Tag ait | actu-algerie.com: Information et Actualité sur internet.





TAG ait


Le siège du FFS est attaqué, Laskri pointé du doigt
Des individus cagoulés, armés de sabres et de bombes lacrymogènes ont fait irruption au #siège du Front des Forces Socialistes (#FFS) à Alger le jeudi 18 avril au environ de 19h 30 mn. Les militants ayant été présents sur les lieux ont cédé les lieux sous la menace des "baltaguias", tels que qualifiés dans un communiqué.La bande serait « conduite par Lounes Moussi, un militant de la section de Draâ Ben Khedda (dans la wilaya de Tizi Ouzou) » qui ont tenté de s’en prendre physiquement à « la personne du membre de l’instance présidentielle, madame TAIATI HAYET devant les cadres du parti qui ont pris sa défense », a ajouté la même source.Voir la vidéo sur Des individus ont attaqué le siège du FFS à Alger Après avoir détruit des documents officiels du parti, et occasionné des dégâts matériels considérables la bande de "baltaguias" ont fuit les lieux à 3h du matin, grâce aux militants qui se sont rendus que les lieux juste après que l'information ait été répondue. Dans le même communiqué le plus vieux parti d'opposition « considère que cet acte criminel est commandité par #ALI #LASKRI révoqué par le conseil national du 13 avril 2019 et lui porte toute la responsabilité ».Pour rappel, Ali Laskri est accusé par le parti, qui compte déposer plainte auprès des tribunaux compétants, de sortir de la ligne directrice du parti en d'avoir tenue des reunions secrètes avec pouvoir. Le parti du feu #Hocine #Ait #Ahmed traverse une crise sans précédente au sein de la haute instance. Quelle en serait l'issue ? 
19 Avril à 19:50
Mon pays, c'est Aït-Hichem
D’ailleurs, si le tapis de Aït-Hichem est connu et reconnu, c’est surtout grâce à l’énergie et à la ténacité de celle que tout le monde appelait Nana Taous.Les amitiés sont parfois électives, parfois nécessaires, mais leurs voies sont souvent mystérieuses.  Elles nous permettent de nous connaître à travers cet autre, un moment étranger, et qui, par la magie de l’amitié, devient, ou détient, une part de nous-mêmes, la meilleure sans doute.  Elles nous mènent là où même notre imagination n’oserait s’aventurer. Seule l’amitié unit les contraires : l’eau et le feu, le rouge et le noir, le catéchumène et l’énergumène .Lorsque mon ami Saïd m’appelle, je pense toujours que c’est  pour une virée en Kabylie. C’est grâce à lui que j’ai découvert de façon plus profonde cette région emblématique. Son village natal est devenu mon village d’adoption. Je m’y sens de plus en plus chez moi, plus les lieux me deviennent familiers.#Aït-#Hichem est perché à plus de mille mètres d’altitude. Là-haut, c’est air pur assuré et panorama splendide. Quand, en plus, vous arrivez d’Alger, le bonheur est absolu. Juste après #Tizi-#Ouzou commence l’ascension : route en lacets jusqu’à destination. Les routes sont bonnes et les paysages apaisants.Trois itinéraires s’offrent à nous : celui qui passe par Larba Nath Iraten , puis Aïn-el-Hammam, est le plus connu. La nouvelle grande rocade qui relie Tizi-Ouzou à Yakouren nous en offre deux autres :  par Mekla qui a souvent notre faveur ou par Azazga quand nous prenons notre temps. Aït-Hichem est un véritable carrefour et sa rue commerçante de Sebt y gagne en animation et en activité.Le village est connu pour son tapis et chaque année une grande fête lui est consacrée. Le tapis aux losanges jouit d’une certaine notoriété et les tisseuses sont réputées aussi bien pour leur art que pour leur caractère bien trempé. Mais d’après ce que je sais et ce que j’ai vu, toutes les femmes de là-haut ont du caractère. D’ailleurs, si le tapis de Aït-Hichem est connu et reconnu, c’est surtout grâce à l’énergie et à la ténacité de celle que tout le monde appelait Nana Taous. C’est elle qui a donné au tapis d’ Aït-Hichem ses lettres de noblesse, surtout en tant qu’enseignante en tapisserie.C’est en 1892 qu’est construite la première école laïque  pour jeunes filles, consacrée à l’enseignement du tissage. C’est la plus ancienne école de filles de Kabylie.La coexistence paisible de la tradition et de la modernité se remarque quotidiennement dans les rues commerçantes  d’Aït-Hichem et de Aïn-el-Hammam  : femmes en tenue kabyle traditionnelle et jeunes filles habillées selon