Dossier Sonatrach 2 | actu-algerie.com: Information et Actualité





dossier Sonatrach 2




Affaire Sonatrach II: Farid Bedjaoui condamné à 5 ans et 5 mois de prison

Actualité - Sonatrach 2 - 20 Sep 2018 à 19:36

La justice italienne a condamné par contumace #Farid Noureddine #Bedjaoui, l’intermédiaire dans le scandale #Saipem-#Sonatrach, à 5 ans et 5 mois de prison, a rapporté mercredi 19 septembre la presse italienne. Le “bras droit” de l’ex-ministre de l’Energie Chakib Khelil, comme le présente Il Fatto Quotidiano, a été jugé coupable de “corruption internationale” par le tribunal de Milan. Les enquêteurs  ont établi qu’il a collecté les 197 millions d’euros en pots-de-vin qu’a versé le géant italien pour s’assurer des marchés en Algérie d’une valeur dépassant les 8 milliards d’euros entre 2007 et 2010.Les autres intermédiaires dans cette affaire, Omar Habour et Samir Ouraied, des “collaborateurs” de Bedjaoui ont été condamnés à 4 ans et un mois de prison chacun. L’ancien PDG de Saipem, #Pietro #Tali, a été condamné à 4 ans et 9 mois de prison. Son directeur des opérations à l’époque, Pietro Varone, a écopé de la même peine. L’ex-patron d’Eni, l’entreprise-mère de Saipem, Paolo Scaroni, a lui été acquitté.
Pris pour un parent de Chakib Khelil, un Algéro-britannique détenu depuis trois ans en Algérie pour une erreur
Un homme d’affaire algéro-britannique est détenu depuis plus de trois ans en Algérie, rapporte le journal britannique The Telegraph. Amine Khalil est un ingénieur en mécanique dont la société LPR basée au Royaume-Uni avait brièvement travaillé avec la Sonatrach en 2007. Il ferait l’objet d’une détention sans qu’aucune charge ne soit retenue contre lui, poursuit le journal. Marié et résidant dans la capitale londonienne, l’homme aurait été « traqué » par les services de police algériens qui lui auraient à maintes reprises demandé de venir dans le pays pour « répondre à quelques questions » sur une affaire de #corruption liée à la compagnie nationale des hydrocarbures. D’abord réticent à l’idée de se soumettre à cette requête, l’homme d’affaires explique par l’entremise de ses avocats que sa famille résidant en Algérie aurait fait l’objet d’intimidations et de menaces. Une fois dans le pays, ce dernier aurait été privé de passeport et forcé à comparaître devant plusieurs tribunaux pour des procès dont il ne comprenait pas l’intégralité des contenus puisqu’il ne maîtrise pas correctement la langue arabe. L’un des juges aurait par ailleurs fait état de liens de parenté avec #Chakib #Khelil, ancien ministre de l’Énergie. Ce que le principal intéressé réfute, évoquant aujourd’hui une erreur d’identité. Selon le journal britannique, il n’existerait aucune preuve tangible contre Amine Khalil et ce dernier aurait été également poussé à payer pour régler son cas. Une option qu’il a déclinée. La diplomatie britannique refuse de son coté de s’impliquer dans cette affaire, arguant que le détenu possède la double nationalité et ne se trouve pas dans une situation de « danger immédiat ». Pourtant, la famille d’Amine Khalil indique que sa santé est chancelante et que ce sont ses proches en Algérie qui doivent lui payer ses traitements médicaux car il ne dispose d’aucun « moyen légal de transférer de l’argent depuis le Royaume-Uni ». Source www.tsa-algerie.com
23 Oct 2016 à 13:13
Chakib Khelil défend sa gestion « transparente », s’en prend à Total
