Ce que votre haleine révèle de votre santé | actu-algerie.com: Information et Actualité





Ce que votre haleine révèle de votre santé

Santé - Corps humain

Image introuvable


Ce que votre haleine révèle de votre santé

Vous avez l’impression de sentir mauvais de la bouche ou une âme délicate a eu le courage de vous en parler ? Au-delà de la gêne qu’elle procure, la mauvaise haleine peut aussi être le signe de maladies plus sérieuses. Environ 20 % de la population serait concernée. Alors on ouvre grand la bouche et on dit "A"…



Une Gingivite ou une parodontite

La gingivite est une inflammation de la gencive due à la présence de bactéries, qui s'infiltrent dans l'os au niveau de la racine de la dent et la détruisent. Si elle n’est pas traitée, elle peut se transformer en parodontite, les gencives sont sévèrement atteintes et les dents peuvent se déchausser. Ces bactéries stagnantes et non éliminées sont à l’origine des mauvaises odeurs buccales. La grossesse, le tabac, la ménopausepeuvent provoquer l’apparition d’une gingivite.

Quel traitement ?

Une bonne hygiène bucco-dentaire permet de réduire et de prévenir l’évolution de la gingivite. Rendez-vous tout d’abord chez le dentiste pour poser le diagnostic de la gingivite et vérifier son degré d’évolution en mesurant la profondeur du sillon gingivo-dentaire, l’espace entre la gencive et la dent. Le spécialiste en profitera pour effectuer un détartrage (à effectuer tous les 6 mois à un an). Enfin pensez à vous laver les dents 2 à 3 fois par jour durant au moins 2 minutes comme le recommande l’UFSBD (l’union Française de la santé Bucco-dentaire). Vous pouvez y ajouter un peu de poudre de bicarbonate de sodium qui a le pouvoir de réduire les mauvaises odeurs. Sans oublier de passer un fil dentaire entre les dents afin d’éliminer les résidus alimentaires qui peuvent aussi être à l’origine de mauvaises odeurs s’ils stagnent trop longtemps dans la bouche. Les acides aminés venant des protéines des aliments donnent effectivement une odeur soufrée à l’haleine.


Une langue chargée

Les mauvaises odeurs peuvent aussi émaner des bactéries situées sur la langue. Le dessus de la langue, mal irrigué par la salive peut effectivement entrainer une putréfaction des bactéries.

Quel traitement ?

Réaliser quelques bains de bouche que vous pouvez effectuer quotidiennement pour rafraichir la bouche à base de menthol ou de fluor. Il existe d’autres produits dont les composants (fluorure d’étain notamment) inactivent les bactéries et ralentissent le métabolisme bactérien et empêchent ainsi la formation de substances malodorantes. Ils ne s’utilisent qu’une dizaine de jours pour ne pas déséquilibrer la flore bucco-dentaire. Pensez aussi à brosser votre langue. Le brossage de la langue se fait d’arrière en avant pour éliminer les dépôts qui la recouvrent à l’aide d’un gratte-langue ou de la surface siliconée de la brosse à dents. N’utilisez jamais les poils de la brosse car ils risqueraient de créer des micros lésions sur la langue où pourraient se glisser les bactéries. 


Et si c’était un abcès et une carie dentaire ?

Une carie dentaire, un abcès tout comme le cratère laissé par une extraction de dent peuvent être un foyer à bactéries. Il est nécessaire de faire régulièrement un bilan dentaire pour détecter les dents malades ou cariées.

Que traitement ?

Faites soigner correctement les dents cariées, et réalisez régulièrement des bains  de bouche. Si l’infection est déclarée, le médecin extraira la dent ou traitera l’abcès. Bien  souvent le chirurgien dentiste prescrit également un  antibiotique durant une dizaine de jours afin d’éradiquer l’infection. 


Vérifiez vos prothèses dentaires

Mal nettoyées ou portées trop longtemps, les prothèses dentaires peuvent dégager à la longue de très mauvaises odeurs. Notamment si vous avez tendance à la garder en bouche durant la nuit. C’est encore une fois la faute des bactéries restées nichées dans les recoins de la prothèse.

Quel traitement ?