les dernières modes européennes, le tout dans une grande sérénité.A Aïn-el-Hammam, on se surprend à vouloir acheter sans raison tant les vendeurs vous témoignent du respect, dans la convivialité. Ils ne sont pas avares en formules de politesse et gestes bienveillants. L’acte d’acheter ou pas se fait sans contrainte. C’est vraiment “le doux commerce” cher à Montaigne, la relation pacifique et de coopération.L’hiver à Aït-Hichem est rude et il neige en abondance. Mais l’arrivée du gaz a rendu la vie de la population  plus facile et les visites des “expatriés” plus courantes en cette saison.C’est à Aïn-el-Hammam par contre que nous avons nos habitudes de restauration. Aïn-el-Hammam que nous rejoignons par un chemin très agréable, désormais goudronné, et que nous appelons entre nous “le chemin des cèdres” parce que ce fût une découverte pour nous de voir tous ces arbres merveilleux et en si grand nombre. On déjeune presque toujours  “Au bon vivant” : on y mange bien et l’accueil très sympathique. En fait, tous les visages redoublent de sympathie envers moi quand mon ami Saïd raconte, comme à son habitude et à qui veut l’entendre, dans un kabyle gothique dont je ne comprends pas un traitre mot, que je représente un de ces Arabes colonisateurs, venu du fond de l’Arabie pour occuper nos terres.Aït-Hichem, c’est en réalité l’union indéfectible entre Aït le Berbère et Hichem l’Arabe, du moins si l’on se fie à son prénom. Ils sont montés si haut juste pour célébrer leur union, prenant Dieu et la nature pour témoins.  Et n’en déplaise aux idéologues de tous bords, ils sont là depuis longtemps et pour longtemps. Ils se rient de nos querelles éphémères ou stériles. Ils se réjouissent de nos rencontres et de nos débats, toujours passionnés, parfois tumultueux, mais jamais insincères.Mais le régime politique algérien a verrouillé les choses dès l’indépendance, avec le fameux discours de Ben Bella qui a laissé sur la touche une grande partie de la population, la plus authentique, mais aussi beaucoup d’autres minorités. Un tel discours ne peut bien sûr que susciter une surenchère de la part de ceux qui se sont considérés comme ostracisésIl ne peut y avoir de frontière entre berbères et arabes, car selon la lettre de Kateb Yacine à Gabriel Audisio ”...le dialecte kabyle s’est sensiblement “arabisé” avec le temps, tandis que l’arabe se “berberisait”.Cette interaction a donné l’arabe algérien, appelé coquettement par certains la “daridja”, dont la consonance ne fait pas du tout derja.Kateb Yacine  conclut ainsi sa lettre  : “Mais ce qui est vrai, c’est que Berbère et Arabes sont définitivement mêlés en Algérie, depuis quatre siècles au moins”.Depuis, notre connaissance historique a progressé. Nous savons que dans sa très grande majorité, l’Algérie est peuplée de Berbères et que l’évolution linguistique se diversifiait selon la proximité des villes, plus ouvertes à l’influence de la langue arabe. En sillonnant la Kabylie, on comprend mieux comment la tradition, les coutumes et la langue ont été préservées.La Kabylie apparaît avant tout comme une constellation de villages, abstraction faite des agglomérations administratives et commerçantes créées principalement depuis l’indépendance. Le village est le creuset de la culture ancestrale, où prédominent les relations agnatiques, c’est-à-dire la parenté par les mâles, garante de la transmission héréditaire de la propriété de la terre et rempart contre l’étranger au village.Au fait, comment appelle-t-on les habitants d’Aït-Hichem ?
12 Dec 2018 à 21:37
Santé : le tabagisme, un des principaux facteurs déclencheurs du cancer de la prostate
Le président de l’Association algérienne d’urologie (AAU), Dr Mohamed Harouni a estimé, vendredi à Alger, que le #tabagismecomptait parmi “les principaux facteurs” déclencheurs du cancer de la prostate et de la vessie.Dr Harouni a exhorté, en outre, les médias à participer aux campagnes de sensibilisation au dépistage précoce du cancer de la prostate, à l’instar de ce qui se fait pour le cancer du sein, précisant qu’“il s’agit d’une opération très simple se limitant à des analyses de sang”.Intervenant en marge du 14e Congrès national d’urologie, Dr Harouni a affirmé que le tabagisme comptait “parmi les principaux facteurs” déclencheurs du #cancer de la #prostate et de la