Tag FAF | actu-algerie.com: Information et Actualité sur internet.





TAG FAF


EN : Saâdane explique les raisons de sa démission
On le disait déjà, rien ne va plus au sein de la fédération algérienne de football (FAF). Le désormais ancien directeur technique national (DTN) de la fédération algérienne de football (FAF) Rabah Saâdane est revenu sur les raisons de sa démission, moins d’une année après sa désignation à la tête de cette structure.« Je devais me déplacer à Londres pour assister à la conférence organisée par la fédération internationale (Fifa) sur la dernière Coupe du monde 2018. Tout était prêt pour assister à cet événement et partir en Angleterre depuis l’aéroport de Lyon où je me trouvais. La FAF m’a demandé de me présenter à l’aéroport pour récupérer mon visa au niveau de la British Airways, après une attente de cinq heures, j’ai reçu un appel téléphonique m’informant qu’il m’était impossible de récupérer mon visa. A mon retour au pays, je croyais qu’il s’agissait d’une erreur administrative, mais grande fut ma surprise quand j’avais appris que c’est l’entraîneur des gardiens de but de l’équipe nationale Aziz Bouras qui a représenté la DTN à Londres. Je considère ceci plus qu’un complot contre ma personne », a indiqué Saâdane dans un entretien accordé jeudi soir à Echorouk News.Avec le départ de #Saâdane, la liste des démissions se rallonge depuis l’élection de Kheireddine Zetchi à la tête de la #FAF le 20 mars 2017. Taoufik Korichi, qui occupait le poste de DTN par intérim avait claqué la porte en avril 2017. Cinq mois plus tard, il avait été suivi par Fodhil Tikanouine.En décembre 2017, l’ancien bras droit de l’ancien patron de la FAF Mohamed Raouraoua pendant plusieurs années, Djahid Zefzef, qui assurait le poste de président de la commission des finances de la FAF a jeté l’éponge pour être remplacé par Rachid Gasmi. La commission médias de la FAF n’a pas été épargnée puisqu’elle a été également touchée par la “contamination” avec la démission du journaliste Farid Ait Saâda.En février 2018, Hamid Haddadj décida de quitter ses fonctions à la tête de la commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP), une démission qui a soulevé un véritable tollé, en égard de la sensibilité du poste qu’occupait Haddadj, ancien président de la FAF (2006-2009).« Je ne regretterai jamais ma démission. Je refuse d’être touché dans ma dignité et ma personnalité. Je n’ai jamais imaginé quitter la FAF de cette manière, après tout le travail que j’ai accompli au sein de la DTN », a ajouté Saâdane dans une autre intervention sur Ennahar TV.L’ancien DTN est revenu sur ses relations avec le président de la FAF Kheireddine Zetchi : « Lors des deux derniers mois, j’ai constaté que la vision de Zetchi avait changé, il voulait absolument réaliser de bons résultats dans l’immédiat, alors qu’il fallait du temps pour voir le travail effectué à la DTN donner ses fruits. Je comprends la pression qui pesait sur ses épaules à propos de l’équipe A et l’arrivée d’un nouveau sélectionneur, mais ce que j’ai enduré est inadmissible », a-t-il conclu avec amertume.
05 Oct 2018 à 16:45
Madjer n’est plus sélectionneur de l’EN A’
#Rabah #Madjer n’est plus le sélectionneur de l’#EN des locaux. C’est ce qu’a indiqué la #FAF sur son site internet aujourd’hui : «Suite à une réunion entre le Président de la FAF M. Khireddine Zetchi et le sélectionneur national M. Rabah Madjer, il a été décidé d’un commun accord de décharger le staff technique national de la sélection A des locaux. Cette décision a été prise à l’approche des compétitions officielles afin de permettre au staff technique national de se concentrer exclusivement sur les éliminatoires de la CAN-2019 qui reprendront au mois de septembre prochain. Une décision sera prise incessamment concernant la sélection A des locaux.»
22 Mai 2018 à 01:02
La FAF impose aux joueurs binationaux un "engagement inconditionnel pour l'Algérie" et de la "supériorité technique"