En matière d’actualité, Chakib Khelil a son propre calendrier qu’il tente d’imposer. Après une courte absence, l’ancien ministre de l’Énergie est de retour. Il vient de s’adresser aux Algériens via sa page Facebbok. Non pas pour s’expliquer sur les nouvelles révélations le concernant en lien avec le scandale des #Panama_papers, mais pour parler d’autres sujets. Dans une vidéo de 13 minutes, postée ce lundi 25 juillet, Chakib Khelil consacre son intervention à la taxe sur les profits exceptionnels (TPE) et la procédure d’arbitrage international lancée par les compagnies pétrolières étrangères contre l’Algérie à la suite de l’application de cette mesure. Chakib Khelil commence par rappeler que cette taxe a été instaurée à son initiative afin « de rétablir l’équilibre » dans les anciens contrats dits de partage de production qui avaient été négociés avec les partenaires étrangers. « Compte-tenu de l’évolution continue et spectaculaire du prix du pétrole, j’avais considéré que tous ces contrats établis avant la loi de 2006 étaient économiquement injustes car ils pénalisaient lourdement l’intérêt de notre pays », affirme l’ancien ministre. Avant d’asséner quelques « vérités » sur les contrats qui avaient été négocié lorsque le prix du baril ne dépassait pas 19 dollars. « En effet, ces derniers ont été mal négociés et conclus avec les compagnies étrangères sans tenir compte de la variation des prix du pétrole dans les temps, alors qu’il s’agissait de contrats à long terme », affirme-t-il. Au moment de l’amendement de la loi sur les hydrocarbures en 2006, le #baril atteignait les 50 dollars. C’est ainsi que « pour faire valoir notre droit à la vérité à la justice et à la réparation du préjudice économique, la TPE fut imposée dans le cadre de la nouvelle loi et appliquer dès lors que le prix du baril dépassait les 30 dollars », ajoute-t-il. Selon M. Khelil, la loi 2006 a permis à l’État algérien de prélever, jusqu’à aujourd’hui, pas moins de 15 milliards de dollars grâce à la TPE appliqué aux contrats de partages de production. «Le réveil » de Total et les intérêts américains À ceux qui prétendent encore « que ce sont les États-Unis qui ont imposé à l’Algérie sa loi relative aux #hydrocarbures », Chakib Khelil rappelle que c’est bien une compagnie américaine qui a été la plus pénalisée par cette loi. « Je souhaite souligner que parmi les compagnies pétrolières, c’est surtout l’américaine #Anadarko qui a été la plus affectée par l’application de cette loi de 2006. En raison de sa part de production qui est la plus élevée par rapport aux autres compagnies étrangères », dit-il. Chakib Khelil oublie au passage de préciser que la même Anadarko a obtenu 4,4 milliards de dollars de dédommagements suite à l’application de la TPE. C’est près du tiers des sommes engrangées par l’#Algérie grâce à la nouvelle taxe. #Chakib #Khelil s’en prend ensuite à Total. Il s’interroge sur les raisons qui ont empêché les autorités algériennes de lancer un arbitrage international contre Total qui a décroché le contrat sur les gisement d’AHnet en 2009 pour ensuite se retirer. « #Total aurait dû être poursuivi en arbitrage international pour les dommages économiques subis par l’Algérie suivant l’exemple de Repsol dans l’affaire de Gassi Touil ou l’Algérie a eu gain de cause et récupérer 1,5 milliard de dollars », estime-t-il. Ma gestion était « transparente » Khelil affirme avoir constamment cherché à défendre les intérêts de l’Algérie. « Mon action au sein du secteur de l’énergie a toujours été dictée pour l’intérêt national et marquée par la transparence de ma méthode », affirme l’ancien ministre. Alors que les contrats de partage de production faisaient l’objet de négociation directe avec les compagnies étrangères, « j’ai introduit et appliqué dès l’année 2000 la procédure d’appel d’offres ouvert et transparent pour l’octroi de contrats d’exploration et de production d’hydrocarbures », ajoute-t-il. Source TSA
26 Juil 2016 à 08:10
Une nouvelle affaire de corruption éclabousse Chakib Khelil en Italie