vessie qui occupe en Algérie la troisième place après le cancer des poumons et colorectal.Il a appelé, à cet égard, les pouvoirs publics à renforcer les actions de prévention et à interdire le tabac, notamment dans les espaces publics, à travers l’application des mesures coercitives, prévues dans la nouvelle loi sur la Santé en matière de lutte contre ce fléau.Pour sa part, Dr Ahmed Djeddaï a insisté sur l’importance d’intensifier les campagnes de sensibilisation pour convaincre un maximum de citoyens d’effectuer le dépistage précoce du cancer de la prostate, ajoutant qu’en dépit du progrès réalisé en termes de traitement et de prise en charge des patients, la prévention demeure le meilleure moyen de lutte contre les différents types de cancer”.L’objectif de ce rendez-vous scientifique, prévu du 7 au 8 décembre, avec la participation de plus de 700 spécialistes d’Algérie et d’Europe est de renforcer la formation continue et de favoriser l’échange d’expertise entre les spécialistes pour améliorer la qualité de traitement.
08 Dec 2018 à 09:48
MOURAD ZEMALI ALERTE SUR LES DIFFICULTÉS DE LA CNR “Le déficit atteindra 580 milliards de dinars à fin 2018”
Le ministre du Travail a expliqué que si rien n’est fait pour rééquilibrer la situation financière de la Caisse de #retraite, son déficit atteindra plus de 1 000 milliards de dinars en 2030.Le déficit abyssal dans lequel se débat la Caisse nationale de retraite a été au centre de la visite effectuée jeudi par le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Mourad Zemali dans la wilaya de Sidi Bel-Abbès. Le ministre a révélé, au cours du point de presse tenu au siège de la wilaya, que le déficit en question atteindra les 580 milliards de dinars à fin 2018 et plus de 1 000 milliards de dinars en 2030. “Actuellement, en raison d’un tiers de travailleurs qui sont sortis à la retraite avant l’âge de 60 ans, cette perte est de l’ordre de 550 milliards de dinars. Cela a causé une baisse des cotisations et une augmentation des dépenses. D’ici à la fin de l’année en cours, le déficit atteindra les 580 milliards de dinars et à plus de 1 000 milliards de dinars en 2030”, a-t-il affirmé. À ce propos, il a souligné, à titre d’exemple, que dans la wilaya de Sidi Bel-Abbès, il y a 76 000 travailleurs, soit 51% des travailleurs dont l’âge se situe entre 52 et 53 ans qui ont bénéficié de la retraite anticipée et proportionnelle. Ce qui explique, selon lui, que “les paramètres de calcul de la pension actuellement en vigueur, n’arrangent pas l’équilibre financier du système de retraite, auquel s’ajoutent le cas des non-affiliés, l’informel, la non-déclaration et dans l’immédiat, il est impossible de réduire ce déficit”. En réponse à une question de Liberté au sujet de la titularisation des jeunes ayant bénéficié du dispositif Diap dans l’administration publique, M. Zemali a indiqué qu’elle ne relève pas de son département, qui, selon lui, n’est qu’un intermédiaire. “Dans le secteur économique, tout se déroule normalement. En revanche, dans le secteur administratif tout est régi par le statut général de la Fonction publique, notamment le recrutement par voie de concours et ce qui complique la procédure de confirmation de cette catégorie de jeunes en pré-emploi. D’ailleurs, c’est pour cela qu’on a réduit le nombre de placements dans l’administration publique, jusqu'à ce que ces travailleurs en situation d'emploi temporaire soient titularisés”, a-t-il expliqué. Quant à la contractualisation des soins entre l'hôpital et les cliniques privées prestataires et les caisses de sécurité sociale, il a signalé qu’il sera procédé à la quantification de l’acte de soins “pour permettre à la #Cnas de rembourser les frais exacts”. Abordant la question des congés de maladie, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale a estimé qu’il y a de l’abus dans la délivrance des congés de maladie. “Il faut alerter l’ordre des médecins et passer à la sanction car la loi est claire là-dessus. Ce n’est pas normal et comme vous le savez, on a plus de 14 millions de journées indemnisées par la Cnas, soit des milliards de dinars et là, le citoyen est responsable. Idem pour la fraude et l’abus d’utilisation de la carte Chifa”. Et d’ajouter : “En ce sens, il faut intensifier le contrôle, le suivi administratif et l’application