Le Bureau fédéral de la fédération algérienne de football (FAF), réuni ce mercredi à Alger, a établi deux critères à partir desquels il sera procédé à la convocation de joueurs évoluant à l'étranger dans l'une des sélections nationales. "Deux critères seront pris en considération pour convoquer un joueur évoluant à l'étranger, son engagement inconditionnel en faveur de l'#Algérie et sa supériorité technique par rapport aux joueurs" locaux, a indiqué la #FAF sur son compte officiel sur Twitter. Le bureau fédéral a toutefois manqué de donner plus détails à propos de ces deux exigences, notamment les critères permettant de confirmer un "engagement conditionnel en faveur de l'Algérie" ou de mesurer la supériorité technique. Décision du BF : deux critères seront pris en considération pour convoquer un joueur algérien établi à l'étranger dans l'une des sélections nationales : son engagement inconditionnel en faveur de l'Algérie et sa supériorité technique par rapport aux joueurs exerçant en Algérie.— Les Verts d'Algérie (@LesVerts) 29 novembre 2017 La décision de l'instance fédérale intervient au moment où la FAF lorgne sur le milieu offensif franco-algérien de l'Olympique Lyon (Ligue 1/France) Houssem Aouar, dont le choix de sélection n'a pas encore été fait. "Je me suis pas encore posé la question sur le choix de ma sélection. Je viens d'intégrer le groupe professionnel de l'OL et mon objectif immédiat est de m'imposer au sein de mon équipe", a indiqué Aouar (19 ans) dans l'une de ses interventions aux médias. Aouar est en train de s'affirmer à l'OL depuis le début de la saison au point de devenir une pièce essentielle dans le dispositif de l'entraineur Bruno Genesio Il a marqué un but et a fait une passe décisive en 8 matchs de Ligue 1. Le nouveau sélectionneur national Rabah Madjer, s'est montré très évasif à son sujet. "Pour Aouar et les autres cas comme lui, il faut d'abord se renseigner si ces joueurs sont d'accord pour jouer en équipe d'Algérie. Nous allons attendre le bon moment pour appeler de nouveaux professionnels pour renforcer l'équipe nationale", a souligné le technicien qui devrait effectuer une tournée en Europe au cours des prochaines semaines notamment afin de rencontrer des jeunes binationaux.
30 Nov 2017 à 12:52
Zetchi fait le bilan de ses 100 jours à la FAF : « Je ne suis pas un dictateur… »
Kheïreddine Zetchi fait le bilan de ses 100 jours à la tête de la FAF. Devant la presse à Sidi Moussa, il a évoqué plusieurs points dont les grandes lignes de son programme, la situation du football national, la sélection nationale, la violence dans les stades, l’arbitrage… « Personne ne m’a imposé ! » En premier lieu, le successeur de Mohamed Raouraoua est revenu sur la façon de son élection le 20 mars dernier en déclarant : « Ni les hautes autorités, ni le ministère de la Jeunesse et des Sports ne m’ont imposé à la tête de la #FAF. Mon élection ne souffre d’aucune contestation et s’est déroulée dans une grande transparence ». Et de poursuivre : « Si je suis là, c’est pour aider au développement du football algérien et non pas pour régler des comptes avec l’ancien bureau fédéral ». Le patron de la FAF a également fait savoir qu’il connait très bien le secteur après les longues années passées à la tête du Paradou AC. « Je suis dans le domaine depuis 1994 et les nombreuses saisons passées avec le PAC m’ont permis de me forger et de découvrir comme il faut ce secteur passionnant. J’ai un projet d’envergure et un programme très ambitieux et j’espère les concrétiser avec l’actuel bureau fédéral. Je demande seulement qu’on soit patients avec ce nouveau bureau et j’en suis sûr que cette FAF fera beaucoup de choses prochainement », martèle #Zetchi. « Je ne suis pas un dictateur mais… » Toujours dans le cadre de sa mission à la tête de la FAF, le président du PAC a envoyé un message fort à tout le monde concernant sa méthode de travail et sa gestion. « Je ne suis pas un dictateur mais je vais appliquer la réglementation à la lettre et les lois s’appliqueront sur tout le monde sans la moindre exception », a lancé Kheïreddine Zetchi. Et