Avoir une hygiène irréprochable en revoyant les consignes de nettoyage d’une prothèse. D’abord, ne pas la porter plus de 24 heures d’affilée. Ensuite, penser à la nettoyer après chaque repas en la brossant avec une  brosse à dents. Tous les soirs plongez-la dans un bain antiseptique (sous forme de pastille effervescente à diluer dans un verre d’eau) durant 15 minutes.


Souvent un problème d’acidité gastrique

Lorsque la valve entre l’estomac et l’œsophage est défectueuse, l’acide contenu dans l’estomac (et servant à la digestion), remonte en position couchée, durant la nuit, le long du tube digestif jusqu’à la bouche, dégageant souvent un gaz nauséabond.

Quel traitement ?

L’ORL va d’abord examiner les cordes vocales. Si elles sont rouges et gonflées à leur partie postérieure, c’est effectivement le signe d’un reflux gastro-œsophagien. Il prescrira alors un traitement anti-reflux ou un anti-sécrétoire acide sous forme de comprimés à prendre 15 minutes avant les repas. Bien souvent, tout rentre dans l’ordre après un mois de traitement. Si ce n’est pas le cas, le spécialiste procédera à des examens plus complets. En orientant le patient vers le gastro-entérologue pour effectuer une gastroscopie ou une pH-métrie (dosage du pH dans l’œsophage et l’estomac). Il pourra ainsi poser son diagnostic d’ulcère, de gastrite ou d’œsophagite. 

Généralement, le traitement anti-sécrétoire acide est efficace, sauf s’il existe dans l’estomac un germe appelé Helicobacter pylorii, qui nécessite alors également un traitement antibiotique.