de la réglementation. Il faut que le citoyen sache que ces pratiques individuelles et illégales vont se transformer en un fleuve qui va mettre en péril le système de la sécurité sociale et ce sont les citoyens qui, en fin de compte, en subiront toutes les conséquences. Aussi, pour lutter contre l’informel, la carte Chifa sera exigée au niveau des hôpitaux.” Par ailleurs, Mourad Zemali qui a eu à s'enquérir lors de cette visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Sidi Bel-Abbès, de l’état d'avancement des projets en cours de réalisation, notamment le chantier du nouveau centre régional de l’Office national d'appareillage et accessoires pour personnes handicapées (Onaaph), où il a constaté un retard par rapport aux engagements déjà pris par l’entreprise de réalisation, a instruit cette dernière pour l’accélération de la cadence des travaux. “Il faut que vous sachiez que ce projet est régional et il a une dimension humaine car il est destiné aux personnes aux besoins spécifiques. Il faut qu’il soit livré d’ici au mois de décembre prochain. Une fois opérationnelle, cette unité produira les appareils orthopédiques, les poches pour les personnes stomisées et les prothèses auditives”, a-t-il rappelé.
01 Sep 2018 à 13:55
Décès de l'animateur radio Yazid Aït Hamadouche
L’animateur à la Chaîne III, #Yazid #Aït #Hamadouche, est décédé ce mardi 28 août 2018 à Alger, a annoncé la Radio algérienne.Connu notamment pour avoir animé l’émission “Serial Tagueur” puis “Menthe à l’eau”, Yazid, paraplégique, est décédé à la suite d’une complication chirurgicale au CHU de Kouba, à Alger.Il souffrait d’une occlusion intestinale. Son décès a suscité une vive émotion chez ses collègues, ses confrères et surtout ses fans.Ils rendent massivement hommage sur les réseaux sociaux depuis l’annonce de son décès, témoignant de son courage, son travail, son charisme et sa personnalité.Le ministère de la Culture a également présenté ses condoléances aux proches de l’animateur dans un communiqué publié sur son site web. 
28 Aoû 2018 à 23:58
GUERRE DES CLANS POUR LE CONTRÔLE DU FFS Jugurtha Aït Ahmed se mobilise contre Laskri
A l’approche du congrès extraordinaire du parti, la guerre intestine fait rage au #FFS.Alors que le parti, fondé par Aït Ahmed en 1963, a tenté de montrer une relative cohésion après le décès de son zaïm en 2015, le pacte signé entre les différents groupes qui composent le FFS s’est fissuré en avril dernier lorsqu’Ali Laskri avait imposé la tenue d’un congrès extraordinaire. C’était l’occasion pour l’ancien premier secrétaire, soutenu dans les coulisses par le très influent Mohand-Amokrane Chérifi, de démontrer sa capacité à manœuvrer. L’organisation d’une élection – qui n’était pas du tout prévue – pour désigner les membres de l’instance présidentielle du parti a brouillé les pistes des cadres qui géraient le parti dans l’ombre. À commencer par des proches de l’ancien président disparu, Hocine Aït Ahmed.#Jugurtha #Aït #Ahmed, le fils aîné de l’ancien zaïm, militant de l’ombre depuis de longues années, est sorti de l’ombre au décès de son père. Lors de la crise qui a suivi la démission d’#Ali #Laskri en février dernier, ce journaliste de profession a tenté de peser dans la balance. Il s’était exprimé publiquement contre la tenue d’un congrès extraordinaire. Son avis n’a pas été pris en considération. Mais des militants n’ont pas hésité à critiquer publiquement cette intrusion. Surtout que l’homme n’a aucune responsabilité au sein du parti. “Il s’exprime en tant que militant”, défend un de ses soutiens. Quatre mois après cela, Jugurtha Aït Ahmed revient au-devant de la scène. Il publie, sur sa page facebook, un post pour déclarer publiquement son soutien à une autre figure controversée du parti, à savoir la journaliste Salima Ghezali. “(…) Salima Ghezali (…) a été une conseillère politique de mon père, choisie et appréciée par lui pour la finesse de ses analyses, jalousée par quelques apparatchiks sans envergure”, écrit Jugurtha Aït Ahmed. Jusque-là, l’adresse peut s’avérer normale. Mais il poursuit sa plaidoirie en suggérant carrément un rôle plus important à la récipiendaire du prix Sakharov. “Elle est la personnalité au sein du parti qui peut garantir et préserver, aujourd’hui, les idéaux et la ligne politiqueédifiée par