Toute l'actualité sur actu-algerie.com: Information et Actualité





Toute l'actualité


Gaïd Salah fait la promotion du bilan de Bouteflika
Le vice-ministre de la Défense nationale et chef d’état-major de l’Armée nationale populaire, le général de corps d’armée, Ahmed Gaïd Salah, multiplie les sorties sur le terrain ainsi que les déclarations publiques qui se concentrent, depuis quelque temps, sur ce qu’il qualifie lui-même : «Un rendez-vous d’une importance majeure», la présidentielle du 18 avril prochain, bien sûr.En visite de travail et d’inspection dans la 5e Région militaire à Constantine, mardi et mercredi derniers, le patron de l’état-major de l’ANP a prononcé des discours politiques à chacune de ses haltes pour, d’abord, faire la promotion, comme tous les autres membres du gouvernement, du bilan de Abdelaziz Bouteflika à la tête du pays. «L’Algérie a certainement besoin d’hommes de valeur, qui ont eu foi en la glorieuse Révolution, qui continuent à la considérer en tant que rempart des valeurs nobles, et qui estiment que ceux qui y ont cru et se sont imprégnés de ses principes sauront, sans nul doute, consacrer tous leurs efforts, voire leurs vies, au service de l’Algérie», dira le vice-ministre de la Défense devant les cadres de la 5e Région. Une allusion assez claire à Abdelaziz Bouteflika qui, dimanche dernier, dans son message à la Nation où il annonçait officiellement sa candidature, disait, pour rappel, que «bien sûr, je n’ai plus les mêmes forces physiques qu’avant (…) mais la volonté inébranlable de servir la patrie ne m’a jamais quitté (…). Cette volonté et mon engagement au service de la patrie se nourrissent d’un attachement indéfectible au serment que j’ai fait aux glorieux chouhada et partagé avec les vaillants moudjahidine, mes compagnons dans la lutte de Libération nationale». Aussi Gaïd Salah évoquera-t-il, dans le même discours, «les réalisations», c'est-à-dire celles de Bouteflika, en ces termes : «Il est impossible d’omettre toutes ces réalisations et tous ces acquis, que personne ne peut négliger, sauf les ingrats dont les desseins sont hostiles et les discours sont pleins de haine, qui ne mesurent nullement le poids de la stabilité et de la sécurité de l’Algérie.» Le vice-ministre de la Défense nationale ne se suffit donc pas de qualifier d’«ingrats», comme tous ses collègues au gouvernement ou les chefs de partis de la coalition, tous ceux qui remettent en cause le bilan du désormais candidat officiel du pouvoir pour la présidentielle du 18 avril. Il leur prête encore des intentions maléfiques, allant jusqu’à les qualifier d’«ennemis de l’intérieur». En effet, «ces ingrats (…) ne considèrent aucunement le devenir du peuple algérien combattant, qui a su déjouer toutes les manœuvres et manigances, et faire face à l’hostilité de certains ennemis de l’intérieur et de l’extérieur, et j’insiste ici, poursuit encore Gaïd Salah, sur l’expression ‘’ennemis de l’intérieur et de l’extérieur’’ aspirant à faire de l’Algérie et de son peuple, qui est et restera attaché à l’esprit de Novembre en tant que doctrine et source d’inspiration, les otages de leurs intérêts abjects et de leurs ambitions sordides, car le peuple, qui a réussi à mettre en échec les manœuvres méprisables du colonisateur français, en dépit de tout ce qu’il a pu endurer, des pratiques et des manigances auxquelles il a fait face et des propagandes qu’il a su contrer, un peuple qui a tout aussi bien réussi, grâce à son esprit patriotique, et à sa grande conscience du sens de l’intérêt suprême de l’Algérie, à faire avorter le projet terroriste qui a usé des mêmes pratiques et des mêmes méthodes que celles employées par le colonisateur français, est un peuple digne de perpétuer le message de ses aïeux et de prendre la responsabilité de préserver leur legs.» Dans ce contexte particulier, à savoir la veille d’élections, il parle sciemment du peuple, en l’occurrence les électeurs, qui sauraient faire face, le 18 avril, à «des ingrats», ou encore, à «des ambitions démesurées», termes si chers au patron de l’état-major, ces deux derniers mois. Il est, en effet, difficile de ne pas penser, ici, à un candidat en particulier : le général-major à la retraite, Ali Ghediri ! Un candidat qui est décrété «persona non grata» par le pouvoir, le chef de l’état-major en particulier, avant même qu’il n’annonçait sa candidature. Dans de précédentes interventions publiques, Gaïd Salah parlait, s’agissant de Ali Ghediri, «d’individus aux ambitions démesurées (…)», par ailleurs manipulés, suggérait-il encore, par «des cercles occultes». A partir de Constantine, Gaïd Salah revient encore à la charge pour pilonner la même cible, à l’évidence : «Un peuple (algérien, ndlr) d’une telle conscience et d’un tel discernement n’a jamais été et ne pourra être une proie facile entre les mains de ceux qui se nourrissent de rêveries et d’illusions, qui sont prêts à vendre la sécurité de leur pays et la stabilité de leur patrie au prix de leurs intérêts, sacrifiant, sans scrupules, l’#Algérie et le futur de son peuple.» Cette accusation lancée par #Gaïd #Salah contre ceux qu’il désigne par «cercles occultes» ou «ennemis de l’intérieur» n’est pas nouvelle. Même #Bouteflika en a parlé, dans les mêmes termes, dans un précédent message, adressé à l’occasion de la rencontre gouvernement-walis, en novembre 2018. Bien sûr, cela ne peut, raisonnablement, être destiné à de simples opposants, partisans ou se recrutant parmi la société civile…
CRB 2-JSK 1 : Le CRB ne veut pas mourir
Accusant du retard pour entrer dans le match, les Belouizdadis, qui étaient dans l’obligation d’une victoire pour espérer quitter la zone rouge, ont été malmenés par les #Canaris lors du premier quart d’heure du match et ont même concédé un but très tôt.Cela ne les a pas découragés, au contraire, estimant qu’il leur fallait arracher les trois points, ils se sont repris après le premier quart d’heure et ont entamé une course pour atteindre les filets adverses. Après plusieurs tentatives, Nessakh, qui a crucifié son propre gardien de but, s’est racheté en remettant les pendules à l’heure et a donc égalisé pour le CRB juste avant la pause. Une égalisation qui est venue au bon moment, les camarades de Cedric ont rejoint les vestiaires avec un moral à la hausse. Poussés par leur public, mais aussi par les bonnes directives de leur coach Amrani, les Belouizdadis ont repris avec plus de témérité et de concentration en asphyxiant leur adversaire tout en veillant au grain derrière. Multipliant les tentatives et variant le jeu dont la latéralisation, qui a apporté ses fruits, ils ont réussi à inscrire un second but qui a libéré leurs fans. Cette victoire leur permet pour la première fois de quitter la zone rouge, puisque si le championnat devait s’arrêter ici, le CRB n’est plus relégable. Enfin, cette troisième victoire d’affilée confirme que le CRB ne veut vraiment pas mourir.  