Auteur

Nordine.B

Propriétaire du site www.actu-algerie.com

29 Sep 2018 à 10:35

Lu : 88 fois

Source : www.doctissimo.fr


Vos réactions
Patragez









PropellerAds

Dans le dossier Corps humain
3 aliments néfastes pour la prostate (vidéo)
Voici 3 #aliments qui agissent d'une manière directe et surtout néfaste sur la #prostate.. 
11 Avril à 23:05
Les niveaux de testostérone d'un homme déprendraient de son pays d'enfance
Une nouvelle étude menée par des chercheurs anglais montre que les niveaux de testostérone d'un homme, sa taille, et l'âge de la puberté ne sont pas déterminés par la génétique, mais plutôt par le lieu où il aurait passé son enfance.La testostérone est cette hormone masculine qui déclenche la puberté, développe la masse musculaire et participe à la croissance de l'enfant. Une nouvelle étude réalisée par des chercheurs de l'Université de Durham, en Angleterre, suggère que les niveaux de testostérone seraient régis par l'environnement dans lequel l'homme passe son enfance. Les travaux de cette équipe de recherche ont été publiés dans la revue Nature Ecology & Evolution.SUR LE MÊME SUJETLa testostérone protège les garçons contre l'asthmeLes scientifiques ont comparé 5 groupes d'hommes différents :- ceux nés au Bangladesh et qui y vivent toujours- ceux nés au Bangladesh, mais qui ont déménagé à Londres dans leur enfance- ceux nés au Bangladesh et qui ont déménagé à Londres une fois adulte- ceux nés au Royaume-Uni, mais dont les parents viennent du Bangladesh- et enfin, ceux né au Royaume-Uni et dont les ancêtres sont européensAu total, le niveau de testostérone, la taille et l'âge à laquelle la puberté s'est déclenchée, ont été mesurés chez 359 hommes.DES VARIATIONS EN FONCTION DU PAYS D'ENFANCEEtonnamment, les chercheurs ont relevé des différences importantes entre les populations. Les hommes nés au Royaume-Uni ou au Bangladesh, mais qui ont été élevés au Royaume-Uni, semblaient, en moyenne, partager des similitudes dans leurs niveaux de testostérone, de taille et l'âge à laquelle ils étaient entrés dans la puberté, indépendamment de leur ascendance. Les hommes nés et élevés au Bangladesh - y compris ceux qui ont émigré au Royaume-Uni à l'âge adulte - se sont révélés entrer plus tard dans la puberté, être plus petits et présenter des taux de testostérone plus bas. Selon les chercheurs, cela montre qu'il se passe quelque chose pendant l'enfance, lié à l'environnement, et qui a des effets à long terme sur la production de testostérone.
27 Juin 2018 à 13:02
Craquer le code des odeurs
La perception des odeurs a encore sa part d’ombre. Mais une équipe de recherche de Nice vient de mettre au point un nouveau protocole capable de prédire l’activation d’un récepteur olfactif par une molécule odorante. Un pas de plus vers le nez biomimétique.Ce sont les touches du piano qui compose la mélodie des odeurs. Les récepteurs olfactifs sont la clé de voûte de l’olfaction. Tout part d’une molécule volatile et hydrophobe, qui voyage jusqu’à la cavité nasale pour atteindre les récepteurs présents sur la membrane des cils portés par les neurones olfactifs, baignant dans le mucus nasal. Une fois liée à son récepteur, la molécule va activer un interrupteur et un verrou moléculaire qui vont alors amorcer la création de l’image mentale d’une odeur dans le cerveau. Si on devait réduire un homme à une seule chose, ce serait sûrement ces récepteurs olfactifs.Chacun d’entre nous possède environ 400 types de récepteurs olfactifs, certains spécifiques à une molécule odorante, d’autres compatibles avec plusieurs d’entre elles. Alors que, depuis les années 1930, il était établi que l’humain pouvait percevoir environ 10 000 odeurs, une étude publiée dans Science en 2014 suggère que ce sont, au bas mot, 1 000 milliards d’odeurs que nous pourrions distinguer.« Si on devait réduire un homme à une seule chose, ce serait sûrement ces récepteurs olfactifs » sourit Jérôme Golebiowski, professeur à l’Institut de chimie de Nice1. Ces protéines prennent en effet une place prépondérante dans le génome humain : 3 % des gènes codants expriment des récepteurs olfactifs. La découverte de la famille de gènes codant ces protéines a d’ailleurs valu un prix Nobel de médecine à Linda Buck et Richard Axel en 2004. Seulement, la manière dont ils sont activés, leur dynamique et leurs interactions avec la molécule odorante sont encore obscurs. Lever le voile sur ces mécanismes est l’objectif de l’équipe de Jérôme Golebiowski. Et elle semble en passe de réussir. Le mariage de la biologie et de la chimie informatiqueLe problème majeur est que la structure de ces récepteurs est inconnue. Les chercheurs de l’institut de chimie de Nice ont mis au point un protocole innovant, permettant de modéliser la structure et la dynamique d’un récepteur olfactif au contact de la molécule. « Nous avons réussi à mettre au point un modèle suffisamment performant pour simuler le comportement d’un récepteur olfactif lors de l’arrivée