Hocine Aït Ahmed”, écrit-il.Pour Jugurtha Aït Ahmed, la référence à la “ligne politique” de Hocine Aït Ahmed renvoie, en réalité, à l’évocation, dans la première partie du texte, des “apparatchiks sans envergure”. La tirade est destinée à Ali Laskri et son entourage, notamment Mohand-Amokrane Chérifi, que les militants soupçonnent d’être le véritable président du parti depuis quelques mois. “Il y a un putsch au FFS orchestré par les services et exécuté par Chérifi”, explique, sans ambages, un ancien haut cadre du parti. À la question de savoir ce que fait Jugurtha Aït Ahmed dans ce débat entre militants du FFS, notre interlocuteur soutient que le journaliste, qui réside et travaille en Suisse, est “juste un témoin” des activités du zaïm disparu. De son côté, Salima Ghezali fait profil bas. Depuis son élection députée d’Alger à l’APN, elle n’a effectué aucune intervention publique, se limitant à d’épisodiques contributions dans le journal du parti Libre Algérie. La dame a longtemps fait partie du “cabinet noir” qui entourait Hocine Aït Ahmed durant de longues années. Mais elle pèche par le manque de relation organique directe avec le parti. Autour du zaïm, elle a longtemps fait équipe avec Jugurtha Aït Ahmed et les Baloul (Aziz et Karim) qui ont un lien familial direct avec Aït Ahmed. Ce qui a procuré au groupe une influence considérable sur les structures du parti. Leur poids était tellement important qu’ils pouvaient même supplanter les décisions des secrétaires nationaux en poste à différentes périodes.En tout cas, la rentrée politique de septembre risque d’apporter une nouvelle purge au sein du parti qui connaît des purges à chaque fois qu’une échéance organique approche. Des noms qui ont marqué la vie de ce parti risquent d’être mis sur la touche.  
14 Juil 2018 à 18:26
DISTRIBUTION DU LAIT EN SACHET De nouvelles règles pour les transformateurs
Les responsables des laiteries sont désormais tenus de présenter un document détaillant les quantités produites et distribuées sur lequel figureront les cachets apposés par les distributeurs dans le but de définir le circuit réel du lait subventionné.Pour réduire un tant soit peu les perturbations enregistrées depuis plusieurs mois sur le marché d’approvisionnement en sachet de #lait subventionné, les pouvoirs publics mettent en œuvre une démarche de traçabilité au sein de la filière. Il s’agit d’une “nouvelle clause” introduite dans la convention liant l’Office national interprofessionnel du lait (Onil) aux propriétaires des laiteries.Les responsables de ces unités sont désormais tenus de présenter un document détaillant les quantités produites et distribuées sur lequel figureront les cachets apposés par les distributeurs, dans le but de définir le circuit réel du lait subventionné. Les transformateurs doivent présenter, toutes les fins de mois, un document détaillé reprenant les quantités produites et les quotas des distributeurs sur lequel seront apposés les sceaux des commerçants au détail du lait pasteurisé. Cette action a pour objectif “la traçabilité de la poudre de lait, à  partir de l’étape d’approvisionnement jusqu’à l’arrivée du produit fini au niveau des commerçants au détail”, explique le directeur général adjoint de l’Onil, Khaled Soualmia. La décision a été prise mardi dernier au cours d’une réunion qui a regroupé le ministre de l’Agriculture, Abdelkader Bouazghi et des représentants du ministère du Commerce et de l’Onil.“Les transformateurs auront à faire remplir par les distributeurs un formulaire sur lequel seront apposés les cachets des commerçants au détail du lait pasteurisé et qui sera joint au document remis par l’Office aux propriétaires des laiteries pour définir la destination du produit”, précise le DGA de l’Office. Pour la traçabilité de l'activité des transformateurs, il a été convenu, lors de cette rencontre, de la “mise en place de commissions mixtes comprenant des agents de l’Onil et des ministères de l’Agriculture et du Commerce pour s'assurer de la véracité des informations fournies par les propriétaires des laiteries”, indique le même responsable. Khaled Soualmia a fait savoir, à ce propos, que les laiteries qui ne respecteront pas les dispositions de la convention signée avec l’office seront exclues définitivement du programme d’approvisionnement en