Tag France | actu-algerie.com: Information et Actualité sur internet.





TAG France


Le soutien précipité de la France à Bouteflika
C'est avec une méconnaissance totale, ou une intention masquée, de l'environnement juridique des propositions du président Bouteflika que Jean-Yves Le Drian, en sa qualité de diplomate français, annonce son soutien, danc celui de la #France, à " la décision du président #Bouteflika par laquelle il annonce ne pas solliciter un cinquième mandat et prendre des mesures pour rénover le système politique ". Avant d'ajouter que " la France exprime l'espoir qu'une nouvelle dynamique à même de répondre aux aspirations profondes du peuple algérien puisse s'engager rapidement ".Ce qu'il ignore, ou fait semblant d'ignorer, c'est qu'au-delà du 28 avril, date d'expiration du mandat en cours, toute décision qui sera prise par président sortant est une, ou plutôt  énième, violation à la #constitution. Rappelons que seul le cas de guerre permet au président en fonction de proroger son mandat conformément à l'article 110 de la loi 16-01 du 6 mars 2016 portant révision de la constitution.
12 Mar à 12:46
Issad Rebrab se lance à la conquête du monde depuis la France
Quand l’audace rencontre la chance, cela donne lieu à des rendez-vous insoupçonnés. C’est ce qui s’est passé, ce mercredi 7 novembre, dans les Ardennes, l’un des dix départements les plus pauvres de France, où l’homme d’affaires Issad Rebrab a rencontré le président Emmanuel #Macron. Inspiré par un de ses cadres les plus proches, Kamel Benkoussa, natif de ce coin qui a accueilli une forte émigration algérienne, le patron de Cevital avait décidé d’inaugurer aujourd’hui même un projet industriel à Charleville-Mézières. Par chance, ça correspond à un moment où le chef de l’État français se pose dans cette ville dans le cadre de son “itinérance mémorielle” pour commémorer le centenaire de la fin de la Première guerre mondiale.La région qui a souffert du conflit est maintenant traversée par une crise sociale majeure née de la désindustrialisation. La venue de la fortune algérienne la plus célèbre d’Algérie est un baume sur cette plaie. Issad Rebrab va investir 250 millions d’euros dans ce site de 15 ha qui va abriter à terme cinq usines, avec à la clé la création à terme de plus de 1.000 emplois directs.“C’est un beau projet qui a vocation à créer à court terme des dizaines d’emplois”, a commenté l’Elysée, en précisant que l’État travaillait “depuis plusieurs mois avec Cevital afin de concrétiser un investissement dans le bassin d’emplois de Charleville-Mézières”. La visite du président dans cette usine a été ajoutée à la dernière minute à son agenda, a expliqué l’Elysée, afin de “marquer l’intérêt pour de tels projets” menés “de la part de groupes étrangers, incluant des technologies liées à la transition écologique et créatrices d’emplois”. L’Elysée y voit aussi un investissement “emblématique de la proximité économique entre la #France et l’Algerie”, pays dont Cevital est le premier groupe privé.Concrètement, il y aura dans un premier temps une usine de fabrication de membranes et de stations de production d’eau ultra pure, de dessalement d’eau de mer et de traitement des eaux industrielles en utilisant la #EvCon, une technologie allemande acquise par Cevital.Ce projet va donner au patron de #Cevital “une nouvelle dimension” parce qu’il va partir à la conquête du marché mondial, a commenté un de ses collaborateurs. L’industrie pharmaceutique et l’industrie agro-alimentaire auront besoin d’utiliser l’eau ultra pure et sont appelées à rénover l’ensemble de leurs équipements. Sans compter le dessalement d’eau de mer et le traitement des eaux industrielles, notamment dans le secteur de la pétrochimie.“Chaque baril de pétrole extrait entraîne avec lui quatre à cinq barils d’eau réinjectée le plus souvent dans le sous-sol”, a commenté M. #Rebrab. Rien qu’aux États-Unis, le traitement de ces eaux représente un marché de 32 milliards de dollars, selon lui.L’homme d’affaires aurait voulu tout produire en #Algérie et exporter depuis ce pays. Mais cela s’est révélé irréalisable “avec toutes les difficultés” rencontrées actuellement sur son chemin.