de la molécule, et capturer les changements de structure de ce récepteur » nous explique Jérôme Golebiowski. En clair : prédire si le récepteur va s’activer ou non à l’arrivée de la molécule. Représentation simplifiée d'un modèle de récepteur olfactif de mammifère (en jaune foncé ) enchâssé dans une membrane biologique (en bleu). L'approche numérique permet de modéliser le mécanisme d'activation du récepteur par une molécule agoniste (en blanc au centre). Claire de MarchPour cela, l’équipe a développé une approche synergique alliant modélisation informatique et test in vitro. Le récepteur olfactif a ainsi été recréé de toutes pièces informatiquement, atome par atome. La dynamique du récepteur a été simulée, « à l’échelle de la milliseconde, grâce à nos supercalculateurs à Nice », précise Jérôme Golebiowski. Et ce modèle de contrôle a été élaboré sous la contrainte de données issues de mutagenèse dirigée et des tests fonctionnels in vitro. Grâce à des mutations précises sur plusieurs récepteurs olfactifs, l’équipe a pu définir les différents rôles de sites sur ces protéines : structure, contact avec le ligand, interactions spécifiques, etc. Une double approche redoutablement efficace.  Du récepteur olfactif à la castration des porcsSur les 400 répéteurs olfactifs humains, les chercheurs ont choisi de cibler le récepteur 7D4. Pourquoi ? « Parce qu’il est spécifique à une seule molécule odorante : l’androsténone, qui est notamment la phéromone sexuelle du porc » indique le chimiste, qui ajoute : « la réponse de ce récepteur est asservie à un polymorphisme génétique, qui fait que certains d’entre nous sentent l’androsténone, et d’autres non, en fonction de leur génome ». Alors que son odeur évoque l’urine chez certains, d’autres ne la remarqueront même pas, voire lui trouveront une agréable note de miel. « 25 à 30 % de la population est anosmique à l’androsténone » estime le chimiste. « Nous savions qu’il y avait une perception différente de l’androsténone avec ce polymorphisme génétique, mais les détails atomiques étaient inconnus. On sait désormais comment ce polymorphisme se projette sur la dynamique de deux acides aminés, qui contrôlent l’activation du récepteur », raconte Jérôme Golebiowski. Sans le savoir, nous avons adapté notre consommation à notre génétique et notre odorat.À l’instar de la phéromone de porc, certaines odeurs restent inconnues pour une partie de la population, à cause de variations génétiques. C’est le cas de l’odeur de soufre dégagée par l’urine après avoir mangé des asperges, ou de la note violette de la bêta-ionone qui se dégage du vin rouge ou des tomates. Seulement pour quelques chanceux.Ici, la compréhension des mécanismes du récepteur olfactif de l’androsténone va jusqu’à révéler des implications anthropologiques. Alors qu’au Royaume-Uni ou en Irlande, les porcelets sont rarement castrés par les éleveurs, c’est presque systématiquement le cas en France ou en Italie. En cause : la perception ou non de l’androsténone dans la viande, selon les gènes de la population ! « Sans le savoir, nous avons adapté notre consommation à notre génétique et notre odorat », soulève le chercheur. Comprendre la variabilité et le fonctionnement du récepteur olfactif de la phéromone sécrétée par les cochons adultes, permet notamment d'expliquer pourquoi les éleveurs français pratiquent la castration des jeunes porcelets, mais pas les éleveurs anglais.Les implications de ce nouveau protocole et de la compréhension des récepteurs olfactifs ne s’arrêtent pas à l’élevage porcin. Car ces derniers ne sont pas seulement exprimés dans le nez, mais aussi dans les spermatozoïdes par exemple, qu’ils guident jusqu’à l’ovule. « Des récepteurs olfactifs sont aussi exprimés dans le cerveau, avec un taux d’expression variable lors de l’apparition de la maladie d’Alzheimer », précise M. Golebiowski. Poumon, cœur, rein… L’expression ectopique des récepteurs olfactifs est partout et « ils sont en train de devenir une cible thérapeutique majeure », ajoute Jérôme Golebiowski. Vers un nez biomimétique universel ?Voilà bientôt huit ans que l’équipe de Nice s’acharne à décoder le mécanisme des molécules odorantes et de leurs récepteurs. Avec un but ultime : simuler l’ensemble de 400 récepteurs olfactifs humain et créer un nez biomimétique inspiré.Jérôme Golebiowski est professeur à l'Institut de chimie de Nice et professeur adjoint au département de neurosciences du DGIST, en Corée du Sud. Il étudie les aspects moléculaires des sens chimiques. Service communication UNS-A.MACARRI« C’est notre Graal », sourit Jérôme Golebiowski. Et la genèse de ce nez computationnel n’a jamais été aussi proche. Car, avec cette nouvelle méthode d’étude, l’espoir est de parvenir à simuler la dynamique de tous les récepteurs en fonction des odeurs. À terme, la machine pourra alors prédire l’odeur d’une molécule, simplement sur la base de sa structure. « Et on arriverait finalement à casser le code incroyablement