poudre de lait.Car, argue-t-il, “le volume d’approvisionnement des laiteries en poudre de lait a augmenté de près de 30% de 2009 à fin 2017, pour atteindre, début 2018,  175 000 tonnes”.Ce volume, avoue-t-il, “est suffisant pour largement satisfaire la demande des transformateurs pour peu que la poudre de lait ne soit pas détournée à d’autres fins”. Ce n’est pas l’avis du président de la Fédération nationale des distributeurs de lait, Farid Oulmi, qui impute la perturbation du marché du lait en sachet à la réduction, au cours des derniers mois, des quotas de poudre attribués aux transformateurs.Le taux de couverture des besoins en lait pasteurisé des wilayas du centre (Alger, Blida et Tipasa) a reculé de 80% en 2015 à 30 et 40% début 2018. D'où, relève-t-il, les perturbations enregistrées dans la distribution. La demande globale dans ces trois wilayas est évaluée entre 500 000 et 550 000 litres/jour, alors que la production actuelle ne dépasse pas les 400 000 litres/jour. Reste à savoir si cet objectif de traçabilité… fixé par l’État sera réalisable sur le terrain…
23 Mar 2018 à 19:45
Tizi Ouzou : une femme décède dans un embouteillage après la fermeture de la route par des protestataires
Une femme âgée de 76 ans a trouvé la mort ce jeudi 3 août à l’intérieur d’un véhicule pris dans un embouteillage suite à la fermeture de la route nationale N12, reliant Alger à #TiziOuzou, par les habitants de la commune de Tadmait dans la wilaya de Tizi Ouzou, a-t-on appris des services de la protection civile. Le drame est arrivé ce matin au niveau du CFPA de #Tadmait vers 11h. La circulation était bloquée dans les deux sens, durant la matinée, ce qui a empêché les services de la protection civile d’arriver rapidement sur les lieux du drame. À l’arrivée des pompiers, « la femme avait déjà perdu la vie à l’intérieur du véhicule. Elle a été transférée à la polyclinique de Tadmait », ajoute la même source.
03 Aoû 2017 à 20:57
Nouvelle pénurie de lait en sachet
L’association de la protection du consommateur alerte sur la pénurie du lait en sachet. Pourtant, le ministère de l’Agriculture a déclaré avoir augmenté de 20% les quotas du groupe Giplait en poudre de lait en prévision du mois de #Ramadhan. L’association des commerçants et artisans algériens estime, de son côté, que le problème est lié à la forte demande que connait ce produit durant ce mois. Le problème récurrent de pénurie du #lait en sachet refait-il surface ? Selon Mustapha Zebdi, président de l’Association nationale de protection du consommateur «il y a une crise de lait en sachet». Cependant, dit-il, le problème remonte à quelques mois déjà et non pas uniquement au début de ce mois de Ramadhan. «Nous avons déjà avisé les pouvoirs publics et l’Office national interprofessionnel du lait sur le problème, mais l’ONIL nous a répondu que l’origine du problème ne peut pas être dans la poudre de lait, car il n’y pas eu de réduction dans les quotas», a déclaré M. Zebdi. Ce dernier lance un appel aux pouvoirs publics pour ouvrir une enquête. Puisque, dit-il, «les laiteries nous ont affirmé qu’il y’a eu une réduction de 20% dans les quotas de distribution de poudre de lait, tandis que l’ONIL affirme le contraire, les pouvoirs publics doivent ouvrir une enquête pour situer le problème et savoir qui dit vrai». L’intervenant appelle aussi le ministère du Commerce «à revoir son décret exécutif relatif à l’ajout de l’amidon de maïs dans la poudre de lait pour mettre fin à son détournement au profit d’autres produits». M. Zebdi a expliqué que le ministère du Commerce a exigé l’ajout de l’amidon de maïs dans la fabrication du lait en sachet subventionné pour éviter que la poudre de lait ne soit transférée pour d’autres produits laitiers, soit une sorte de mouchard. Or, suggère t-il, l’ajout doit se faire au niveau du pays d’origine exportateur et non pas au niveau de la fabrication. Selon M. Zebdi «l’ajout de l’amidon au début de la chaîne de distribution, élimine toute chance de sa transformation à d’autres fins que la production de lait en sachet, contrairement au fait d’exiger son ajout lors de la préparation». Pourtant, selon le ministère de l’Agriculture, il ne peut y avoir de pénurie de lait en sachet, puisque la poudre de lait est disponible. Il impute les grandes chaines humaines qui se forment