08 Nov 2018 à 08:24
Une violente charge de Bernard Bajolet contre le pouvoir algérien et Bouteflika
C'est une décantation qui risque de provoquer de nouvelles crispations entre #Alger et #Paris. Dans un entretien au Figaro de ce vendredi 21 septembre, #Bernard #Bajolet, ex-patron de la DGSE et ancien ambassadeur de #France à Alger, critique violemment le pouvoir algérien.Interrogé sur l’avenir des relations algéro-françaises, M. Bajolet affirme croire à une “évolution à petits pas. “Et c’est pour deux raisons” : “La première tient à un problème de génération. La nomenclature algérienne, issue ou héritière de la guerre d’Algérie, a toujours besoin de se légitimer en exploitant les sentiments à l’égard de l’ancienne puissance coloniale”.Bernard Bajolet poursuit : “La seconde raison est plus conjoncturelle : le président #Bouteflika, avec tout le respect que j’éprouve pour lui, est maintenu en vie artificiellement. Et rien ne changera dans cette période de transition”.Pour l’ancien chef de la DGSE, “si ouverture il y a, il faudra aussi qu’elle soit réciproque avec, entre autres choses, l’ouverture des archives du FLN”.Bernard Bajolet publie en France un livre “Le soleil ne se lève plus à l’Est” dans lequel il revient sur sa carrière de diplomate dans plusieurs pays, notamment l’Irak et l’Algérie.
21 Sep 2018 à 21:32
Festival Algérie en mouvement : Zoom sur les initiatives algériennes
Le Festival "Algérie en mouvement" se tiendra du 25 au 28 septembre à Paris.L’association Forum France-Algérieorganise la troisième édition du Festival ” Algérie en mouvement” qui se tiendra du 25 au 28 septembre à Paris.“Algérie en mouvement” a été initié en 2013 par l’association Forum France-Algérie, dont la mission est de promouvoir le vivre-ensemble entre les Franco-Algériens. Ce festival rassemblera des acteurs économiques, des artistes, et représentants de la société civile initiateurs de projets dans différents domaines pour partager leurs expériences et discuter des opportunités et difficultés qui existent en Algérie.Au programme de cette troisième édition; conférences, table ronde, success-stories, exposition, et projection de films.Dans le cadre de cette rencontre l’exposition “Vu d’Alger”  a débuté le 6 septembre et se poursuivra au 22 septembre à la galerie Jean-Luc et Takako Richard.L’ouverture des rencontres sera consacrée à la littérature. Des acteurs de l’édition littéraire en Algérie aborderont les contraintes et opportunités qu’ils rencontrent dans l’exercice de leur profession.La journée du 26 septembre sera placé sous le thème “Médias et réseaux Sociaux”. Les intervenants parleront de l’impact d’internet sur la vie des Algériens, l’évolution du paysage audiovisuel…etc.Parmi les intervenants de ce panel: Nazim Baya, (El Manchar), l’influenceuse et actrice Shirine Boutella, Mehdi Bouzid créateur du site Oued Kniss et bien d’autres.La journée du 27 septembre sera consacrée aux initiatives civiles, à travers la présentation de projets associatifs en Algérie. Cette journée sera également marquée par la projection de plusieurs courts-métrages notamment le docu-fiction “Enquête au paradis”, de Merzak Allouache en présence de Salima Abada, actrice principale.  “#Algérie #en #mouvement” sera clôturée le 28 septembre avec la projection des films de la sélection 2018 du Forum #France-#Algérie et la remise des Prix aux réalisateurs.
21 Sep 2018 à 21:31
Migration des étudiants algériens : L’hémorragie continue... 32 000 demandes de visa d’études en 2017