d’enchaîner : « Je ne comprends pas l’attitude de certaines parties qui font de leur mieux pour nous déstabiliser alors que ce nouveau bureau n’a que trois mois d’existence. Toutes ces attaques et ces accusations ne riment à rien et ne font que renforcer les liens entre les membres de l’actuel bureau fédéral ». « Le choix d’Alcaraz était bien étudié » Évoquant la désignation de l’entraîneur espagnol, Lucas Alcaraz, à la tête de la sélection nationale de football, le successeur de Raouraoua assure : « Le choix d’Alcaraz était bien étudié car il s’agit là, d’un entraîneur qui a, quand même, dirigé plus de 700 matchs dans les Ligues 1 et 2 espagnoles. Il a l’expérience et les compétences nécessaires pour diriger la barre technique des Verts. Ses débuts sont prometteurs et j’en suis certain qu’il fera du bon travail ». Zetchi a également fait savoir qu’il a trouvé une sélection abattue après la mésaventure vécue à la CAN du Gabon. « La double confrontation face à la Zambie sera décisive » Concernant les chances des Verts lors des qualifications pour la Coupe du monde 2018 en Russie, Zetchi s’est montré optimiste : « L’Algérie jouera à fond ses chances et la qualification est loin d’être impossible. La double confrontation avec la Zambie sera décisive où il faut absolument décrocher les six points pour garder nos chances intactes. Il ne faut pas oublier qu’il nous reste quatre matchs à disputer soit, 12 points en jeu. Cette équipe est en mesure de relever le défi et il faut lui faire confiance ». À noter, que le match retour contre la Zambie se jouera officiellement à Constantine et non pas à Blida. « Le choix du stade Hamlaoui de Constantine a été bien étudié avec les membres du BF et on a même informé la FIFA et la CAF pour le changement de la domiciliation », ajoute Zetchi. « On n’a aucun problème avec Kerbadj » Par ailleurs et concernant les relations FAF-LFP, Zetchi a tout simplement affirmé que son instance n’a aucun problème avec son homologue Kerbadj. « Je l’ai dit et je le répète une nouvelle fois, je n’ai aucun problème avec Kerbadj. C’est un président élu démocratiquement et on se doit de le respecter et de l’aider dans sa mission. La FAF et la LFP œuvrent pour le développement du football algérien. Notre collaboration est inévitable et tout le monde doit adhérer à cette idée ». « L’attitude de Koussa est inadmissible » Le président de la FAF s’est étalé sur le limogeage de Messaoud Koussa, le désormais ex-responsable de la Commission fédérale de l’arbitrage. « Franchement, je ne comprends pas l’attitude de M. Koussa, lequel n’a pas respecté le droit de réserve en faisant des déclarations vraiment incompréhensives. Je ne comprends pas aussi pourquoi M. Koussa insistait toujours sur la programmation des arbitres », s’est interrogé Kheïreddine Zetchi. Et de poursuivre : « Le Bureau fédéral a entièrement confiance en la personne d’Amalou et Bichari est le bienvenu. Les portes resteront toujours ouvertes pour tous ceux qui peuvent apporter le plus ». « La désignation de Madjer est plus que logique » Le président Zetchi a dès son arrivée à la FAF fait appel à Rabah Madjer qu’il a nommé ambassadeur du football national. « Je pense que le choix de Madjer est plus que logique, connaissant la valeur et le poids de ce grand footballeur. Il a le charisme et les compétences nécessaires pour représenter l’Algérie à l’étranger », justifie le successeur de Raouraoua.
09 Juil 2017 à 15:00
VIDÉO. Ould Ali désapprouve la démarche de Zetchi
#El #Hadi #Ould Ali n’est pas d’accord avec Kheirredine #Zetchi et il le fait savoir. Le ministère de la Jeunesse et des Sports a désapprouvé le communiqué du président de la #FAF qui a menacé de poursuivre en justice des présidents de clubs. « La Fédération algérienne de football appelle les responsables du football à faire preuve de retenue et de bon sens au moment d’exprimer leurs points de vue dans les médias et lors des réunions officielles. Elle se réserve néanmoins le droit d’intenter des procédures judiciaires à l’encontre des auteurs de déclarations diffamatoires qui peuvent porter atteinte à la Fédération et aux ligues, voire même mettre en péril l’ordre public »,a  déclaré Zetchi.