Stade du 20-Août-1955 ButsCRB : Nessakh (6’, csc), Djerrar (79’)JSK : Nessakh (45’+3) CRBCedric 3Boulekhoua 3Kedad 3Nessakh 3Bouchar 4Balegh 4Bechou 3Tariket 3Selmi 4(Attia 68’)Sayoud 5(Herida 89’)Djerrar 3Ent. : Amrani JSK Salhi 2Belaïli 2Chetti 2Souyad 3Saâdou 3Fiston 2(Benyoucef 52’)Benchaira 2(Iratni 88’)Belgherbi 2(Naït-Merabet 76’)Hamroune 2Benkhelifa 3Belkacemi 3Ent. : Dumas Temps ensoleillé, affluence nombreuse, pelouse impeccable, bonne organisation, arbitrage de MM. Boukhalfa, Serradj, Halem Averts :CRB : Djerrar (21’)JSK: Salhi (35’), Souyad (36’), Benkhelifa (56’), Naït-Merabet (88’)  Film du match 6’ Coup franc de Benkhelifa, Nessakh tente de dégager le ballon, il le met dans ses propres buts et ouvre le score pour la #JSK.15’ Bechou tire des 30m à côté.21’ Coup franc de Belaïli dans les  mains de Cedric.34’ Boulekhoua centre, Djerrar reprend de la tête au-dessus de la transversale.43’ Nessakh centre en profondeur pour Salhi dont la reprise est déviée avec brio en corner par le keeper Salhi.45’ Coup franc de Sayoud. Salhi intervient avant que la défense ne dégage en catastrophe.45+3 Bouchar passe en profondeur, Salhi rate l’interception et Nessakh, embusqué, prolonge le cuir dans les buts et égalise pour le CRB.60’ Centre de Boulekhoua, retourné de Selmi juste à côté.66’ Coup franc excentré de Sayoud, Salhi dégage des deux poings.79’ Corner sur le côté gauche botté par Balegh, Djerrar au second poteau reprend de la tête et donne l’avantage au CRB.
15 Fév à 15:32
LES « ALGERIA WEB AWARDS » REVIENNENT POUR UNE NOUVELLE ÉDITION
Les Algeria Web Awards (AWA), plus grande compétition web en Algérie, est de retour pour une 5e édition. Cette compétition nationale qui récompense le meilleur contenu web algérien, est organisée par l’agence Shift’IN sur initiative de Majda Nafissa Rahal et Chouaib Attoui, deux jeunes entrepreneurs dans la technologie et la communication digitale.Après le succès de la dernière édition qui a vu la participation de plus de 1 000 projets de 44 wilayas du pays et qui a suscité l’engouement de 45 000 votants. La 5e édition a été lancée officiellement lors d’une conférence de presse organisé hier à Alger. Cette année, le concours concerne un total de 20 catégories représentant sites web et médias sociaux, dont trois prix spéciaux qui récompensent l’entreprenariat féminin dans le domaine de la technologie, la meilleure application mobile de l’année et la meilleure campagne digitale de l’année.Chouaib Attoui, l’un des deux initiateurs du projet précise les ambitions de cette compétition : « L’objectif des Algeria Web Awards est de promouvoir, encourager et valoriser la création de contenu local sur les plateformes digitales. Nous allons décerner 20 prix au total pour valoriser un maximum d’acteurs de la scène digitale algérienne. Nous visons à impulser une concurrence saine entre les acteurs du digital algérien, qu’ils soient développeurs, web designers ou créateurs de contenu. »L’inscription aux AWA est ouverte à tous les créateurs du web algérien, du 12 février jusqu’au 07 mars 2019. À l’issue de cette phase, un jury d’experts algériens et étrangers aura 3 semaines pour sélectionner les nominés pour chaque catégorie. Les résultats de la sélection seront annoncés le 30 mars sur le site de la compétition www.awa.dz . Un vote sera ensuite lancé à l’égard du grand public, qui aura 2 semaines à partir du 31 mars pour voter pour ses sites web, pages sur les réseaux sociaux ou applications mobiles préférés.Majda Nafissa Rahal, initiatrice du projet, s’exprime sur le grand rôle que joue cette initiative dans le paysage digital du pays : « Dans un contexte de développement constant de l’écosystème numérique en Algérie, Algeria Web Awards joue un rôle fédérateur pour booster les différents acteurs à produire des solutions innovantes et créer un contenu local de qualité. En un mot, les #Algeria #Web #Awards œuvrent pour un web algérien meilleur ! »Les vainqueurs seront récompensés lors d’une grande cérémonie, qui comptera la présence de plusieurs personnalités, ainsi qu’un programme riche tout au long de la soirée.Toujours fidèle à l’esprit d’encourager la création de contenu digital, la cérémonie de remise des trophées pourra être suivie en direct en live-streaming et live-tweets.Les organisateurs des AWA lancent donc un appel à l’ensemble des acteurs du digital algérien afin de s’inscrire et de participer à cet évènement national dès aujourd’hui, en se rendant sur www.awa.dz
12 Fév à 22:39
CONFÉRENCE NATIONALE PROMISE PAR BOUTEFLIKA APRÈS LES ÉLECTIONS Hanoune : «C’est une proposition étrange»
La secrétaire générale du parti des travailleurs, Louisa Hanoune, a qualifié d’«étrange» la promesse contenue dans la lettre de candidature «attribuée» au Président Abdelaziz Bouteflika, et qui concerne l’organisation d’une conférence nationale s’il vient à être réélu pour un cinquième mandat, le 18 avril 2019.«C’est une proposition étrange. En principe, un candidat se présente avec un programme qui touche au développement et aux aspects sociaux-économiques, et non pas une proposition qui a été émise, en janvier dernier, par un parti du pouvoir», a-t-elle soutenu, aujourd’hui lundi, lors de son passage au Direct de TSA.#Louisa #Hanoune, qui pense que le système «n’est plus capable de se régénérer et ne possède plus de ressorts», doute carrément de la paternité de la lettre de candidature du Président #Abdelaziz #Bouteflika.«Je préfère dire que c’est une lettre attribuée au Président, et c’est cela mon avis. Il y a, certes, des passages qui lui ressemblent, mais pas d’autres. Je cite l’exemple du passage où l’on parle de procéder à des réformes économiques sans démagogie», a-t-elle relevé.Si la SG du PT n’a pas daigné citer de noms, s’agissant des véritables rédacteurs du passage «douteux», elle a cependant livré assez d’indices pour comprendre de qui s’agit-il.«Nous savons, dans notre parti, à qui appartient ce genre de langage (sans démagogie ndlr). Nous nous rappelons tous du communiqué qui a sanctionné la réunion du Conseil des participations de l’Etat (CPE) et dans lequel il était question de procéder à la privatisation des entreprises publiques sans démagogie. Et je précise que le ledit Conseil est présidé par le Premier ministre (Ahmed Ouyahia ndlr)», a-t-elle clarifié.Concernant toujours la lettre de candidature d’Abdelaziz Bouteflika, Mme Hanoune a considéré que «le bilan catastrophique du quatrième mandat où des décisions antinationales et anticonstitutionnelles ont été prises n’a pas été abordé».