complexe des odeurs ! » espère le chercheur. Si nous pouvons prédire une odeur, nous pourrons un jour prédire sa charge émotionnelle.Restent encore deux barrières à franchir pour imaginer un jour concevoir le nez artificiel. Premièrement, il faudra tenir compte des phénomènes périphériques de l’odeur, car « on ne sentirait pas uniquement l’odorant, mais aussi ses métabolites, issus de transformations enzymatiques. Peut-être que ce qu’on croit être l’odeur du géraniol est en réalité l’odeur des métabolites du géraniol », explique Jérôme Golebiowski. Deuxième difficulté à franchir : comprendre le rôle prépondérant de certains récepteurs par rapport à d’autres, car ils ne semblent pas avoir une influence égale.Manque enfin un paramètre, qui intéresse particulièrement l’équipe de Nice, pour pouvoir appréhender toute la sphère olfactive : l’émotion. « La première information reçue quand on sent une odeur, c’est sa valence, le fait d’aimer ou pas » indique le chercheur, qui étudie la réaction de personnes face à une odeur, leur rythme cardiaque et leur respiration, pour évaluer la charge émotionnelle et l’état de relaxation. « Les valences sont souvent conservées dans une population. L’odeur d’herbe coupée par exemple est toujours agréable ». Ces études devraient permettre d’élaborer une base de données de charge émotionnelle des odeurs et de la mettre en relation avec l’étude de simulation des récepteurs olfactifs, grâce à l’intelligence artificielle. « Si nous pouvons prédire une odeur, nous pourrons un jour prédire sa charge émotionnelle, avance Jérôme Golebioswki, et peut être trouver les récepteurs olfactifs du bonheur ! » ♦
14 Mai 2018 à 20:13
Qu'est-ce qu'une Hernie Hiatale et comment la soigner ?
Lorsqu'un organe sort en partie de la cavité qui le contient, on parle de hernie. Dans le cas d'une #hernie #hiatale, c'est l'estomac qui est concerné. Petit rappel anatomique : l'œsophage est le conduit par lequel arrive la nourriture. Il passe dans le diaphragme, muscle respiratoire séparant le thorax de l'abdomen, à travers une ouverture appelée hiatus œsophagien. L'estomac, quant à lui, est relié à l'œsophage juste en dessous du diaphragme.Quatre formes de hernie hiatale existentUne hernie hiatale survient lorsque la partie supérieure de l'estomac monte et passe à travers le hiatus œsophagien de manière intermittente ou permanente. Il existe 4 formes de hernie hiatale :  La hernie hiatale de type 1 ou par glissement qui représente environ 85 à 90% des cas. La partie supérieure de l'estomac remonte dans le thorax à travers le hiatus.  La hernie hiatale de type 2 ou par roulement. La partie la plus volumineuse de l'estomac « roule » à travers le hiatus, alors que le bas de l'œsophage reste en place, ce qui forme une sorte de poche.  La hernie hiatale de type 3 ou mixte. La hernie est à la fois de type 1 et 2.  La hernie hiatale de type 4. Cela correspond à une hernie de l'estomac en entier, parfois accompagné par d'autres viscères comme les intestins, la rate, le pancréas... Quelles en sont les causes ?La hernie hiatale est la lésion la plus fréquente du tube digestif. Elle toucherait entre 20% et 60% des adultes. Cette fréquence augmente avec l'âge pour atteindre jusqu'à 70% des plus de 60 ans ! En effet, en vieillissant, le diaphragme perd en élasticité et le hiatus à tendance à s'élargir, favorisant la montée de l'estomac.Dans certains cas, et notamment la hernie par roulement, la hernie hiatale est congénitale et relève d'un défaut du hiatus ou du diaphragme. Il peut aussi s'agir d'un traumatisme. Les femmes sont également plus sujettes à ce type de problème probablement en raison des pressions exercées dans l'abdomen lors des grossesses.Toutefois, certains facteurs semblent augmenter les risques : le surpoids, l'obésité, le tabagisme, ou encore la toux et la constipation chronique qui augmente la pression dans l'abdomen. Les interventions chirurgicales touchant l'œsophage ou l'estomac favorisent également la hernie hiatale.Quels sont les symptômes ?Dans la majorité des cas, la hernie hiatale est asymptomatique. Cependant, certains symptômes peuvent survenir en fonction du type de hernie. Pour la hernie de type 1, par glissement, le principal symptôme est le reflux gastro-œsophagien. Il entraîne une sensation de brûlure remontant le long de l'œsophage. Sans traitement, les sucs acides peuvent finir par irriter la paroi de l'œsophage, causant une œsophagite. Les autres symptômes secondaires peuvent être : Un mauvais goût dans la bouche Une toux récurrente Des maux de gorge Un enrouement Une hernie de type 2, par roulement, a tendance à augmenter en volume avec le temps et se traduit par :  Des douleurs thoraciques ou gastriques  Des ballonnements  Une gêne respiratoire, causée par la compression des poumons par l'estomac  Une anémie, causée par des saignements minimes mais continus Dans de rares cas, la partie de l'estomac qui est passé par le hiatus subit une torsion