En plus de la confirmation du procès pour l’affaire de la compagnie #Saipem,la Cour de Milan a renouvelé sa requête pour une autre affaire de corruption.EN PLUS DE LA CONFIRMATION DU PROCÈS POUR L’AFFAIRE DE LA COMPAGNIE SAIPEM,LA COUR DE MILAN A RENOUVELÉ SA REQUÊTE POUR UNE AUTRE AFFAIRE DE CORRUPTION. En plus du scandale « #SonatrachII », la justice italienne étudie une autre affaire de corruption impliquant l’ancien ministre algérien de l’Énergie, Chakib Khelil, rapporte, ce mardi 21 juin, plusieurs médias italiens. En plus de la confirmation du procès pour l’affaire de la compagnie Saipem – 198 millions dollars versés à « Khelil et son entourage », en échange de 8 milliards de dollars de contrats en Algérie – la Cour de Milan a renouvelé sa requête pour une autre affaire de corruption. La nouvelle affaire concernerait le rachat par le groupe pétrolier italien Eni d’une firme gazière canadienne First "Calgary Petroleums, activant en Algérie à travers une joint-venture avec la #Sonatrach algérienne. Le contrat, d’une valeur de 923 millions de dollars canadiens, selon le quotidien italien La Repubblica, a fait l’objet d’un versement de 41 millions d’euros de pots-de-vin à l’ex-ministre algérien en échange de son feu vert à l’opération. La justice italienne vise plusieurs anciens haut cadres de Saipem et de sa maison-mère Eni, mais touche également l’homme d’affaires algérien Farid #Bedjaoui. Présenté comme l’homme de confiance et intermédiaire de Chakib #Khelil, Bedjaoui est de nouveau cité, en compagnie de Samir #Ouraied, présenté comme son associé. Source #tsa
21 Juin 2016 à 22:43
Exclusif: Chakib Khelil, l'accablant dossier italien!
Saint Ambroise de Milan. Voilà un saint, le saint patron de la ville de Milan, qui ne risque pas de recevoir de sitôt la visite de Chakib #Khelil, fils prodigue sorti de la cuisse de Oujda et de l’ordre cannibale mondial.
26 Mai 2016 à 10:17
S'achemine-t-on vers une affaire SONATRACH 3
Une nouvelle affaire viendrait d’Espagne et concernerait le commerce du gaz entre Alger et Madrid. Faisant une revue de la presse espagnole sur la question de la corruption, #AACC se pose la question de savoir «s’il n’y aura pas, en 2016, l’explosion de Sonatrach 3». Le porte-parole de l’Association algérienne de lutte contre la corruption (AACC), Djilali Hadjadj, jette un nouveau pavé dans la mare. Dans un communiqué rendu public hier, il donne des éléments de ce qui pourrait être, dans les prochains jours, un nouveau scandale qui ébranlera la compagnie nationale des hydrocarbures, Sonatrach, et dans lequel figurerait le nom de l’ancien ministre de l’Energie, Chakib #Khelil. La nouvelle affaire viendrait de l’Espagne et concernerait le commerce du gaz entre Alger et Madrid.
24 Mai 2016 à 14:53
Chakib Khelil accuse le français Total
Chakib Khelil hausse le ton. L’ancien ministre de l’Énergie a posté, ce vendredi 13 mai, deux messages particulièrement forts contre les Français. Dans le premier post, il lie les dernières informations sur les comptes de sa femme révélées dans « Panama papers » à ses propos sur les investissements français. « Il suffit que je dise une petite vérité sur les investisseurs français en Algérie pour que la déferlante sans retenue noie les médias de leur paternalisme néo-colonialiste », dénonce l’ancien ministre de l’Énergie. « Si vous avez des preuves apportez les à la justice, sinon ne répétez pas l’histoire avec l’assassinat de mon caractère et de ma réputation (Sic) par une campagne vicieuse et inhumaine par des médias à la solde des étrangers qui ne veulent aucun bien à notre pays l’Algérie », écrit-il encore. Dans un autre message, il vise clairement le groupe français Total qu’il accuse de ne pas avoir respecté ses engagements en Algérie et avoir échappé à l’arbitrage international. « La société française Total, à l’inverse des sociétés espagnoles et qui a aussi gagné l’appel d’offres du gisement d’Ahnet durant ma période de ministre n’a jamais subi d’arbitrage et n’a rien payé quand elle a quitté ses engagements pris dans le cadre d’un appel d’offres ouvert et international », accuse Chakib Khelil. En décembre 2009, Total avait remporté, avec son partenaire Partex, l’appel d’offres pour l’acquisition d’une participation de 49% sur le permis Ahnet, dans un appel d’offres lancé par #Alnafat. Chakib Khelil ne précise pas dans quelles conditions #Total a refusé de tenir ses engagements dans le cadre de ce contrat. En revanche, plusieurs compagnies espagnoles ont été condamnées après les procédures d’arbitrage international lancées par l’#Algérie, rappelle Chakib #Khelil : 1,6 milliard de dollars pour le consortium Repsol-Gas Natural et 2 milliards pour Gas Natural. De même que « l’instauration de la taxe sur les profits exceptionnels faits par #Anadarko, #ENI et #Maersk a permis des revenus supplémentaires de 1,5 milliards de dollars par an durant toute la période après la mise en place de la loi des hydrocarbures en 2005 », ajoute l’ancien ministre. Source TSA
13 Mai 2016 à 18:26
Comment l’ex-DRS compte renvoyer Chakib Khelil à son statut de prévenu
Les commissions de Saipem arrivaient bien chez Chakib #Khelil via la filière Bedjaoui-Habour-Najat Arafat, l’épouse de l’ancien ministre de l’Energie. Elle est le premier maillon exposé que cible la contre-attaque de l’ex DRS finalement relayée par le général à la retraite Khaled #Nezzar. Maghreb Emergent a pu consulter une partie des documents qui ont fondé l’enquête publiée ce mardi 11 mai par le site #Algérie Patriotique édité par l’un des fils du général à la retraite Khaled Nezzar. Si les informations se recoupent, les sources ne se sont forcément les mêmes. Elles sont proches de l’appareil judiciaire dans le cas de Maghreb Emergent. Leurs informations sont étayées par des vérifications effectuées depuis un mois aux Etats Unis et en France. Elles ne sont pas démenties par d’autres sources informées des contenus de l’enquête du DRS qui a abouti à la chute de Chakib Khelil au printemps 2011. Najat Khelil née Arafat détenait un sous-compte sur le principal compte d’affaires de la filière du scandale Saipem. Il s’agit d’un compte de la Bank Audi Saradar à Beyrouth sur lequel Pearl Partners de Farid Bedjaoui a redistribué 34,3 millions de dollars de commissions Saipem. Titulaire principal de ce compte : Omar Habour, l’ami de 50 ans de Chakib Khelil, son hologramme bancaire et gestionnaire de patrimoine. Le nom de Najat Khelil née Arafat qui figure comme détenant ce sous compte au Liban apparaît dans le rapport d’une commission rogatoire internationale en 2011. Cette information est l’une des plus précises qui a fondé l’inculpation de Chakib Khelil par le tribunal de Sidi M’hamed et l’émission d’un mandat d’arrêt international contre lui son épouse et ses deux fils le 12 août 2013 par le procureur général près du tribunal d’Alger, Belkacem Zeghmati. Elle apportait la preuve tangible dans le scandale de Saipem que c’est les Khelil qui se tenaient au bout de la chaîne de flux de paiement transitant par Farid #Bedjaoui, puis principalement par Omar Habour. Source HUFFPOSTE ALGÉRIE
12 Mai 2016 à 14:35
L’objectif est de blanchir Chakib Khelil !
La secrétaire générale du PT s’est, par ailleurs, élevée contre la «campagne féroce» qui cible Mme Benghebrit et déclare son soutien aux efforts qu’elle mène pour réformer l’école. Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), demande à ceux qui réclament aujourd’hui, haut et fort, la réhabilitation des cadres injustement incarcérés de mener, plutôt, des enquêtes, pour déterminer les responsabilités. «Ces partis, qui sont montés, depuis le retour de Chakib Khelil, au créneau pour demander de réparer une injustice commise à l’encontre des cadres algériens, veulent par tous les moyens réhabiliter l’ancien ministre de l’Energie et des Mines. Sinon pourquoi ils ne déclenchent pas des enquêtes et ne saisissent pas la justice dès lors qu’ils ont le pouvoir et les moyens de le faire ?» a tranché Mme Hanoune lors de son passage sur la chaîne de télévision El Bilad. A l’adresse de ces personnes qui vantent à chaque tournant les mérites de Chakib Khelil, la leader du PT les invite à cesser d’insulter l’intelligence des Algériens et de faire dans la surenchère, parce que, selon elle, ce soudain intérêt pour les cadres injustement