Un étudiant égorgé dans sa chambre à la cité universitaire à Alger
Un #étudiant a été retrouvé #égorgé dans sa chambre à la cité universitaire de Ben Aknoun, dimanche soir à #Alger. Selon plusieurs médias, la victime a été tuée par deux individus étrangers à la #résidence #universitaire.L’étudiant, dénommé Assil et originaire de Bordj Bou Arreridj, était en troisième année de médecine à la faculté d’Alger. Son corps gisait dans une marée de sang lorsqu’il a été découvert dans la soirée par ses camarades. Des médias affirment la victime aurait été surprise vers 19H par deux individus, étrangers à la cité universitaire et actuellement recherchés. Ils l’auraient égorgé et pris les clés de sa voiture.Le ministre de l’Enseignement supérieur, Tahar Hadjar, s’est rendu sur les lieux, où il a été assiégé par des étudiants en colère. Mardi passé, un autre étudiant, cette fois-ci zimbabwéen, a également été tué par un coup de poignard que des agresseurs lui ont asséné à Annaba.
11 Fév à 21:31
Comparatif : quel est le meilleur antivirus 2018 - 2019 ?
Après une année 2017 et un premier trimestre 2018 marqués par une recrudescence sans précédent des menaces informatiques, il est plus important que jamais de protéger ses appareils et ses données personnelles. Comme chaque année, les principaux éditeurs de sécurité -Avast, Avira, Bitdefender, ESET, Kaspersky, Symantec (Norton), Trend Micro ou encore Microsoft - renouvellent ou améliorent leurs solutions de protection antivirus avec plus ou moins d'efficacité.Comment choisir le meilleur antivirus ?Des fonctions de protection natives des systèmes d'exploitation, aux antivirus gratuits, en passant par les suites de sécurité ultras complètes, voici un comparatif de quelques-unes des meilleures offres de protection disponibles actuellement sur le marché.Quel est le meilleur antivirus en 2018 - 2019 ?Sur le pied de guerre, les éditeurs de sécurité ont considérablement renforcé leurs technologies de détection ces dernières années. Les résultats des laboratoires de tests indépendants AV Comparatives et AV Testmontrent que la plupart des suites de sécurité sont désormais au coude à coude avec un taux de détection identique ou très proche. Dans ce domaine, les éditeurs BitDefender, Trend Micro, #Kaspersky et McAfee se distinguent toutefois en obtenant les meilleures notes dans les deux laboratoires.Les tests réalisés entre les mois d'octobre et novembre 2017 sur les dernières versions des antivirus prennent notamment en compte le taux de détection de différents types d'attaques (exploits zero-day, ransomwares...), l'impact sur les performances du système, l'interface et l'ergonomie, ainsi que le nombre de faux positifs (blocages de programmes inoffensifs).La majorité des suites de sécurité propose des licences multiplateformes incluant Windows, macOS, Android, et dans une moindre mesure iOS. En règle générale, les protections pour Windows et Android sont beaucoup plus abouties que celles pour macOS et surtout iOS qui demeurent cloisonnés par Apple. Selon GFK, BitDefender continue de dominer le marché des antivirus grand public en France avec 36,5 % de parts de marché en 2017 devant Kaspersky (35,5 %) et Norton (27,5 %).De conception différente, Malwarebytes Premium ne fait pas partie des antivirus testés par les laboratoires indépendants. La version payante de l'éditeur californien n'en demeure pas moins une excellente solution de sécurité pour Windows, mais également Mac et Android. L'éditeur se concentre essentiellement sur un mode de défense proactif pour protéger les utilisateurs contre les menaces les plus avancées : malwares, ransomwares, exploits zero-day, sites web malveillants, cryptominage, rootkits, etc.Malwarebytes Premium intègre plusieurs modules d'analyse comportementale et heuristique de dernière génération, ainsi qu'un scan de correspondance de signatures de virus équivalent à ceux utilisés par les #antivirus traditionnels. Ultraléger et réactif, le logiciel est également reconnu pour ses puissants outils de remédiation (technologie de désinfection des charges malveillantes). Une solution moderne qui s'impose désormais comme une alternative des plus convaincantes aux antivirus traditionnels.Quid des suites de sécurité gratuites ?De plus en plus complètes, les solutions gratuites d'Avira, Avastet Microsoft n'ont pas à rougir face aux suites payantes. Comme en témoignent les tests d'AV Comparatives, elles parviennent à bloquer respectivement 99,7 %, 99,6 %, et 99,1 % des attaques.Au grand dam des éditeurs de sécurité, l'antivirus Windows Defender intégré nativement dans Windows 10 par Microsoft a nettement progressé depuis la mise à jour Fall Creators Updatedéployée le 17 octobre 2017. Il dispose désormais d'un ensemble de boucliers défensifs lui permettant de lutter contre tous les types de menaces, y compris les ransomwares, les exploits, les sites web malveillants, etc.Le Centre de sécurité de Windows propose également un pare-feu et un système de contrôle parental, deux fonctions généralement réservées aux suites de sécurité payantes. Même s'il n'est pas encore tout à fait au niveau de ses concurrents gratuits et payants et qu'il protège uniquement les appareils Windows, Windows Defenderassure désormais une protection suffisante pour les utilisateurs aguerris et prudents.Les suites Avast Free Antivirus et Avast Free Antivirus ne se démarquent véritablement plus que par leurs déclinaisons multiplateformes et quelques options additionnelles telles que des modules de surveillance du réseau Wi-Fi, de protection de la webcam, un gestionnaire de mots de passe ou encore un VPN indépendant (Avira). Même si dans l'ensemble, les antivirus gratuits ont amélioré leur niveau de défense, certaines couches de protections demeurent réservées aux versions payantes. Trop limitées, les défenses anti-phishing constituent l'un des principaux points faibles des antivirus gratuits.Une protection globaleFace à l'évolution constante des menaces, les techniques d'analyse traditionnelles qui reposent sur les bases de signatures des codes malveillants ne suffisent plus à protéger les internautes. Les éditeurs se concentrent désormais sur la défense proactive en tentant d'améliorer sans cesse leurs moteurs heuristiques et comportementaux. Chargés de détecter les nouveaux programmes malveillants et les variantes de ceux déjà connus, ils se basent sur la reconnaissance de morceaux de codes ainsi que sur le comportement des fichiers en exécution.Dans ce domaine, BitDefender, ESET, Kaspersky, McAfee