24 Mai 2017 à 14:26
FAF : enquête sur les matches de la Ligue 2
La Fédération algérienne de football (#FAF) réagit enfin après les fracassantes déclarations du président de la JSM Skikda, Azzouz Tebbou, qui a contesté l’accession de l’USM Blida et de l’US Biskra en Ligue 1 en émettant des réserves sur les larges victoires acquises par les Blidéens et les Biskris en déplacement aux dépens de l’ASO Chlef et de l’ASM Oran. La FAF a chargé sa commission d’éthique que préside Mohamed Maouche et la commission de discipline de la LFP que dirige Hamid Haddadj d’enquêter sur le dossier, au lieu de saisir la justice. « Suite aux très graves accusations de M. Tebbou Azzouz, président de la JSM Skikda, la Fédération algérienne de football (FAF) a chargé ses commissions de discipline et d’éthique d’enquêter sur ce dossier. À cet effet, M. Tebbou sera convoqué et auditionné par la Commission de discipline pour s’expliquer sur la teneur de ses déclarations », a-t-on indiqué dans un communiqué publié sur le site officiel de la FAF qui attend, par ailleurs, le verdict final de la justice sur l’affaire US Biskra – USM Annaba de la saison passée. « S’agissant de l’affaire US Biskra – USM Annaba, la FAF ne peut intervenir pour le moment tant que la justice ne s’est pas prononcée de façon définitive et tant que le club plaignant n’a pas saisi le Tribunal arbitral du sport (TAS) », a-t-on précisé dans ce communique de la FAF qui fait savoir qu’elle « suit avec beaucoup d’attention et d’intérêt tout ce qui se passe sur la scène footballistique et rassure la famille du football national ainsi que l’opinion publique qu’elle interviendra en temps opportun en prenant les décisions qui s’imposent dans le strict cadre réglementaire que lui confèrent les lois en vigueur ».
07 Mai 2017 à 11:55
Zetchi s’engage à recruter un nouvel entraîneur pour les Verts dans un délai de 20 jours
Aussitôt après son élection par l’assemblée à la tête de la #FAF, avec 64 voix pour et 31 contre, Kheireddine Zetchi a animé une conférence de presse dans laquelle il est revenu sur les grands axes de son programme. Il a tout d’abord indiqué que le vote s’est déroulé en toute transparence, remerciant au passage les membres de l’AG. Pour ce qui est de ses objectifs en tant que nouveau président de la plus haute instance du #football national, la priorité de #Zetchi est de réhabiliter le football national, en revenant à la base qui est le football amateur. Il compte aussi lutter contre la corruption et la gabegie qui règnent dans le milieu footballistique. Concernant l’#équipe #nationale, Zetchi a révélé que le nouveau sélectionneur sera nommé dans 20 jours au plus tard. Ce sera un coach étranger qui s’établira à Alger en permanence. C’est l’une des conditions du nouvel homme fort de Dely-Brahim. Pour ce qui est de la composante des Verts, « c’est l’entraîneur qui la choisira », précise-t-il. Source www.tsa-algerie.com
20 Mar 2017 à 15:42
Raouraoua perdant sur toute la ligne
Comme un malheur n’arrive jamais seul, le président sortant de la #FAF Mohamed Raouraoua est en train de perdre ses postes de responsabilité dans les plus hautes instances du football. Raouraoua, qui était hier en course pour le poste de membre exécutif de la CAF, a reçu une nouvelle raclée. Cette fois-ci, son bourreau n’est autre que Fouzi Lekjaâ, président de la Fédération royale marocaine de football, qui a remporté la seule place mise en jeu pour la région Afrique du Nord. Les deux hommes étaient en course avec le Libyen Anwar El Tashani, mais ce dernier a préféré se retirer. S’en est suivie une bataille à deux qui s’est achevée sur une humiliation : 41-7 en faveur du Marocain. Chute libre #Raouraoua ne pensait sûrement pas vivre de tels moments dans sa carrière pourtant riche ; la chute semble plus douloureuse qu’il ne l’attendait. Après avoir été poussé à la porte de sortie ici en Algérie par le