incarcérés et malmenés dans les années 1990 n’est pas fortuit ni innocent. Des dizaines et des dizaines de cadres ont été jetés en prison durant la décennie noire, sans que leur sort n’inquiète les parties qui crient, aujourd’hui, au scandale. «Pourquoi avoir attendu aujourd’hui pour se rappeler qu’il existe des centaines de cadres qui ont été blanchis par la justice mais qui n’ont pas encore été réhabilités dans leur poste de travail ? Que ces personnes osent mener et réclamer des enquêtes pour déterminer les parties ayant ordonné de jeter en prison ces cadres», a lancé Mme Hanoune qui depuis le retour de Chakib Khelil ne cesse d’avertir contre toute velléité de réhabilitation sélective, estimant que «la réhabilitation ou non d’un quelconque cadre poursuivi relève des seules prérogatives de la justice en toute indépendance et le juge doit entendre Chakib #Khelil», a noté Mme Hanoune qui croit savoir que c’est le président #Bouteflika en personne qui a demandé l’ouverture d’une enquête dans l’affaire #Sonatrach2. Sur un autre chapitre, Louisa Hanoune a expliqué les raisons qui poussent son parti à soutenir un tel ministre et pas un autre. Le PT défend, selon Mme Hanoune, les ministres compétents et qui travaillent pour l’intérêt de l’Algérie. «Il y a des ministres qui se servent et d’autres qui servent le pays, notre rôle et notre devoir est de dénoncer ces ministres irresponsables», a affirmé la secrétaire générale du PT qui a défendu à nouveau la ministre de l’#Education nationale, Nouria Benghebrit, qui fait l’objet d’une féroce campagne de dénigrement. «Nouria Benghebrit est une nationaliste qui aime son pays. Elle a hérité d’un secteur malade et elle essaye de le remettre sur les rails avec la participation de tout le monde. Est-ce un crime ?» s’est-elle interrogée, dénonçant par la même les voix qui versent dans l’insulte et l’invective et rappelle que Mme Benghebrit est une ministre de la République algérienne. «L’école doit être d’abord algérienne, républicaine et donc pensée par des Algériens tenant compte de nos réalités, notre histoire et notre identité. Notre modèle ne saurait être, dans tous les cas, ni saoudien ni qatari et Mme #Benghebrit est à la hauteur de cette mission.» Source EL WATAN
25 Avril 2016 à 13:47
Tayeb Louh défend Chakib Khelil et fait la leçon aux députés sur l’indépendance de la justice
Tayeb Louh, ministre de la Justice, n’a pas apprécié les interventions des députés concernant le retour de Chakib #Khelil en #Algérie. Le ministre a pris la parole aujourd’hui pour répondre à ceux qui ont qualifié l’ancien ministre de l’Énergie de « voleur » et de « corrompu ». « Où allons-nous comme ça ? Si chacun d’entre nous devient juge et distribue les accusations à sa guise, les choses deviendront incontrôlables. C’est grave », a lancé #Tayeb_Louh, devant les députés, sur un ton très ferme. Avant d’inviter les élus à respecter « la présomption d’innocence ». « Laisser la justice faire son travail selon la Constitution et sans ingérence », a-t-il ajouté. L’Algérie se bat depuis plusieurs années pour « la séparation entre les pouvoirs », selon le ministre. Ce qui est désormais acquis à la faveur de la révision de la #Constitution, a affirmé le ministre. Et puisque la justice est « libre » et «indépendante », Louh conseille aux députés de ne plus le saisir sur des affaires judiciaires. « Dois-je m’immiscer dans les affaires de justice qui concerne les députés ? Bien sûr que non. Et c’est le cas pour toutes les autres affaires », a-t-il dit. Le ministre a mis en garde les députés contre cette tendance à remettre en cause et à discréditer « les juges, la justice et les institutions législatives ». « Le juge est indépendant. Il n’est pas sous la tutelle du ministère », a-t-il insisté. Tayeb Louh a demandé par ailleurs aux députés d’éviter de prononcer les noms des juges en plénière : « C’est un comportement grave ». Source TSA
13 Avril 2016 à 15:16