ou encore Malwarebytes possèdent les technologies les plus abouties avec un taux de détection quasi constant de 100 %. Outre leurs différentes technologies de protection, les logiciels antivirusse distinguent par leurs fonctionnalités additionnelles (surveillance des réseaux Wi-Fi, protection bancaire, centre de contrôle web, pare-feu, navigateur sécurisé, VPN...), ainsi que la gestion multiplateforme, la convivialité de l'interface utilisateur, les possibilités de réglages avancés, ou encore leur impact sur les performances système.On constate également cette année d'importantes différences de tarifs entre les licences des éditeurs qui sont rarement justifiées. Certains éditeurs comme Symantec, ESET ou McAfee offrent à leurs abonnés un accès gratuit et illimité à leurs supports client composés d'experts. Autant de critères à prendre en compte avant de faire son choix.Les clés pour choisir un antivirusAvec la multiplication des outils de protection intégrés dans les OS, les logiciels antivirus gratuitset les suites de sécurité payantes à renouveler chaque année, faire son choix peut vite devenir un véritable casse-tête.Avant toute chose, il est important de déterminer quels sont vos besoins en fonction de votre niveau de connaissance en informatique, du nombre d'appareils et OS à protéger, de vos usages et bien sûr de votre budget. Pour mettre en place la meilleure protection possible, il convient également de bien comprendre les rouages, les capacités, mais aussi les limites des antivirus.Comment faire son choix ?Si vous faites partie des internautes prudents ayant une parfaite connaissance des bonnes pratiques de sécurité à respecter pour éviter les dangers, un antivirus gratuit tel que Windows Defender peut faire l'affaire.À partir du moment où vous recherchez une solution plus complète pour protéger tous les appareils du foyer, deux choix s'offrent à vous : opter pour une suite de sécurité gratuite (Avast Antivirus, Avira Antivirus...), ou privilégier un abonnement à une édition payante à renouveler chaque année telle que McAfee Antivirus Plus ou Trend Micro Maximum Security.Pour vous aider à faire votre choix, nous avons testé et confronté les dernières versions des principaux antivirus du marché en nous concentrant notamment sur leur capacité défensive, leurs fonctions additionnelles, leur impact sur le système et l'interface utilisateur.Quel est le minimum que doit faire mon antivirus ?Chaque année, les éditeurs de sécurité détectent plusieurs centaines de millions de fichiers malveillants à travers le monde. Les virus qui se propagent au hasard d'ordinateur en ordinateur en les bloquant ou en détruisant leurs données ne sont plus vraiment à l'ordre du jour. Même si les éditeurs continuent d'exploiter les bases de signatures traditionnelles pour les détecter, la grande majorité des cyberattaques actuelles reposent aujourd'hui sur des techniques beaucoup plus sophistiquées. Des spywares aux adwares (logiciels espions et publicitaires), en passant par les trojans, les rootkits, le cryptomining, les malwares, les ransomwares, les exploits de vulnérabilité, ou encore le phishing, les internautes sont menacés de toutes parts. Ces attaques visent à infecter les machines connectées dans le but de subtiliser des informations confidentielles (coordonnées bancaires, mots de passe, adresses email...), prendre le contrôle d'un ordinateur à distance, chiffrer des données personnelles afin d'exiger une rançon à leur propriétaire contre leur restitution (ransomwares), etc.Pour lutter contre l'ensemble des menaces connues et inconnues, les suites de sécurité disposent d'une part d'une base de signatures virales mises à jour en permanence via le cloud, et d'autre part, de différents boucliers défensifs plus ou moins avancés.
11 Fév à 21:07
Emporté par les eaux pluviales à Bouira : Le corps de Mohamed Achour retrouvé
Le corps du #pompier Mohamed Achour, porté disparu, depuis le 24 janvier dernier, alors qu’il participait au curage des avaloirs des eaux pluviales à la cité des 250 logements de la ville de Bouira, a été retrouvé, ce dimanche, par des sapeurs-pompiers, a–t-on appris de source sûre.Le corps de la victime a été, ajoute la même source, retrouvé près du déversoir des eaux usée, sis au quartier d’Oued Hous.Des dizaines pompiers mobilisés à partir de plusieurs wilayas du pays, ont été engagés dans le cadre des opérations de recherches, et ce, depuis plus de deux semaines.La dépouille a été déposée au niveau de la morgue de l’établissement  hospitalier Mohamed Boudiaf, a précisé une source hospitalière.Âgé de 27 ans, #Mohamed #Achour, avait été aspiré par les eaux d’un regard des eaux pluviales laissé ouvert et sans aucune protection.Un élan de solidarité s’est tissé dès l’annonce de l’incident. Des citoyens venus des localités de la wilaya, ainsi que des autres régions du pays, ont épaulé les pompiers dans les opérations de recherches. 
10 Fév à 22:38
Bouteflika annonce sa candidature à la présidentielle
Le président #Abdelaziz #Bouteflika annonce sa candidature à la présidentielle d’avril 2019 dans un message adressé à la nation et diffusé par l’APS ce dimanche. Voici le message dans son intégralité:“MES CHERS COMPATRIOTES, II y a cinq années, vous m’avez porté à la Magistrature suprême pour poursuivre le processus de construction nationale. Ce choix exprimé par une large majorité, reflétait sans doute votre attachement à une oeuvre nationale marquante, autour de laquelle j’ai eu le privilège de rassembler vos convictions et de mobiliser vos énergies. En effet, dès ma première investiture à la tête de notre pays, je me suis consacré à éteindre le brasier de la Fitna, à rassembler de nouveau une nation meurtrie par la tragédie nationale et à engager la reconstruction d’un pays ébranlé par une crise multiforme.Ce défi a d’abord été relevé avec la Concorde civile, puis consolidé par la Réconciliation nationale que vous avez décidée souverainement. Grâce à ces choix historiques, la sécurité et la sérénité ont été rétablies dans notre pays, les blessures se sont cicatrisées et la fraternité est revenue au sein de la société. La voix de l’Algérie s’est de nouveau faite entendre avec force sur la scène internationale, et la Réconciliation nationale est devenue un exemple pour de nombreuses nations dans le monde.Dans la paix restaurée, le pays est devenu un vaste chantier, après une période difficile d’ajustement structurel économique et social douloureux. Les réformes se sont succédé dans de nombreux domaines, notamment ceux de la justice, de l’éducation, de l’administration et de l’économie. La démocratie ainsi que les droits et les