risquant de couper la circulation sanguine dans l'organe et de provoquer la mort des tissus, ou nécrose. Cela occasionne des douleurs intenses et des vomissements. Une intervention chirurgicale est alors obligatoire.Comment diagnostiquer une hernie hiatale ?Le plus souvent asymptomatique, elle se diagnostique de façon fortuite lors d'un examen médical comme une radiographie pulmonaire. Pour rechercher précisément une hernie hiatale, on procède généralement à une fibroscopie, qui permet de rechercher des éventuelles complications, ou à un Transit oeso-gastro-duodénal (T.O.G.D.), un examen radiologique permettant de visualiser l'œsophage, l'estomac et le duodénum (la partie intestinale sortant de l'estomac).Comment la soigner ?La hernie hiatale ne nécessite pas de traitement particulier si elle ne gêne pas. Toutefois si certains des symptômes vus précédemment surviennent, il est conseillé de :  Ne pas porter de vêtements trop serrés. Cela peut aggraver la pression intra-abdominale  Eviter de rester penché trop longtemps (en jardinant par exemple)  Perdre du poids  Manger léger et ne pas s'allonger juste après un repas  Limiter sa consommation d'alcool et de tabac  Eviter les aliments trop acides (tomates, agrumes...)  Surélever sa tête dans le lit Pour la hernie par glissement, le traitement sera le même que pour des brûlures d'estomac classiques. En cas de persistance de la hernie, une intervention chirurgicale peut être envisagée. Elle consiste à replacer l'estomac sous le diaphragme et à le fixer sur la face intérieure de ce dernier. Il est aussi possible de resserrer le hiatus et de poser une valve anti-reflux.À lire aussi :6 astuces pour ne plus avoir le ventre gonflé
20 Mar 2018 à 12:46
Une étude révèle que le jeûne pendant 72 heures peut régénérer l’ensemble du système immunitaire
Les partisans du jeûne mettent en avant les nombreux avantages que cette pratique fournit. Cela comprend la perte de poids, la normalisation de la sensibilité à l’insuline, la réduction des niveaux de triglycérides dans le corps et le ralentissement des signes du vieillissement. Il existe même des régimes à base de jeûne dont le principe est de s’alimenter en se limitant à un simple apport hydrique (eau, bouillon de légumes, jus…) De nombreux nutritionnistes et professionnels de la santé affirment que le #jeûne n’est rien de plus qu’une tendance non étayée et comporte un certain nombre de risques pour la #santé qui devraient être pris en considération. Ils soulignent la perte de nutriments pendant le jeûne, car ce dernier limite non seulement la consommation d’aliments malsains mais aussi ceux dont notre corps a besoin, y compris les fruits, les légumes, les protéines maigres et les graisses saines. De plus, ils affirment que le jeûne mène souvent à un rebondissement de l’alimentation, ce qui entraîne un gain de poids global contrairement à la perte de poids recherchée. La découverte fascinante de l’Université de Californie du Sud Une nouvelle recherche de l’Université de Californie du Sud présente une découverte fascinante, mettant une fois de plus le débat à l’avant-plan. L’équipe a rassemblé un groupe de participants et leur a demandé, dans un premier temps, de jeûner 2 à 4 jours régulièrement sur une période de 6 mois. Pendant ce temps, ils ont été témoins de changements incroyables. Les participants ont constaté une diminution notable de la production de l’enzyme PKA, une hormone associée à un risque accru de cancer et de tumeur. De plus, le système immunitaire des participants semble avoir été complètement revigoré. Le professeur Valter Longo, chercheur à la tête de cette étude a exprimé sa surprise en découvrant les résultats. Il a déclaré que l’équipe des chercheurs a commencé à remarquer que le nombre des globules blancs diminuait avec le jeûne prolongé. Puis, quand le corps est réalimenté, les cellules sanguines réapparaissent. Et c’est à ce moment que les experts ont commencé à se poser des questions ! Les résultats pourraient être très prometteurs pour les personnes qui sont susceptibles de contracter une maladie notamment celles qui ont un système immunitaire affaibli, qui reçoivent actuellement des traitements de chimiothérapie ou tout simplement pour la population vieillissante. La recherche a montré que l’acte du jeûne a provoqué un changement dans le corps, à commencer par une régénération du système hématopoïétique à base de cellules souches. Il a forcé le corps à épuiser ses réserves de glucose, de graisse et de cétones, et a également commencé à décomposer un grand nombre de globules blancs. La perte des globules blancs a fait signe à l’organisme de régénérer de nouvelles cellules du système immunitaire. Le professeur Longo a expliqué que quand une personne ressent la faim, le système essaie d’économiser de l’énergie, et l’une des choses qu’il peut faire pour économiser de l’énergie est de recycler une grande partie des cellules qui ne sont pas nécessaires, en particulier