Chaque année, ils sont des milliers à solliciter les services du Centre culturel français (#CCF) pour les inscriptions au test de connaissance du français permettant l’entame des démarches pour un #visa d’#étude.Selon des statistiques rapportées par la presse, pas moins de 8 600 étudiants algériens ont accédé aux universités françaises en septembre 2017, alors que le nombre de demandes déposées en vue d’étudier en France avoisinait les 32 000, durant la même année, contre 28 000 dossiers en 2016. «La France est de loin le premier pays d’accueil des étudiants algériens poursuivant leur cursus à l’étranger.La France consacre à l’#Algérie son premier budget de coopération universitaire et de recherche : plus de deux millions d’euros», avait révélé l’#ambassade de #France. L’Algérie a la 3e communauté estudiantine en France, après la Chine et le Maroc. Selon des observateurs, ce rush devrait se poursuivre dans les années à venir à cause du chômage galopant qui affecte cette frange de la société qui arrive annuellement sur le marché du travail, mais aussi en raison de la situation socioéconomique et politique délétère que traverse le pays.Pour la majorité des étudiants, un visa d’études est la seule panacée pour s’installer dans ce pays connu et reconnu pour la qualité de son système d’enseignement, tandis que d’autres expliquent leur choix par leur désir d’améliorer leurs compétences.«Personne ne quitte volontairement un endroit où il fait bon vivre. De surcroît lorsqu’on laisse derrière soi des souvenirs qui nous ont marqués, façonnés, des amis d’enfance, de jeunesse et même des collègues de travail avec lesquels nous avons créé des relations d’amitié, et puis il y a la famille irremplaçable avec laquelle nous avons partagé les bons et les mauvais moments», nous dit l’universitaire et écrivain Ahcène Hédir, installé en France.Il témoigne: «Dans mon cas, ma première préoccupation était de découvrir un laboratoire qui pouvait adhérer et réaliser mon rêve. J’avais finalisé un projet de fin d’études à l’Ecole polytechnique d’Alger, après un stage dans une entreprise française située à Jijel. J’avais eu l’occasion d’élaborer un logiciel informatique qui pouvait prévoir et apporter des solutions aux glissements de terrain. Un problème récurrent dans plusieurs régions et de nombreux projets routiers et autres.J’avais donc demandé une bourse d’études qui m’a été refusée. Puis, je me suis résolu à aller en France où j’ai été hébergé par un ami pendant plus d’un mois, ce qui a rendu simples les démarches administratives et autres.» Mohammed Ouamrane, enseignant au département d’informatique de l’université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou, qui a fait ses études aux Etats-Unis avant de rentrer au bercail, où il a ouvert une école de formation privée dans les années 1990, nous confie : «Les étudiants veulent partir comme tout le monde car il y a un manque de perspectives, aucun avenir.Pas de travail, pas de logement. Puis, demander un visa d’études vous donne plus de chances d’être accepté. D’autre part, les étudiants pensent, souvent à raison, qu’une fois le diplôme français acquis, il sera alors possible de se faire une situation : trouver un travail, un logement. Les meilleurs étudiants sont plus ambitieux, ils veulent faire médecine, faire de la recherche. En effet, plusieurs de nos ex- étudiants occupent des postes assez importants.En particulier ceux qui suivent des études d’informatique et des technologies nouvelles. On a des anciens étudiants qui sont directeurs de labo de recherche, membre du CNRS, etc.» Il faut dire que malgré les difficultés rencontrées en France, nos diplômés n’ont pas hâte de rentrer au pays.Leur situation est particulière par rapport aux autres étudiants étrangers, a relevé le rapport 2017 de l’Organisation de la coopération et du développement économique (OCDE) sur le recrutement des travailleurs immigrés en France, qui souligne que «régis par l’accord franco-algérien de 1968, les étudiants de ce pays ne bénéficient pas des nouvelles dispositions facilitant le séjour des étudiants et leur maintien sur le territoire».Cet accord pénalise les étudiants algériens, les privant de plusieurs privilèges accordés à d’autres étudiants, notamment l’octroi de l’autorisation provisoire de travail qui semble limitée pour l’étudiant algérien.
20 Juin 2018 à 22:29
Visas pour la France : comment les rendez-vous VFS sont vendus au noir à Alger