libertés des citoyens ont enregistré de grandes avancées, consolidées par la dernière révision constitutionnelle. Dans le domaine économique, l’Algérie a conforté sa souveraineté, grâce à un désendettement massif, à l’accumulation de réserves de change et à la constitution d’une épargne publique appréciable.Ce sont ces facteurs qui nous ont permis de faire face à l’effondrement des prix du pétrole ces dernières années, et de poursuivre ainsi notre processus de développement. L’Algérie a également engagé des programmes massifs de construction d’infrastructures de base. Parallèlement, les réformes et les incitations publiques ont permis des progrès indéniables dans la diversification de l’économie et les exportations hors hydrocarbures. Au plan social, la situation s’est améliorée sensiblement.On le constate à travers le recul du chômage, la prise en charge effective de nos concitoyens en matière d’habitat, sur tout le territoire national, la large satisfaction des besoins des citoyens en eau et énergie, ainsi que par le triplement du nombre de nos enfants, filles et garçons, présents dans les écoles, les centres de formation, les instituts et les universités. Par voie de conséquence, l’indice du développement humain a atteint des niveaux remarquables dans les comparaisons internationales.La progression dans le développement a été accompagnée d’une évolution qualitative des fondements de la société. Ainsi, l’unité nationale a été confortée par la promotion de tamazight comme l’un des piliers de notre identité nationale aux côtés de l’Islam et de la langue arabe. De même, la femme a vu sa place et son rôle en politique et dans le monde du travail, rehaussés à la mesure de sa contribution à la libération du pays et à la construction nationale.Ainsi, avons-nous veillé à ce que notre jeunesse s’investisse davantage dans l’appropriation de son avenir par l’acquisition massive de la science et des connaissances, ainsi que par l’accès continu à la sphère productive et décisionnelle dans tous les domaines. Comme l’on a consacré notre plus grande attention à notre communauté nationale établie à l’étranger, compte tenu de son rôle historique remarquable dans la Glorieuse révolution et son attachement inconditionnel à la patrie.Et à cette occasion je réitère la poursuite des engagements de l’Etat dans la sauvegarde des droits légitimes de notre communauté nationale, et la prise en charge de ses préoccupations, tout en veillant à son implication dans développement national. Nous avons également modernisé l’Armée nationale populaire, digne héritière de l’Armée de libération nationale, ce qui permet à notre pays de garantir sa sécurité, dans le contexte de crises et de conflits qui secouent notre région.Je saisis cette occasion pour renouveler l’expression de reconnaissance et de gratitude de la nation à tous les éléments de nos forces armées que je salue, Commandement, Officiers, Sous Officiers et Djounoud et tous ceux qui ont servi l’Algérie à travers cette glorieuse institution avec ferveur, fidélité et abnégation, et pour dire les sentiments de respect et de fierté que nous vouons à tous les corps de sécurité et corps constitués.Prions tous, maintenant, à la mémoire des martyrs du devoir national, qui ont donné leurs vies pour que notre peuple jouisse aujourd’hui de la stabilité, la sécurité et la quiétude, dans la République qui est le produit de la Glorieuse Révolution de Novembre. Au niveau international, l’Algérie est désormais, et le demeurera, un partenaire stratégique de nombreuses puissances actives dans le monde, en même temps qu’elle assume un rôle d’avant-garde dans les sphères auxquelles elle appartient, avec son palmarès riche et ses positions constantes.MES CHERS COMPATRIOTES, Ce sont sans doute, les avancées qu’a réalisé notre pays et la conscience des citoyens des enjeux et difficultés qui le guettent, qui ont amené, ces derniers mois, de nombreuses voix au sein de la classe politique et de la société civile à encore me solliciter pour poursuivre ma mission au service de la patrie.Je voudrais exprimer, ici, ma profonde reconnaissance aux auteurs de ces appels dont j’ai perçu les attentes. Ils me rassurent que je n’ai pas déçu la majorité de notre peuple, même si je n’ai certainement pas concrétisé la totalité de mes engagements envers lui, ni encore moins satisfait toutes ses attentes et ses ambitions qui sont grandes. Dans le même temps, je suis conscient que notre pays a encore de grands chantiers à prendre en charge et à parachever et de grands défis à relever.Bien sûr, je n’ai plus les mêmes forces physiques qu’avant, chose que je n’ai jamais occultée à notre peuple, mais la volonté inébranlable de servir la Patrie ne m’a jamais quitté et elle me permet de transcender les contraintes liées aux ennuis de santé auxquels chacun peut être un jour confronté. Cette volonté et mon engagement au service de la Patrie se nourrissent d’un attachement indéfectible au serment que j’ai fait aux glorieux chouhada et partager avec les vaillants moudjahidine, mes compagnons dans la lutte de libération nationale.C’est dans ce contexte, en réponse à toutes les sollicitations et dans un esprit de continuité dans l’accomplissement d’un devoir ultime, que j’annonce aujourd’hui ma candidature à l’élection présidentielle du mois d’avril prochain.MES CHERS COMPATRIOTES, En cette occasion, permettez-moi de partager avec vous quelques réflexions sur les contraintes et les exigences auxquelles notre pays devra faire face, les défis qui s’imposent à nous et les moyens de les relever. Les progrès accomplis sur la voie du développement économique, social et culturel ont fait apparaître de nouvelles exigences et de nouvelles ambitions dans notre société, en particulier chez nos jeunes générations, ouvertes sur le monde et fortement désireuses de participer activement au développement de leur Patrie.Les défis sont ceux liés à la consolidation d’une société de progrès, de justice et d’équité, politiquement consensuelle et socialement inclusive, fondée sur une économie productive et compétitive, progressivement débarrassée, sur le plan budgétaire et financier, de la dépendance excessive à l’égard des hydrocarbures.Sur la voie de la construction de cette société, nous devons aujourd’hui faire face à de multiples contraintes, notamment celles liées à la croissance de la population, à la multiplication des besoins à satisfaire, à l’érosion de nos ressources financières extérieures, aux incertitudes de l’économie mondiale, aux troubles régionaux et internationaux, mais également à l’apparition dans notre société de comportements contraires aux principes d’intégrité