De l’impuissance des hommes à la puissance des mots | actu-algerie.com: Information et Actualité





De l’impuissance des hommes à la puissance des mots

Société - Algérie

Image introuvable

“... le droit temporairement bafoué est plus fort que le mal triomphant ... Je crois que ce que des hommes centrés sur eux-mêmes ont détruit, des hommes centrés sur les autres pourront le reconstruire”, Martin Luther King

On ne meurt pas parce qu’on est malade, on souffre lorsqu’on est malade et c’est parce qu’il peut mourir qu’il arrive à l’homme d’être malade. On ne meurt pas, non plus, parce qu’on est vieux, on manque de ressource seulement lorsqu’on est vieux, parce que notre corps peine à réparer les dommages dus au vieillissement. L’homme meurt par honte ou par impuissance.

Honte et impuissance sont deux mots qui nous parlent, qui raisonnent au plus profond de chacun de nous mais qui demeurent du domaine de l’incompris et du peu exploré, pourtant ce sont deux émotions qui jalonnent toute notre existence. Ces deux mots provoquent en nous des sentiments mitigés allant du blocage à l’empêchement, en passant par le repli et le renoncement.

La honte est une émotion assassine qui conduit l’homme à l’inertie, au renoncement et à l’emmurement. Le sentiment d’impuissance le renvoie à son incapacité morale, relationnelle ou opérationnelle de faire face à une situation et le confronte à son seuil d’incompétence. Lorsque l’homme se trouve, en plus, privé de ses capacités à faire face à la situation, la honte s’installe alors pour alimenter son impuissance et cette dernière renforcera la honte de ne pouvoir changer sa situation.

L’impuissance acquise est cette forme d’immobilisme, d’abandon induit par une conviction que l’on acquiert d’expérience, souvent malheureuse, qu’il n’y a aucune solution, qu’on ne peut rien faire pour changer les choses. Elle n’est jamais définitive, elle est réversible, l’expérience l’a démontré et l’histoire l’a toujours confirmé. Ceux qui tablent sur l’impuissance acquise oublient leurs propres postulats : la possibilité pour l’homme de retrouver sa puissance par sa capacité à apprendre (90% de nos comportements sont des acquis, désapprendre n’a jamais été possible), à renouveler sa connaissance, à s’adapter et à changer sa vie. L’homme a toujours eu cette faculté, extraordinaire, non seulement à trouver les moyens nécessaires pour atteindre des objectifs et régler des problématiques, mais aussi et surtout à combiner ceux à sa disposition s’ils ne sont pas adaptés à la situation ou même à en concevoir de nouveaux.

Sans porter de jugement sur les actions des hommes, ni douter de la sincérité de leurs engagements, encore moins jeter l’anathème sur leur décision, le but étant, au contraire, de reconnaître la portée de leur actions et l’utilité de leur contributions, je constate amèrement, la démission de nombre de nos concitoyens et leur retrait du paysage qu’ils ont, pour un temps, occupé.

D’abord Monsieur Hafid Derradji, célèbre journaliste et commentateur sportif reconnu, qui décide d’arrêter d’animer une rubrique tenue à TSA dans la langue de Molière. Ensuite, l’éminent professeur et intellectuel Monsieur Omar Aktouf, plusieurs fois primé sous d’autres cieux, qui décide de ne plus participer au débat national. Enfin, le non moins célèbre et sociologue engagé Monsieur Nacer Djabi qui décide de se retirer de l’université. Tous ont un point commun, ils ont dénoncé et ont renoncé.

Une différence, du moins apparente, subsiste. L’un arrête par ce qu’un être cher le lui a demandé, l’autre parce qu’il considère que ses travaux n’ont pas eu l’intérêt qu’il serait en droit d’espérer et parce qu’il ne supporte plus les critiques dont il est systématiquement l’objet, et le dernier par impuissance. En réalité tous renoncent par impuissance. “Partir c’est mourir un peu”, disait Alphonse Allais. C’est mourir tout court, je dirai. Quitter son lectorat, ses débats, son université, c’est effectivement mourir pour eux et même si on vous retrouve, sur d’autres lieux, sous d’autres formes et avec de nouveaux projets, vous serez effectivement et définitivement mort pour ce à quoi vous avez renoncé un jour. 

Personne ne peut réduire l’homme au silence, sa liberté n’est pas confiscable. D’abord parce que la nature de l’homme est plus encline à la liberté qu’à la soumission. Ensuite, parce que l’homme est instinctivement nourri par la passion de vivre pleinement sa liberté en la défendant de toutes ses forces. Enfin, parce que même soumis, même docile, l’homme sait qu’il ne sera pas à l’abri tant qu’il aura quelque chose à consentir, à perdre.

Les gens font couramment un amalgame entre contre-pouvoir et anti-pouvoir. Si ce dernier peut être légitimement considéré comme subversif, le premier est, tout naturellement, une composante essentielle de la démocratie. Ce manque d’espace pour le contre-pouvoir, ce manque de possible, nourri dangereusement l’anti-pouvoir, on glisse alors d’une pratique fondatrice vers une pratique destructrice et ne pas le comprendre révèle un manque flagrant de compétences sociales.