celles qui peuvent être endommagées. Cela signifierait que, selon les résultats de l’étude, le processus du jeûne pendant 72 heures suivi d’une alimentation saine et équilibrée peut, essentiellement, fournir à ceux qui souffrent un nouveau système immunitaire. Le co-auteur de l’étude, Tanya Dorff, professeure adjointe à l’USC Norris Comprehensive Cancer Center and Hospital, a déclaré que le jeûne peut également atténuer certains effets secondaires de la chimiothérapie. Bien que ces avantages soient extrêmement fascinants et le jeûne mérite ainsi d’être testé, mais les professionnels de la santé invitent la communauté scientifique à pousser encore plus les recherches avant de considérer cette option comme une solution médicale définitive.
08 Mar 2018 à 14:35
Les scientifiques découvrent que le fait d’oublier veut dire que vous êtes quelqu’un d’intelligent
Une découverte qui met fin à bon nombre de préjugés Selon un nouvel article paru dans la revue « Neuron », avoir une mémoire forte serait en réalité surfait. Le document a également conclu que non seulement l’oubli des choses est tout à fait normal, mais que cela nous rendait même plus « forts ». Ce nouveau rapport, qui a été rédigé par Paul Frankland et Blake Richards, chercheurs à l’université de Toronto, a suggéré que le but ultime de la mémoire n’est pas de transmettre l’information la plus précise possible au fil des années. Ils pensent que cela vise à optimiser la prise de décision intelligente en conservant des informations précieuses et en laissant le reste en proie à l’oubli. L’équipe est arrivée à cette conclusion après avoir passé en revue des années de données scientifiques sur la mémoire, la perte de mémoire et l’activité cérébrale chez les humains et les animaux. Une des études de Frankland sur les souris a révélé que lorsque de nouvelles cellules cérébrales se forment dans l’hippocampe, tous les vieux souvenirs et connexions sont alors écrasés. Ces échanges constants de vieux souvenirs peuvent avoir d’énormes avantages, selon les chercheurs. « Il est important que le cerveau oublie les détails impertinents et se concentre sur les choses qui vont l’aider à prendre des décisions dans le monde réel qui l’entoure. » a déclaré Richards. L’oubli serait signe d’un fonctionnement cérébral optimal La meilleure illustration à cela est l’apprentissage de nouvelles informations qui nous aident à nous adapter à de nouvelles situations en laissant disparaître des informations périmées et potentiellement trompeuses. Notre cerveau permet d’oublier les détails sur les événements passés, tout en se souvenant de l’image globale. Les chercheurs pensent que cela nous permet de mieux généraliser les expériences antérieures. Alors, qu’est-ce que cela signifie pour ceux qui oublient souvent les choses ? Sachez tout d’abord, que si vous oubliez constamment des choses et avez une mauvaise mémoire, cela peut être dû à une défaillance. Mais si votre cerveau oublie les détails occasionnels, c’est parfaitement bien. C’est un indicateur que votre système de mémoire est en bonne santé et qu’il fonctionne exactement comme il le devrait. Avec le progrès technologique qui évolue à un rythme rapide, notre cerveau n’a pas besoin de stocker énormément d’informations telles que les numéros de téléphone ou d’autres faits qui peuvent être trouvés sur internet. Au lieu de cela, nos téléphones et tablettes peuvent stocker toutes ces informations, libérant ainsi plus de mémoire. Comment garder votre mémoire en très bon état Pour une mémoire en très bonne santé, Richards recommande également de nettoyer votre système de mémoire de manière régulière : « Nous savons que l’exercice augmente le nombre de #neurones dans l’hippocampe, mais ce sont exactement les détails de votre vie qui importent peu, car ils peuvent vous empêcher de prendre de bonnes décisions. » Il existe un exercice très bénéfique que vous pourriez faire quotidiennement en testant votre mémoire. Faites une liste d’achats ou des tâches à accomplir et essayez de la mémoriser. Laissez la liste de côté pendant une heure et revenez-y pour voir combien de choses vous avez pu garder en tête. Pour ce qui est des problèmes qui vous obligent à faire des équations, essayez de les résoudre de tête sans utiliser de crayon ni de calculatrice. Si vous avez envie de relever un défi, essayez de le faire en marchant.A LIRE AUSSI : Voici comment protéger votre cerveau de lnAlzheimer, de la pression, de l'anxiété et bien plus encore Vous pouvez aussi renforcer vos facultés visuelles en essayant un nouveau passe-temps impliquant des habiletés motrices comme le dessin, la peinture ou l’adoption d’un sport comme le baseball ou le football. Une dernière astuce pour bien entretenir votre #mémoire, après être rentré de voyage, essayez de visualiser la carte du lieu que vous avez visité et essayez de la dessiner. Cet exercice peut être fait chaque fois que vous visitez un nouvel endroit.
09 Mar 2018 à 12:36