et au valeurs morales de respect du travail et du sens de l’effort.La prise en charge de ces exigences, défis et contraintes nécessite d’abord, des avancées supplémentaires dans les divers champs de la gouvernance, de la croissance économique et du développement socio-éducatif et culturel. Cependant, c’est surtout dans la conjonction de nos volontés et de nos énergies et leur mise au service de l’intérêt national que nous pourrons réussir la mutation vers cette société de progrès, de justice et d’équité, à laquelle nous aspirons tous.C’est fort de cette conviction que j’ai appelé, depuis plusieurs mois déjà, les forces de la Nation à faire émerger un consensus patriotique et politique qui leur permettra de mieux se mobiliser ensemble pour préserver nos acquis, défendre nos intérêts supérieurs et permettre au pays de continuer à progresser dans l’unité et la stabilité, au milieu d’un environnement régional fortement perturbé et dans une conjoncture internationale lourde d’incertitudes.Ma conviction est que le consensus est une vertu cardinale, grâce à laquelle notre peuple a pu assurer la cohésion dans ses rangs pour relever des défis majeurs, comme celui de la glorieuse Révolution de Novembre, et, plus proche de nous, ceux de la Concorde Civile et de la Réconciliation Nationale. Aussi, si vous m’honorez de votre confiance précieuse, le mois d’avril prochain, j’inviterai dès cette année toutes les forces politiques, économiques et sociales de la Nation à une Conférence nationale consacrée à la concrétisation du consensus sur les réformes et les changements que notre pays devra engager en vue d’aller plus loin dans la construction de son devenir et de permettre à nos concitoyens de continuer à vivre ensemble, de mieux en mieux, dans la paix et la prospérité.MES CHERS COMPATRIOTES, Permettez-moi de vous expliciter, maintenant, les motivations de cette Conférence ainsi que les missions dont elle sera investie. Je vous ai rappelé les réalisations que nous avons déjà concrétisées ensemble dans les domaines de la paix, de la concorde, des réformes et du développement.Ces réalisations demeurent à parfaire, notamment pour rétablir et consolider la confiance des citoyens dans les institutions, raffermir l’Etat de droit et la bonne gouvernance, et conforter un développement économique fondé sur la justice sociale et l’affirmation d’une économie nationale d’initiative, productive et compétitive.Les réformes politiques que j’ai engagées depuis 2011 visent la consolidation de la confiance des citoyens en leurs institutions, à travers, en premier lieu, la garantie d’une transparence des scrutins et la dynamisation de notre jeune démocratie pluraliste pour qu’elle puisse désormais proposer des alternatives crédibles aux électeurs.Elles visent également le renforcement du contrôle du parlement sur le pouvoir exécutif et la consécration de l’obligation de rendre compte pour tous les responsables, et à tous les niveaux, mais aussi, la concrétisation d’un rôle plus actif que la Constitution reconnaît à l’opposition au sein du parlement. Consolider la confiance des citoyens dans les institutions, nécessite également des réponses plus adaptées aux aspirations de notre jeunesse, qui parfois se tient loin de la vie politique et dont certains éléments choisissent même de recourir à des tentatives d’exil, extrêmes et suicidaires.C’est pourquoi nous devons assurer une présence plus forte des jeunes dans les instances exécutives et dans les assemblées élues, pour définir et mettre en oeuvre des réponses à leurs attentes. Par ailleurs, pour raffermir l’Etat de droit et la bonne gouvernance, il nous faut d’abord vaincre le fléau de la bureaucratie grâce à une modernisation et à une décentralisation accrue de l’administration publique, mais il nous faut aussi renforcer la contribution des citoyens à la gestion des affaires locales à travers la mise en place de mécanismes de démocratie participative, pour plus d’efficience dans la gestion du service public et sa pérennité.Mais raffermir l’Etat de droit, c’est surtout consolider l’indépendance de la Justice, et assurer une plus grande mise en oeuvre de ses décisions. C’est aussi progresser davantage dans la lutte contre la corruption par le renforcement des organes chargés de cette mission ainsi que par une plus grande implication de la société civile dans ce combat.Dans le domaine économique, nous devons approfondir les réformes structurelles et financières, pour faire face aux difficultés conjoncturelles actuelles et travailler à impulser une nouvelle dynamique de croissance, plus dense et plus compétitive. A cette fin, tous les changements nécessaires devront être introduits sans dogmatisme aucun, avec le concours du secteur public, du capital privé national et du partenariat étranger, et avec comme seule référence l’efficacité et la performance, la création d’emplois et l’augmentation des revenus du pays.Dans le domaine social enfin, nos principes de justice et d’équité sont des constantes nationales dont la concrétisation nécessitera des mises à niveau pour améliorer le pouvoir d’achat des citoyens et garantir la pérennité de notre système de protection sociale. Mais ce que nous souhaitons réaliser dans les domaines politique, économique et social ne peut véritablement être atteint que si nous travaillons à améliorer la gouvernance aussi bien dans les institutions et administrations de l’Etat que dans le secteur des entreprises, publiques et privées.D’où l’intérêt particulier que nous devons absolument accorder à l’émergence aux postes de responsabilité et de gestion d’une ressource humaine de qualité, formée, qu’il faut absolument encourager et protéger. Ce sont là quelques unes des préoccupations dont la Conférence nationale pourra débattre pour proposer des solutions ralliant le consensus le plus large possible.Outre l’élaboration d’une plate forme politique, économique et sociale, la Conférence nationale pourra aussi proposer un enrichissement profond de la Constitution, dans le respect de ses dispositions relatives aux constantes nationales, à l’identité nationale et au caractère démocratique et républicain de l’Etat. Les propositions que dégagera la Conférence Nationale me seront soumises pour leur concrétisation par les voies appropriées.MES CHERS COMPATRIOTES, Tel est donc le message que j’ai tenu à vous transmettre aujourd’hui, à la fois pour vous annoncer ma candidature à l’élection présidentielle du mois d’avril prochain, mais aussi pour vous faire part de mon intention sincère d’associer toutes les forces nationales, politiques, économiques, associatives et syndicales à la poursuite de la construction de notre démocratie.Ce faisant, j’appelle à faire prévaloir tout ce qui rassemble sur ce qui nous différencie les uns des autres dans le respect du pluralisme des visions, et j’aspire à voir l’Algérie, démocratique et pluraliste, s’unir davantage, avec force et avec efficacité, pour progresser encore plus dans la construction de son avenir.MES CHERS COMPATRIOTES, Oui Avec Vous et Pour Vous ! Nous Poursuivrons l’Edification dans la Fidélité ! Gloire A nos martyrs, Vive l’#Algérie.”