MJS, au point de ne plus songer à postuler même à travers des relais, il a mis toutes ses forces pour essayer de sauver la mise à l’échelle africaine. Il l’avait déclaré lors de la dernière AGO au CTN, mais les jeux étaient visiblement faits depuis bien longtemps. Son concurrent marocain notamment a tout manigancé. Aidé, il faut dire, par un soutien et un lobbying marocain très efficace, puisque l’Etat marocain, avide de retrouver le contrôle à l’échelle africaine, après l’avoir perdu en 2004, a mené une campagne en faveur de son candidat. En plus de la forte délégation dépêchée à Addis-Abeba avec le candidat, les ambassades marocaines auraient été aussi mobilisées, d’après certaines sources, pour « placer » le président de la Fédération marocaine dans ce bureau exécutif. Il vote Hayatou et perd l’autre bataille Ainsi, après avoir enchaîné plusieurs mandats, Raouraoua ne sera pas décideur à la #CAF au moins jusqu’en 2021. Il faut dire que même s’il avait été élu, il aurait été peut-être indésirable, car quelques minutes avant ce vote du comité exécutif, Ahmad Ahmad a asséné un premier coup de massue sur la tête d’El Hadj, puisque, selon nos sources, ce dernier a voté en faveur du vieux Camerounais,. Avec la défaite de #Hayatou et cette sortie sans gloire de Raouraoua, ainsi que d’autres membres à l’image du Malien Diakité, on peut dire que le foot africain est en pleine révolution ; une victoire sous forme de transition démocratique et de correction footballistique qui va avec l’air du renouveau soufflé par Infantino dès son installation à la tête de la FIFA. Election des membres du Comité exécutif (2017 – 2021) Zone Nord : Fouzi Lekjaa (Maroc), 41 voix, élu. Mohamed Raouraoua (Algérie) : 7 voix Zone Ouest A : Hassan Musa Bility (Liberia) : 26 voix, élu Amadou Diakité (Mali) : 22 voix Zone Ouest B : Amaju Melvin Pinnick (Nigeria) 32 voix, élu. Anjorin Moucharafou (Bénin) : 17 voix Zone Centrale : Adoum Djibrine (Tchad) élu, seul candidat Zone Centre-Est : Suleiman Hassan Waberi (Djibouti), au 2e tour après retrait de son adversaire. 1er tour : Suleiman Hassan Waberi (Djibouti) : 20 voix, Magdi Shams El Din (Soudan) : 12 voix, Juneidi Basha Tilmo (Ethiiopie) : 9 voix, Moses Magogo (Ouganda) 10 voix Zone Sud (2 postes) : Danny Jordaan (Afrique du Sud) : 35 voix, élu Rui Eduardo da Costa (Angola) : 25 voix, élu Frans Mbidi (Namibie) : 24 voix Poste femme : Isha Johansen (Sierra Leone) : 35 voix élue Lydia Nsekera (Burundi) : 12 voix Un 55e pays membre Autre fait notable de la 39e assemblée générale de la CAF tenue à Addis-Abeba le 16 mars 2017, l’admission, à l’unanimité, de Zanzibar comme 55e membre de la Confédération africaine de football. Source : www.competition.dz
17 Mar 2017 à 09:52
EN: Marif et Madjer ont-ils fait alliance contre Raouraoua ?
La polémique née après la dernière sortie du ministre des Sports lequel, avec des propos à peine voilés, invitera le président de la FAF, Mohamed Raouraoua, à démissionner de son poste. Alors que ce dernier se prononcera sur son avenir lors de l’assemblée générale de la #FAF, prévue le 27 février, même si tout indique qu’il ne briguera pas un autre mandat, dans les coulisses ça s’agite, laissant même croire que le vent a définitivement tourné et que les jours de l’actuel patron du #football national sont désormais comptés. Au même moment, la rumeur d’une élection d’un nouveau président enfle. Récemment, d’après une source autorisée, une réunion regroupant MM. Rachid Marif, Rabah #Madjer et un président d’un club algérois s’est tenue il y a quelques jours dans le bureau d’un homme d’affaires connu de tous. Que se sont-ils dits, et surtout qui et que peut réunir ces quatre hommes ? Sachant que #Marif est pressenti pour la succession de #Raouraoua, d’ailleurs quand l’information a été donnée par notre journal, l’ancien ambassadeur s’était empressé de faire un démenti, évoquant même son amitié avec Mohamed Raouraoua, toujours est-il qu’on a noté, dans ce démenti, que Rachid Marif n’a ni infirmé ni confirmé, ce qui laisse la voie