devant les magasins à la surconsommation. Le responsable de la communication au niveau du ministère de l’Agriculture a expliqué que ce département et le groupe public Giplait ont pris toutes les dispositions nécessaires pour éviter les situations de pénurie et répondre à la demande. D’ailleurs, selon Djamel Berchiche, en prévision du mois de Ramadhan, le ministère de l’Agriculture a augmenté les quotas du Groupe public de 20% en poudre de lait pour répondre à la grande demande que connait ce produit durant le mois de jeûne. Selon ce dernier, les tensions qui pourraient exister dans certains quartiers sont liées au problème de distribution et non de quantité. «Il y a une grande demande de lait en sachet durant le mois de Ramadhan, mais le ministère de l’Agriculture a pris toutes ses dispositions bien avant le début de ce mois pour éviter les perturbations d’approvisionnement du marché national en différents produits de large consommation et en particulier, en lait en sachet», a assuré Djamel Berchiche. Un avis que partage Tahar Boulenouar, président de l’Association nationale des commerçants et artisans algériens. L’association, dit-il, n’a pas eu d’écho sur une quelconque pénurie de lait en sachet et la tension sur ce produit est liée à la forte demande. Et qu’en est-il du projet de remplacer le sachet par des paquets en tétrapack ? Les producteurs ont annoncé la mise sur le marché de 100 000 unités de briques en carton pour le mois de mars dernier, avant sa généralisation. Le projet est abandonné selon M. Zebdi qui estime que le prix de vente sera beaucoup trop cher pour le consommateur. 
29 Mai 2017 à 21:09
Nordine Ait Hamouda se dit favorable à l’autonomie de la Kabylie
#Nordine #Ait #Hamouda, nouveau député à l’APN, se dit favorable à l’#autonomie de la #Kabylie. C’est pour “éviter le chaos à l’avenir“, a-t-il soutenu, ce dimanche 14 mai, au cours d’une conférence de presse à Tizi Ouzou. Le fils du colonel Amirouche a enchaîné en critiquant Ahmed Ouyahia sur la question du retour à l’endettement extérieur. « Nous allons retourner au rééchelonnement que le gouvernement le veuille ou non, anticipe Ait Hamouda. Il y a des Boumedienistes en herbe. Ils disent que notre honneur est en jeu. Ils préfèrent laisser la crise prendre de l’ampleur ». « À ce rythme, dans moins d’un an, même les retraités ne seront plus payés », pronostique-t-il, en mettant en garde contre une explosion sociale. « Le drame, c’est que si la situation éclate, il n’y aura aucun vainqueur mais que des vaincus ». Abordant la question de la repentance de la France, Nordine Ait Hamouda pense qu’ « au lieu de reprocher à la France de défendre ses intérêts, c’est au gouvernement algérien de criminaliser le colonialisme ». Élu à l’APN lors des législatives du 4 mai sur une liste d’indépendants, l’ex-député du RCD s’est dit “satisfait” de cette élection. “Je suis satisfait de cette élection car on n’a pas été volés dans les voix qu’on a obtenues” a-t-il lancé. Tout en qualifiant les résultats des partis politiques de “naufrage politique et électoral“, Ait Hamouda s’est félicité des deux sièges obtenus par les listes indépendantes à Tizi Ouzou. “C’est un fait inédit dans l’histoire politique et électorale de la région“, affirme-t-il. Ait Hamouda a poursuivi en plaidant pour le « renouveau dans le microcosme politique local avec un personnel politique crédible, intelligent, cohérent et en adéquation des demandes citoyennes de la région”. Pour son programme en tant que député, Ait Hamouda fixe les priorités : la sécurité régionale et nationale, la relance économique, l’investissement, la moralisation de la vie publique, la réhabilitation de la compétence, la dotation en budget conséquent pour le développement et la promotion de la langue et culture amazigh. Pour défendre un tel programme, il exclut toute alliance avec les partis d’opposition ou même d’intégrer le gouvernement. “Je ne compterai que sur moi-même” a-t-il promis. “Une dynamique est en cours dans la perspective de créer un large rassemblement, des femmes et des hommes de tous bords, les déçus des partis traditionnels, les marginalisés et des laissés pour compte politique“, a-t-il expliqué, tout en précisant toutefois qu’il est “prématuré de parler de création d’un parti politique“.
14 Mai 2017 à 14:40