CÉLÉBRATION À TIZI OUZOU DU 3E ANNIVERSAIRE DE L’OFFICIALISATION DE TAMAZIGHT Hamid Bilek : “Il faut revoir le préambule de la Constitution”
La bibliothèque principale de lecture publique de la wilaya de Tizi Ouzou a abrité, hier, le coup d’envoi de la célébration du 3e anniversaire de l’officialisation de tamazight qui a été donné par le wali de Tizi Ouzou Abdelhakim Chater, en présence du président de l'Académie de la langue amazighe, Mohamed Djellaoui et de la directrice de la culture de la wilaya Nabila Goumeziane. La cérémonie d’ouverture a été marquée par la visite des stands d’exposition de livres en tamazight suivie d’une prise de parole par le wali qui a appelé les membres de l’académie de la langue amazighe à travailler “dans un cadre académique et scientifique”, alors que le président de l’académie de la langue tamazight, lui, a insisté sur “la nécessité de sauvegarder les acquis et de travailler dans le sens de la transmission de ce legs”, tout en précisant que l’académie qu’il préside n’a pas encore été installée officiellement.De son côté, la directrice de la culture a estimé que “tamazight constitue un élément fondamental de l’identité algérienne et de la consolidation nationale” et que “la valeur de tamazight résulte de l’accès qu’elle permet aux diverses sphères du savoir, de la connaissance intellectuelle et artistique, de la richesse et de l’enrichissement”.Hamid Bilek, archéologue et ancien cadre au Haut-Commissariat à l’amazighité (HCA), qui participera ce matin à une table ronde sur “Le passage de la littérature berbère de l’oralité à l’écrit”, soulignera, en marge de cette cérémonie, que “trois ans après cette officialisation, nous sommes positivistes même si beaucoup reste à faire et si tamazight a accusé des centaines d’années de retard, il faut admettre qu’il y a des acquis, à commencer par l’officialisation de Yennayer qui nous autorise même, aujourd’hui, à demander à ce que le préambule de la Constitution qui dit que  ‘l’Algérie est terre arabe’, soit revu”.Hamid Bilek expliquera aussi que “l’#officialisation de #Yennayer nous donne cette profondeur historique avec un minimum de quinze siècles avant l’arrivée de l’Islam en Afrique du nord, ce qui  nous autorise à revoir le préambule de la constitution”, tout en précisant que “parmi tous ces acquis, il y a la naissance de l’académie amazighe ainsi que la création d’un centre de recherche dans le domaine de la langue et de culture amazighe à Béjaïa”. Et à Hamid Bilek de conclure que “la question de la transcription de #tamazight en caractères latins est tranchée car il y a un fait accompli et une expérience qui est même institutionnelle du fait que, depuis l’introduction de tamazight à l’université, dans le système éducatif et dans le travail colossal du HCA, nous avons formé plus d’un million de personnes en tamazight sur la base de textes écrits en caractères en latins, et à ce titre, nous estimons qu’il n’y a pas lieu de revenir sur ce choix qui est logiquement établi.”
08 Fév à 22:03
ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE 2019 L’autre campagne… des idées de Nabni
Le collectif Nabni se lance dans la campagne présidentielle, non pas en tant que candidat, mais en producteur d’idées dont il espère pouvoir enrichir les prochaines confrontations politiques. “La campagne présidentielle à venir devrait être un moment riche de confrontation d’idées diverses. Le collectif, fidèle à son caractère non partisan, sera présent à travers ses propositions. Mais au-delà, nous nous engagerons sur de nouveaux sujets inédits pour Nabni, pour construire de manière participative une vision innovante qui nous fasse rêver collectivement. Tels sont les deux pans de notre feuille de route pour 2019 et 2020”, lit-on dans un communiqué parvenu, hier, à notre rédaction. Le collectif Nabni dit préparer, à l’occasion des joutes électorales d’avril 2019, un “livre blanc” qui se veut un recueil de propositions à verser aux débats de la campagne présidentielle. “Il s’appuiera sur tous les travaux du collectif, qui seront enrichis d’apports originaux pour former un programme ambitieux autour de quatre thèmes.” Il s’agit de “la primauté de la bonne gouvernance. Éléments fondamentaux de l’État de droit”, de “l’idéal de solidarité et de justice sociale”. Vers un nouveau modèle de redistribution sociale équitable, “vers le tout-emploi. La transformation de notre modèle économique et l’acquisition du savoir” et de la “mise en œuvre et concrétisation. Réforme de l’administration, exécution et résultats”. Ainsi, tout au long de la campagne électorale, #Nabni ne compte pas laisser l’arène occupée essentiellement par les candidats et leurs soutiens, mais entend contribuer au débat afin que “nos élections soient bâties sur de nouvelles idées”. À travers son projet intitulé “Nabni  2019”, ce think tank algérien entre ainsi en “campagne des idées” avec “l’espoir que ce livre blanc pourra inspirer les acteurs politiques”. Au-delà de la campagne, Nabni tend s’investir sur le long terme et se poser en producteur d’idées et de réformes. Le collectif dit ainsi s’inscrire dans le temps à long terme, “celui des grandes ambitions, des ruptures audacieuses et de la construction d’un projet de société autour de thématiques inédites”. Les membres du collectif Nabni ne manquent pas d’esquisser leur vision pour l’#Algérie de demain, comme lorsqu’ils parlent de leur “intime conviction que l’avenir de notre pays repose en grande partie sur la place de la femme dans la société. Nous rêvons d’une Algérie où les femmes sont non seulement les égales des hommes, mais aussi beaucoup plus souvent aux commandes de la décision publique, élues ou promues à des postes à haute responsabilité”. “Nous rêvons d’un projet écologique pour une Algérie verte et durable ; d’une intégration maghrébine étendue réduisant les séparations entre État-nations hérités du passé colonial. Nous rêvons d’une Algérie ouverte au monde et en particulier aux migrations issues de notre voisinage subsaharien.” Ce sont-là quelques thèmes que Nabni entend mettre sur la table, à l’occasion de la campagne électorale pour l’élection présidentielle d’avril 2019.