Un intellectuel n’a pas besoin de mandat, il n’a pas de champ de compétence, il se mêle de tout, tout le regarde et rien ne lui échappe. Il est seul et n’a de place avec personne, il n’arrive plus à se situer dans l’univers social, il ne le veut pas et il n’est pas censé le faire. Il sera peut-être, certainement et souvent, blâmé, ses positions décriées mais jamais remercié, ni, en son vivant ou parmi les siens, reconnu.

Les bouleversements observés dans notre monde d’aujourd’hui, notamment dans les moyens d’expression, de communication et d’information et des possibilités de partage et d’échange, conjugués au rôle d’acteur de moins en moins assumé par les intellectuels au profits de celui, plus confortable, de simple commentateur, nous poussent à penser que ce rôle est désormais de la responsabilité de chacun de nous.

Alors même si des dizaines arrêtent d’alimenter le débat public, cessent d’irriguer la pensée critique, de contribuer à l’éclosion de nouvelles idées, des centaines d’autres les relayeront : “L’Algérie est un pneu increvable”, comme aimait à le répéter si bien, si fort, feu Houari Boumediene.



Auteur

Nordine.B

Propriétaire du site www.actu-algerie.com

02 Sep 2017 à 22:32

Lu : 457 fois

Source : m.huffpost.com


Vos réactions
Patragez









PropellerAds

Dans le dossier Algérie
Mandat de dépôt contre Saïd Bey et mandat d'arrêt contre Habib Chentouf
Un mandat de dépôt a été émis à l'encontre de l'ancien commandant de la deuxième région militaire, #Bey #Saïd et un mandat de dépôt a été émis à l'encontre de l'ancien commandant de la première région militaire #Chentouf #Habib pour dissipation et recel d'armes et de munitions de guerre et infraction aux instructions de l'armée" a indiqué dans un communiqué la cour d'appel militaire de Blida."Conformément aux dispositions de l'article 11 alinéa 3 du code de procédure pénale et, dans le strict respect de ses dispositions, le procureur général militaire près la Cour d'appel militaire de Blida, porte à la connaissance de l'opinion publique, que des poursuites judiciaires ont été engagées pour les chefs de dissipation et recel d'armes et de munitions de guerre au profit de personnes non habilitées à les détenir et infraction aux consignes de l'armée, faits prévus et réprimés par les articles 295 et 324 du Code de justice militaire, à l'encontre des dénommés: Bey Saïd, Chentouf Habib et de toutes autres personnes que l'instruction viendrait à établir", a précisé la même source.Pour "la nécessité des enquêtes, le juge d'instruction, sur réquisition du procureur militaire de la République de Blida, a ordonné, à titre conservatoire, la saisie des armes et des munitions et a décerné un mandat de dépôt à l'encontre du dénommé Bey Saïd et un mandat d'arrêt à l'encontre du dénommé Chentouf Habib, pour violation des obligations du contrôle judiciaire auxquelles il est déjà soumis".
21 Avril à 22:51
Ahmed OUYAHIA convoqué par la justice
Ahmed #Ouyahia est convoqué par le "tribunal de Sidi M'Hemed, d'Alger, pour être auditionné par rapport à des affaires ayant trait à d'octroit d'avantages illégaux et dilapidation des fonds bibliques, selon des informations diffusée par les chaînes privées Dzair news et El-Bilad TV. Est également convoqué Mohammed Loukan, actuel ministre des Finances et ancien gouverneur de la Banque central du temps d'Ouyahia
20 Avril à 21:53
Les stratégies du pouvoir pour l'affaiblissement des manifestations
Si les #manifestations du vendredi 9 avril ont été d'un succès incontestable, les manœuvres du pouvoir ont été, quant à elles, des manigances avortées par un peuple éveillé.    Instaurer un climat de peur par des menaces et intimidationsUne compagne d'intimidations et de menaces, sans précédente, a été menée sur les réseau sociaux tout au long de la semaine. La stratégie est claire "dissuader le plus grands nombre possible de personnes, exceptionnellement des femmes,  de sortir", oubliant que le mur de la peur a rejoint celui de Berlin!Empêcher les manifestants d'atteindre #AlgerDes barrages de la gendarmerie nationale ont été multipliés et renforcés dans le but d'empêcher le maximum de citoyens ,venant des wilayas limitrophes, d'atteindre la capitale. Mais ce procédé, malsain, n'a pas diminué d'un iota la détermination d'un peuple décidé à prendre son destin en main. 
20 Avril à 20:16
(Vidéo) Marré humaine en ce 9e vendredi à Bordj Bou Arreridj, SPECTACULAIRE!
Une foule qui relève presque de l'imaginaire. On a assisté ce #vendredi 9 avril 2019 à une #manifestation de masse dans la wilaya de #Bordj #Bou #Arriridj. c'est tout simplement spectaculaire!
20 Avril à 19:12
Qui donne l'ordre de réprimer les manifestations ?
Le porte parole du gouvernement, M. Rabehi a déclaré, lors d'une conférence de presse, que les services de sécurité n'ont reçu aucune instructions pour réprimer les manifestations. "Nous avons des services de sécurité et une armée républicaine qui ne se donneront jamais le droit ou la liberté d'utiliser la force contre les citoyens", a-t-il annoncé. Le ministre da la communication du gouvernement a nié au passage " le mauvais traitement" subi par des citoyennes qui ayant participé à des manifestations dans un centre de police à Alger. Où la jeune Amel témoigne, avoir été obligée de se déshabiller complément, en compagnie d'autres manifestantes qui ont subit le même sort, dans un commissariat à Alger. Capture d'écran APSSi l'on croit ces "affirmations", qui aurait, alors,  autorisé les forces de sécurité a réprimé la marche du mardi des étudiants et celle du 8ème #vendredi qui a suivi? Au moment où les #manifestations répondaient par "#silmya" (pacifique) et "le peule et là police khawa-khawa" (frères).
20 Avril à 13:42
L'ENTV s'est-elle réveillée tôt en ce vendredi "9"!
Ou moment où le monde entier est ébloui, hébété et charmé par les masses populaires qui ont inondé la rue algérienne, en ce 9eme  vendredi de protestation, dans pratiquement toutes les wilayas, L'ENTV a diffusé des images de proupuscules isolés, ne dépassant pas des centaines voir des dizaine de manifestants, éparpillés ça et là. En regardant ces images on se croirait que l'équipe de L'#ENTV s'est présenté tôt la matin,  bien avant les foules, pour filmer les préparatifs.On n'est pas dupe !  Le message est claire, montrer des rassemblements minuscules ne représentant qu'eux même, une minorité insignifiante, évitant les grands plans, préparant le terrain pour pour des images, zoom, d'une rencontre nationale de concertation qui sera, selon les #images de l'entreprise nationale, un #hirak dans un plateau. Aurait-elle oublié que la scène médiatique regorge de chaînes privées qui font de ce mouvement de revendication une seule et unique fête nationale.Voire la vidéo sur: Images des marches du 9e vendredi les choix douteux de l'ENTV
19 Avril à 23:27