Ailleurs sur le web

Nous suivre
Annonce
PropellerAds
Vidéothèque

Les plus lues

Soufflet avec une pâte facile de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 22 Juin 2016 à 13:59

source : #Youtube #OumWalid 

Msemen à la farine le plus facile à faire de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 10 Oct 2016 à 10:55

Le secret pour réussir les msemens à la farine réside dans la pâte qu'il faudra bien travailler, type de farine et aussi dans le feuilletage,voir la vedio pour mieux comprendre le procédé. source : #youtube #OumWalid

Cake au Flan de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 04 Dec 2016 à 12:09

C'est un de mes desserts préférés je le fais vraiment souvent j'aime énormément sa texture bien fondante, vous pouvez choisir le goût que vous souhaitez chocolat, vanille, fraise ou caramel sans tarder voici la recette... source : #youtube #OumWalid

TIZI-OUZOU: La liste des bénéficiaires des logements sociaux dévoilée

Actualité - TIZI-OUZOU - 15 Nov 2016 à 18:15

Le chef-lieu de Tizi-Ouzou à connu une matinée particulièrement mouvementée, caractérisée par des coupures de routes au niveau de plusieurs quartiers et pour cause l'affichage de la liste des bénéficiaires des logements sociaux (Logement Public Locatif). Des citoyens qui ont postulé à cette formule et dont les noms ne figuraient pas sur liste ont barricadé plusieurs routes par des pneus en fumée provoquant des embouteillages dans le centre ville. Le fait de voir les attentes des protestataires prolongées ont fait tombé à l'eau toutes les tentatives des autorités locales pour essayer de calmer les esprits.

Sablé au halwa turc et cacahuètes

Elle Mag - Recettes - 28 Juin 2016 à 09:22

Ingrédients: pour environ 28 pièces (selon la taille de l'emporte-pièce) 250 g de beurre 125 g de halwa turc 50 g de sucre glace 2 jaunes d’œufs 1 paquet de levure chimique 1 càc de vanille 80 g de cacahuètes grillées et finement moulues Farine au besoin (environ 500g) Décoration: Environ 400 g de cacahuètes grillées et moulues 1 pot de confiture d'abricot Préparation: Battre le beurre avec le sucre puis ajouter la halwa turc et bien mélanger Ajouter les jaunes d’œufs un par un ensuite les cacahuètes moulues Ajouter la vanille puis la farine avec la levure jusqu'à obtention d'une pâte souple et lisse Laisser reposer la pâte un petit peu Étaler la pâte sur un plan de travail fariné à 5mm d'épaisseur Découper les sablés à l'aide d'un emporte-pièce ou un verre puis faire une ouverture au centre à l’aide d’un petit emporte pièce Faire cuire pendant environ 15 minutes à 180° Une fois les sablés refroidies, les rassembler en les collant avec de la confiture Badigeonner les sablés de confiture à l'aide d'un pinceau puis passer aux cacahuètes et décorer avec du chocolat fondu. source : fan-decuisine