locales pour essayer de calmer les esprits.

Sablé au halwa turc et cacahuètes

Elle Mag - Recettes - 28 Juin 2016 à 09:22

Ingrédients: pour environ 28 pièces (selon la taille de l'emporte-pièce) 250 g de beurre 125 g de halwa turc 50 g de sucre glace 2 jaunes d’œufs 1 paquet de levure chimique 1 càc de vanille 80 g de cacahuètes grillées et finement moulues Farine au besoin (environ 500g) Décoration: Environ 400 g de cacahuètes grillées et moulues 1 pot de confiture d'abricot Préparation: Battre le beurre avec le sucre puis ajouter la halwa turc et bien mélanger Ajouter les jaunes d’œufs un par un ensuite les cacahuètes moulues Ajouter la vanille puis la farine avec la levure jusqu'à obtention d'une pâte souple et lisse Laisser reposer la pâte un petit peu Étaler la pâte sur un plan de travail fariné à 5mm d'épaisseur Découper les sablés à l'aide d'un emporte-pièce ou un verre puis faire une ouverture au centre à l’aide d’un petit emporte pièce Faire cuire pendant environ 15 minutes à 180° Une fois les sablés refroidies, les rassembler en les collant avec de la confiture Badigeonner les sablés de confiture à l'aide d'un pinceau puis passer aux cacahuètes et décorer avec du chocolat fondu. source : fan-decuisine