Ailleurs sur le web

Nous suivre
Annonce
PropellerAds
Vidéothèque

Les plus lues

Soufflet avec une pâte facile de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 22 Juin 2016 à 13:59

source : #Youtube #OumWalid 

Msemen à la farine le plus facile à faire de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 10 Oct 2016 à 10:55

Le secret pour réussir les msemens à la farine réside dans la pâte qu'il faudra bien travailler, type de farine et aussi dans le feuilletage,voir la vedio pour mieux comprendre le procédé. source : #youtube #OumWalid

Cake au Flan de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 04 Dec 2016 à 12:09

C'est un de mes desserts préférés je le fais vraiment souvent j'aime énormément sa texture bien fondante, vous pouvez choisir le goût que vous souhaitez chocolat, vanille, fraise ou caramel sans tarder voici la recette... source : #youtube #OumWalid

TIZI-OUZOU: La liste des bénéficiaires des logements sociaux dévoilée

Actualité - TIZI-OUZOU - 15 Nov 2016 à 18:15

Le chef-lieu de Tizi-Ouzou à connu une matinée particulièrement mouvementée, caractérisée par des coupures de routes au niveau de plusieurs quartiers et pour cause l'affichage de la liste des bénéficiaires des logements sociaux (Logement Public Locatif). Des citoyens qui ont postulé à cette formule et dont les noms ne figuraient pas sur liste ont barricadé plusieurs routes par des pneus en fumée provoquant des embouteillages dans le centre ville. Le fait de voir les attentes des protestataires prolongées ont fait tombé à l'eau toutes les tentatives des autorités locales pour essayer de calmer les esprits.

Sablé au halwa turc et cacahuètes

Elle Mag - Recettes - 28 Juin 2016 à 09:22

Ingrédients: pour environ 28 pièces (selon la taille de l'emporte-pièce) 250 g de beurre 125 g de halwa turc 50 g de sucre glace 2 jaunes d’œufs 1 paquet de levure chimique 1 càc de vanille 80 g de cacahuètes grillées et finement moulues Farine au besoin (environ 500g) Décoration: Environ 400 g de cacahuètes grillées et moulues 1 pot de confiture d'abricot Préparation: Battre le beurre avec le sucre puis ajouter la halwa turc et bien mélanger Ajouter les jaunes d’œufs un par un ensuite les cacahuètes moulues Ajouter la vanille puis la farine avec la levure jusqu'à obtention d'une pâte souple et lisse Laisser reposer la pâte un petit peu Étaler la pâte sur un plan de travail fariné à 5mm d'épaisseur Découper les sablés à l'aide d'un emporte-pièce ou un verre puis faire une ouverture au centre à l’aide d’un petit emporte pièce Faire cuire pendant environ 15 minutes à 180° Une fois les sablés refroidies, les rassembler en les collant avec de la confiture Badigeonner les sablés de confiture à l'aide d'un pinceau puis passer aux cacahuètes et décorer avec du chocolat fondu. source : fan-decuisine