Ailleurs sur le web

Nous suivre
Annonce
PropellerAds
Vidéothèque

Les plus lues

Soufflet avec une pâte facile de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 22 Juin 2016 à 13:59

source : #Youtube #OumWalid 

Msemen à la farine le plus facile à faire de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 10 Oct 2016 à 10:55

Le secret pour réussir les msemens à la farine réside dans la pâte qu'il faudra bien travailler, type de farine et aussi dans le feuilletage,voir la vedio pour mieux comprendre le procédé. source : #youtube #OumWalid

Cake au Flan de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 04 Dec 2016 à 12:09

C'est un de mes desserts préférés je le fais vraiment souvent j'aime énormément sa texture bien fondante, vous pouvez choisir le goût que vous souhaitez chocolat, vanille, fraise ou caramel sans tarder voici la recette... source : #youtube #OumWalid

TIZI-OUZOU: La liste des bénéficiaires des logements sociaux dévoilée

Actualité - TIZI-OUZOU - 15 Nov 2016 à 18:15

Le chef-lieu de Tizi-Ouzou à connu une matinée particulièrement mouvementée, caractérisée par des coupures de routes au niveau de plusieurs quartiers et pour cause l'affichage de la liste des bénéficiaires des logements sociaux (Logement Public Locatif). Des citoyens qui ont postulé à cette formule et dont les noms ne figuraient pas sur liste ont barricadé plusieurs routes par des pneus en fumée provoquant des embouteillages dans le centre ville. Le fait de voir les attentes des protestataires prolongées ont fait tombé à l'eau toutes les tentatives des autorités locales pour essayer de calmer les esprits.

Sablé au halwa turc et cacahuètes

Elle Mag - Recettes - 28 Juin 2016 à 09:22

Ingrédients: pour environ 28 pièces (selon la taille de l'emporte-pièce) 250 g de beurre 125 g de halwa turc 50 g de sucre glace 2 jaunes d’œufs 1 paquet de levure chimique 1 càc de vanille 80 g de cacahuètes grillées et finement moulues Farine au besoin (environ 500g) Décoration: Environ 400 g de cacahuètes grillées et moulues 1 pot de confiture d'abricot Préparation: Battre le beurre avec le sucre puis ajouter la halwa turc et bien mélanger Ajouter les jaunes d’œufs un par un ensuite les cacahuètes moulues Ajouter la vanille puis la farine avec la levure jusqu'à obtention d'une pâte souple et lisse Laisser reposer la pâte un petit peu Étaler la pâte sur un plan de travail fariné à 5mm d'épaisseur Découper les sablés à l'aide d'un emporte-pièce ou un verre puis faire une ouverture au centre à l’aide d’un petit emporte pièce Faire cuire pendant environ 15 minutes à 180° Une fois les sablés refroidies, les rassembler en les collant avec de la confiture Badigeonner les sablés de confiture à l'aide d'un pinceau puis passer aux cacahuètes et décorer avec du chocolat fondu. source : fan-decuisine