Nous suivre
Annonce
PropellerAds
Vidéothèque

Les plus lues

Soufflet avec une pâte facile de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 22 Juin 2016 à 13:59

source : #Youtube #OumWalid 

Msemen à la farine le plus facile à faire de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 10 Oct 2016 à 10:55

Le secret pour réussir les msemens à la farine réside dans la pâte qu'il faudra bien travailler, type de farine et aussi dans le feuilletage,voir la vedio pour mieux comprendre le procédé. source : #youtube #OumWalid

Cake au Flan de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 04 Dec 2016 à 12:09

C'est un de mes desserts préférés je le fais vraiment souvent j'aime énormément sa texture bien fondante, vous pouvez choisir le goût que vous souhaitez chocolat, vanille, fraise ou caramel sans tarder voici la recette... source : #youtube #OumWalid

TIZI-OUZOU: La liste des bénéficiaires des logements sociaux dévoilée

Actualité - TIZI-OUZOU - 15 Nov 2016 à 18:15

Le chef-lieu de Tizi-Ouzou à connu une matinée particulièrement mouvementée, caractérisée par des coupures de routes au niveau de plusieurs quartiers et pour cause l'affichage de la liste des bénéficiaires des logements sociaux (Logement Public Locatif). Des citoyens qui ont postulé à cette formule et dont les noms ne figuraient pas sur liste ont barricadé plusieurs routes par des pneus en fumée provoquant des embouteillages dans le centre ville. Le fait de voir les attentes des protestataires prolongées ont fait tombé à l'eau toutes les tentatives des autorités locales pour essayer de calmer les esprits.

Sablé au halwa turc et cacahuètes

Elle Mag - Recettes - 28 Juin 2016 à 09:22

Ingrédients: pour environ 28 pièces (selon la taille de l'emporte-pièce) 250 g de beurre 125 g de halwa turc 50 g de sucre glace 2 jaunes d’œufs 1 paquet de levure chimique 1 càc de vanille 80 g de cacahuètes grillées et finement moulues Farine au besoin (environ 500g) Décoration: Environ 400 g de cacahuètes grillées et moulues 1 pot de confiture d'abricot Préparation: Battre le beurre avec le sucre puis ajouter la halwa turc et bien mélanger Ajouter les jaunes d’œufs un par un ensuite les cacahuètes moulues Ajouter la vanille puis la farine avec la levure jusqu'à obtention d'une pâte souple et lisse Laisser reposer la pâte un petit peu Étaler la pâte sur un plan de travail fariné à 5mm d'épaisseur Découper les sablés à l'aide d'un emporte-pièce ou un verre puis faire une ouverture au centre à l’aide d’un petit emporte pièce Faire cuire pendant environ 15 minutes à 180° Une fois les sablés refroidies, les rassembler en les collant avec de la confiture Badigeonner les sablés de confiture à l'aide d'un pinceau puis passer aux cacahuètes et décorer avec du chocolat fondu. source : fan-decuisine