ouverte à son éventuelle candidature à la présidence de la FAF. La présence de Rabah Madjer à cette réunion donne du crédit aux manœuvres lancées depuis la piteuse participation à la CAN du Gabon, contre l’actuel président de la fédération. En effet, il est de notoriété publique, que l’auteur de la fameuse talonnade en finale de la coupe d’Europe des clubs champions avec le FC Porto en 1987 est un farouche opposant de Raouraoua, qu’il égratigne publiquement à chaque fois qu’il est invité à parler sur la gestion du football national et plus particulièrement du dossier de l’équipe nationale. Pour ce qui est du président de club algérois, présent à cette réunion, même si nous ignorons pour le moment les raisons de sa présence à cette réunion, on a des raisons de croire qu’elles sont anodines, sinon, liées directement à un éventuel sponsoring de son club par cet homme d’affaires. En tout cas, au fil des jours, les intentions des uns et des autres deviennent plus claires, cela dit, quand Marif et ce président, considérés tous les deux comme des « amis » de Raouraoua, s’assoient à la même table, que son ennemi juré Rabah Madjer - notamment en cette période où les spéculations sur la succession du président de la FAF sont sur toutes les lèvres - est un signe révélateur. Le travail de coulisses est déjà entamé avant l’AGO et l’AG élective de la FAF… Ils ont commencé avant même que Raouraoua n’annonce officiellement son retrait de la FAF. Source : www.competition.dz
11 Fév 2017 à 10:22
CAN-2017 : Les coûts d’un fiasco
Favorite pour animer les premiers rôles lors de la 31e édition de la CAN, l’Algérie a quitté la compétition dès le premier tour. El Watan Week-end fait le point sur le coût financier de la participation des Verts. Combien a coûté la participation de l’équipe nationale à la CAN Gabon-2017 ? Difficile de le savoir avec précision. Cela relève, presque, du secret d’Etat. La FAF n’a jamais rendu public ce chapitre. Selon un ancien membre du bureau fédéral, «la Fédération ne lésine pas sur les moyens lorsqu’il s’agit de la CAN ou la Coupe du monde. Dans son désir de placer les joueurs dans les meilleures conditions elle n’est pas regardante sur le chapitre dépenses». Le budget prévisionnel pour la #CAN2017 tournait autour de 40, voire 45 milliards de centimes. Le budget était basait sur des estimations techniques optimistes, c’est-à-dire atteindre les demi-finales ou la finale. Malheureusement, l’aventure a tourné court. Les Verts ont joué 3 matchs et sont rentrés à la maison. Pour ces 3 matchs, la Confédération africaine de football (CAF) va remettre à la #FAF la coquette somme de 575 000 dollars. Une goutte d’eau dans le chapitre financier de la Fédération. Les premiers chiffres sont tombés. Pour les 3 matchs du premier tour, le déplacement et l’hébergement à Franceville ont coûté presque 10 milliards de centimes. L’affrètement d’un avion spécial a greffé en partie le budget destiné au voyage. Le voyage aurait coûté 3,5 milliards de centimes. La presse tunisienne, partie en guerre contre sa Fédération qui a refusé de transporter gratuitement les journalistes au Gabon, a indiqué que le déplacement des Aigles de Carthage s’est élevé à 1,5 milliard de centimes. Aucune commune mesure avec l’argent que la FAF a versé pour transporter les joueurs et la délégation au pays des Bango. Les dépenses se répartissent ainsi. Le stage d’avant-CAN Gabon-2017 a coûté la bagatelle de 3,5 millions de dinars, qui ont couvert le stage à Sidi Moussa qui a débuté le 2 janvier et s’est achevé le 12 du même mois. Le séjour de la Mauritanie à Alger dans le cadre des 2 matchs amicaux livrés contre les Verts a coûté l’équivalent de 724 millions de centimes. La FAF a aussi déboursé 6 millions de dinars pour couvrir le séjour de 15 personnes qui ont accompagné l’équipe nationale au Gabon et étaient à la charge exclusive de la FAF. Les 30 autres membres de la délégation ont été pris en charge par la CAF conformément au règlement de la compétition. Source www.elwatan.com
03 Fév 2017 à 17:02