En avril dernier, les services consulaires français d’Alger ont changé leur prestataire de service pour la réception des dossiers de demande de visas. Après de nombreux problèmes survenus avec l’ancien prestataire #TLS #Contact, c’est #VFS #Global qui a obtenu le marché et qui se charge depuis de recevoir les demandes de #visas qui sont traitées au consulat de #France à #Alger.Même si des sources consulaires ont assuré qu’une politique sécuritaire stricte a été adoptée par VFS pour « éviter que les problèmes qui se sont produits avec TLS ne se reproduisent », il semble que les pratiques de vente de rendez-vous aux demandeurs de visas les plus pressés soient toujours d’actualité et les Algériens du centre du pays ont plus de mal que jamais à obtenir ce précieux rendez-vous pour qui veut se rendre en France.Des officines qui agissent au vu et au su de tousLes officines proposant des rendez-vous « proches » au centre VFS d’Alger ne se cachent pas et agissent au vu et au su de tous. Que ça soit sur les réseaux sociaux ou sur Ouedkniss, les offres de vente de rendez-vous pullulent.Derrière ces offres, se cachent souvent des particuliers, des propriétaires de cyber-cafés ou des personnes travaillant de chez elles mais des agences de voyage algéroises ont également investi ce marché juteux.TSA est entré en contact avec plusieurs de ces officines. Certaines proposent des rendez-vous lointains. « Actuellement, nous avons des rendez-vous de libres à partir du 17 juillet, mais il est arrivé plusieurs fois que nous prenions un rendez-vous lointain pour un client et qu’on le lui rapproche en profitant de nouveaux créneaux ouverts sur le site », explique le responsable d’une agence de voyage qui a publié plusieurs offres sur Ouedkniss.D’autres officines, notamment des agences de voyage, proposent des rendez-vous plus proches. Une agence de voyage renommée à Alger propose le rendez-vous le plus proche qu’il a été possible d’obtenir, pour le 28 mai. Pour cette agence de voyage, ce rendez-vous distant de 11 jours est un « rendez-vous express », une offre « imbattable ».« Le 28 c’est très proche et si ça ne vous plaît pas, vous pouvez aller voir sur le site VFS, vous ne trouverez pas mieux », a affirmé la responsable d’une agence de voyage d’Alger.
21 Mai 2018 à 22:25
Le Coran est-il antisémite ?
Fin avril, 300 personnalités ont dénoncé dans une tribune le « nouvel antisémitisme » et demandé l'abrogation de versets coraniques. Pour l'islamologue franco-marocain Rachid Benzine, il n’y a pas à vouloir leur « mise à l’écart », voire à les « condamner à mort » : il faut relier ces versets à leur contexte d’énonciation et en faire une lecture renouvelée.Tribune. Les Juifs de France vivent de nouveau dans la peur. Les assassinats aux motivations antisémites qui se sont succédé ces dernières années (calvaire du jeune Ilan Halimi torturé à mort en 1996 en région parisienne par le « gang des barbares », enfants et enseignant juifs exécutés à Toulouse en 2012 par le terroriste Mohamed Merah, clients de l’Hyper Cacher de la porte de Vincennes tués en 2015 par d’autres terroristes, défenestration de la sexagénaire Sarah Halimi en 2017 à Paris, puis meurtre, en mars 2018, toujours à Paris, de l’octogénaire Mireille Knoll) ont réveillé les pires souvenirs du temps qui a précédé et accompagné la Shoah.Pour eux, point de doute : l’antisémitisme ressurgit à travers des acteurs nouveaux – les jeunes musulmans des banlieues –, et avec des éléments de langage qui n’appartiennent plus à l’ancien antijudaïsme chrétien ni à la rhétorique raciste d’extrême droite, mais à l’islam fondamentaliste.Pour dénoncer haut et fort cette situation, une tribune signée par quelque 300 personnalités a été publiée le 22 avril dans les colonnes du Parisien Dimanche, et un livre collectif intitulé Le Nouvel Antisémitisme en France vient de paraître aux éditions Alain Michel. Des critiques se sont aussitôt élevées contre le contenu de cette tribune, en particulier parce que ses auteurs y demandent que « soient frappés d’obsolescence [par les autorités théologiques musulmanes] les versets du Coran appelant au meurtre et au châtiment des Juifs, des chrétiens et des incroyants ».Stigmatisation injuste et dangereuse de l’islam et des musulmans ?Beaucoup dans la communauté musulmane ont vu dans ce texte une stigmatisation injuste et dangereuse de l’#islam et des #musulmans, et les réactions