Nous suivre
Annonce
PropellerAds
Vidéothèque

Les plus lues

Soufflet avec une pâte facile de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 22 Juin 2016 à 13:59

source : #Youtube #OumWalid 

Msemen à la farine le plus facile à faire de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 10 Oct 2016 à 10:55

Le secret pour réussir les msemens à la farine réside dans la pâte qu'il faudra bien travailler, type de farine et aussi dans le feuilletage,voir la vedio pour mieux comprendre le procédé. source : #youtube #OumWalid

Cake au Flan de Oum Walid

Elle Mag - Recettes - 04 Dec 2016 à 12:09

C'est un de mes desserts préférés je le fais vraiment souvent j'aime énormément sa texture bien fondante, vous pouvez choisir le goût que vous souhaitez chocolat, vanille, fraise ou caramel sans tarder voici la recette... source : #youtube #OumWalid

TIZI-OUZOU: La liste des bénéficiaires des logements sociaux dévoilée

Actualité - TIZI-OUZOU - 15 Nov 2016 à 18:15

Le chef-lieu de Tizi-Ouzou à connu une matinée particulièrement mouvementée, caractérisée par des coupures de routes au niveau de plusieurs quartiers et pour cause l'affichage de la liste des bénéficiaires des logements sociaux (Logement Public Locatif). Des citoyens qui ont postulé à cette formule et dont les noms ne figuraient pas sur liste ont barricadé plusieurs routes par des pneus en fumée provoquant des embouteillages dans le centre ville. Le fait de voir les attentes des protestataires prolongées ont fait tombé à l'eau toutes les tentatives des autorités locales pour essayer de calmer les esprits.

Sablé au halwa turc et cacahuètes

Elle Mag - Recettes - 28 Juin 2016 à 09:22

Ingrédients: pour environ 28 pièces (selon la taille de l'emporte-pièce) 250 g de beurre 125 g de halwa turc 50 g de sucre glace 2 jaunes d’œufs 1 paquet de levure chimique 1 càc de vanille 80 g de cacahuètes grillées et finement moulues Farine au besoin (environ 500g) Décoration: Environ 400 g de cacahuètes grillées et moulues 1 pot de confiture d'abricot Préparation: Battre le beurre avec le sucre puis ajouter la halwa turc et bien mélanger Ajouter les jaunes d’œufs un par un ensuite les cacahuètes moulues Ajouter la vanille puis la farine avec la levure jusqu'à obtention d'une pâte souple et lisse Laisser reposer la pâte un petit peu Étaler la pâte sur un plan de travail fariné à 5mm d'épaisseur Découper les sablés à l'aide d'un emporte-pièce ou un verre puis faire une ouverture au centre à l’aide d’un petit emporte pièce Faire cuire pendant environ 15 minutes à 180° Une fois les sablés refroidies, les rassembler en les collant avec de la confiture Badigeonner les sablés de confiture à l'aide d'un pinceau puis passer aux cacahuètes et décorer avec du chocolat fondu. source : fan-decuisine