Nous suivre
Annonce
PropellerAds
Vidéothèque

Les plus lues

Soufflet avec une pâte facile de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 22 Juin 2016 à 13:59

source : #Youtube #OumWalid 

Msemen à la farine le plus facile à faire de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 10 Oct 2016 à 10:55

Le secret pour réussir les msemens à la farine réside dans la pâte qu'il faudra bien travailler, type de farine et aussi dans le feuilletage,voir la vedio pour mieux comprendre le procédé. source : #youtube #OumWalid

Cake au Flan de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 04 Dec 2016 à 12:09

C'est un de mes desserts préférés je le fais vraiment souvent j'aime énormément sa texture bien fondante, vous pouvez choisir le goût que vous souhaitez chocolat, vanille, fraise ou caramel sans tarder voici la recette... source : #youtube #OumWalid

TIZI-OUZOU: La liste des bénéficiaires des logements sociaux dévoilée

Actualité - TIZI-OUZOU - 15 Nov 2016 à 18:15

Le chef-lieu de Tizi-Ouzou à connu une matinée particulièrement mouvementée, caractérisée par des coupures de routes au niveau de plusieurs quartiers et pour cause l'affichage de la liste des bénéficiaires des logements sociaux (Logement Public Locatif). Des citoyens qui ont postulé à cette formule et dont les noms ne figuraient pas sur liste ont barricadé plusieurs routes par des pneus en fumée provoquant des embouteillages dans le centre ville. Le fait de voir les attentes des protestataires prolongées ont fait tombé à l'eau toutes les tentatives des autorités locales pour essayer de calmer les esprits.

Sablé au halwa turc et cacahuètes

Elle Mag - Recettes - 28 Juin 2016 à 09:22

Ingrédients: pour environ 28 pièces (selon la taille de l'emporte-pièce) 250 g de beurre 125 g de halwa turc 50 g de sucre glace 2 jaunes d’œufs 1 paquet de levure chimique 1 càc de vanille 80 g de cacahuètes grillées et finement moulues Farine au besoin (environ 500g) Décoration: Environ 400 g de cacahuètes grillées et moulues 1 pot de confiture d'abricot Préparation: Battre le beurre avec le sucre puis ajouter la halwa turc et bien mélanger Ajouter les jaunes d’œufs un par un ensuite les cacahuètes moulues Ajouter la vanille puis la farine avec la levure jusqu'à obtention d'une pâte souple et lisse Laisser reposer la pâte un petit peu Étaler la pâte sur un plan de travail fariné à 5mm d'épaisseur Découper les sablés à l'aide d'un emporte-pièce ou un verre puis faire une ouverture au centre à l’aide d’un petit emporte pièce Faire cuire pendant environ 15 minutes à 180° Une fois les sablés refroidies, les rassembler en les collant avec de la confiture Badigeonner les sablés de confiture à l'aide d'un pinceau puis passer aux cacahuètes et décorer avec du chocolat fondu. source : fan-decuisine