indignées n’ont pas manqué.La question mérite en tout cas d’être posée : est-on vraiment en présence d’un « nouvel #antisémitisme » aux racines coraniques, dont les jeunes musulmans de #France seraient les principaux protagonistes ? Les phénomènes à l’œuvre depuis plusieurs années appellent un discours capable de prendre davantage en compte leur complexité. Juifs et musulmans, en France, constituent deux minorités dont chacune porte un lourd poids de souffrances héritées du passé. Au temps de la colonisation, la République française a traité différemment les uns et les autres, octroyant en 1870 (décret Crémieux) la citoyenneté aux Juifs d’Algérie, mais la refusant aux « sujets » musulmans de ce pays. Ont suivi l’exode des uns, l’émigration des autres vers l’Hexagone.Depuis la fin de la guerre d’Algérie, ces deux minorités à la réalité démographique inégale (600 000 Juifs, et à peu près dix fois plus de musulmans) se ressentent comme concurrentes (concurrence des mémoires, concurrence sur la place des uns et des autres dans la société, concurrence sur les stigmatisations) et ne cessent de se comparer, parfois de se jalouser.En raison de la tragédie israélo-palestinienne, qui éveille chez chacune des deux minorités des solidarités opposées, les regards dépréciateurs des uns envers les autres se sont accentués, entretenant une culture de l’animosité. Jusque-là, donc, rien de particulièrement « religieux ».Pour une lecture renouvelée des versets coraniquesCette rivalité-animosité entre Juifs et musulmans (on pourrait, en l’occurrence, parler de « Maghrébins » ou de « Franco-Maghrébins » plutôt que de « musulmans ») rappelle beaucoup les relations conflictuelles entre Juifs et Noirs pauvres aux États-Unis depuis la fin des années 1960.En demandant que soient déclarés « obsolescents » certains versets coraniques, les signataires du manifeste se sont laissés prendre au piège d’une lecture littéraliste anachroniqueLa dimension religieuse, cependant, vient surcharger le conflit, tout particulièrement en ce temps de réveil des identités religieuses et de succès des courants fondamentalistes. Dans certaines mosquées de France, à l’image de ce qui se passe à une grande échelle dans beaucoup de pays arabes, des imams irresponsables et haineux brandissent des versets du Coran arrachés de leur environnement littéraire autant que de leur contexte historique, ainsi que des hadiths dont la recevabilité est contestable qui maudissent les Juifs. Dès lors, la haine des Juifs deviendrait un devoir sacré ! D’où le sentiment qu’il existerait un « antisémitisme musulman » qui serait congénital à l’énonciation coranique des origines ! En demandant que soient déclarés « obsolescents » certains versets coraniques, les signataires du manifeste paru dans Le Parisien Dimanche se sont laissés prendre au piège d’une lecture littéraliste anachronique, la même que celle que font ceux dont ils dénoncent le discours !Pour s’attaquer à pareils dévoiements des textes fondateurs et nourriciers de l’islam et les prévenir, il est urgent que tout le monde – musulmans et non-musulmans – s’attelle à une lecture nouvelle de ceux-ci, prenant en compte les changements de contextes, les manières de lire, de penser et de croire des différentes époques.Il n’y a pas à vouloir la « mise à l’écart » de certains versets coraniques : il faut les relier à leur contexte d’énonciation et, pour les croyants, travailler à s’en saisir autrementAinsi, dans le Coran, on trouve à la fois des passages positifs sur « les fils d’Israël » et des malédictions contre des tribus juives. Mais, justement, pour le livre saint de l’islam, il ne s’agit pas « d’antisémitisme » (ce concept, forgé au XIXe siècle, n’existait pas encore !), de racisme anti-Juifs ni même de condamnation de type théologique (à l’instar de l’anti­judaïsme chrétien multiséculaire), mais plutôt de traces de conflits très politiques entre le prophète Mahomet et les tribus juives qui avaient adhéré à un pacte d’alliance avec lui avant de l’abandonner, voire de le trahir. Il n’y a donc pas à vouloir la « mise à l’écart », voire à « condamner à mort » certains versets coraniques : il faut les relier à leur contexte d’énonciation et, pour les croyants, travailler à s’en saisir autrement que cela a pu être fait à d’autres périodes de l’histoire des hommes.En passant trop tardivement de « l’enseignement du mépris » à « l’enseignement de l’estime » en ce qui concerne les Juifs, l’Église catholique n’a pas supprimé certains passages de l’Évangile de Jean qui semblaient condamner les Juifs : elle en a fait une lecture renouvelée.
12 Mai 2018 à 20:30
DIRECT. Prise d’otages en France : au moins deux morts (actualisé)
15h00. Fin du Direct.14h46. Le preneur d’otages a été tué par les forces de l’ordre (proches enquête).14h28. Le bilan s’alourdit : trois morts, deux blessés dans les attaques à Carcassonne et Trèbes (sources proches de l’enquête citées par l’AFP).13h50. Un Marocain suivi pour radicalisation soupçonné d’être le preneur d’otages.13h23. Le Premier ministre français Edouard Philippe a indiqué vendredi que tout laisse “à penser” que la fusillade suivie d’une prise d’otages près de Carcassonne était “un acte terroriste”, s’exprimant lors d’une visite à Mulhouse (nord) qu’il a décidé d’écourter.“La section antiterroriste du parquet de Paris a été saisie et toutes les informations dont nous disposons au moment où je vous parle laissent à penser qu’il s’agirait d’un acte terroriste”, a déclaré M. Philippe, précisant que le “pronostic vital” d’un policier blessé n’était pas engagé, mais se refusant à évoquer le bilan de la #prise d'#otages.12h57. Au moins deux personnes sont mortes vendredi lors de la prise d’otages dans un #supermarché de la localité de #Trèbes (sud de la #France), selon un bilan provisoire, a déclaré à l’AFP une source proche du dossier.“Une grande partie des employés et des clients du Super U ont réussi à prendre la fuite. Un officier de la gendarmerie en service est actuellement au contact du preneur d’otages”, a ajouté cette source.12h50. Au moins deux personnes ont été tuées dans la prise d’otages ce vendredi matin lors de la prise d’otages dans un supermarché à Trèbes dans le sud de la France, selon un bilan provisoire.Une prise d’otages était en cours vendredi dans un supermarché de Trèbes, près de Carcassonne dans le sud de la France, par un individu se réclamant du groupe État islamique (EI), selon les autorités judiciaires.Selon une source proche du dossier, un policier a par ailleurs été blessé par balle à #Carcassonne.
23 Mar 2018 à 13:34
Lancement du site "les Expertes Algérie" le 8 mars
l’Ambassade de France en Algérie, en partenariat avec le groupe Egaé, lancera le site internet "#Les #Expertes #Algérie" ce mercredi 8 mars, qui recensera plusieurs centaines de femmes chercheuses, professionnelles et responsables d'associations algériennes, rapporte un communiqué de l'ambassade. Le site des "Expertes Algérie" sera un outil à destination des journalistes pour faire progresser la place des femmes dans les médias. Chaque experte disposera d’une fiche personnelle comprenant sa biographie résumée, ses publications mais également ses passages médias. La fiche inclura également le numéro de portable et le mail personnel de l’experte, accessibles via une accréditation. Chaque semaine, le site proposera 4 expertes à la Une, en fonction des sujets d'actualité.A LIRE AUSSI:  La sociologie algérienne Lazreg Marnia distinguées à  New-York pour ses travaux académiques  Dès aujourd’hui, à l'occasion de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles, l’#Ambassade de #France en €Algérie et le groupe #Egaé lancent le recensement des chercheuses, professionnelles et responsables d'associations algériennes qui seront inscrites sur le site, via le site internet.
07 Mar 2018 à 22:18
Une attaque vise l’ambassade de France et l’Institut français au Burkina Faso
Les #attaques vendredi matin dans la capitale burkinabè visent l’#ambassade de #France et l’institut français, selon un message posté sur la page Facebook de l’ambassade.“Attaque en cours à l’ambassade de France et à l’Institut français. Restez confinés là où vous êtes”, indique ce bref message, posté peu avant 11h GMT.
02 Mar 2018 à 21:30





Nous suivre
Annonce
PropellerAds
Vidéothèque

Les plus lues

Soufflet avec une pâte facile de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 22 Juin 2016 à 13:59

source : #Youtube #OumWalid 

Msemen à la farine le plus facile à faire de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 10 Oct 2016 à 10:55

Le secret pour réussir les msemens à la farine réside dans la pâte qu'il faudra bien travailler, type de farine et aussi dans le feuilletage,voir la vedio pour mieux comprendre le procédé. source : #youtube #OumWalid

Cake au Flan de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 04 Dec 2016 à 12:09

C'est un de mes desserts préférés je le fais vraiment souvent j'aime énormément sa texture bien fondante, vous pouvez choisir le goût que vous souhaitez chocolat, vanille, fraise ou caramel sans tarder voici la recette... source : #youtube #OumWalid

TIZI-OUZOU: La liste des bénéficiaires des logements sociaux dévoilée

Actualité - TIZI-OUZOU - 15 Nov 2016 à 18:15

Le chef-lieu de Tizi-Ouzou à connu une matinée particulièrement mouvementée, caractérisée par des coupures de routes au niveau de plusieurs quartiers et pour cause l'affichage de la liste des bénéficiaires des logements sociaux (Logement Public Locatif). Des citoyens qui ont postulé à cette formule et dont les noms ne figuraient pas sur liste ont barricadé plusieurs routes par des pneus en fumée provoquant des embouteillages dans le centre ville. Le fait de voir les attentes des protestataires prolongées ont fait tombé à l'eau toutes les tentatives des autorités locales pour essayer de calmer les esprits.

Sablé au halwa turc et cacahuètes

Elle Mag - Recettes - 28 Juin 2016 à 09:22

Ingrédients: pour environ 28 pièces (selon la taille de l'emporte-pièce) 250 g de beurre 125 g de halwa turc 50 g de sucre glace 2 jaunes d’œufs 1 paquet de levure chimique 1 càc de vanille 80 g de cacahuètes grillées et finement moulues Farine au besoin (environ 500g) Décoration: Environ 400 g de cacahuètes grillées et moulues 1 pot de confiture d'abricot Préparation: Battre le beurre avec le sucre puis ajouter la halwa turc et bien mélanger Ajouter les jaunes d’œufs un par un ensuite les cacahuètes moulues Ajouter la vanille puis la farine avec la levure jusqu'à obtention d'une pâte souple et lisse Laisser reposer la pâte un petit peu Étaler la pâte sur un plan de travail fariné à 5mm d'épaisseur Découper les sablés à l'aide d'un emporte-pièce ou un verre puis faire une ouverture au centre à l’aide d’un petit emporte pièce Faire cuire pendant environ 15 minutes à 180° Une fois les sablés refroidies, les rassembler en les collant avec de la confiture Badigeonner les sablés de confiture à l'aide d'un pinceau puis passer aux cacahuètes et décorer avec du chocolat fondu. source : fan-decuisine